AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Twincest] His name was Tom - Undrockroll (2/2) - (Collaboration avec SayurixS)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sopi.
Présente
avatar

Féminin
Nombre de messages : 257
Age : 25
Localisation : Montois la Montagne (57)
Date d'inscription : 11/10/2009

MessageSujet: [Twincest] His name was Tom - Undrockroll (2/2) - (Collaboration avec SayurixS)   Lun 1 Nov - 23:05

Eh bien voilà, enfin, la première partie du TS de Undrockroll que je traduis en collaboration avec SayurixS.
Que je remercie beaucoup de m'avoir suivie dans ce projet malgré tout ^^
J'espère que ça vous plaira et que vous saurez patienter jusqu'à la seconde partie qui est encore en cours de traduction.
Et merci à Mamie Ju. pour sa correction. Bonne lecture Smile

*

Version originale : ici

Bill a un nouveau petit ami...et Tom n'est pas vraiment ravi.


His name was Tom par Undrockroll.
Son nom était Tom.


Bill avait dit que c’était important, donc Tom avait fait un effort pour être à l’heure et se montrer au club cette nuit. Tom se tenait au bar, sirotant une boisson et regardant la foule tandis que la musique tournait. Il n’avait pas vu Bill de la journée. En fait, il n’avait pas vu Bill plus de cinq minutes à chaque fois en environ un mois.

Les lumières clignotèrent au-dessus et Tom cligna des yeux, regardant les gens. Il jeta un coup d’œil à sa montre et fronça le nez ; Bill était en retard de plus de cinq minutes. Typique. Tom sortit une cigarette de sa poche et la glissa entre ses lèvres, prêt à l’allumer, quand il sentit une tape sur son épaule. Il se retourna et vit son petit frère.

« Tomi » dit Bill doucement. Ses cheveux étaient lisses, des dreads blanches se répandant sur ses épaules, et il était habillé tout en noir, de sa veste ajustée et serrée jusqu’à son pantalon encore plus serré. Tom baissa sa cigarette et prit une profonde inspiration. Parfois la beauté de Bill le prenait au dépourvu, même s’ils étaient frères.

Le regard de Bill était encore plus raffiné que l’année dernière, depuis l’ajout des dreadlocks. Tom ne pouvait toujours pas y croire – son petit frère Bill avec des dreadlocks. C’était presque trop à supporter, et cela faisait des choses étranges dans le ventre de Tom.

« Hé » dit Tom. Il sourit et poussa Bill à l’épaule. « Tu es en retard, qu’est-ce qui se passe ? »

Les joues de Bill prirent des couleurs et il sourit en retour. « Ouais, on a été coincé dans le trafic. »

Tom fronça les sourcils. « Oh, on ? Qui est on ? »

« Euh… » Bill mordit sa lèvre. « Tu vas le rencontrer, et il est juste allé aux toilettes. »

« Le ? » Répéta Tom.

Bill acquiesça. « Oui, c’est pourquoi je t’ai fait venir ici ce soir. Il y a, euh, quelqu’un que je veux te présenter. »

« Un ami ? » Demanda Tom.

« En quelque sorte. » Bill regarda par-dessus l’épaule de Tom, mordillant toujours sa lèvre. « Donc, t’as fait quoi aujourd’hui ? »

« Oh, non » dit Tom. « Qui vais-je rencontrer ? »

Bill sourit superbement « Tomi, qu’importe. Dis-moi ce que tu as fait aujourd’hui. »

« Dormir, manger, aller au studio. Qui vais-je rencontrer ? » Demanda une nouvelle fois Tom.

« Oh » dit Bill. Ses yeux encore rivés sur Tom et il le tapota sur l’épaule. « Eh bien, attends. »

Tom regarda Bill s’éloigner vers les toilettes. Il secoua sa tête et glissa la cigarette entre ses lèvres une nouvelle fois. Tom supposa que c’était un nouveau petit ami que Bill voulait lui présenter avec tant de mal. Et ce nouveau petit ami devait en être un sérieux. Bill et Tom s’étaient mis d’accord il y a des années qu’ils se présenteraient leurs petites amies ou petits amis l’un à l’autre seulement si c’était quelqu’un d’important.

Les jumeaux devenaient souvent jaloux des petits amis de l’autre et s’en étaient battus plusieurs fois. Tom ne savait pas pourquoi la pensée de Bill étant intime avec quelqu’un le dérangeait. Il ne savait pas pourquoi l’idée faisait naître un grognement très possessif au fond de lui. Bill avait présenté exactement un petit ami et une petite amie à Tom avant, et Tom avait seulement fait rencontrer Bill à une petite amie.

Mais en réalité, Tom n’avait même pas été si sérieux avec cette fille. C’était comme s’il l’avait présenté à Bill juste pour avoir quelque chose à lui.

Tom avait son briquet positionné au bout de la cigarette quand il repéra de nouveau Bill. Il baissa le briquet et la cigarette et plissa des yeux. Bill tenait la main d’un homme, le tirant dans la foule et riant. Tom n’avait pas vu Bill aussi heureux depuis un moment.

Quand ils eurent traversé la piste, Tom croisa les bras et fixa Bill.

« Je suis de retour » dit Bill avec un sourire. Ses joues étaient rougies, ses cheveux ébouriffés. Son maquillage autour des yeux avait légèrement coulé et Tom ne voulait pas vraiment savoir pourquoi. « Tomi, je veux te présenter quelqu’un. »

« Génial. C’est ce gars ? » Dit Tom sans prendre de gant.

Bill se mit à rire et tira l’homme en avant. Tom eut finalement une bonne vue sur lui. Il était grand, à peu près aussi grand que les jumeaux, et il avait une jolie expression. Assez beau, pensa Tom. Ses cheveux étaient bruns foncés et tombaient sur ses oreilles. Ses vêtements étaient occasionnels. En fait, il ne ressemblait pas du tout au genre de Bill. L’homme portait un polo vert vif sous une veste en cuir brun, et un pantalon beige avec des clous.

« Je veux que tu rencontres mon frère » dit Bill à l’homme.

« Eh bien, tu m’as tellement parlé de lui » dit l’homme avec une sorte de sourire. « J’ai l’impression de déjà le connaître. »

Tom se battit contre l’envie de rouler des yeux. Qui était ce crétin ? « Hé » dit Tom. Il tendit rapidement son bras pour serrer la main de l’homme. « Comment ça va, mec ? »

« Tom » dit Bill quand les deux se serrèrent la main. « Euh, Tom. Voici Tom. »

« Évidement » dit Tom.

« Non, je veux dire… » Bill regarda entre les deux hommes. « Vous l’êtes tous les deux. Je veux dire, Tom, mon frère, c’est Tom, mon…petit ami. »

Tom était presque choqué. « Quoi ? »

L’autre Tom ricana. « Maintenant il a deux Tom dans sa vie. »

« Bill, est-ce que je peux te parler ? » Dit Tom discrètement.

« Bien sûr. » Bill tapota son petit-ami, Tom, sur le bras et se laissa tirer sur le côté par son frère. « Qu’est-ce qu’il y a ? »

« Tom ? » Dit Tom stupidement. « Vraiment, Bill ? »

« Et ? »

Tom fit une grimace. « C’est bizarre. Que son nom soit Tom. »

« Non, ça ne l’est pas. C’est vraiment un nom commun » dit Bill. « Quoi, tu penses que c’est bizarre parce que tu t’appelles Tom, aussi ? N’importe quoi, Tomi. Tu n’es pas le seul Tom dans le monde, tu sais ? »

« Tu ne peux pas sortir avec un Tom, » siffla Tom.

Bill regarda Tom les yeux vides. « Pourquoi ? »

Tom soupira. « Parce que… »

« Nous étions d’accord » Dit Bill, « Pour seulement faire rencontrer à l’autre ceux importants. Eh bien, celui-ci… Il est important pour moi. Et je veux que tu l’apprécies.»

« Il ressemble à un imbécile. »

Bill avait l’air blessé. « Viens. »

« Bien, il l’est, » dit Tom. « Je pensais que j’étais le seul Tom dans ta vie. »

« Ouais ? Bien, peut-être que c’est le problème » dit Bill. Il roula des yeux et se tourna, marchant vers l’autre homme. Tom resta sur place, ressentant de la colère.

Que voulait dire Bill, peut-être que c’était le problème ? Tom savait que lui et Bill étaient un petit peu plus proches qu’ils ne devraient l’avoir été. Il y avait une étrange alchimie entre eux, une très possessive énergie exclusive qui gardait les étrangers en dehors pendant la plus grande partie. Tom n’avait jamais pensé que cela soit mal, cependant. C’était un lien de jumeaux classique. Était-ce Bill qui avait commencé à s’éloigner de lui ?

Tom retourna vers Bill et Tom et soupira. Tom avait son bras enroulé autour de la taille de Bill et ils partagèrent un baiser alors que Tom marchait vers eux.

« Je peux vous offrir une boisson les gars ? » Demanda Tom à travers ses dents serrées. Il sentait une migraine arriver.

« Merci, mec. Je voudrais un scotch on the rocks » Dit Tom. Il pinça le côté de Bill et Bill lâcha un couinement.

« Je voudrais la même ! » Dit Bill avec un rire, tournant son visage pour le cacher dans le cou de Tom.

Tom hocha la tête. « Tu ne bois pas de scotch. Bill. »

« Je le fais maintenant. Tom » dit Bill.

Tom sortit son portefeuille de sa poche arrière et donna quelques billets. « Les boissons sont pour moi. »

« N’est-ce pas gentil ça ? » Dit Tom. « Merci, Tom, je peux voir que nous allons devenir des amis. »

L’autre homme était gelé en un sourire, saisissant clairement l’amertume qui était sortie hors de la bouche de Tom. Tom lui prit les billets et se dirigea vers le bar. Il s’assit sur un tabouret et fit signe au barman.

« Qu'est-ce que je peux pour vous ? » Demanda le barman.

« Deux scotchs on the rocks » dit Tom. « Et un shot de whisky. »

« Seulement un shot avec deux boissons ? »

« Mettez deux shots » Dit Tom. « Deux shots et gardez mon compte ouvert. Ça va être une longue nuit. »

Le barman hocha la tête et Tom se pencha par dessus la surface du bar, frottant ses tempes. Il jeta un coup d'œil par dessus son épaule et vit Bill caressant les cheveux de Tom, et fit une grimace quand le couple partagea un autre baiser.

Tom avait regardé au loin. Il supposa que ce n’était pas bizarre que le nom du nouveau petit ami de Bill soit Tom, mais il ne pouvait tout de même pas se débarrasser du sentiment de malaise.


**


Beaucoup plus tard cette nuit-là, Tom était étendu sur le lit, complètement réveillé et ivre. Il avait passé la plupart de la nuit au bar, loin de Bill et son nouveau petit ami. Tom savait qu’il était un bébé, mais il ne pouvait pas s’en débarrasser. Bien que ce Tom soit un gars gentil, Tom avait à peine pu passer la nuit entière sans l’étrangler.

Il était bon pour Bill, quoique. Peut-être trop bon.

« Et merde » murmura Tom. Il fixa le plafond et lança un coup en l'air. Tom était dans son appartement, avec Bill, en ce moment. Bill avait ramené un homme à la maison et ils avaient disparus dans la chambre de Bill tout de suite.

Ceci avait été bien avec Tom. Hors de vue, hors d'esprit.

Maintenant Tom savait ce que Bill avait fait tout le mois. Il avait cherché un nouveau Tom

Tom se tourna sur son côté et frappa son oreiller, libérant un peu de frustration. Il se sentait incroyablement tendu et il savait qu'il avait trop bu cette nuit. Le barman avait continué de faire venir les shots de whisky, et quand Tom était parti, il avait à peine pu tenir debout tout seul.

Il y avait un bruit sourd contre le mur, et Tom gémit. N’importe quel bruit fort était définitivement une mauvaise chose. Il tira l’oreiller plus fermement sur sa tête et força ses yeux à se fermer.

Les bruits continuèrent, et puis, un doux gémissement passa à travers les murs.

« Oh mon dieu » marmonna Tom. Est-ce que Bill était en train de coucher là-dedans ?

Le gémissement devint plus fort jusqu’à ce que les sons soient maîtrisés. Tom fit une grimace. Il n’avait jamais entendu Bill baiser avant. Il écouta curieusement, essayant de ne pas y penser trop fort, mais son esprit vagabondait. Il se demanda dans quelle position ils étaient, s’ils avaient enlevé tous leurs vêtements, si Bill avait déjà couché avant avec ce gars Tom.

Et ensuite, quelque chose encore plus troublant se passa.

« Oh… Oh, ohhh… Oh, Tom!! » cria Bill.

Les yeux de Tom s’ouvrèrent d’un coup.

« Tom, mmm, Tom, oui, juste là…Juste là, Tom, plus fort ! »

« Tu te moques de moi ? » Dit Tom. Il s’assit et tint sa tête. Peut-être qu’il imaginait tout ça.

« Dieu, tu fais ça toujours si bien, Tom » arriva la voix de Bill, plus forte et claire qu’avant. « Oui, touche cet endroit. Juste là, oui, oui ! Oooh… »

Les grognements qui suivirent étaient plus profonds, plus gutturaux, et Tom supposa qu’ils appartenaient à Tom. L’estomac de Tom se retourna et pendant un moment, il eut l’impression qu’il pourrait être malade. Il se tenait les côtes et se pencha en avant, prenant une profonde inspiration. Il ne pouvait pas faire la sourde oreille au sexe effréné qui se passait dans l’autre chambre.

« Oui, Tom, baise-moi, » gémit Bill.

Et c’en fut assez pour Tom. Il se recoucha et mit l’oreiller fortement sur ses oreilles, tremblant.

**

Tom évita Bill le jour suivant. Il s’était réveillé tôt, combattit une horrible gueule de bois, et partit pour le studio avant que Bill et Tom ne se soient réveillés. Au studio, Tom joua sa frustration et cassa plusieurs cordes de guitare. Quand Georg se montra, Tom pinçait pathétiquement les deux dernières cordes de son acoustique.

« Tu as l’air rude » fut le salut de Georg. « T’essaies de finir l’album à toit tout seul ? »

Tom grogna en réponse.

Georg secoua la tête tandis que Gustav rentrait dans la salle, écouteurs sur les oreilles. « Celui-ci ne me parle pas » dit Georg en pointant Gustav. « J’ai essuyé le sol avec son cul dans World of Warcarft la nuit dernière. Il ne me pardonnera pas. »

« Oh » dit Tom. Il se frotta le front et regarda sa guitare blessée. « Ça craint. »

« Quoi, pas de blague sur le jeu pathétique et ringard pour boutonneux ? » Georg leva les sourcils. « Tu vas bien ? »

« Ouais. » Tom plissa son nez. « Non. »

Gustav enleva ses écouteurs. « Oh, salut, Tom. »

Georg roula des yeux. « Quel est le problème ? »

« C’est stupide » dit Tom. « Vraiment stupide. »

Georg et Gustav regardèrent Tom avec l’air d’attendre quelque chose, et Tom poussa un soupir.

« C’est Bill » dit-il.

« Où est-il ? » Demanda Gustav.

« Il est à la maison. Avec… » Tom s’arrêta. « Dieu, je peux même pas le dire. »

« Bronchite ? » Demanda Georg doucement. « C’est bon, mec. Ne nous le cache pas. Si Bill ne peut pas chanter, c’est bon. Nous pouvons travailler avec d’autre chose aujourd’hui. »

« Non ! Non, non » dit Tom, secouant sa tête. « Il est juste…Hier soir, il m’a présenté son nouveau, euh, petit ami. »

« Il est bien ? » Gustav rangea son iPod et s’assit.

« Non…Oui, je sais pas. Je veux dire, oui, il est bien. Vraiment un bon gars. »

« Alors quel est le problème ? » Demanda Georg.

« La nuit dernière. Euh…Bill l’a emmené à la maison, d’accord ? Et ils ont commencé à…baiser. Vraiment fort. J’ai tout entendu » dit Tom.

Gustav haussa les épaules et Georg fronça le nez. « C’est en quelque sorte gênant, je suppose. »

« Le prénom de ce gars est Tom ! » grogna Tom. « Tom, son prénom est Tom et Bill gémissait son prénom, lui disant de le baiser plus fort, plus vite, plus profond. Comme, ‘Touche cet endroit, Tom !’ Putain, je sais pas. Cependant ça marchait. C’était mauvais. »

« Son prénom est Tom ? » Gustav rigola. « C’est la merde. »

« Je pense pas que ce soit bizarre » dit Georg. « Bon, c’est en quelque sorte bizarre que Bill gémisse ton nom durant le sexe. Wow. Qu’est-ce que ça veut dire, touche cet endroit ? »

« Pourquoi son nom doit être Tom ? » marmonna Tom. « Bill l’aime vraiment, aussi. Dieu, ce mec va être là pendant un moment. »

« Prend des boule quies, » dit Georg.

« C'est en quelque sorte mignon, bien que, effectivement » dit Gustav. « Bill pense que tu es si cool, Tom, qu'il a un petit-ami qui s'appelle comme toi. »

« Ce n'est pas mignon ! Ça fout la merde » claqua Tom. « Dieu, ma putain de tête. »

« Que se passerait-il s'il écrit une chanson d'amour à propos de ce merveilleux nouveau petit-ami ? » ricana Georg. « Tout à propos de comment il aime Tom, mais pas comme un frère. Comme un amant. Les gens vont ragoter. »

« Ferme-la » répliqua Tom.

« Je parie qu'il n'est même pas si génial que ça » proposa Gustav.

« Il semble vraiment correct. Et, euh, il… euh… satisfaisait réellement Bill, si vous voyez ce que je veux dire » dit Tom misérablement.

Georg et Gustav donnèrent à Tom des sourires sympathiques, mais Tom savait qu’il avait réagit de façon excessive. Il ne devait pas s'inquiéter, néanmoins. Certaines choses étaient vraiment bizarres, et c’était une de celles-là.


**


Tom avait réussi à ne pas revenir à l'appartement qu'il partageait avec Bill jusqu'à presque deux heures du matin. Il supposa que c'était une bonne heure pour rentrer. Bill était probablement à l'appartement de Tom, de toute façon.

Et s'il entrait dedans et entendait Bill gémissant Tom pendant le sexe encore une fois, il y avait un canapé avec le nom de Tom dessus dans son dos au studio.

Tom marcha à l'intérieur de l'appartement et balança ses clés sur la table. La pièce était noire, et il ne semblait pas que quelqu'un soit rentré. Tom poussa un soupir de soulagement. Il n’aimait pas se sentir si à vif dans sa propre maison, son propre putain de territoire.

Il marcha de l'entrée à sa chambre, cherchant son chemin à travers le noir. Il trébucha aveuglement dans un coin, plissant les yeux, essayant de voir quelque chose en face de lui, mais c'était impossible.

« Tomi ? »

Tom stoppa ses mouvements. Alors, Bill était rentré.

« Tu veux dire moi ? » demanda Tom. « Ou ton Tom ? »

« Tu es mon Tom » répondit Bill. Il se tenait hors de sa chambre obscure, dans le couloir. Tom sentait la chaleur de Bill présente, pouvant pratiquement sentir sa chaude respiration. « Où étais-tu passé toute la journée ? »

« Studio » dit Tom.

« Tu ne me l’as pas dit. Je voulais venir » dit Bill.

« Ouais, eh bien, tu semblais assez occupé. »

Bill ne dit rien d'autre, et Tom cligna des yeux dans l’obscurité.

« Comment tu sais ce que j'ai fait ? » demanda finalement Bill.

Tom haussa les épaules, se rendant compte que c'était une chose stupide à faire.

« Le détestes-tu ? » demanda Bill avec une voix douce.

Tom voulut secouer sa tête, mais alors il soupira. « Non, bien sûr que non. »

« Pourquoi as-tu autant bu la nuit dernière ? Ce n'est pas comme si je te faisais rencontrer plusieurs personnes » dit Bill.

« Peut-être que tu devrais m'en faire rencontrer plus » dit Tom. « Sérieusement, je l’aime bien. Il semble être un bon gars. Je suis sûr que vous êtes heureux tous les deux. Mais qu'importe, ce ne sont pas mes affaires. »

« Ça l'est, aussi » dit Bill. Il s’était approché et maintenant Tom pouvait définitivement sentir la respiration chaude contre sa peau. « Je t’aime, Tomi. »

« Je t’aime, aussi » dit Tom maladroitement. La proximité le troublait vraiment, faisant chauffer l'arrière de son cou. Il prit du recul et se cogna dans le mur. Bill l’y avait acculé.

« Et tu me manques » dit Bill. « Désormais je ne te vois jamais. »

« Eh bien, maintenant tu as un nouveau Tom pour combler le vide » dit Tom.

« Il ne sera jamais toi. »

Tom haussa un sourcil.

« J’ai réalisé quelque chose... » La respiration de Bill était devenue profonde, chaude. « Je pensais que quand je t'ai présenté Tom… qu’importe. »

« Quoi ? » demanda Tom.

« Rien. »

Tom avala sa salive. Bill était pratiquement pressé contre lui maintenant, et il ne pouvait toujours rien voir. Ses yeux ne voulaient pas s'ajuster au noir, donc Tom les ferma et laissa sortir une longue expiration. Il sentait la chaleur de Bill tout autour de lui.

« Je vous ai entendu la nuit dernière » dit Tom. « Je l’ai entendu te baiser. »

« Vraiment. »

Tom acquiesça. « Je t'ai entendu gémissant mon nom. »

« Ce n’est pas ton nom. »

« Bill. C'est mon putain de nom. »

« Comme je disais » murmura Bill. « Il ne sera jamais toi. »

Tom fit une grimace. « Que fais-tu ? Avec lui ? »

« Je pensais que tu avais entendu ce que je faisais avec lui la nuit dernière. »

« Donc c'est juste sexuel ? »

« Je ne sais pas encore » dit Bill. « Es-tu inquiet ? »

Tom se pencha vers Bill, intoxiqué par la délicieuse odeur et les expirations chaudes. Ses lèvres effleurèrent les cheveux de Bill et il frissonna. Etait-ce ce qu'il voulait ? Qu’est-ce que toute cette possessivité et tout cet attachement qu'il ressentait envers Bill signifiaient ? Etait-ce sexuel ?

« Je ne suis pas inquiet » répliqua Tom. « Ne le laisse juste pas te baiser ici à nouveau. »

« Je ne le laisserai plus me baiser nulle part, si tu veux. »

« Qu'est-ce que tu veux dire ? »

Bill rit doucement. « Tomi, tu es si stupide. Je vais au lit maintenant. Bonne nuit. »

Tom saisit la main de Bill. « Dis-moi ce que tu veux dire. »

La chaleur augmenta entre eux et avant que Tom ait pu dire un autre mot, il sentit des lèvres chaudes et humides contre les siennes et il fut pressé contre le mur. Bill embrassa Tom avidement, vivement, ses doigts se faufilant à travers les cheveux de Tom et léchant juste l'intérieur de sa bouche. Les yeux de Tom s'ouvrirent et il poussa Bill au loin après un moment, cherchant de l'air.

« C'était ça ce que tu voulais dire ? » réussit à dire Tom, yeux grands ouverts.

Bill ne répondit pas. Tom l'entendit s’éloigner et ensuite claquer la porte de sa chambre. Tom était debout tremblant dans l'obscurité du couloir, touchant ses lèvres, sentant la chaleur persister là. Il se sentit gelé, comme s'il ne pouvait pas bouger. Tous ses sens frémirent et il voulut courir après Bill, lui crier après, l'embrasser encore un peu. Il ne savait pas. Il prit une profonde inspiration et tituba jusqu’à de la porte de Bill, cherchant son chemin le long des murs, et resta debout juste en dehors de la pièce.

« Tom? » vint la voix douce de Bill de derrière la porte.

Tom soupira. « Ouais, Bill, je- »

« Peux-tu venir me chercher ? » continua Bill. « Ouais, j'ai juste ... besoin de te voir. Bébé, tu me manques, aussi. Merci. Je te verrais dans dix minutes environ. D’accord, au revoir. »

Tom sentit ses joues brûler. Il retourna rapidement dans sa chambre et ferma la porte, se plongeant encore plus dans l'obscurité.



Dernière édition par Sopi. le Mer 22 Déc - 15:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://Remember--thatx.skyblog.com
Nevaeh
Donne son avis
avatar

Féminin
Nombre de messages : 118
Age : 30
Date d'inscription : 07/12/2008

MessageSujet: Re: [Twincest] His name was Tom - Undrockroll (2/2) - (Collaboration avec SayurixS)   Lun 1 Nov - 23:34

Mais... le TS n'a pas déjà été traduit ? Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
http://x-a-break-x.skyrock.com
Sopi.
Présente
avatar

Féminin
Nombre de messages : 257
Age : 25
Localisation : Montois la Montagne (57)
Date d'inscription : 11/10/2009

MessageSujet: Re: [Twincest] His name was Tom - Undrockroll (2/2) - (Collaboration avec SayurixS)   Lun 1 Nov - 23:41

Sisi, et on a chercher une explication. On a contacté Undrockroll qui nous à jurer ne pas avoir donné son accord deux fois puisque nous l'avons eu fin juin (j'ai tous les mails en preuve).
Puis on a contacté l'autre traductrice qui nous dit avoir eu l'autorisation mais qu'elle a pas gardé le mail...
On a quand même décidé de finir cette traduction (que j'avais vraiment envie de faire et surtout finir).
Donc voilà...
Revenir en haut Aller en bas
http://Remember--thatx.skyblog.com
lel_chan
Marquise du Forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4930
Age : 27
Localisation : Derrière toi
Emploi/loisirs : Psycho / ToHo / Dodo.
Humeur : Tèje.
Date d'inscription : 23/10/2008

MessageSujet: Re: [Twincest] His name was Tom - Undrockroll (2/2) - (Collaboration avec SayurixS)   Lun 1 Nov - 23:52

Ha putain *se tire une balle* pas possible, pas possible, j'adore totalement. J'adore le concept, vraiment !
Merci pour la traduction ! <3
Revenir en haut Aller en bas
http://www.otaku-fanfic.skyblog.com
Nevaeh
Donne son avis
avatar

Féminin
Nombre de messages : 118
Age : 30
Date d'inscription : 07/12/2008

MessageSujet: Re: [Twincest] His name was Tom - Undrockroll (2/2) - (Collaboration avec SayurixS)   Lun 1 Nov - 23:59

Sopi. a écrit:
Sisi, et on a chercher une explication. On a contacté Undrockroll qui nous à jurer ne pas avoir donné son accord deux fois puisque nous l'avons eu fin juin (j'ai tous les mails en preuve).
Puis on a contacté l'autre traductrice qui nous dit avoir eu l'autorisation mais qu'elle a pas gardé le mail...
On a quand même décidé de finir cette traduction (que j'avais vraiment envie de faire et surtout finir).
Donc voilà...

Okay, okay =)
En tout cas, j'aime !!!
Revenir en haut Aller en bas
http://x-a-break-x.skyrock.com
lel_chan
Marquise du Forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4930
Age : 27
Localisation : Derrière toi
Emploi/loisirs : Psycho / ToHo / Dodo.
Humeur : Tèje.
Date d'inscription : 23/10/2008

MessageSujet: Re: [Twincest] His name was Tom - Undrockroll (2/2) - (Collaboration avec SayurixS)   Mar 2 Nov - 0:00

Tu vas mettre quatre mois a traduire le reste ? :/
Revenir en haut Aller en bas
http://www.otaku-fanfic.skyblog.com
Sopi.
Présente
avatar

Féminin
Nombre de messages : 257
Age : 25
Localisation : Montois la Montagne (57)
Date d'inscription : 11/10/2009

MessageSujet: Re: [Twincest] His name was Tom - Undrockroll (2/2) - (Collaboration avec SayurixS)   Mar 2 Nov - 0:15

Lel > Contente que tu aimes. Et non, la suite mettra pas autant de temps, elle est presque finie (il reste environ deux pages à ma collabo'). On a mis du temps à traduire entièrement la première parce qu'on est parti l'une à la suite de l'autre en vacance -et ensuite j'ai eu mon déménagement à faire et j'ai aussi eu du mal à avoir internet donc on pouvait pas communiquer.
Revenir en haut Aller en bas
http://Remember--thatx.skyblog.com
lel_chan
Marquise du Forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4930
Age : 27
Localisation : Derrière toi
Emploi/loisirs : Psycho / ToHo / Dodo.
Humeur : Tèje.
Date d'inscription : 23/10/2008

MessageSujet: Re: [Twincest] His name was Tom - Undrockroll (2/2) - (Collaboration avec SayurixS)   Mar 2 Nov - 0:18

Ok, j'espere vite voir la suite alors *____*
Revenir en haut Aller en bas
http://www.otaku-fanfic.skyblog.com
Sopi.
Présente
avatar

Féminin
Nombre de messages : 257
Age : 25
Localisation : Montois la Montagne (57)
Date d'inscription : 11/10/2009

MessageSujet: Re: [Twincest] His name was Tom - Undrockroll (2/2) - (Collaboration avec SayurixS)   Mer 22 Déc - 15:54

Voilà la deuxième et dernière partie de ce TS. Bonne lecture Smile

Chapitre 2 :

Bill et Tom étaient amoureux.

« Tu te fous de moi » marmonna doucement Tom, levant les yeux de l’écran de son ordinateur portable. Il était assis sur son lit, engourdissant son esprit en regardant de stupides vidéos de chat sur Youtube.

« Je sais » dit Bill, sa voix légèrement assourdie. Lui et Andreas étaient dans le salon, et Tom pouvait entendre leur conversation. « Nous avons…tu sais, et quand nous avons fini, il m’a en quelque sorte regardé pendant un long moment et est juste venu avec ça. Je t’aime. »

« Ce n’a même pas été aussi long » répliqua Andreas. « Qu’est-ce que tu as dit ? »

« Je lui ai dit que je l’aimais » dit Bill, ayant l’air légèrement penaud (un ton seulement détectable par quelqu’un qui connaissait Bill mieux que lui-même se connaissait – Tom). « Je l’ai fait. Il est vraiment…bien. »

« D’accord » dit Andreas.

« Quoi ? » dit Bill, son ton sur la défensive.

« Je – eh bien, ne peux juste pas croire que tu ais donné tout ça pour ce gars. Ça fait seulement un peu plus qu’un mois. Habituellement ça te prend des putains de mois pour même faire une pipe. Pourquoi tant de désespoir ? » Dit Andreas crûment, et Tom se souvint exactement pourquoi il aimait tant Andreas.

« Nous sommes… » Bill se tut, et Tom pouvait juste l’imaginer, impatient. Finalement, il dit dans une voix très basse, tellement basse que Tom n’entendait presque pas, « J’avais besoin de ça. Tu le sais ça. »

Tom prit sa tête dans ses mains et ferma son ordinateur portable.

« Sois prudent, mec » dit Andreas.

« Je vais bien » dit Bill de façon hautaine. « C’est un gars bien et je pensais que peut-être, je ne sais pas, tu serais heureux pour moi ou quelque chose comme ça. Pourquoi tout le monde est tellement bizarre à ce sujet ? »

« Qui est bizarre ? »

« Tout le monde » dit Bill. Il fit une pause et puis, avec cette voix basse une nouvelle fois, « Tom. »

« Ohh » répondit Andreas. « Je vois. »

« Sortons prendre un café » dit rapidement Bill.

Tom écoutait alors que son frère et Andreas se levèrent, saisirent leurs vestes, et partirent par la porte d’entrée. Quand il entendit la voiture quitter l’allée dehors, il se coucha sur son lit, et regarda le plafond, les sourcils froncés.

Ce qu’il se passait entre Bill et son petit ami n’était vraiment pas les affaires de Tom. Ça ne le concernait pas, et il ne savait pas pourquoi il était tellement en colère. Etait-ce simplement parce que le gars partageait le même nom que Tom, ou était-ce parce que Tom devait à présent partager Bill ?

**

Plus tard ce jour-là, Bill rentra à la maison. Tom ne s’était pas attendu à le voir, il avait supposé que Bill irait du café à chez son petit ami pour la nuit. Il regarda Bill fermer la porte derrière lui, enlevant doucement son écharpe, puis sa veste. Les joues de Bill étaient rougies à cause du froid à l’extérieur, ses lèvres roses.

Tom avait passé son après-midi à penser au chaud baiser qu’il avait échangé cette nuit-là, il n’y avait pas si longtemps. Il avait surtout réussi à l’éloigner de son esprit, pour sa propre survie, plutôt.

Il ne savait pas ce que le baiser voulait dire pour Bill, mais il avait vraiment compris ce qu’il voulait dire pour lui. Il y avait une forte tension sexuelle entre eux. Tom réalisa qu’elle avait été là depuis un moment, probablement depuis qu’il avait connu ce que le sexe était. La raison pour laquelle Tom avait accepté leur règle de « pas de rencontre avec une petite amie/un petit ami à moins que ce soit sérieux » était parce qu’il ne voulait pas penser à Bill avec quelqu’un sérieusement, il ne pouvait même pas l’imaginer. Il voulait Bill tout entier pour lui, parce qu’il avait l’habitude que ce soit juste eux deux. Parce qu’il voulait ça de cette façon.

A présent il avait compris qu’il ne voulait pas juste la compagnie et l’attention de Bill, il voulait chaque centimètre de Bill. Il voulait connaître la seule partie de son frère qui était encore un mystère pour lui. Il avait pris goût à celle-ci quand Bill l’avait embrassé cette nuit-là, et juste une fois n’était presque pas assez.

« Tu as faim ? » demanda Bill comme salutation. Il retira ses chaussures et s’assit sur l’accoudoir du canapé.

« Non » répondit Tom. « Et toi ? »

Bill haussa les épaules.

« Tu veux quelque chose à manger ? » demanda Tom.

« Tu viens juste de dire que tu n’avais pas faim. Je ne sais pas si moi oui » dit Bill. Il glissa de l’accoudoir du canapé jusque sur les coussins, très proche de Tom. « Peut-être que j’ai faim. »

A présent ce fut Tom qui haussa les épaules.

« Tomi » dit Bill doucement, et Tom se tourna pour le regarder.

« Est-ce comme ça que tu l’appelles ? »

« Non, c’est comme ça que je t’appelle. » Bill sourit et fit courir un doigt contre la joue de Tom. « Tu te souviens ? »

Tom hocha la tête.

Bill se rapprocha tellement que leurs corps se touchèrent et il pencha sa tête sur l’épaule de Tom. Tom se raidit, incertain de ce que Bill faisait. Ils étaient proches, ils s’enlaçaient de temps en temps, ils avaient même dormi ensemble quand un d’eux avait besoin de l’autre, mais après le baiser, Tom n’était plus sûr de rien.

Et il ne pouvait juste pas mettre Bill criant, « Oui, Tom, baise-moi, » hors de sa tête.

« N’est-ce pas bizarre » commença Tom, mais il perdit ensuite son courage et s’enfonça dans les coussins.

« Quoi ? »

Tom s’éclaircit la gorge, et regarda Bill droit dans les yeux. « N’est-ce pas bizarre quand tu, tu sais… avec lui, et que tu dois dire Tom ? Tu n’as jamais pensé à… »

« Toi ? » dit Bill calmement.

« Non » dit Tom, gêné.

Bill leva un sourcil.

« D’accord, ouais, c’est-ce que je veux dire » dit Tom, ses oreilles chauffant.

« Je sais pas » dit Bill doucement. « Je suppose que je ne fais juste pas le rapport. »

« Allons » dit Tom. « Je suis ton frère jumeau. Tu as été avec moi chaque jour depuis dix-neuf ans, tu dis probablement mon nom plus que n’importe quel autre mot. »

Les yeux de Bill brillèrent. « Tu veux que je pense à toi quand je suis avec lui ? »

Tom regarda au loin.

« Tomi » murmura Bill. « Juste- »

Bill fut interrompu par une sonnerie stridente et il soupira. Il sortit son téléphone de sa poche et sans quitter son frère des yeux, dit « Allo ? »

Tom entendit une voix profonde et légèrement familière à l’autre bout, et le visage de Bill s’illumina.

« Hé, Tom » dit Bill. Il s’appuya un peu plus contre son frère, et Tom sentit sa poitrine se serrer. « Mhm, je viens de rentrer à la maison il y a peu… Oh, vraiment ? Je n’ai pas encore vérifié mes emails aujourd’hui… Merci. Qu’est-ce que tu as fait aujourd’hui ?… Ouais, juste passé du temps avec Andreas et maintenant je suis avec mon frère… Ouais, ennuyant… D’accord. A bientôt alors. Je t’aime, salut. »

Bill laissa tomber son téléphone et se blottit contre l’épaule de Tom.

« Qu’est-ce qu’il y a ? » demanda Tom faiblement. Il ne pouvait pas croire que Bill avait dit Je t’aime juste comme ça.

« Tom veut que je vienne » dit Bill. « Pour passer la nuit. C’est d’accord ? »

« Tu n’as pas besoin de ma permission. »

« Je sais, mais je veux savoir si c'est bon. Si tu ne le veux pas, je ne le ferai pas. »

Tom était moyennement amusé. « Bien, ne le fais pas. »

Bill fronça les sourcils. « Quoi ? »

« Jésus, je ne sais pas, Bill. Je voulais juste voir ce que tu ferais si effectivement je te prenais au mot » dit Tom.

« Donc tu ne t'en fais pas de si je reste ou pars ? » Le froncement de sourcil de Bill s’était durci. « Peut-être que je vais partir, alors. »

Tom poussa Bill loin de lui et supporta avec colère. « Tu vas partir, de toute façon. Juste vas-y, je m’en fous. Le silence va être bien. »

Il marcha hors de la pièce et remonta le couloir vers sa chambre. Son chien s’était rapidement endormi sur son lit et il s'effondra sur le matelas avec lui. Cela ne mit pas longtemps avant qu'il n’entende des pas silencieux dans le couloir, mais ils ne s'arrêtèrent pas à sa porte. Ils continuèrent à descendre le couloir jusqu’à la chambre de Bill.

Tom laissa sortir une longue, profonde expiration et gratta son chien derrière les oreilles. Le chien remua sa queue paresseusement et lécha la main de Tom, et puis Tom entendit une porte se fermer au bout du couloir.

« Tomi » vint la voix douce de Bill.

Tom regarda par dessus son épaule et jeta un coup d’œil à son frère. « Ouais ? »

« J'y vais » répondit Bill. « Probablement pour deux ou trois nuits. »

« Bien. »

Bill mordit sa lèvre. « Tu n'es pas en colère, n'est-ce pas ? »

« Pourquoi serais-je être en colère ? » demanda Tom.

« Parce que, je ne sais pas, tu as l'air en colère. » Bill remonta le sac sur son épaule et croisa ses bras, semblant nerveux. « Je ne vais réellement pas y aller si tu ne le veux pas. »

Tom se redressa et regarda durement Bill. « Veux-tu aller chez lui ? »

Bill souleva ses épaules pour les hausser, mais ensuite se stoppa lui-même et hocha la tête au lieu de ça.

« Parce que tu l'aimes » incita Tom.

« Hein-hein. » Les joues de Bill rougirent.

« Ou tu l'aimes juste quand il te baise ? »

Le visage entier de Bill devint rouge. « Ce n’est aucunement tes putains d'affaires. Juste fais-toi s’y, Tom, je pars. »

Tom descendit du lit et saisit le bras de Bill et le tourna dans la pièce, le tenant fermement. « Tu as commencé ceci, maintenant dis-moi putain ce que tu vas faire. »

« Je vais aller chez mon petit ami Tom » dit sèchement Bill. « Lâche-moi. »

Tom saisit le bras mince de Bill plus durement. « Pourquoi m’as-tu embrassé ? »

« Je ne l’ai pas fait. »

Tom rigola.

« Bien. Je ne sais pas pourquoi. Il semblait que c'était ce que tu voulais » dit Bill vivement.

Tom baissa le bras de Bill et fit un pas en arrière. « Quoi ? »

« Tu crevais d'envie de faire ça depuis que nous étions plus jeunes, Tom, ne pense pas que je ne sais pas ça » dit Bill. Son ton n'était pas entièrement cruel, mais c'était sorti comme ça, et Tom se sentit comme s’il avait reçu une gifle en plein visage.

« Sérieusement ? » demanda Tom. « C'est ce que tu penses ? »

« Oui, maintenant recule, je vais y aller pour être avec Tom » dit Bill. Il repoussa Tom et partit en trombe du couloir, et quelques instants plus tard, Tom entendit la porte d'entrée claquer.

Tom marcha jusqu’à la fenêtre et regarda fixement le parking en bas. Il vit Bill se débattre maladroitement avec ses clés de voiture et son téléphone portable, essayant de passer un appel et d’ouvrir sa porte de voiture en même temps. Il laissa tomber son sac à bandoulière et s’appuya contre le côté de sa voiture, respirant lourdement, les épaules se soulevant.

Il semblait brisé, si petit, et la poitrine de Tom se serra encore. Il voulut courir en bas, saisir Bill encore et lui dire qu'il était désolé, qu'il voulait que Bill reste avec lui toujours. Qu'il aimait Bill d’une façon que ce Tom ne pourrait jamais, ou ne voulait.

Et puis Bill réussi à ouvrir sa portière et il disparut à l'intérieur, et partit. Tom ferma les rideaux et se roula en boule sur son lit, fronçant les sourcils si fort que sa tête lui fit mal.

**

Il était plus de deux heures du matin quand le téléphone portable de Tom sonna. Il sursauta dans son lit, faisant peur aux chiens (ils daignaient dormir avec Tom quand Bill n’était pas là), et attrapa son téléphone. Il cligna des yeux, qui étaient troubles, et regarda le téléphone. C’était Bill.

« Allo ? » marmonna Tom.

Il y avait aucune réponse, seulement un son qui sonnait comme si le téléphone avait été déposé sur le sol. Tom fronça les sourcils et se pencha en avant. « Bill ? »

Il entendit un gémissement à l’autre bout, un très bas et doux gémissement, et un faible glissement.

« Bill ? » dit Tom une nouvelle fois. Son estomac se noua nerveusement.

« Mmm » vint un sourd gémissement tremblant à travers le combiné. « Mmm, oui, juste là. »

« Juste là ? » vint une autre voix, celle-ci plus profonde, et taquinant. « Bébé, tu as l’air tellement bon. »

« Touche-moi partout » répliqua l’autre voix, et Tom savait que c’était Bill. « S’il te plaît, j’ai besoin de toi, mmm. »

Le cœur de Tom se serra. Il recula un peu le téléphone de son oreille, comme s’il allait le mordre.

« Putain, bébé, je ne sais pas combien de temps je peux encore durer, tu m’excites tellement, » gémit Tom.

Il y eut une dégringolade de rires et de grognements et de bruits de baisers humides et puis le bruit significatif de personne roulant sur un matelas. Tom pouvait entendre le son familier des colliers de Bill tintant ensemble, de ses soupirs voilés de son doux rire.

Bill avait appelé Tom pour lui faire écouter eux en train de baiser.

« Oh mon dieu » chuchota Tom. Il écarta le téléphone d’environ deux centimètres de son oreille, mais il ne pouvait pas le faire d’avantage. Quelque chose de tordu en lui voulait écouter, voulait être masochiste et le laisser être blessé alors qu’il entendait chaque poussée et gémissement.

« Tom, baise-moi » dit Bill à haute voix. « Baise-moi fort, d’accord ? Mmm, Tom. »

« Tu es prêt ? »

« J’ai été prêt toute la soirée pour toi pour que tu me baises, Tom » répondit Bill, son ton à la fois doux et acide. « J’ai pensé au fait de crier ton nom toute la journée. »

« Putain, Bill » répliqua Tom, et Tom ferma son téléphone et le posa.

Il trembla dans l’obscurité, les chiens toujours endormis à côté de lui.

« Putain de merde » marmonna-t-il. Il pensa tout à coup à recomposer le numéro, faisant retentir la sonnerie de Bill et les interrompant, mais il décida que non. Il ne voulait plus rien à faire avec ça. Il ne voulait pas jouer au jeu de Bill parce que c’était sérieusement déjanté.

Pourquoi voulait-il que Tom entende ça ? Pourquoi voulait-il que Tom les écoute baiser ?

Tom ne pensait pas qu’il serait capable de jouer à ce genre de jeu, parce que ce que Bill venait juste de faire l’avait vraiment foutrement blessé.


**

Cette nuit-là, Tom rêva de baiser Bill. Il rêva d’embrasser son frère jusqu’à bout de souffle et de le maintenir, se pressant en lui et frappant l’endroit, qu’importe ce que cela voulait dire. Quand il se réveilla, c’était le matin et il se sentait groggy, pas bien reposé. Le rêve tournait comme un disque rayé dans son esprit.

Il s’assit à la table du petit déjeuné fait par lui-même, lisant un vieux journal et mâchant doucement une bouchée de céréales. Tom détestait le nouveau petit ami de Bill. Il le détestait vraiment, vraiment, de ruiner sa relation avec Bill. Tom pensait que personne ne pourrait jamais se mettre entre lui et Bill, mais il avait tort. Il avait juste suffit d’un autre Tom.

Un des plus petits chiens sauta sur la table et normalement Tom deviendrait dingue et le chasserait, mais cette fois, il s’en ficha. Il ne fit même pas attention quand le petit chien commença à laper le lait de son bol de céréales.

C’était le chien de Bill, de toute façon.

Tom ouvrit son téléphone portable et regarda la liste des appels récents. Les cinq derniers étaient Bill, et puis l’un de sa mère, et puis le reste était Bill, aussi. Tom voulait appeler Bill et voir comment il allait, même s’il pouvait tout aussi facilement l’imaginer. Bill était probablement sous le bras de son petit ami, au lit, nu, dormant à poing fermé et bien aimé.

Ce devrait être moi, dit une voix grincheuse dans la tête de Tom. Tom grogna et se pencha en arrière, en se frottant les tempes. Eh bien, bien sûr que ce devrait être lui. Bien sûr qu’il devrait être le seul à baiser son frère, à l’embrasser, à caresser son corps nu. Bien sûr.

Tom secoua sa tête. Bien sûr c’était complètement impossible et déjanté.

Alors qu’il était sur le point de poser son téléphone, il sonna fortement, et Tom soupira quand il vit le nom de son frère s’afficher sur l’écran. Il faillit ne pas répondre ; il était assez en colère contre Bill et il en avait assez de sauter à chaque fois que Bill disait saute.

Mais à la place, Tom mit le téléphone à son oreille et dit, « Ouais ? »

« Salut Tomi » dit Bill vivement, ayant l’air tellement mignon et innocent que les résolutions d’acier de Tom fondirent presque. « Bonjour, comment vas-tu ? »

« Je… » Tom fronça les sourcils, essayant d’associer cette douce voix avec celle qu’il avait entendu la nuit dernière, le Bill guttural, en manque d’affection, gémissant. « Pas mal. »

« Bien » dit Bill. « Je me suis réveillé en premier donc j’ai décidé de descendre et de manger un petit déjeuné, puis j’ai en quelque sorte senti que tu étais réveillé, aussi. »

Tom rigola brièvement. « Ouais. »

« Tu me manques » dit Bill doucement. « Qu’est-ce que tu fais ? »

« Je mange. »

« Tu manges quoi ? Comment vont les bébés ? » Bill mentionnait toujours leurs chiens comme leurs enfants.

« Bien. Céréales. »

Bill rigola. « Écouté, Tomi, je suis vraiment désolé d’avoir été une telle chienne avant que je ne parte hier. J'étais stressé à propos d'un truc. Je me sens mieux maintenant, peut-être que j'ai juste eu besoin de m’éloigner. Je n’aurais pas dû t’avoir dit ces choses. »

Tom fit une grimace. « Tu n'oublies pas quelque chose ? »

« Quoi ? » Bill semblait complètement ignorant.

« Tu sais quoi. »

« Non, je ne sais pas. Es-tu encore en rogne ou quelque chose ? »

« Oui » dit brusquement Tom.

« Bien, peu importe » dit Bill. « J'ai dit je suis désolé. J'ai oublié tout ça aussitôt que je suis parti. »

Le corps entier de Tom s’était tendu. « Ouais, j'ai juste entendu à quel point tu te sentais bien. »

« Qu’est que tu veux dire ? » Une nouvelle fois, Bill semblait complètement innocent mais Tom savait que c'était tout un art. Il savait que Bill pouvait jouer l'innocent comme un pro.

« Tu m'as appelé la nuit dernière » dit fermement Tom, « Pendant qu'il te baisait. »

« Je ne l'ai pas fait. »

« Si, tu l'as fait. »

« Putain de merde pourquoi je ferais ça ? » Le ton de Bill avait évolué du doux à l’aigri. « C'est malsain. »

« Ouais, c’est pourquoi je ne sais pas pourquoi tu l'as fait. » La tempe de Tom battait et il voulut raccrocher, mais il n’allait pas laisser Bill s’en tirer. Pas cette fois. « Putain, quel est ton problème ? »

« Je n'ai pas de problème. Toi oui » dit sèchement Bill.

« Non, parce que je ne t’appelle quand je baise quelqu'un, Bill » dit Tom. Son visage entier était chaud et ses articulations étaient blanches. « Et ensuite gémir ton nom comme quelqu’un de désespéré. »

Bill était silencieux pendant une minute, et ensuite, vraiment doucement, il dit « Tu aimerais. »

« Au revoir » dit Tom.

« Attends. » Et Tom attendit. « Tom, je sais que tu veux que je rompe avec lui et je ne peux pas réellement imaginer pourquoi. Tu ne peux pas surmonter cette histoire de prénom, qui est réellement pathétique- »

Tom rit.

« Je ne vais pas rompre avec lui » dit Bill. « Ce n'est pas ma faute si tu penses ... »

« Je ne suis pas celui qui t’a appelé la nuit dernière ! » cria presque Tom.

« Bien, mais tu as répondu, et apparemment entendu. A quel point as-tu entendu ? »

« Assez pour savoir que je pourrais te baiser mieux. Au revoir » dit Tom fougueusement.

Il ferma son téléphone et le balança à travers la pièce, effrayant les chiens. Ils se dissipèrent et regardèrent Tom avec de grands yeux, mais Tom était trop furieux pour s’en soucier.

Son téléphone jeté à terre, la batterie glissant sur le carrelage de la cuisine. Il était probablement cassé, et Tom soupira. Téléphone brisé, relation avec Bill brisée, cœur brisé.

**

Bill ne rentra pas ce jour-là, ni le lendemain, ni le surlendemain. Tom en était réellement reconnaissant; il était si honteux de ce qu'il avait dit à Bill, de la façon dont il l'avait laissé partir. Les jumeaux n'étaient jamais partis plus qu'une demi-journée sans au moins s’envoyer un message l'un à l'autre, donc une fois qu’il avait eut vingt-quatre heures sans contact de Bill, Tom se sentait anxieux.

Il se tournait et se retournait quand il dormait, et ignora la plupart des appels téléphoniques. Aucun ne venait de Bill, de toute façon – quel était l’intérêt ? Quand il allait au studio et voyait Georg et Gustav, ils se renseignaient sur Bill, où il était, et Tom voulait juste hausser les épaules. Il ne voulait pas parler de ça.

« Oh, il est probablement en train de jouer à la maison avec son nouveau Tom, » dit Georg avec un sourire, et Gustav se joignit à lui, ayant l’air de penser que c'était plutôt hilarant.

« Allez tous les deux vous faire foutre » dit Tom faiblement.

Georg et Gustav échangèrent un regard, mais ce fut la dernière fois qu'ils parlèrent de Bill. Ils jouèrent de la musique pendant un moment et ensuite jouèrent à quelques jeux vidéos et ils burent jusqu'à ce qu'aucun d'entre eux ne puisse plus sentir leurs doigts. Tom dormi avec agitation sur le canapé du studio, ses bras s'étendant et cherchant Bill dans sa brume éthylique.

Quelques jours plus tard, Tom décida finalement de rentrer à la maison. Il mit les chiens dans sa voiture et les conduisit à nouveau à l'appartement qu'il partageait avec Bill. Bien sûr la voiture de Bill n'était pas là, et Tom soupira fortement. Il voulait réellement voir Bill. Il voulait lui pardonner et lui faire des excuses et le serrer dans ses bras, le sentir dans ses bras et l'avoir de n'importe quelle manière qu'il pouvait.

Tom entra dans l'appartement vide et regarda partout. Les chiens retrouvèrent leur maison avec gratitude et trottèrent jusqu'à leurs gamelles. L'appartement était juste comme Tom l'avait laissé, personne n'avait été là ces jours-ci. Tom soupira et baissa ses yeux sur la table de cuisine.

« Et maintenant ? » marmonna-t-il. Il se sentait fatigué et avait besoin d'une douche plutôt mauvaise. Il était seulement cinq heures de l'après-midi, mais il décida de sauter dans la douche et ensuite d’aller au lit.

Alors qu’il sortait de la douche, pas sec et gelé, il décida que la vie était bien meilleure quand Bill était là. Il se demanda si les choses seraient toujours les mêmes entre eux – s'ils pourraient être les mêmes. Tom ne savait pas qui avait le plus brisé leur relation et il se rendit compte que comme tout dans leurs vies, ils l'avaient fait ensemble. Ils avaient chacun tiré à l’effilochement des fils et cela se déchira, morceaux par morceaux, jusqu'à ce qu'il n'y ait plus rien à part la maladresse et le mal-être.

Tom se sécha et enfila un pantalon de pyjama et un haut propre. Il nourrit les chiens encore une fois et puis il s'écroula sur le lit et ferma ses yeux. Il était épuisé, mais il ne savait pas s'il serait capable de dormir. Bill était si vivement dans son esprit que si Tom avait ses yeux ouverts ou fermés, il était là, le beau petit frère de Tom.

« Je suis un putain d’idiot » marmonna Tom. Il tira ses oreillers sur sa tête et finalement, tomba dans un profond sommeil, sans rêves.

**

Tom sentit un souffle chaud dans son cou et il fronça les sourcils dans son sommeil, pensant que c’était l’un des chiens. Il y eut un changement de poids sur le matelas et Tom grogna.

« Tomi. »

« Hein ? » Tom ouvrit ses yeux et se roula sur le côté, et il y avait Bill.

« Salut » dit-il doucement, ses dreadlocks noires et blanches se répandant autour de ses épaules.

Tom cligna des yeux plusieurs fois. « Quelle heure ? »

« Minuit » dit Bill. Il se pencha en avant et repoussa une mèche de cheveux du front de Tom. Il laissa trainer son doigt sur le visage de Tom et caressa doucement son menton. Tom soupira et cligna à nouveau des yeux, attirant l’attention de Bill.

« Qu’est-ce que tu fais là ? »

« Je vis ici » dit Bill.

Tom haussa les épaules. « Ouais, mais. »

Bill sourit. « Je suis désolé à propos de ce que j’ai dit. »

« Je ne le suis pas » dit Tom.

Les yeux de Bill brillèrent.

« Je ne pense pas que je puisses te partager avec quelqu’un d’autre. » dit Tom honnêtement. « Donc si tu rentres à la maison pour être gentil avec moi, puis après que tu partes pour être avec lui encore- »

« Je ne vais pas partir pour être avec lui » dit Bill légèrement.

« Peut-être pas cette nuit » dit Tom. « Mais la prochaine fois tu vas y aller. »

Bill secoua sa tête.

« Tu t’es disputé avec ? » supposa Tom.

« Il a rompu avec moi il y a trois jours » dit Bill. « Parce que j’ai réalisé –eh bien, non, j’ai toujours su… »

Tom se soutint sur ses coudes et fronça des sourcils. « Il t’a plaqué ? Putain Je vais le tu- »

« C’est bon » dit Bill calmement. Il mit un doigt sur les lèvres de Tom et Tom voulut goûter sa peau. « J’ai en quelque sorte su qu’il me laisserait tomber quand je lui ai dit que j’étais amoureux de quelqu’un d’autre depuis des années. »

« Oh. »

Bill acquiesça.

« Oh » dit rapidement Tom. Ses joues rougirent et il se rendit compte de ce que cela voulait dire.

Tom avait plaqué Bill parce que Bill était amoureux de quelqu’un d’autre. Il était amoureux de Tom. Tom enregistra l’information encore et encore dans sa tête, se faisant à l’idée, essayant d’être sûr qu’il soit vraiment réveillé et pas en train de rêver.

« Je sais que tu pouvais faire ça mieux » dit Bill, les joues roses. « Je sais que tu pouvais tout faire mieux. Je le savais depuis vraiment longtemps, j’ai juste… Je sais pas. »

« Où étais-tu les trois derniers jours, alors ? Toujours avec lui ? » Tom ne pouvait pas se résoudre à dire son prénom.

Bill secoua sa tête. « Chez Andi. Je… Je ne voulais plus de lui. Je n’aurais jamais dû, bien. Je n’aurais juste pas dû. »

Tom détendit ses coudes et se laissa retomber sur le lit, regardant le plafond. Son estomac se retourna et tournoya et quelque chose étincela en lui ; complètement réveillé. Il regarda Bill, tellement doux et beau dans la faible lumière venant du couloir, et il tendit la main pour toucher le visage de Bill.

Bill s’appuya dans le touché et ferma ses yeux, et Tom le tira contre lui. Bill s’installa au dessus de Tom et leurs nez se touchèrent, leurs lèvres se rencontrant pratiquement.

« Tu le veux ? » demanda Tom, se sentant soudainement très nerveux. « Tu veux faire ça pour de vrai ? »

Bill répondit en embrassant Tom pour la seconde fois, leurs lèvres se pressant ensemble parfaitement, et Tom reçut sa réponse. Pour la première fois pendant un long moment, le nœud d’anxiété et de nerfs dans le ventre de Tom se dissipa et il enveloppa ses bras autour du corps chaud de Bill et le rapprocha, l’embrassa fort et avec raison.

Bill se tordit doucement sur lui, roulant des hanches, entrelaçant leurs membres. Ses cheveux se rependaient autour d’eux et Tom les enleva, tenant le visage de Bill, massant à travers ses dreadlocks jusqu’à son crâne et Bill laissa échapper un tout petit gémissement, tellement différent que ceux que Tom avait entendu Bill faire avec l’autre Tom.

Peut-être que c’était la différence. Pour les autres personnes qui avaient tenu Bill de cette façon, ils avaient vu en lui leur conquête, leur chose sexuelle, leur baise. Pour Tom il était tout de ça, mais surtout c’était juste son magnifique frère, son Bill, son Maüschen. (ndlt : petite souris en allemand)

Ils s'embrassèrent avidement comme ça pendant un long moment jusqu'à que Tom renverse Bill sur le dos et le maintienne, l'embrassant durement contre le matelas. Bill glapit et se tortilla, ouvrant ses yeux et regardant avec adoration et timidité son frère.

Tom déshabilla Bill, savourant chaque nouvelle parcelle de peau qu'il exposait, se penchant et embrassant la chair douce et soyeuse. Bill ronronna contre les draps, aidant Tom à enlever ses vêtements, et retirant les habits de Tom, aussi. Tom ne voulait rien d'autre que de les déshabiller tous les deux entièrement et qu’ils couchent juste ensemble pendant un moment, s’emmêlant et s’embrassant chaudement

Bill s'assit et sourit machiavéliquement, sa timidité disparaissant. « Je veux te voir. »

Tom se bougea et haussa un sourcil.

Avec un petit sourire de plaisir, Bill se mit sur ses genoux et ôta le pantalon de Tom. Tom regarda le visage de Bill alors qu’il le déshabillait, les yeux brillants.

« Maintenant à toi, » pressa Tom.

Bill hocha la tête, déboutonna son pantalon, et le fit glisser. Il regarda fixement Tom alors qu’il le retirait de ses jambes et il laissa tomber son dernier vêtement sur le sol. Maintenant ils étaient tous les deux nus et incapables de s’arrêter de s’accrocher l’un à l’autre, se tenant assez fermement pour toutes les années manquées où ils se l’étaient eux-mêmes empêchés.

Tom plaqua Bill et frotta son corps au dessus de lui, et Bill gémit joliment. « Oui, » chuchota-t-il. « Putain, oui, Tomi. »

« Ce n’était rien, » marmonna Tom.

« Mmm, » fut tout ce que Bill répondit, et Tom se frotta à nouveau, leurs érections se rencontrant enfin. Tous les deux crièrent et Tom enfouit son visage dans la nuque de Bill, goûtant la peau douce à cet endroit. Bill passa ses mains dans le dos nu de Tom et enfonça ses doigts dedans et Tom soupira fortement, souriant contre la peau de Bill.

Ils s’écrasèrent ensemble pendant un long moment, s’accrochant ensemble, partageant des chauds baisers mouillés entre des poussées mutuelles. Bill se laissa tomber, ses cuisses ouvertes et Tom sentit la chaleur venant de l’intérieur de Bill, la légère pulsation juste derrière les boules de Bill. Le sexe de Tom lui faisait pratiquement mal, il voulait tant aller là-dedans. Il voulait faire oublier à Bill que quelqu’un y avait déjà été avant lui.

« Je vais te baiser, » murmura Tom. « Tiens bon. »

« Attends. » Bill attrapa le bras de Tom, mordant sa lèvre. « Je sais ce que tu vas faire. Ne le fais pas. »

« Quoi ? »

« Ne prends pas de préservatif, » dit Bill. « Je n’en veux pas. Pas avec toi. »

« Tu en as toujours utilisé un avec n’importe qui avant ? »

Bill hocha la tête. « J’ai toujours su que si jamais nous…Je voulais que ce soit juste avec toi. »

Tom s’abaissa et embrassa chaudement Bill, leurs langues se pressant ensembles et glissant sur le côté. Tom sentit Bill sourire contre ses lèvres et il se retira, respirant lourdement.

« On va probablement avoir besoin de lotion ou quelque chose comme ça, cependant » dit Tom, surpris par le son de sa voix. Il avait l’air nerveux et anxieux.

Bill acquiesça. « Vite. S’il te plait, je ne peux pas t’attendre plus longtemps, Tomi. »

Tom fouilla partout dans sa table de nuit, jusqu'à ce qu'il trouve une petite bouteille de lotion qu'il utilisait parfois pour ses mains, parfois pour se masturber. Il la donna à Bill et Bill appliqua de façon experte la lotion sur l’érection de Tom, la frottant et la caressant juste comme il fallait. Tom ferma ses yeux et apprécia le contact, les mains de Bill étaient juste aussi bonnes que sa bouche, juste aussi bonnes que son corps. Tout de lui était parfait.

« Maintenant, juste… » Bill tomba en arrière et étendit ses jambes, exposant tout – tout – à Tom. Tom regarda fixement avec de grands yeux, les toutes dernières gouttes de sang se précipitant et se réunissant dans son aine alors que Bill poussait un doigt à l’intérieur de lui-même.

« Oh mon Dieu, » dit Tom. « Je peux ... Je peux ? »

Bill hocha la tête, une expression légèrement douloureuse sur son visage alors qu'il se doigtait lui-même. « S'il te plaît »

Tom avala durement sa salive et se pencha en avant pour faire tourner un doigt tout autour à l’extérieur du trou de Bill. Sa queue se contracta, il était tellement dur pour le cul de Bill. Il enfonça deux doigts à l’intérieur de la chaleur de Bill et il laissa échapper un gémissement. Bill était tellement serré autour de ses doigts, plus étroit que quiconque dont il avait déjà été à l’intérieur avant (ce qui était un total hallucinant de quatre filles, en dépit de toutes les paroles de Tom). Il sourit à Bill et retira ses doigts, puis ensuite les pressa progressivement à l’intérieur à nouveau, faisant un mouvement de ciseaux avec ses doigts, les faisant faire des cercles à l’intérieur de Bill, comme si c’était naturel.

« Ohhhh, mon Dieu, oui, » marmonna Bill. « Là, s’il te plaît ... Touche l’endroit. »

« Quel endroit ? » demanda Tom.

« Mmm, juste… pousse à l’intérieur un peu plus profondément, d’accord ? Tu y es presque... Oui, maintenant plie tes doigts- oh!! » Les yeux de Bill roulèrent et il s’effondra contre les draps, se tordant, s’empalant lui-même sur les doigts de Tom. Tom haleta et l’observa avec des yeux écarquillés. C’était probablement la chose la plus chaude qu’il n’avait jamais vu.

« Merde qu’est-ce que j’ai fait ? » demanda Tom. Il retira ses doigts et Bill l’attira dans un souffle fort.

« Juste… » soupira Bill et il sourit hébété. « Jamais personne … Tu es bon, » dit-il avec une toute petite voix. « Tellement meilleur que… eh bien, tu sais. »

C’était tout ce que Tom avait besoin d’entendre. Il décida qu’il devait juste entrer dans Bill, son sexe était dur pour ça. Il agrippa les jambes de Bill et le regarda dans les yeux. « Je vais te baiser, » dit-il résolument.

Les yeux de Bill s’écarquillèrent et il hocha la tête, gémissement un peu, « S'il te plaît, » et il écarta largement ses jambes.

Tom poussa contre le trou de Bill avec son sexe lubrifié et se pencha en avant pour embrasser Bill une dernière fois avant de s’enfoncer à l'intérieur de lui. Leurs lèvres se séparèrent alors que Bill gémit, serrant immédiatement ses jambes autour de la taille de Tom, croisant ses pieds ensemble. Tom grogna et poussa un peu plus à l’intérieur, surpris par Ô combien Bill était encore étroit. Il n’était pas sûr d’à quel point il pouvait aller profondément, Bill était juste si mince et menu. Ses petites hanches se ruèrent en avant, faisant se relever brusquement Tom et puis il tomba en avant, leurs mentons se heurtant ensemble.

« C’est de toi dont j’étais amoureux, au cas où tu ne pouvais pas le comprendre, » murmura Bill. Il embrassa le menton de Tom et sourit. « Jamais personne ne pourra être comparé à toi. »

Tom s’enfonça plus profondément en Bill, fermant ses yeux et embrassant les lèvres de Bill ; aucun touché ou goût ou senteur n’avaient été aussi bons.

« La même » fut tout ce que Tom réussit à dire, et puis il s’installa profondément à l’intérieur de Bill, hanches contre fesses. Il caressa les flans de Bill et l’embrasse à nouveau. « Je suis amoureux de toi depuis la première fois que je t’ai vu. »

Bill laissa échapper un faible rire alors que Tom donnait une petite poussée en lui. « Idiot, comment le sais-tu. »

« Je sais pas » dit Tom, et puis il commença à réellement baiser Bill. Il se soutint et poussa brutalement en et hors de son frère, son sexe se gonflant et ses couilles se serrant douloureusement. Il avait besoin de cette délivrance, ils en avaient tous les deux besoin. Il avait fallu des années et des années et des années de préliminaire et à présent ils venaient finalement ensemble. Eh bien, c’était ce qui était prévu, de toute façon.

« Dieu, oui » cria Bill. « Putain… Putain, tellement bon, Tomi. »

« Ouais ? » grogna Tom alors qu’il se retirait, et puis il repoussa à l’intérieur encore et encore.

« Putain, oui, ohhhh, » gémit Bill. « Baisse-moi, Tomi, Tomi, Tomi ! »

Tom sourit et il bougea ses hanches d’avant en arrière, sentant monter et descendre le corps de son frère, tombant en avant et capturant les lèvres de Bill avec les siennes encore une fois, les goûtant et les touchant et les caressant. Bill haleta et laissa échapper un gémissement, Tom supposa qu’il avait frappé l’endroit. Il ne savait toujours pas ce que c’était, mais il se rendit compte qu’il était foutrement bon à ça.

« Tomi, oh, Tomi » gémit Bill. Il passa une main entre eux et empoigna sa propre érection, les yeux fermés dans un plaisir absolu. « Dieu, Tomi. Putain j’aime ça. »

« Tu as l’air tellement bon » dit Tom d’une voix rauque. « Cris mon nom. Putain cris-le. »

« Mmmm… » Les yeux de Bill s’écarquillèrent et il cria, « Tom, Tomi, putain. »

Et puis Tom sentit un liquide épais et chaud entre eux. Bill était venu fortement, et Tom était très proche. Il embrassa la mâchoire de Bill et Bill se tint à l’épaule de Tom, se pressant contre lui, embrassant tout son visage, caressant son cou. Tom mordit sa lèvre et baissa le regard vers Bill, tellement en sueur et ébouriffé et magnifique.

« Je t’aime, Tomi » murmura Bill, et Tom jouit puissamment à l’intérieur de Bill, se sentant comme s’il pouvait se propulser en arrière, mais il se tint à Bill et s’écroula haletant fortement. Il eut la tête qui tourna pendant un moment, comme s’il allait tomber sur le sol et ne jamais encore s’en remettre, mais Bill enveloppa ses bras fermement autour de lui et soupira, déposant des baisers sur l’épaule de Tom.

« Putain » marmonna Tom. Il était toujours pressé à l’intérieur de Bill et il ne voulait pas se retirer. Il avait tellement attendu pour être à l’intérieur et maintenant qu’il y été finalement, ça avait l’air tragique que ça se finisse.

Mais en fin de compte il le fit, et Bill haleta, le sperme de Tom dégoulinant entre eux. « Tomi » dit Bill à bout de souffle.

« Mm » fredonna Tom, pressant leurs lèvres ensemble. Il s’installa à côté de Bill et le tira dans ses bras, frottant doucement son sexe à moitié dur contre les fesses de Bill. Bill se tortilla dans la prise de Tom et soupira de contentement, devenant mou dans les bras de Tom.

« Je pensais à toi toutes les fois où j’étais avec lui » dit doucement Bill. « A chaque fois. C’était jamais lui, c’était toujours toi. »

« Ne parle pas de lui » dit Tom. « Je suis le seul Tom maintenant. »

« Tu as toujours été le seul Tom. »

Tom sourit, caressant les hanches minces de Bill. « Eh bien, je suppose que je devrais te présenter ma petite amie maintenant. Son prénom est Bill. »

« Ta gueule. »

« Sérieusement. Elle est sexy et mignonne et belle et chaude et vraiment dérangée. »

Bill fit une grimace. « Il n’y a qu’un seul Bill. »

Tom l’embrassa et hocha la tête. Il était vraiment le seul.

Fin.

Revenir en haut Aller en bas
http://Remember--thatx.skyblog.com
Mimipotter
Inrattable
avatar

Féminin
Nombre de messages : 936
Age : 25
Localisation : Neuf-trois sisi !
Emploi/loisirs : Etudiante
Humeur : Variable
Date d'inscription : 14/11/2008

MessageSujet: Re: [Twincest] His name was Tom - Undrockroll (2/2) - (Collaboration avec SayurixS)   Ven 24 Déc - 0:08

Oh.My.God !
C'est juste trop bon ! J'aime vraiment les moments où Bill chauffe son frère *_*
Revenir en haut Aller en bas
Machin
Geek
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1706
Age : 23
Localisation : Ermont (95)
Humeur : .__.
Date d'inscription : 24/10/2008

MessageSujet: Re: [Twincest] His name was Tom - Undrockroll (2/2) - (Collaboration avec SayurixS)   Ven 24 Déc - 1:37

Perso, autant j'avais aimé la première partie, autant la deuxième m'a vraiment déçue à mort. L'explication de Bill est trop bidon et banale enfin j'imaginais un truc mieux, genre tout ça n'était qu'une combine de Bill, un truc comme ça, mais là du coup je trouve qu'il a vraiment agit comme un connard sans raison valable uu'
Enfin bref trop déçue quoi xD
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Twincest] His name was Tom - Undrockroll (2/2) - (Collaboration avec SayurixS)   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Twincest] His name was Tom - Undrockroll (2/2) - (Collaboration avec SayurixS)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» slameuse/rappeuse cherche collaboration avec Beatmaker
» [News] Bill a enregistré une collaboration avec Far East Movement
» [V.PATERSON] revient sur sa collaboration avec Michael Jackson
» Une collaboration avec Imogen Heap
» [fiches] Collection officielle en collaboration avec Johnny "MES CHANSONS"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Between The Lines :: Traductions-
Sauter vers: