AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 There's Got To Be A Morning After - Haylz (OS)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
bill-luv-tom
Chevalier du Forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2980
Age : 33
Localisation : Belgique.
Humeur : Amoureuse.
Date d'inscription : 11/11/2008

MessageSujet: There's Got To Be A Morning After - Haylz (OS)   Ven 2 Oct - 0:07

J'ai enfiiiin eu le temps de terminer la traduction de ce mignon petit OS! Very Happy
Rating N-17 quand même lol. C'est sympa comme tout, vous verrez =D

Le titre peut se traduire par "Il doit bien y avoir un lendemain matin."

Bonne lecture! Smile



___________________________



"There's Got To Be A Morning After", par Haylz




"Oh mon Dieu."

C'est la première chose qui passe par la tête de Bill et qui franchit ses lèvres lorsqu'il se réveille complètement et se souvient. Son corps se souvient aussi, il grimace légèrement lorsqu'il bouge doucement et sent les draps contre son corps – partout, parce que Bill est nu. Une vague de chaleur le parcourt lorsque tout lui revient en mémoire, son visage est le plus brûlant. Un léger ronflement à côté de lui le fait inspirer brusquement et ses yeux sortent presque de leurs orbites. Il n'est pas seul; Tom est encore là avec lui, dans son lit. Le lit où ils l'ont fait la nuit dernière.

Bill halète doucement alors qu'il entend Tom se racler la gorge, son frère est en train de se réveiller. Par pure panique, Bill fait la seule chose qu'il sait faire, et remonte l'épaisse couverture blanche de l'hôtel sur sa tête. Il ne s'est jamais caché de rien de toute sa vie, mais à ce moment précis il comprend le besoin. Son pouls bat la chamade, et si Tom n'est pas encore réveillé, il le sera sûrement à cause du cœur battant à cent à l'heure de son jumeau terrifié.

Puis il y a un profond soupir et un bruit de grattement, Tom est visiblement en train de se gratter à un endroit sur son corps que Bill devine être aussi nu que le sien. Il ferme les yeux bien fort, comme si cela allait l'aider à se cacher de son frère, de toute la situation. Rien ne se passe pendant plusieurs minutes, Tom ne se lève pas, il ne dit rien, il ne bouge même pas. Bill pense qu'il s'est peut-être rendormi, ou qu'il ne sait jamais vraiment réveillé, ce qui pourrait bien aider Bill à s'échapper de la chambre sans se faire remarquer.

Et aussi lentement et doucement qu'il le peut, Bill tourne la tête pour faire face à Tom et fait glisser la couverture sur son visage jusqu'à ce que le bord lui chatouille les narines, et puis ouvre les yeux.

Tom le regarde avec des petits yeux endormis et un sourire encore plus endormi. "Salut."

"Aah!" crie Bill bêtement et il remonte la couverture à nouveau.

"Euhm, Bill… est-ce que ca va?" Depuis quand est-ce que la voix de Tom est aussi grave et masculine? Sûrement parce que sa queue était dans mon cul, pense Bill. Bill ne sait même pas quoi répondre, et à son opinion c'est assez clair que non, ca ne va pas, et bordel, comment ca se fait que Tom a l'air d'aller très bien? Le fait que Tom a l'air incroyablement mignon n'a pas non plus échappé à Bill. "Bill?"

"Euh… tu devrais peut-être retourner dans ta chambre," dit Bill bêtement.

Le rire de Tom semble se moquer de lui quand il atteint ses oreilles. "Mais je suis bien ici. Allez, ne sois pas idiot."

"Tom," geint Bill d'un ton du genre 'ne me fais pas chier'.

"Bill." Bill sent la couverture bouger et son souffle se coupe lorsqu'il sent une main chaude glisser sur son bras, juste une seconde, parce que Bill sursaute dans un mouvement de panique et tombe du lit dans sa précipitation, entrainant sa couverture de protection avec lui. En atterrissant sur le sol il se cogne la tête contre la table de nuit, et laisse échapper un cri de douleur. "Bill! Bill, est-ce que ca va?"

Bill se frotte la tête sous la couverture et gémit, maintenant il se sent vraiment comme un idiot. "Je vais bien." Il ne veut toujours pas retirer la couverture, il ne veut toujours pas regarder Tom.

"Laisse-moi voir."

"Non!" Parfois, l'attitude surprotectrice de Tom n'est pas toujours aussi mignonne. "J'ai dit que j'allais bien. Je… J'ai besoin de temps, je pense." Bill ne sait pas comment dire à son adorable grand frère qu'il n'arrive même pas à le regarder.

Tom soupire, mais il n'a pas l'air fâché, juste résigné. "Très bien. Alors je vais y aller."

Bill l'entend bouger, il ramasse sûrement ses vêtements et Bill espère qu'il les met avant de sortir de la chambre. Bill décide de jeter un coup d'œil, sa curiosité naturelle prenant le dessus sur sa lâcheté. Il lève la tête et jette un œil de sous la couverture, tournant sa tête à gauche et à droite sans voir Tom.
"Tu ressembles à une mangouste." Tom se tient juste en dehors de son champ de vision, et il rigole lorsque Bill se replonge à nouveau sous sa couverture. "Mais tu es plus mignon par contre." Bill se mord la lèvre, son ventre se réchauffe à ces mots, il ne peut s'empêcher de sourire bêtement, même si toute cette histoire lui fout encore les jetons.

"Ok j'y vais, comme ça tu pourras sortir de ta cachette," dit Tom d'un air amusé. "Mais tu devras me regarder bientôt – on part dans une heure."

Bill grogne et se glisse en dehors de la couverture lorsqu'il entend la porte se refermer.

"Oh mon Dieu," dit-il à nouveau.


**


Bill arrive à éviter Tom pendant le chemin vers le bus, et aussi jusqu'à sa couchette où il ferme les rideaux une fois qu'il est à l'intérieur, et prend une profonde respiration. Il doit reprendre ses esprits, ils ont un sound check dans pas longtemps, et puis le concert bien sûr, et oh oui – le reste de leurs vies.

Se pelotonnant en une petite boule, Bill s'assied dans l'obscurité de sa couchette, ne prenant même pas la peine d'ouvrir le petit volet de sa fenêtre, parce que pour une raison ou une autre ca lui fait peur de tout voir clairement, tout a l'air trop réel, mais dans le noir, rien ne semble vraiment exister. Ses mains sont moites et il a mal à la tête à force d'avoir toutes ces pensées qui s'entremêlent. Des flashs de la nuit précédente lui reviennent en mémoire et n'aident pas à ralentir les battements de son cœur, ni à calmer ses nerfs à vif.


*
Les yeux de Tom n'ont regardé rien ni personne sauf Bill depuis le moment qu'ils sont entrés dans l'ascenseur, et Bill rougit violemment sous le regard intense. Quelque chose doit se passer, la tension, l'appréhension, c'est presque insupportable. Quelque chose doit casser.
*



Bill passe ses mains sur son visage, les passant sur ses joues et sur son front avant de les enfouir dans ses cheveux. Ils l'avaient enfin fait, ils avaient enfin abandonné. Bill ressent ces choses pour Tom depuis des années à présent, et il était conscient des sentiments réciproques depuis aussi longtemps. Au début cela semblait innocent, ils étaient simplement sur-affectionnés, c'était du flirt innocent qui faisait papillonner le ventre de Bill agréablement et le faisait sourire pendant des jours qui pouvaient seulement être décrits comme l'enfer.

Ces derniers mois étaient différents, ce n'était plus tellement innocent, les papillons devenaient plus une agitation insistante dans ses entrailles qui faisait que Bill avait envie de sortir de son corps. Le besoin d'être plus proche de Tom était tellement puissant, Bill en avait peur au point qu'il essayait d'éviter son frère autant qu'il le pouvait, ce qui en fait, n'était pas aussi souvent que ca.

Peu de temps après, le bus s'immobilise et c'est une agitation d'un autre genre qui envahit les entrailles de Bill. Il ne peut pas éviter Tom pour toujours, et il y a cette petite partie impatiente en lui qui veut voir son jumeau, bien que le reste de lui soit terrifié. Il ne sait pas pourquoi il réagit aussi violemment, il se sent bête. Ce n'est pas comme s'il ne savait pas qu'il devrait faire face à son frère après, et vu que quelque chose s'était passé, il devait y avoir un lendemain matin.

Gardant la tête baissée, Bill descend du bus, une fois que ce dernier se soit garé correctement et arrêté. Un peu plus loin, il entend le murmure d'une grande foule, les fans sont déjà en train d'attendre devant la salle. Il est content de ne pas encore devoir les voir, il peut aller avec les autres dans l'arrière de la salle, caché des regards pour le moment.

Tom est quelque part, il est peut-être encore dans le bus, et pendant un moment Bill se sent courageux, comme s'il pouvait le faire. Mais alors il sent une main dans son dos et tout est fini lorsqu'il entend la voix de Tom.

"Hey," Bill l'entend dire doucement, et tout à coup il trébuche sur ses propres pieds et tombe en avant, atterrissant de façon spectaculaire sur ses mains et ses genoux.

"Ca va, je vais bien, je vais bien," marmonne-t-il, se relevant alors que Tom et Gustav se penchent pour l'aider. Il fait semblant de se concentrer pour enlever la saleté invisible sur ses mains et ne lève pas la tête. Ils continuent à marcher vers le bâtiment mais Bill garde la tête baissée, et tout ce qu'il voit c'est le jeans bleu foncé de son frère qui marche à côté de lui. Il remonte un peu sa veste sur son visage, ses yeux fixés sur les chaussures de Tom, les mêmes chaussures que Bill lui a arrachées la nuit précédente.


*
Lorsqu'ils arrivent devant la porte de la chambre d'hôtel de Bill, il va sans dire que Tom entre aussi, et la main de Bill tremble alors qu'il essaie de faire marcher sa clef électronique, de l'insérer dans la serrure. Il est trop occupé à regarder la chaussure de Tom qui est collée à sa botte, et Tom a sa jambe alignée avec celle de Bill, collé contre lui de derrière.

Bill voit enfin un flash vert et son poids sur la porte l'envoie valser dans la chambre, toujours attaché à la porte Il tombe presque, mais Tom est rapide et il l'attrape par la taille avant que cela ne puisse arriver.

Bill rigole nerveusement et reprend ses esprits, conscient des bras de Tom encore autour de lui. Tom le lâche pour qu'il ferme la porte et puis se retourne vers lui, sans rien dire. Ils se tiennent là d'un air gêné et Bill sait que deux possibilités s'offrent à eux – ils peuvent faire semblant que c'est une nuit comme les autres dans une chambre d'hôtel comme les autres, ils vont regarder des films nuls et s'empiffrer de sucreries du minibar tout en essayant d'ignorer ce besoin brûlant et démangeant d'être proches, aussi proches qu'ils le peuvent, ou alors ils peuvent continuer à faire ce qu'ils sont venus faire et soulager cette démangeaison, dompter les flammes qui détruisent l'intérieur de Bill et qui le rendent complètement fou.

Il n'y pas vraiment de choix à faire, Tom se retrouve devant lui en un éclair et Bill ne sait pas très bien si c'est lui qui a sauté sur Tom, ou Tom sur lui, ou s'il se sont sautés dessus en même temps par désespoir, mais ca n'a pas d'importance parce que la langue de Tom est dans sa bouche et la main de Tom est dans son dos, pas sur son t-shirt mais en dessous, sa paume brûlante et moite sur la peau de Bill, comme s'il le marquait au fer, et toutes les pièces du puzzle semblent enfin tomber en place.
*



Ils sont emmenés dans la pièce en coulisses dans laquelle ils pourront se relaxer quand ils auront terminé le sound-check, et vu que Bill a sauté le petit déjeuner à l’hôtel, il se dirige directement vers le buffet et se sert un bol de céréales. Ses yeux sont toujours baissés et il se tape accidentellement la hanche contre le coin de sa chaise avant de s'asseoir.

"Mec, t'es d'un maladroit aujourd'hui," dit Georg en regardant Bill se frotter la hanche.

Bill ne répond même pas, il n'a pas vraiment envie d'attirer l'attention sur lui. Il commence à manger ses céréales sans lever le regard, faisant la moue tout en mangeant. Il est énervé, surtout envers lui-même, pour avoir autant flippé. Il est énervé par le fait que ce soit Tom le mec cool, alors que d'habitude c'est Bill. Bill peut faire face à d'horribles rumeurs et à des journalistes trop curieux et à dix mille fans hurlantes comme un pro, mais rien qu'en pensant à Tom, il a les jambes en coton. Il ne s'est jamais senti aussi chamboulé; son monde entier a basculé – dans son lit apparemment.

"Bordel de merde, qu'est-ce qui t'est arrivé?"

Bill lève le regard vers Gustav et laisse tomber sa cuillère avec un éclaboussement dans le lait et puis dans un bruit métallique lorsqu'il voit pourquoi son ami a l'air tellement impressionné. Tom vient d'enlever son sweat XXL et juste au-dessus du col de son t-shirt, sa peau est recouverte de marques sombres et larges. Bill a envie de mourir un peu lorsque Georg et Gustav se mettent à admirer la masse de suçons qui décorent la gorge et la clavicule de Tom, des suçons que Bill y a laissé auparavant.


*
Ils sont nus tous les deux et Bill ne peut pas s'arrêter de toucher Tom, ne peut pas s'arrêter de l'embrasser. Tom le presse contre le matelas et réussit avec succès à rendre Bill totalement dingue en se frottant contre lui, passant son sexe sans arrêt sur celui de Bill et caressant le corps de Bill avec ses mains. Sa sueur se mélange à celle de Bill et les recouvre tous les deux dans leur odeur toute neuve et unique, leurs essences combinées s'étalant sur leurs peaux et infiltrant les narines de Bill, le laissant avec un souvenir qui remontera à chaque fois qu'ils seront ensemble de cette façon.

Cela en devient trop pour lui et il se cambre fortement en avant, retournant Tom sur le dos. Tom grogne lorsque Bill atterrit lourdement sur lui, et il jette la tête en arrière, laissant son long cou exposé pour Bill, qui lèche immédiatement jusqu'à l'oreille de Tom, passant ses dents sur la peau brûlante et suçant tellement fort qu'il laisse des petites marques rouges et une fine couche de salive partout sur la gorge de Tom. Il n'en a jamais assez.
*



"Bon dieu, tu as ramené qui avec toi à ta chambre hier soir, mec?" demande Georg en regardant Tom bouche bée. "Elle devait être une sacrée tigresse!"

Tom sourit narquoisement et lance un regard à Bill, assez longtemps pour que Bill puisse y voir de la fierté.

"Euh ouais, c'était plutôt extraordinaire," dit-il en souriant malicieusement. "Le meilleur coup de ma vie."

Bill ne peut s'empêcher de sourire légèrement et lève le regard de ses céréales. Tom accroche à nouveau son regard et Bill rougit jusqu'au cou et détourne rapidement le regard.

"Wahou!" Georg assène une tape dans le dos de Tom. "Est-ce que je peux avoir son numéro?"

"Non, vas te faire foutre!" Tom a l'air dégoûté.

Georg hausse les épaules. "C'est bon, te mets pas dans tous tes états." Cela entraine un combat de coups de coude et Bill regarde, se demandant comment Tom peut agir aussi normalement après tout ce qu'ils ont fait.

"Hey, je vais aller sur scène pour voir comment ca se passe," dit Gustav. "Vous venez?"

"Ouais, on pourrait aller chercher nos affaires," répond Georg, tirant avec violence sur la visière de la casquette de Tom.

"Ouais ouais." Tom repousse la main de Georg et réajuste sa casquette, l'air énervé.

"Tu viens aussi?" Bill a besoin de quelques secondes pour réaliser que Georg est en train de lui parler, et il secoue rapidement la tête.

"J'irai plus tard, je finis de manger."

Avant qu'ils ne partent, Tom se glisse derrière Bill, là où il est assis, et remplit sa bouteille d'eau. La peau de Bill picote, comme si elle savait que Tom était tout proche, et il frissonne visiblement lorsque sans un mot, Tom caresse son dos d'un simple geste, alors qu'il repasse derrière lui avant de suivre les autres, qui n'ont pas remarqué le geste d'affection.

Bill expire bruyamment et inspire une autre goulée d'air une fois qu'il se retrouve seul.

"Reprends-toi putain," marmonne-t-il à lui-même. "C'est juste Tom."

Mais rien que le fait de dire son nom et le cœur de Bill redouble de battement et il abandonne son petit déjeuner, repoussant son bol pour faire de la place pour sa tête. Il pose son menton sur la surface froide de la table et penche son visage vers le côté, utilisant son bras comme oreiller.

Il a déjà envie de revoir Tom, tellement qu'il a l'impression que ca va le tuer. Il sait qu'il veut que Tom soit près de lui, même juste pour le regarder. Bill ne pensait pas que le sexe pouvait tellement tout changer, mais il se sent stupide de ne pas avoir su. Tom lui a fait des choses. Bill a changé.


*
Bill brûle de partout, surtout là où Tom a enfoui deux doigts profondément dans son cul, les repliant et les tournant, laissant Bill hors d'haleine et s'agrippant désespérément à son frère. Au début c'était une sensation étrange, et il avait fallu une éternité à Tom pour qu'il puisse insérer ne serait-ce qu'un seul doigt, mais c'était devenu meilleur, au plus il le chauffait et le caressait.

Bill saisit Tom par les épaules et gémit dans sa bouche, suçant la langue de Tom avec force tout en remuant ses hanches. De temps en temps, il se contracte autour des doigts de Tom et il ne manque pas de remarquer la façon dont Tom respire plus fort, plus vite. Bill sent le sexe de Tom contre lui, le membre dur et brûlant se pressant contre lui, laissant une traînée humide sur sa peau.

Il sait ce que Tom veut.
*


Bill ne sait pas depuis combien de temps il rêvasse, mais c'est assez de temps pour que Tom retrouve sa guitare et revienne seul dans la petite pièce, se posant immédiatement sur le canapé, sans dire un mot.

Bill ne dit rien non plus, il ne sait pas ce qu'il pourrait dire, et il espère qu'un des autres gars va suivre Tom dans la pièce dans les minutes qui viennent.

Dix minutes s'écoulent et Bill pense que Tom a probablement oublié qu'il était là, son frère se laisse tellement emporter quand il joue de sa guitare, il oublie tout autour de lui.

"Est-ce que tu regrettes ce qu'on a fait?"

Bill lève la tête, surpris de voir Tom le regarder en face depuis le canapé, ses doigts posés sur sa Gibson, son expression illisible.

La gorge sèche, Bill répond immédiatement. "Non."

Tom sourit, mais avant qu'ils puissent dire autre chose, Gustav entre en jouant avec ses baguettes.

"Ils veulent qu'on descende bientôt, pour de vrai," informe-t-il Bill, et Bill hoche la tête en se raclant la gorge.

Le sound-check se passera bien, il y aura plein de gens, et Tom ne pourra pas le coincer dans un coin, et Bill pourra se concentrer sur autre chose que sur les doigts et les lèvres de Tom, et ce qu'il sait faire avec.

**

Le sound-check est une catastrophe, et tout est de la faute de Bill, ou peut-être de la faute de Tom, mais surtout celle de Bill. Il a fait tomber son micro deux fois, ce qui lui a valu quelques regards noirs et quelques mots pas très sympathiques de la part des personnes portant une oreillette, ce qui inclut pratiquement tout le monde. Il chante sans arrêt une mesure trop tard et oublie toutes les paroles, toutes les choses qui devraient lui venir naturellement, même quand Bill a la tête dans les nuages. Les autres garçons ne sont pas encore fâchés après lui, mais ils ne se privent pas de le traiter de distrait et de maladroit.

Bill ne serait pas aussi perturbé si Tom n'était pas dans les parages, mais il doit être là pour le sound-check, sinon ca ne servirait à rien. Mais Tom n'arrête pas de se lécher les lèvres sans le faire exprès ou de sourire d'une façon que Bill sait exactement à quoi pense son jumeau, et ca le rend fou. Il a trop envie de le toucher, encore plus qu'il n'a envie que Tom le touche.

Ils ont enfin fini sur scène, et Bill grimace en voyant les expressions de soulagement sur tous les visages autour de lui. Au moment où ils sont de retour dans la pièce où ils pourront se détendre et attendre quelques heures avant le concert, les garçons ont arrêté d'embêter Bill, sûrement parce que Bill n'y prête même pas attention. Tom est juste à côté de lui pendant qu'ils marchent et Bill arrive à rester calme lorsque leurs bras s'effleurent, il a juste chaud et se sent un peu étourdi.

Tom profite du fait que Bill ne semble plus l'éviter, et s'assied à côté de lui sur le canapé, laissant juste un petit espace entre eux. Ils sont tous les deux silencieux lorsque Gustav se met à parler d'un article qu'il lit dans le journal alors que Georg balance des cacahuètes à la tête du batteur.

Les jumeaux échangent des regards furtifs et Bill ne peut pas nier qu'il se sent tout étourdi, et cela lui fait facilement oublier toutes les raisons pourquoi ils n'auraient pas du faire tout ce qu'ils ont fait.

Son souffle se coupe lorsque Tom se penche vers lui, et il lève rapidement la main pour éviter qu'il ne se rapproche encore plus. "Qu'est-ce que tu fais?"

Tom a l'air amusé et lui adresse un regard étonné. "Je voulais juste te dire quelque chose," murmure-t-il.

"Oh." Bill rougit, se sentant bête, et ils rigolent tous les deux. "Quoi?"

"Quoi?" répète Tom, tout en le regardant.

"Qu'est-ce que tu voulais me dire?" demande Bill avec un grand sourire.

"Euh…" Tom regarde la bouche de Bill et ses joues rosissent. "J'ai oublié."

Bill rigole à nouveau, ravi de l'expression nerveuse de Tom. Il se sent mieux, il n'est pas le seul à agir en débile. Il relève ses genoux contre son torse, ses pieds reposant sur le bord du canapé, et se penche un peu plus vers Tom.

Tom ne chipote même pas avec sa Gibson comme il le fait normalement, elle se trouve à côté de lui sur le canapé, mais ses doigts ne font que la caresser vivement. Il arrive très bien à cacher le fait que Bill a toute son attention. Il répond aux questions que Georg lui pose de temps en temps, mais à part ca il reste silencieux.

Bill ne dit rien, il se contente de regarder Tom du coin de l'œil, son ventre papillonnant et se serrant lorsqu'il pense aux évènements de la nuit passée.

*
C'est douloureux, mais c'est sûrement la meilleure douleur que Bill puisse imaginer. Tom est allongé au-dessus de lui, l'air de perdre la tête alors qu'il s'enfonce à nouveau en Bill, et Bill peut sentir chaque mouvement, chaque millimètre de Tom, et il se concentre là-dessus. Il aime sentir ça, même si ca fait mal, parce que cela rend tout tellement réel, tellement physique, ca lui rappelle ce qui est vraiment en train de se passer en lui.

Tom n'arrête pas de lui dire à quel point il est étroit, et Bill sent une brève montée de fierté et de pouvoir à chaque fois, il veut être bon pour lui.
*


Bill regarde Tom à présent, son frère, son meilleur ami, se fondre dans le souvenir du Tom de la nuit précédente, son visage au moment où il a joui, la façon dont son corps bougeait. Bill frissonne; tout à coup la pièce est trop petite et il est trop près de Tom. Il se lève, les jambes tremblantes.

"Je pense que je vais aller faire une petite sieste," marmonne-t-il à tout le monde.

"Bonne idée, tu n'as pas les idées claires depuis ce matin," dit Georg. "Dure nuit?"

Bill lui lance un regard acéré, essayant d'apercevoir un signe comme quoi son ami avait deviné ce que Bill avait fait, mais il ne voit rien.

"Ouais, j'ai pas très bien dormi."

"Je viens aussi," annonce Tom, repoussant sa guitare et se levant, son expression de marbre.

Bill hoche la tête et quitte la pièce en vitesse, restant à deux pas devant Tom pendant tout le chemin jusqu'au tourbus, son cœur battant la chamade. On y est, il ne pourra plus y échapper longtemps, et il ne sait pas s'il en a envie.

Il ouvre la porte du bus hâtivement et monte à bord, ne sachant pas vraiment quoi faire une fois à l'intérieur. Instinctivement il a juste envie de s'enfuir, et il se dirige vers le couloir lorsque Tom ferme la porte derrière lui, mais Tom est aussi tout aussi rapide et Bill sent qu'on le tire en arrière en tirant sur sa ceinture.

"Hey," dit Tom, son doigt encore enroulé autour de la ceinture de Bill. Il tire Bill en avant jusqu'à ce qu'ils se tiennent l'un en face de l'autre, si proches que leurs torses se touchent presque.

"Hey," arrive à dire Bill, la voix hésitante.

Ils restent silencieux pendant quelques instants, jusqu'à ce que Tom finisse à nouveau par prendre l'initiative et embrasse Bill avec force. Bill fond dans le baiser avec soulagement; embrasser ca il sait faire, s'embrasser c'est facile et tant qu'ils s'embrassent, ils ne parlent pas. Il glisse ses mains autour de la taille de Tom, agrippant son t-shirt et souhaitant qu'il ne soit pas là. Il meurt d'envie de toucher Tom depuis ce matin.

Tom les entraine le long du couloir, sa bouche toujours attachée à celle de Bill, jusqu'à ce qu'ils arrivent à la couchette de Tom, c'est la plus proche. Tom fait glisser Bill sur le lit presque sans efforts et Bill le regarde d'un air impressionné.

"Alors," dit Tom, une fois qu'il est assis sur les hanches de Bill, ses mains enveloppées autour des poignets de Bill.

"Alors…" Bill détourne le regard en se mordant la lèvre.

Tom renifle et lâche sa prise, mais reste au-dessus de Bill, lui souriant.

"Qu'est-ce qu'il t'arrive?"

"De quoi tu parles?" couine Bill, sachant exactement de quoi Tom parle.

Tom lève les yeux au ciel. "Le petit jeu de la timidité c'est adorable, Bill, mais c'est tellement pas toi. Qu'est-ce qui est arrivé à mon petit frère tyrannique qui n'a peur de rien ni de personne?"

Bill soupire et couvre son visage avec ses mains. "C'est tellement le foutoir."

"De quoi tu parles? Hey," l'encourage Tom, repoussant les mains de Bill pour qu'il puisse le voir. "Je pensais que tu avais dit que tu ne regrettais pas? Ce n'était… pas bon?"

Bill laisse échapper un rire aérien. "Non, ce n'est pas ca le problème, je le voulais… et c'était bon." Son visage le brûle, il le sent. "Ca fait juste beaucoup à digérer," continue-t-il. "Je veux dire, tu étais le petit connard qui mettais de la pâte à modeler dans mes cheveux quand on avait six ans." Il ignore le reniflement de Tom. "Maintenant je ne sais pas ce que tu es."

"Bill," dit Tom, son expression très sérieuse. "Je suis toujours ce petit connard, je te le jure."

Le rire beuglant qui s'échappe de la bouche de Bill est particulièrement fort, mais il se sent mieux. Il aurait voulu ne pas s'être comporté comme un crétin plus tôt, il aurait voulu avoir le courage de faire face directement ce matin, au lieu de se cacher sous une couverture et mettant son frère à la porte. "Je suis désolé," dit-il en grimaçant au souvenir.

"Ce n'est pas de ta faute si tu as l'air d'un canard bourré quand tu rigoles," réplique Tom suavement.

"Vas te faire foutre, je parlais de ce matin." Bill donne un coup de coude à Tom et il sent les choses reprendre lentement leur place normale. Les choses vont être encore un peu étranges pour quelque temps, mais au moins il peut faire face à son jumeau maintenant. En quelque sorte. Il n'a pas vraiment regardé Tom dans les yeux pendant toute leur conversation.

Tom a du le remarquer; il se penche et étends ses jambes jusqu'à ce qu'il soit allongé sur Bill, si proche que Bill peut sentir son souffle sur son visage. Il garde ses yeux dans ceux de Tom, déterminé de ne pas détourner le regard, et sans même s'en rendre compte au début, il passe sa main sur le dos de Tom de haut en bas, la glissant sous son t-shirt pour sentir sa peau nue. Le poids de son frère sur lui est étrangement réconfortant, même si ca lui rappelle le moment où ils étaient nus et couverts de sueur, joints ensemble de la manière la plus absolue.

"On s'y habituera," murmure Tom, son regard allant des yeux jusqu'à la bouche de Bill, alors qu'il caresse la joue de Bill du revers de sa main.

Bill hoche la tête, avalant la boule dans sa gorge. "Je veux ceci," dit-il, plus à lui-même qu'à Tom. "Je ne devrais pas, mais je le veux."

"Moi aussi," lui dit Tom sérieusement. "Et depuis un long moment, je pense que tu sais…"

"On aurait pas du," continue Bill à discuter avec lui-même. "Oh mon dieu, on aurait pas du."

Tom secoue la tête. "C'est trop tard pour ca – tu pourrais revenir en arrière? Je ne peux pas, je n'en ai pas envie."

Bill réfléchit à cela avant de répondre. "Non, je ne pourrais pas revenir en arrière." C'est la vérité; au plus Bill y pense, au plus il réalise que leur échec de pouvoir se contrôler avait été inévitable et que tous ses efforts pour éviter cette inévitabilité n'avait réussi qu'à le rendre malheureux.

"Est-ce que tu es sérieux?" Tom fronce légèrement les sourcils, et Bill ne peut pas vraiment lui en vouloir.

"La nuit dernière," dit Bill calmement, "je n'aurais pas fait cela si je n'étais pas… je veux dire, je n'aurais laissé personne me faire ca." Il serre Tom contre lui et espère que son frère comprend ce qu'il essaie de dire.

Tom ne répond pas; au lieu de cela il franchit le petit espace entre eux et embrasse Bill doucement, mais Bill ne veut pas de douceur et il ouvre rapidement la bouche et utilise sa langue pour attiser Tom. Il enveloppe ses jambes autour de Tom, voulant sentir ne serait-ce qu'un centième de l'intimité qu'ils ont partagé la nuit dernière. Les souvenirs ne le gênent plus, surtout quand Tom lui rend son baiser avec autant de ferveur et se frotte contre Bill sans retenue.

Un grand bruit contre la porte du bus interrompt la tension grandissante et Tom recule, le souffle coupé.

"Ah merde. Je suppose qu'on devra finir ceci plus tard." Il sourit malicieusement à Bill tout en roulant à côté de lui. "Enfin, si tu ne t'enfuis pas de moi bien sûr, sinon je devrai t'attraper." Son ton est suggestif et fait papillonner le ventre de Bill. Bill aime l'idée de se faire attraper par son jumeau et le laissant le dominer.

"Je ne m'enfuirai pas," promet-il, haletant pour avoir de l'air.

Tom lui lance un sourire avant de disparaitre dans le couloir, et Bill prend un moment pour essayer de tout absorber, mais au lieu de ca, il finit par serrer l'oreiller de Tom contre lui en souriant comme un idiot. Il entend des voix venir vers lui et c'est alors qu'il se rend compte qu'il n'est pas dans sa couchette, là où il devrait être, et se relève rapidement du lit de Tom avant que quelqu'un ne le voit.

**

Bill grogne, réveillé en sursaut par un coude qui s'enfonce assez violemment dans son dos. Énervé, il essaie de rouler sur lui-même et plisse les yeux vers Tom à côté de lui dans la couchette, prenant presque tout l'espace bien trop petit.

"Désolé," marmonne Tom, la voix lourde de sommeil, ne prenant même pas la peine d'ouvrir les yeux.

Bill le regarde pendant un moment, se réveillant juste assez pour sentir la légère douleur dans certains muscles, leur nudité, le jumeau dans son lit.

"Tu ne vas pas encore me jeter dehors, hein?" Tom ouvre un œil et regarde Bill. "J'ai pas envie de bouger."

Bill secoue la tête et presse son corps contre le côté de Tom, jetant une jambe pardessus son corps et un bras sur son torse, accrochant sa main juste en dessous de l'aisselle de Tom. C'est la seule façon pour qu'ils puissent tenir tous les deux dans la minuscule couchette.

"Bien," entend-il chuchoter Tom, et Bill sourit lorsque Tom l'embrasse sur le haut de sa tête. Il vient d'avoir la plus merveilleuse pensée, et c'est presque mieux que tout le reste mis ensemble.

Il va se réveiller à côté de Tom chaque jour pour le reste de sa vie.


FIN
Revenir en haut Aller en bas
http://maureen0207.wordpress.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: There's Got To Be A Morning After - Haylz (OS)   Ven 2 Oct - 11:55

(J'ai déplacé l'os, tu l'avais mis dans la partie fiction ^^)

C'était TROP biiiien *________*
Omg, trop mignon, trop gagatisant, trop hiiii *_______*

*adore*

Et comment j'aime trop ce qu'écrit Haylz *____*

Merci Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
obsedum sexualis
Indispensable
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1056
Age : 34
Localisation : vu son âge....bientôt en maison de retraite
Emploi/loisirs : buveuse professionnelle de Sobieski
Humeur : zen attitude
Date d'inscription : 09/11/2008

MessageSujet: Re: There's Got To Be A Morning After - Haylz (OS)   Ven 2 Oct - 18:12


j'ai adoréééééé
Bill est mignon a vouloir éviter Tom et à faire du coup que des boulettes
et j'ai adoré que leur nuit soit racontée sous formes de flashs
bref un OS génial quoi

merci pour la trad' <3
Revenir en haut Aller en bas
La£ti
Icone du forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2439
Age : 28
Localisation : Londres
Emploi/loisirs : Mangeuse de Bounty
Date d'inscription : 25/10/2008

MessageSujet: Re: There's Got To Be A Morning After - Haylz (OS)   Sam 3 Oct - 0:52

C'était trop mignon.
Bill est adorable à etre mal à l'aise comme ça et à tout laisser tomber (même lui ^^).
Et Tom est trop à le chercher.

Et comme OS, j'ai bien aimé la composition de l'Os : les petits flash back au milieu de scenes présentes.

Bref, tres sympa. Merci =D
Revenir en haut Aller en bas
Pitch'
Duchesse du Forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5148
Age : 27
Localisation : next to Paris
Humeur : Déprimée.
Date d'inscription : 08/12/2008

MessageSujet: Re: There's Got To Be A Morning After - Haylz (OS)   Sam 3 Oct - 4:30

Putain mais juste trop bien quoi, le comportement de Bill hiii so cute, so girly!


Les moments de tension entre eux mais aaah
Pis la fin <3 J'ai failli glousser lol.
Merci Mau' <3




Mdr le com de Laeti m'a fait rire. "meme lui" XD
Revenir en haut Aller en bas
http://pitchoun3.wordpress.com/
Dine
Duchesse du Forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 7132
Age : 24
Date d'inscription : 23/10/2008

MessageSujet: Re: There's Got To Be A Morning After - Haylz (OS)   Sam 3 Oct - 16:39

C'était mignon et sensuel en même temps, j'ai adoré! merci beaucoup pour la traduction! (et Bill gêné, c'est trop mignon Wink mdr)
Revenir en haut Aller en bas
Lynn.
Geek
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1796
Age : 25
Localisation : Valenciennes.
Date d'inscription : 23/10/2008

MessageSujet: Re: There's Got To Be A Morning After - Haylz (OS)   Sam 3 Oct - 21:02

Haaan, c'etait mignon. *-*
Bill tout gêné, c'est chou. ^^' &j'aime Tom. <3
Revenir en haut Aller en bas
Mary
Duchesse du Forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6249
Age : 25
Localisation : Glasgow
Emploi/loisirs : Trekkie
Humeur : Right as rain
Date d'inscription : 23/10/2008

MessageSujet: Re: There's Got To Be A Morning After - Haylz (OS)   Dim 4 Oct - 18:19

J'ai enfin réussi à venir lire ta traduction!
Raaah, j'adore Haylz, tout ce qu'elle fait c'est de l'or pur! *____*
Et cet os était vraiment touchant, la peur de Bill est si compréhensible mais il arrive quand même à la surmonter.
J'ai vraiment bien aimé, c'était agréable et puis tu traduis si bien! I love you
Revenir en haut Aller en bas
Haaan
Présente
avatar

Féminin
Nombre de messages : 291
Age : 25
Localisation : Ariége mon PAÏÏÏÏÏÏÏS !
Emploi/loisirs : Rockstar hyeeaaah !
Humeur : Toujours happy ^^
Date d'inscription : 21/12/2008

MessageSujet: Re: There's Got To Be A Morning After - Haylz (OS)   Lun 12 Oct - 17:15

Je l'ai trouvé géant ! Il changeait de d'habitude, plus vrai peut-être plus crédible, plus proche d'une réaction réelle. J'ai adoré !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: There's Got To Be A Morning After - Haylz (OS)   

Revenir en haut Aller en bas
 
There's Got To Be A Morning After - Haylz (OS)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Robert Randolph au New Morning le 2 août 2010
» Monday Morning...sympa ce duo !
» [video] TH-day dans le morning star sur Direct star
» [VIDEO] Blame It On The Girls - Good Morning America
» Morning Sun (On the Boards)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Between The Lines :: Traductions-
Sauter vers: