AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 First of many de Cynical_terror & Undrockroll (3/3)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Dine
Duchesse du Forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 7132
Age : 24
Date d'inscription : 23/10/2008

MessageSujet: First of many de Cynical_terror & Undrockroll (3/3)   Mar 7 Sep - 20:19

Une mini-fic twc mais aussi avec d'autres partenaires (pas tout en même temps, je précise xD) où vous trouverez la VO ici: http://fiction.tokiohotelfiction.com/viewstory.php?sid=3633
Merci à Chouchouille pour la correction, comme d'habitude! Smile

**
First of many (le premier de la liste)

Chapitre 1:

Bill se cambra, entourant les épaules d'Andreas et haleta.

« Ça va? » demanda Andreas. Il était transpirant au-dessus de Bill, tremblant, et s'enfonçait dans son meilleur ami dans des mouvements maladroits et irréguliers.

Ils couchaient pour la première fois. Leur première fois ensemble et leur première baise.

« Je... je vais bien, » haleta Bill. « C'est si... serré, tu es si... »

Ils étaient tous les deux un peu pompettes, juste assez pour se sentir plus à l'aise, moins bizarres.

« Bill, tu es si étroit, si... uh, si foutrement bon, » dit Andreas. « Mais... je ne suis pas gay. »

« Ça fait pas de toi un gay, juste un super bon ami, » dit Bill. Ils avaient 14 ans et Bill avait tourné autour d'Andreas pendant des mois -pas parce qu'il l'aimait ou quoi que ce soit, Andreas était son meilleur ami et rien de plus, rien de moins.

Mais on était en août et Bill partait pour sa première tournée très bientôt, il ne pouvait décidément pas entrer dans la vie adulte tout en étant vierge. Il avait besoin de sexe, du moins, et il ne voulait pas le faire avec une fille. Y avait-il meilleure personne que son plus proche ami pour être en toute confiance?

Bill soupira et pressa ses lèvres contre le cou d'Andreas, sentant celui-ci s'enfoncer plus profondément, plus fort. Ça faisait mal mais c'était ce qu'il voulait.

« Oh, wow, » expira Bill, resserrant sa prise. « C'est... »

« Foutrement génial, » murmura Andreas. « Je...je... »

Andreas trembla au-dessus de Bill et donna un puissant coup de rein une dernière fois, tremblant et s'effondra sur le lit.

« T'as..? » Bill fronça légèrement les sourcils et Andreas se retira de lui. Il voulait plus, même si ça faisait un mal de chien. Il pouvait sentir le sperme d'Andreas couler le long de ses cuisses et de ses fesses. « Oh, mon dieu... »

« Désolé, » dit rapidement Andreas, caressant les hanches fines de Bill. « Bon dieu, je- C'était si... Tu vas jouir? »

Bill laissa sa tête retomber en arrière et pressa ses hanches contre Andreas, y frottant sa queue. « Je voudrais bien ouais... »

« Je suis désolé j'ai pas pu... te faire venir de cette façon, » grogna Andreas. Il avait l'air parfaitement satisfait, les yeux lourds et brillants. « Ici, laisse-moi... »

« Oh... » Bill baissa les yeux alors qu'Andreas agrippait sa queue de ses mains et le caressait, fort et maladroitement. Bill laissa échapper un soupir tremblant et pouvait toujours sentir le sperme d'Andreas couler de ses fesses. Il sourit satisfait; il venait juste d'être baisé, ça portait bien son nom. Il abaissa sa main à ses fesses et sentit le liquide chaud.

« T'es proche? » demanda Andreas, branlant la queue de Bill.

Et alors que Bill acquiesçait, doigtant son entrée douloureuse de la meilleure des façons possibles, il jouit puissamment dans les mains d'Andreas.

**

Bill ouvrit un oeil le matin suivant, se sentant collant et épuisé. Quelqu'un était en train de lui caresser l'épaule et alors qu'il ouvrait l'autre oeil et regardait sur le côté, il se souvint.

Il n'était plus vierge à présent. Son meilleur ami Andreas l'avait baisé hier soir. Ils étaient toujours dans le même lit.

« Merde, » grogna Bill, se soulevant sur ses coudes. Il était toujours nu, toujours collant de sperme. « Oh, putain. Aïe. » Son corps entier était douloureux et ses fesses étaient en feu.

« Douloureux? » demanda Andreas, baissant sa tête pour embrasser le cou de Bill. Ce dernier s'écarta au geste affectueux. « J'ai pas voulu être aussi brusque avec toi, mais j'ai pas pu m'en empêcher. »

« C'est pas grave, c'était... J'ai bien aimé, même la douleur, » dit Bill.

Andreas sourit en coin et roula sur lui, l'embrassant lentement, chaudement. « Je suis si content d'être ton premier, que tu sois mien, » murmura-t-il. Il était si tendre et cela fit hérisser Bill. Il essaya d'écarter Andreas, mais il était trop occupé à frotter son nez contre son cou.

« Ouais, moi aussi, » dit Bill. « T'es un bon ami. »

« Plus que ça, » dit Andreas. Il caressa les bras de Bill. « Je t'ai toujours... aimé. »

Bill fit une grimace. « T'es pas gay, t'es hétéro. »

« Pas si hétéro que ça, hein? » Il l'embrassa de nouveau, caressant son visage. « Maintenant je sais ce que 'amour' veut dire, Bill. Je sais que je t'aime, que je suis amoureux de toi. Si ça fait de moi un gay, je m'en fous. »

Quelque chose à l'intérieur de Bill se tordit, mais pas de la meilleure façon, pas de la même manière que hier soir. Hier soir, Bill pensait à Andreas en tant que gars hétéro, en tant que meilleur ami avec lequel il avait toujours flirté. Flirter avec Andreas avait été vilain, légèrement dangereux et excitant.

Maintenant... maintenant Andreas était tout mielleux autour de Bill. Il ne voulait pas qu'Andreas le veuille, pas comme ça.

« Andreas, peut-être qu'on- »

Celui-ci embrassa Bill et se pressa entre ses jambes. « Trop douloureux? » demanda-t-il, frottant sa queue dure contre le trou de Bill.

Ce dernier secoua sa tête instinctivement, mais la dernière chose qu'il voulait était un meilleur ami mièvre le collant. Mais en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, Andreas était en lui et Bill leva presque les yeux au ciel. Il le pénétra rudement, gémissant et tenant Bill fort, murmurant des mots doux.

'Ugh,' pensa Bill. 'Finissons-en au plus vite.'

« T'es si doux, si bon, » soupira Andreas dans l'oreille de Bill, s'immobilisant à l'intérieur de lui, tendu et relaxé. « Tu sens si bon, comme le sexe. Notre sexe, Bill. »

« T'es une bonne baise, » dit celui-ci, fatigué.

« Tu vas devenir dur pour moi? » demanda Andreas, bougeant sa main entre eux pour caresser le pénis de Bill. « T'es doux, Bill, normalement j'aime comme tu es doux mais tout de suite, je te veux dur. »

Bill mordit sa lèvre; il sentit quelque chose se tordre dans son ventre, spécialement quand la queue d'Andreas tapa pile sur sa prostate. C'était bon. Pas aussi bon que la nuit dernière, bien sûr. La nuit dernière n'avait été qu'une passion bestiale, des années de flirt venant à leurs apogées. Maintenant Andreas était amoureux et Bill pouvait difficilement l'oublier.

Andreas bougea en lui, doucement, amoureusement. Bill agrippa son dos et souleva ses hanches, essayant de l'enfoncer plus profondément. Sa queue se dressa enfin un peu, parce qu'Andreas était en train de taper si parfaitement dans son endroit, même si ce n'était pas aussi fort que Bill l'aurait voulu. Andreas s'abaissa pour embrasser ses lèvres et ce dernier détourna la tête.

« Bill, qu'est-ce qu'y a? » demanda Andreas. Il arrêta ses mouvements. « C'est quoi le problème? »

« Continue. »

« Pourquoi tu m'embrasses pas? » Andreas fronça les sourcils.

« Mal à la tête, gueule de bois, » mentit Bill.

« T'étais à peine bourré. » Andreas était si loin en Bill que, quand il se retira, celui-ci haleta. « Bill, qu'est-ce qu'il se passe? »

Bill s'assit, sifflant sous la douleur se propageant dans ses fesses. « Andi, je devrais y aller. »

« Huh? »

« Hier soir était si bon. Je m'en souviendrai toute ma vie. Mais hey, c'est ok, tu sais? T'es pas gay, je le sais que tu ne l'es pas. On est amis, Andi. J'ai pas besoin que, tu sais, en fasse plus qu'avant, » dit Bill, cherchant son t-shirt.

Le visage d'Andreas se décomposa. « Mais je t'aime- »

« Non, t'es hétéro, » dit fermement Bill.

« Plus maintenant. »

Bill grogna légèrement. « Vraiment? T'es sûr? »

« Oui, plus que tout, » dit Andreas, ramenant le drap autour de sa taille. « Tu ne... m'aimes pas? »

« Je t'aime, on est amis. »

« Mais tu ne... tu n'es pas amoureux de moi? » demanda Andreas. « Bill, je- »

« S'il te plait, ne fait pas ça, » dit Bill. « J'aurais pas dû, si j'avais su... Merde. » Bill se leva, vacillant, et enfila son t-shirt, ainsi que son jean. Il grimaça alors qu'il boutonnait son jean. « Je dois y aller. »

« Bill... » Andreas tendit la main vers Bill, mais celui-ci se recula. « Ne pars pas, parlons-en. »

« J'ai pas envie de parler, » dit Bill. « De... sentiments et d'autres conneries. Je veux juste me souvenir de ça pour ce que c'était. On a baisé. C'est tout. Je suis plus vierge maintenant et peut-être qu'à présent, Tom arrêtera de se moquer de moi. »

« Tout ça pour Tom? »

« Bien sûr que non. » Les joues de Bill rougirent; il ne voulait particulièrement pas parler de ça pour le moment. « Je vais partir, ok? Je t'appelle plus tard. »

Les sourcils d'Andreas se froncèrent. « Peu importe, Bill. »

« Um, quoi? »

« C'est rien. On se voit plus tard. » Andreas était en train de fixer le mur, semblant clairement froissé. « Bye. »

« Andi... » Bill balança son sac bandoulière sur son épaule et croisa les bras. « N'agis pas bizarrement. »

« C'est pas le cas. Tu es celui qui agis bizarrement. Bye. »

Bill haussa juste les épaules et partit. Il n'avait pas envie de se justifier, de discuter, rien de tout ça. Il avait juste voulu une baise. Il avait juste voulu savoir ce que ça faisait avant de partir.

Il n'avait pas prévu que ça se finisse avec un supplément de conneries dans le genre.

Quand il rentra à la maison, il ôta ses chaussures et déposa son sac dans l'entrée. Se regardant dans le miroir, il se sourit à lui-même. Il avait l'air de quelqu'un qui venait de baiser, et bien en plus.

Tom venait de descendre les escaliers, mangeant un sandwich. « Hey, Bill. »

« Hey, Tomi, » marmonna Bill, se regardant toujours dans le miroir.

« Comment va Andi? »

« Bon dieu, il est bizarre. »

Tom rigola. « Ouais, il l'est. Qu'est-ce qu'il a fait cette fois-ci? »

« Il m'a baisé. »

« Ouais, » dit Tom, souriant en coin.

« Non, sans déconner. On a baisé. Je suis plus vierge maintenant, alors tu peux arrêter tes vieilles remarques, » dit Bill, souriant d'un air satisfait.

Tom s'étouffa presque avec son sandwich. « Merde, sans decc? Avec... avec Andreas? Mais il est hétéro. »

Bill fit une grimace; c'était un sujet plutôt pénible pour le moment. « Ouais, » dit Bill.

« Tu l'es? » demanda Tom.

« De quoi? Hétéro? » Bill rigola et Tom fit une grimace. « T'en penses quoi? »

Tom haussa les épaules. « Oh. Bah, ça n'a pas d'importance. »

Bill sourit et Tom passa son bras autour de ses épaules. « Vraiment, tu t'en fous? »

« Ouais. » Tom caressa son bras. « Vous sortez ensemble ou autre? »

« Ugh, non, » dit Bill. « Il était complètement... niaiseux. »

Tom rigola. « Il a le béguin pour toi, hein? »

Bill mordit sa lèvre, poussant Tom. « Allons regarder la télé et se bourrer. »

« Au milieu de l'aprèm? »

« Ouais, Maman est pas là, » dit Bill, faisant un clin d'oeil.

Tom rigola et caressa à nouveau Bill. « Ok, ok. » Ils se dirigèrent au salon après avoir fait le stock de bières. « Alors... qu'est-ce que j'ai contre toi pour me moquer de toi maintenant? »

Bill plissa les yeux et décapsula une bière. « J'sais pas. Essaye le mieux que t'as. »

« Andreas t'aime, » le nargua Tom.

« La ferme! » Bill se renfrogna, buvant une longue gorgée de sa bière. « J'étais à fond dedans jusqu'à ce qu'il commence avec sa merde. »

Tom haussa les épaules, s'avachissant dans le canapé et posant sa bière contre sa poitrine. « Peut-être qu'Andreas est pas la bonne fille pour toi. »

« Ça doit être ça, » répliqua sarcastiquement Bill. « Tu peux l'avoir toi. »

« Certains parmi nous, » dit Tom, « sont vraiment hétéros. »

« Bon dieu, je souhaiterais qu'Andreas le soit aussi. »

« Alors, quoi, t'es seulement intéressé par les gars hétéros? » blagua Tom. Alors qu'il rigolait, la bière glissa de sa poitrine et se déversa sur le sol. Les jumeaux haletèrent en même temps; le liquide foncé était doucement en train de maculer le tapis de leur mère.

« Merde, » dit automatiquement Bill. « Et non, je ne suis pas seulement intéressé par les types hétéros. J'ai juste pas encore rencontré de gars gays pour le moment. Je suis sûr qu'ils me plairont. » Il fit une pause, fixant la tâche de bière. « Est-ce que tu vas juste laisser ça comme ça? »

« Eh, ça séchera. » Tom alluma la télé et ils passèrent le reste de l'après-midi ici, buvant et glandant.

**

« Alors, la tournée se passe bien? » demanda Andreas.

Bill se tortilla dans sa couchette, repositionnant le portable correctement contre son oreille. « Ouais, mais on n'est pas en train de parler de moi! Parle-moi de ce gars que t'as rencontré, » dit Bill.

« Toi en tournée, jouant dans des concerts à guichets fermés, et passant à la télé est carrément plus intéressant qu'un quelconque gars que j'ai rencontré à une stupide fête, » dit Andreas.

Bill toussa. Il était en fait totalement surpris du fait qu'Andreas continuait à jouer la carte gay. Bill avait pensé qu'il était juste confus, qu'il était bien hétéro, mais ça faisait trois mois qu'ils avaient couché ensemble et Andreas était toujours sur ses positions.

« Je veux entendre parler de toi, » dit Bill.

« Je te dirai tout à propos de Greg une fois que t'auras cracher le morceau à propos de ce gars qui t'avait fait flipper, » dit Andreas.

Bill rigola. « Putain, je sais pas... »

« Tu vas lui briser l'coeur comme tu l'as fait avec moi? » Le ton était léger, plaisantin, mais Bill pouvait tout de même entendre la peine dans la voix de son meilleur ami.

« Bon dieu, non, » dit rapidement Bill. « Il s'appelle Klaus. Il est hétéro. »

« T'es sûr de ça? »

« Ouais, il a une copine, » dit Bill. « Et il a 30 ans, un truc dans le style. »

« Comme si l'âge changeait quelque chose, » dit Andreas dans un gloussement.

« J'avais même pas envie qu'il me baise avant que je ne sache qu'il avait une petite amie, » admit Bill. « Il fait partie de la tournée, c'est un membre de l'équipe. Il est vraiment doué avec ses mains. »

« Putain, je suis dur. Il est comment? »

Bill fronça les sourcils; c'était légèrement bizarre de parler de gars sexys avec Andreas. « Um, il est grand... plus grand que moi. Cheveux noirs, teint hâlé. Il doit être Grec ou un truc dans l'genre. Trop sexy. A une petite copine, comme je l'ai dit... Qu'est-ce que tu fais? »

« Rien du tout. »

« Est-ce que tu te branles? » demanda Bill.

« Peut-être... »

Bill rigola; il était un peu dur lui aussi. « Je vais l'avoir, » décida-t-il, palpant son pénis à travers son jean. « Je vais faire en sorte qu'il me baise. »

« Facile, » dit Andreas. « Je suis sûr que tu peux. »

« Non, il est hétéro, » répliqua Bill. « Il est vraiment, vraiment, hétéro. Comme, Tom l'est. »

Andreas grogna. « T'es toujours attiré par des types hétéros... »

Bill pressa son excitation et sentit ses orteils se crisper. Les gars hétéros, ça le rendait vraiment dingue, et Andreas avait raison; chaque gars que Bill avait dragué avaient été hétéros. « Merde, est-ce que c'est une coïncidence? » dit Bill.

« Um... T'as dit que t'étais même pas intéressé par ce gars avant que tu n'apprennes qu'il avait une copine, » dit Andreas, ayant l'air essoufflé. « Puis il y a eu ce gars en boîte dont tu m'avais parlé, tu l'as regardé fricoter avec une fille pendant toute la soirée. Attends, c'était quoi son nom au fait? Je me souviens plus, mais t'étais vraiment à fond sur lui alors qu'il sortait avec la soeur de Gustav. Oh ouais, et il y avait moi aussi. »

Bill fit une grimace. « Je suppose. »

Andreas ne répondit même pas, mais Bill pouvait l'entendre gémir doucement.

« Andi, » dit Bill. « Hey, je vais raccrocher. »

« Quoi? Oh, ouais. A plus, Bill. »

Bill lui souhaita bonne nuit et referma son téléphone. Il était dur, voulait se toucher, mais son esprit était trop accaparé par cette nouvelle découverte. Seulement les gars hétéros? Le seul fait d'y penser fit se serrer légèrement l'aine de Bill, de façon plaisante.

Il n'avait connu qu'Andreas, alors qu'il pensait qu'il était hétéro, mais peut-être qu'il aimait les gars gays, aussi? Non, il avait fui Andreas quand il avait découvert la réalité. Peut-être qu'il avait juste peur de s'engager.

« Ugh, » Bill grogna, et se retourna. Il s'était assez trituré les méninges pour cette nuit, maintenant il voulait juste une bonne branlette.

**

« Alors, » dit Bill, se faufilant vers Klaus dans les backstages. Ils montaient sur scène dans une heure, et Bill était partout, suivant Klaus dans n'importe quel endroit, comme d'habitude. « Est-ce que tu vas sortir avec nous après le concert? »

Klaus était occupé avec la lumière, mais il se retourna vers Bill, lui pinçant la taille. « Hey gamin. »

« Hey, je ne suis pas un gamin! » chouina Bill.

Klaus le pinça à nouveau et Bill rougit, content. « J'y serai, » dit l'adulte. Il leva la main, tirant sur une longue mèche de cheveux de Bill. « J'amène Serena. »

« Je l'ai pas encore vue, » dit Bill. « Est-ce qu'elle est plus jolie que moi? »

Klaus rigola, reportant son attention sur les lumières. « Personne n'est plus joli que toi. »

Bill sourit d'un air satisfait. Ça allait être une soirée intéressante et il était prêt à nouveau pour une nuit de sexe.

**

Bill flirtait sans cesse avec Klaus en boîte, et les boissons suivaient le mouvement. La petite amie de Klaus était ici, le tenant fermement par le bras. Elle était jolie, mais Bill savait qu'il l'était beaucoup plus. Il avait fait en sorte que. Sa mèche, d'habitude tombante devant son oeil et lissé parfaitement, dégringolait sur son front en de souples boucles. Il était resté devant le miroir pendant des décennies, ne posant pas son crayon noir autour de ses yeux comme d'habitude, mais avec application, délicatement, et avait ajouté quelques paillettes.

Ils étaient en boîte depuis une heure et demie, et depuis ce temps, Klaus avait été incapable de détourner ses yeux de Bill. Celui-ci, de toute façon, faisait tout pour. Ils étaient assis dans un box rond, Bill et Serena de chaque côté de Klaus. Le reste du groupe et quelques uns de leurs amis étaient entassés à côté d'eux.

« Si fatigué, » dit Bill, étirant son corps et touchant de son pied la jambe de Klaus. « Putain, Klaus, t'as laissé les spots en plein dans mes yeux ce soir. Donne la chance à un autre du groupe d'être vu la prochaine fois. »

« T'aimes ça, » répliqua Klaus, se rapprochant. « Toujours être le centre d'attention. »

Tom toussa à côté de Bill. Ce dernier se contenta de sourire doucement. « C'est pas de ma faute si tu me donnes tout ce supplément d'attention. »

Serena rit légèrement, mais Bill put voir les joues de Klaus devenir légèrement rouges. Il savait qu'il était temps d'agir, il était nerveux mais excité. S'il était honnête avec lui-même, c'était la nervosité qui l'excitait.

C'était le fait que Klaus soit hétéro et plus âgé que lui, le fait qu'il soit sûr de lui et si... homme.

Bill se tourna de côté et posa une main délicate sur le genou de Klaus. Il le pinça joueusement et Klaus haleta et baissa le regard sur la table. Bill était assez pompette pour remonter sa main sur sa cuisse, dangereusement près de son aine. C'était définitivement aller trop loin et Bill était trop concentré pour relever le visage et voir la réaction sur le visage de Klaus.

A la place, il pinça une nouvelle fois sa cuisse, enfonçant ses ongles dedans.

« Moi je dis, au concert de demain, laisse les lumières sur Gustav, » dit Georg. « Personne d'autre. »

Le concerné grogna. « Comment ça se fait que je me retrouve impliqué dans l'histoire? »

« Regardez-le, c'est une star, » dit Georg, pinçant les joues de Gustav alors que celui-ci se renfrogna et s'éloigna.

La main de Bill remonta plus haut et il était satisfait de voir que plus ses doigts remontaient, plus le jean de Klaus semblait se serrer. Il sentait aussi de la chaleur. Il y avait, sans doute possible, de la chaleur qui irradiait de l'aine du bel homme du staff. Bill lécha ses lèvres et osa relever ses yeux vers Klaus.

Des gouttes de sueur se formaient sur la tempe de Klaus, et il avait l'air... nerveux.

« Non, laisse les lumières sur moi, » dit Bill, souriant en coin. Il serra la bosse dans le jean de Klaus et celui-ci toussa, cognant ses genoux contre la table.

« Je vais vous dire une chose les enfants, » dit-il, buvant une longue gorgée d'eau. « Vous pouvez tous jouer dans le noir. Je vais me faire porter pâle demain. »

« Non, » chouina Bill, faisant la moue. « Et j'suis pas un gamin, » ajouta-t-il, offrant à Klaus un sourire éblouissant et caressant à nouveau son excitation.

Klaus se tourna vers lui et lui lança un regard sévère. « J'avais cru comprendre. »

Bill rougit et se concentra sur sa boisson, la sirotant innocemment. Derrière lui, Tom tira timidement sur le bas de son t-shirt et Bill fronça les sourcils. « Qu'est-ce qu'y a? »

Tom haussa les épaules. « Fatigué. »

« Oh, » dit Bill, déçu. Ça signifiait assurément que Tom irait au lit tôt, donc qu'il ne pourrait pas amener une certaine personne du staff dans sa chambre d'hôtel. « Allez, réveille-toi. Une fille à gros seins à fait que de te regarder pendant toute la soirée. »

« Vraiment? » Tom se redressa légèrement, ses joues devenant rouges. « Nan. »

« Si, » insista Bill, et c'est à ce moment que Klaus se leva. Bill se tourna vers lui, yeux grands ouverts. « Où tu vas? »

« J'me sens pas bien, » répliqua-t-il, mâchoire serrée. « Toilettes. » Il serra l'épaule de sa petite amie. « Je peux te laisser une seconde? »

« J'suis pas un bébé, » répliqua Serena.

« Je m'occupe d'elle, » dit Georg, sourire en coin.

Klaus rigola et Bill tapa du pied sous la table. « Ouais, ouais, je reviens. »

« Ok, » dit Bill, essayant de ne pas sourire. Le jean de Klaus allait pratiquement éclater, et il se retourna vers Tom, satisfait. « Allez, va lui parler. »

« Peut-être, » dit Tom, distrait.

Bill regarda Klaus disparaître dans les toilettes du club et quelque chose le brûla intérieurement; c'était maintenant ou jamais. Il serra l'épaule de son frère et se glissa en dehors du box. Ses yeux étaient fixés sur la porte des toilettes et son ventre était tordu d'envie.

Il s'en moquait que la petite amie de Klaus soit là, ayant l'air légèrement inquiète, ou que Tom le regardait avec des yeux confus.

Il en avait besoin maintenant, avait besoin de ce qu'il savait que Klaus pouvait lui donner.

Avant d'entrer dans les toilettes, il remit en place son t-shirt; un petit haut noir moulant se fermant à l'aide de boutons sur le devant. C'était différent de ce qu'il portait d'habitude, des t-shirts de concert et des vêtements enfantins, mais il voulait avoir l'air féminin, plus adulte.

Il poussa la porte et trouva Klaus debout devant les lavabos, s'aspergeant le visage d'eau.

« Coucou, » dit Bill et Klaus se redressa soudainement, tournant son visage vers lui.

« Qu'est-ce que tu fais là? » demanda-t-il.

« Les toilettes sont pour tout le monde, » dit Bill, se rapprochant. « Même si je viens pas vraiment pour... ça. »

Klaus hocha la tête lentement. « Alors... pourquoi...? »

« Voir si tu vas bien, » dit Bill. Il posa ses pieds sur ceux de Klaus et agrippa ses épaules. C'était une position bizarre et intime mais Klaus ne se dégagea pas. Il inspira profondément et toucha délicatement Bill dans le bas du dos. « Mais t'es pas réellement malade, hein? »

« Oh, je le suis mais rien de grave, » dit-il, le repoussant finalement. « Bill, j'ai besoin de- »

« Klaus, je veux que tu me baises, » dit Bill et avant que Klaus ne puisse répondre, il se hissa sur la pointe des pieds, et l'embrassa. Il fit plus qu'excité quand Klaus grogna dans le baiser, se poussant contre lui jusqu'à ce que Bill atteigne le mur.

« Oh merde, Bill, » dit-il, dévorant sa bouche, son cou, n'importe quel bout de peau qu'il pouvait atteindre. « Putain, putain, j'peux pas. Je peux pas. »

« Klaus, s'il te plait, » dit Bill. « Je... je veux que tu sois le premier. » Une fois le mensonge sortit, Bill n'était même pas sûr de pourquoi il l'avait dit, mais Klaus grogna et l'enfonça durement contre le mur, ses mains agrippées à lui. « Baise-moi. »

« Bon dieu. » Klaus se recula, passant une main dans ses cheveux. « Je... peux pas. »

« Je te fais confiance, tu le sais, hein? » dit Bill. Il battit des cils, du moins essaya, et rougit. « J'ai confiance en toi pour ça. S'il te plait? »

« J'ai une copine et je suis pas- »

« Je lui dirai rien, » murmura Bill. « Je le dirai à personne. Ça concerne que moi, je veux vraiment que tu sois mon... mon premier. »

Le visage de Klaus s'adoucit mais il soupira, secouant la tête et passant ses doigts dans les cheveux ondulés de Bill. « Gamin, je peux pas, je- »

Bill baissa la tête. « Ok, c'est embarrassant, laisse tomber. »

« Oh et puis merde, » murmura Klaus, touchant l'épaule de Bill et la serrant. « Y a un tas de connards dehors, et je t'apprécie beaucoup. Je veux être sûr que ta première fois soit... vraiment bonne. » Il massa la nuque de Bill, embrassant ses lèvres.

Bill sentit le parfum de la victoire et emmêla ses doigts à ceux de Klaus. « Ok, mais... Je veux pas que ça se passe dans des toilettes, Klaus... »

Et c'est comme ça qu'ils se faufilèrent en dehors du club et hélèrent un taxi pour rentrer à l'hôtel. Klaus n'avait même pas prévenu sa copine de son départ. Bill s'en moquait bien. L'adrénaline coulait dans ses veines, il était prêt et chargé à bloc.

Il commençait à avoir l'impression que Klaus était vraiment son premier, et dans un sens, il l'était. Un parmi les autres, du moins. Ça n'avait pas d'importance pour le moment. Bill l'avait et Klaus était le premier sur la longue liste des désirs de Bill.

Quand le taxi les déposa à l'hôtel, Bill était tout en réserve et en timidité. Il faisait tout pour, voulant faire tomber Klaus dans le panneau.

« Ma chambre? » dit Bill d'un air détaché, regardant par-dessus son épaule.

Klaus hocha la tête, se balançant légèrement d'un pied à l'autre. « Ou-ouais. Je veux pas te baiser sur le lit où ma petite amie dormira plus tard. »

« Pourquoi? » demanda Bill.

Klaus se contenta juste de grogner et poussa Bill dans l'ascenseur. Quand les portes se fermèrent, il plaqua Bill contre le mur où était le miroir et embrassa tout le long de son cou, remontant son t-shirt sur sa poitrine, caressant ses hanches. Bill fondit presque sous son toucher; il pouvait difficilement tenir debout, et les mains puissantes de Klaus le tenaient fortement, le faisant trembler.

La chambre de Bill était au dixième étage et c'était une longue ascension. Klaus avait sa langue dans sa bouche, ses mains sur ses fesses et il caressait de son pouce son fondement. Bill était juste avachi contre lui, laissant l'homme ténébreux et grand le dévorer.

« Stop, » dit Bill, à bout de souffle. « Je vais... »

Klaus grogna et ôta sa main du pantalon de Bill, posant son bras contre le mur à côté de lui. Il fixa le garçon plus jeune que lui, caressant son visage. « Tu es plus joli qu'elle, tu sais. »

« Je sais. »

« Oh, salope, » dit Klaus, un sourire en coin. « Depuis combien de temps t'as prévu de me sauter dessus? »

Les portes s'ouvrirent en un 'ding' sonore et Bill s'échappa de la grippe de Klaus. « J'ai rien prévu du tout, je suis un petit garçon innocent, » dit Bill, sortant de l'ascenseur. Klaus grogna et lui couru après.

Il attrapa Bill au niveau de la porte de leur chambre d'hôtel; celle de Bill et Tom.

« On doit être rapide, » dit Bill, glissant la carte magnétique dans la porte. Klaus se pressa contre les fesses de Bill, son érection le faisant frissonner. « Mmm, Klaus. »

« T'es foutrement sexy, » dit Klaus, la voix rauque. Ses mains glissèrent, tenant Bill à la taille. « Si petit. »

« Je suis quasiment aussi grand que toi, » chouina Bill, ouvrant la porte. Ils chancelèrent jusqu'à entrer et Bill dirigea l'adulte jusqu'au lit près de la porte.

« Putain, est-ce que tu partages cette chambre? » demanda-t-il.

Bill tomba en arrière sur le lit et écarta les jambes. « Ouais, avec Tom. Maintenant viens ici avant qu'il se ramène. »

« Bill... » Klaus avait de nouveau l'air inquiet, peut-être un peu effrayé.

Bill lécha ses lèvres, son piercing à la langue brillant dans la douce pénombre de la chambre. « Viens là. »

« Mais si ton frère- »

Bill s'assit, souriant à Klaus. « Mais rien du tout, » dit-il, pressant sa main contre la queue de Klaus. « S'il te plait, pitié? »

« Pitié? » Klaus avait l'air plus abasourdi et excité que jamais. « Bon dieu, qu'est-ce qu'il y a avec toi? »

« La cerise sur le gâteau? » Bill sourit d'une façon mignonne et se retrouva avec une main pressant entièrement l'excitation de Klaus à travers son jean.

Klaus grogna fortement et rampa sur le lit, avançant vers Bill. Celui-ci garda ses yeux fixés sur l'homme. Il ne se sentait plus nerveux à présent. Il savait qu'il pouvait faire ça, qu'il voulait ça, et c'était vraiment visible que Klaus le voulait aussi.

Il avait amené Klaus exactement là où il le voulait.

« Fais doucement avec moi, » dit Bill, feignant la timidité. « Je suis vraiment nerveux. »

« Je suis vraiment doué. »

« Est-ce que t'as déjà... avec un autre mec avant? » demanda Bill, yeux grands ouverts.

Klaus hésita, une minute de plus et Bill aurait débandé. Mais finalement Klaus secoua la tête de droite à gauche.

« Est-ce que ça pose problème? »

Bill souffla, faisant un sourire tremblant. « Non, non, non. Je suis... soulagé. J'espère que je serai assez bon pour toi. »

Klaus se contenta juste de laisser échapper un grondement bas et enfonça Bill dans le matelas. Celui-ci cria et agrippa les épaules puissantes de Klaus, laissant sa tête retomber sur le matelas et gémit. Klaus enfonçait avec force ses hanches contre les siennes et c'était fantastique, tellement meilleur qu'avec Andreas. Klaus était un homme, tellement plus fort que lui. La queue de Bill était si dure dans son pantalon et il s'arqua contre Klaus.

« T'as déjà senti quelqu'un te toucher en bas? » marmonna Klaus dans le cou de Bill. « Est-ce que quelqu'un t'as au moins déjà branlé? »

« Non, » répliqua Bill. « Montre-moi. »

« Bon dieu, je suis le premier? » Klaus se recula et passa sa main le long de la gorge de Bill jusqu'à sa poitrine.

« Oui, » dit Bill, rougissant, non d'embarras mais de désir. Il adorait la façon dont les yeux de Klaus fonçaient sous l'envie, dévorant son corps. Klaus avait l'air de ne pas savoir par quoi commencer, comme s'il ne savait pas quoi toucher ou goûter en premier.

« Merde, Bill, je veux juste... » Il agrippa les hanches de Bill et le retourna. Bill gémit, à quatre pattes, le bassin relevé, et trembla quand Klaus fît glisser son pantalon. « Je peux pas faire doucement. »

Bill ne voulait pas réellement que Klaus y aille doucement, mais il chouina et agrippa les draps. « Me... fais pas mal, » dit-il, souriant contre les draps. Il roula des hanches et Klaus avait ôté son pantalon et son boxer en moins de temps qu'il ne faut pour le dire. Bill ne portait plus que son t-shirt noir moulant.

« Je ferai attention... je... » Klaus écarta les fesses de Bill et grogna.

« Oh... » gémit Bill. « Klaus, non. »

« Non? »

Bill remua très légèrement ses fesses. « Pas tout de suite. »

Mais Klaus enfonça un doigt à l'intérieur de Bill quand même et c'était fantastique. Bill cria de douleur, ayant réellement mal, mais d'une si bonne façon.

« Noooon, » chouina Bill. « Klaus. »

Klaus pressa son doigt plus profondément et Bill frémit de plaisir. Klaus était pantelant dans le cou de Bill, déjà suant, et pliant son doigt encore et encore.

Ses doigts étaient si longs, si imposants, et les genoux de Bill lâchèrent alors qu'il le caressait juste de la bonne façon. C'était la meilleure sensation au monde, d'être touché de cette façon, et Bill n'arrivait pas à croire d'avoir attendu si longtemps pour y goûter à nouveau.

« Oh, Klaus, » gémit Bill. « Plus. »

« Plus? » demanda Klaus, à bout de souffle.

« Pas si fort. » Bill ferma les yeux et sentit les doigts de Klaus toucher pile l'endroit à l'intérieur de lui qui le faisait crier. « Oh! Non, oui, plus fort. Mmm. »

Klaus agrippa les fesses de Bill et ajouta un autre doigt. Bill gémit et crispa ses muscles, donnant à Klaus un avant-goût de son étroitesse.

« Putain, » bredouilla Klaus. « Je vais te pénétrer. »

« Oh, mon dieu, » chouina Bill. « Trop rapide. »

Klaus gloussa légèrement. « Tu le veux, petit trou du cul. »

Bill regarda par-dessus son épaule et essaya de lui lancer un regard indigné. « Plus, » dit-il, son ton sans appel. « Je peux à peine sentir ce que tu me fais. »

Mais soudainement Bill hurla alors que Klaus le pilonnait de ses doigts, l'obligeant à se pencher plus en avant et à agripper les draps. Juste la sensation des doigts de Klaus était mille fois meilleure que celle de la queue d'Andreas. Bill trembla et s'arqua, il était prêt pour une bonne partie de baise.

« Je le veux si fort, » gémit doucement Bill. « Klaus, met-la moi. »

Les doigts de Klaus se retirèrent rapidement et il agrippa fermement ses hanches. « T'es sûr? »

« Mmm, oui. J'ai le lubrifiant, juste là- »

« Je croyais que c'était ta première fois, » l'interrompit Klaus.

« Oh, ça l'est. C'est celui de Tom, juste là. C'est un cas. Prend-le et enlève ton pantalon, » dit Bill, s'asseyant et dégageant quelques mèches de cheveux de sa figure. « Tout de suite! »

Klaus sortit du lit, triturant la boucle de sa ceinture alors qu'il parcourait la pièce. Quand il revint, son pantalon était ôté, il avait le lubrifiant en main, et était en train d'ouvrir une capote. Bill se recula, sourcils froncés.

« Aies pas l'air si surpris, » dit Klaus.

« Oh... oh, ouais. » Bill inspira profondément, fixant la capote. Bien sûr, ils feraient mieux d'utiliser un préservatif; pourquoi ne le feraient-ils pas? Bill chassa l'incertitude de son esprit et rampa jusqu'à Klaus. « J'peux te le mettre? » Il embrassa l'épaule de Klaus.

« Putain, ouais. » Klaus sourit en coin. « Je vais t'apprendre. »

Bill ne savait pas vraiment comment en mettre un, et pourquoi le saurait-il? Quand il l'avait fait avec Andreas, ils n'avaient laissé aucune place pour la réflexion, mais pour le ressenti. Bill voulait ressentir ça à nouveau.

Il prit la capote et Klaus ôta son t-shirt. Klaus était finement musclé, juste de quoi faire saliver Bill.

« Enlève ton boxer, » commanda Bill.

« Plutôt exigeant pour un puceau, » dit Klaus, mais il ôta tout de même son sous-vêtement. Bill se contenta de sourire en coin et fixa la queue de Klaus; elle était dure et humide et rouge.

« Si grosse, » dit Bill dans un souffle, s'avançant, laissant tomber le préservatif afin de déboutonner son haut. Il commença à l'enlever mais Klaus le poussa contre le matelas.

« Laisse-le, » dit Klaus. « Il te va vraiment bien. » Il rampa au-dessus de Bill, recouvrant complètement son corps. « Enfile-moi la capote. »

« Je... » Bill grogna, le corps chaud de Klaus l'enfonçait dans le matelas, il pouvait sentir son imposante érection contre sa hanche.

Klaus s'assit, pénis érigé. Bill voulait le toucher, mais encore plus, il le voulait en lui. Ses entrailles le tiraillaient, le brûlaient; il en avait besoin.

Il prit le préservatif et le posa maladroitement sur le bout de la queue de Klaus, et il regarda l'adulte en quête de réponses. « Comme ça? »

« Déroule-le, tu le sentiras, » dit doucement l'adulte. Bill déroula précautionneusement la capote le long du pénis de Klaus, caressant la longueur de ses jointures. « Putain, gamin. C'est fantastique. »

« Vraiment? » Bill était fasciné par la queue de Klaus. « Vous avez couché combien de fois ensemble, Serena et toi? »

Klaus s'étrangla presque. « Assez. »

Les sourcils de Bill se relevèrent. « Mmm. Comme ça? »

La capote était totalement déroulée sur le sexe de Klaus et l'adulte acquiesça. « Bon travail... Maintenant tu veux le lubrifier? »

Bill acquiesça et chercha le lubrifiant. Il fit sortir un peu du gel froid du tube et l'étala sur sa paume, fixant le pénis de Klaus. Ses mains glissèrent le long du membre chaud, le rendant glissant et prêt. « C'était comment? »

« Merde, t'es sexy, » haleta Klaus. « Viens-là, allonge-toi sur le dos. »

Bill mordit sa lèvre, avançant à genoux sur le lit et souriant aussi timidement qu'il le pouvait. Son haut était grand ouvert, exposant son corps mince, sa peau lisse et sa queue dure pressée contre son ventre. « Non, » dit-il.

Klaus leva un sourcil. « Non? »

« Mets-toi contre la tête de lit, assis, » dit Bill. « Je vais m'asseoir dessus. »

« Mais... Je pense que c'est mieux pour ta première fois que tu- »

Bill secoua la tête. « Je veux le faire de cette façon, de ma façon. Ma façon, Klaus. »

Klaus fixa Bill. « T'es un sacré phénomène toi. »

« Je sais. » Bill toucha la poitrine de Klaus et le poussa en arrière, pile là où il voulait qu'il soit. « Ça va être si- si bon. » Klaus écarta ses jambes, invitant Bill à s'asseoir sur ses genoux. « Je... m'assois juste dessus? »

« Tu sembles savoir exactement ce que tu veux, » dit Klaus avec un clin d'oeil.

Bill lui lança un sourire faussement modeste et s'assit sur ses hanches. « Bouge pas, » dit-il, les yeux brillants. « J'ai besoin de le faire à mon rythme. »

Klaus acquiesça, regardant chaque mouvement que faisait Bill. Ce dernier attrapa de ses mains la queue dure de Klaus et la tint droite alors qu'il abaissait ses fesses, sentant le bout caresser son fondement. Il n'était pas vraiment sûr de savoir si la pénétration serait facile, mais il était tout de même prêt. Il écarta plus encore ses cuisses, s'ouvrant, arquant son dos et fermant ses yeux.

« Putain, regarde-toi, » marmonna Klaus. « T'es la... la personne la plus chaude que j'ai jamais eu. »

« Tu m'as pas encore.. » Bill sentit la queue de Klaus taper contre son trou. « Mmm, mais t'es sur le point de. »

Klaus posa ses mains sur les hanches de Bill et le guida gentiment. « J'irai doucement, ok? »

« N-non! » Bill fixa Klaus. « J'veux dire, j'te ferai savoir. Laisse-moi juste m'asseoir dessus. »

« Te blesse pas, parce que ça fera forcément mal, » dit Klaus. « Et ça peut prendre quelques temps avant que ça soit- »

Bill sourit en coin et glissa sur la queue de Klaus. Ça faisait un mal de chien pour l'instant, encore plus qu'avec Andreas, mais il était déjà gémissant, se mouvant en quête d'atteindre l'orgasme.

« Ahhh! » Bill cria, descendant complètement jusqu'à ce qu'il soit assit sur les genoux de Klaus. Il se tortilla, cria à nouveau, et enfonça ses ongles profondément dans les épaules de Klaus.

« Putain, Bill, putain, » grogna Klaus. « Merde, bouge pas... putain t'es si étroit. Ça va? Merde! »

Bill serra les dents et remonta de moitié sur son sexe, sentant une montée de pouvoir et d'excitation couler en lui. Quand il atterrit de nouveau sur les genoux de Klaus, ils hurlèrent tous les deux. Klaus essaya de donner un coup de hanche, mais Bill se retira et se ré-empala de nouveau.

« Reste, » dit Bill, « tranquille. »

« Bill, » croassa Klaus. « Bill, sois prudent, s'il te plait, je- »

Mais Bill n'écoutait plus, il était en train de chevaucher Klaus, tremblant et frissonnant sur ses genoux. La queue de Klaus était juste parfaite, assez grosse pour taper dans tous les bons endroits, et entièrement sous contrôle de Bill, c'était parfait. Bill bondit sur les genoux de Klaus, le chevauchant comme il aimait.

« Bouge pas, » gémit Bill. Il se rapprocha, enlaçant les épaules de Klaus, le forçant à s'allonger sur le dos. Bill se pencha en avant et sentit la queue appuyer contre son endroit, en plein dessus. Il cria, mordant ses lèvres alors que les mains de Klaus agrippaient sa taille pour le tenir en place.

« Gamin, t'es... t'es foutrement... » Le visage de Klaus était marqué entièrement par le plaisir alors que Bill montait et descendait sur son sexe. Ses mains allaient et venaient sur le torse fin de Bill, ses pouces s'enfonçant dans les hanches de Bill et effleurant son pénis.

Bill regarda ses gestes et sourit légèrement en coin. Il savait qu'il allait arriver à ses fins et la récompense était meilleure que ce qu'il aurait pu espérer. Il n'avait pas beaucoup de comparaisons, mais Klaus était définitivement un bon coup. A présent il branlait le sexe de Bill d'une telle façon que celui-ci se sentait au bord de l'explosion. Bill pouvait à peine le supporter.

« Putain, putain » murmura Bill. « Klaus, c'est si bon, mmm... »

Klaus agrippa les bords du t-shirt de Bill, le tirant vers lui. Celui-ci se pencha et leurs lèvres se connectèrent. Bill était pressé de se rasseoir et de chevaucher à nouveau la queue de Klaus mais l'homme avait ses mains autour du dos de Bill et il poussait sa langue dans la bouche de Bill...

Ce dernier fronça le nez et se dégagea de sa prise, souriant en coin à Klaus. « Contente-toi de me baiser, » murmura-t-il.

« Dieu que t'es dur, bébé, » répliqua Klaus tout en souriant. Il souleva ses hanches, sa queue s'enfonçant encore plus loin en Bill.

Ce fût assez pour que Bill se cambre en arrière, prenant appuie sur les cuisses de Klaus et chevauchant l'homme en d'intensives et fortes pénétrations.

« Oh, oh, oh, oui, » gémit Bill. « Oui, Klaus. Oui, c'est si- »

« Bon dieu, c'est bon, t'es si sexy, si foutrement sexy, » siffla Klaus à travers ses dents. Ses mains passaient et repassaient le long de la taille fine de Bill, le faisant descendre lors de ses poussées vers le haut.

Bill avait perdu une grande partie du contrôle à présent, mais c'était si bon. Il laissa Klaus le baiser durement, de plus en plus fort jusqu'à ce que l'homme s'assoit, essayant de renverser Bill sur le dos. Mais ce dernier résista, s'enfonçant si brutalement qu'ils se crispèrent tous les deux, haletants, et jouissant.

Bill laissa échapper une longue expiration et ôta de son front quelques mèches de cheveux. Ils étaient trempés de sueur et son corps entier tremblait; il n'avait encore jamais joui aussi fort, jamais. Il fixa Klaus. L'adulte était allongé sur le dos, respirant lourdement et agrippant doucement la cuisse de Bill.

« Fait doucement quand tu te retires, » le prévint gentiment Klaus.

Bill se contenta juste de soupirer et de faire glisser le sexe de Klaus hors de lui avec facilité. L'homme grogna et se rapprocha de Bill, enroulant ses bras autour de son corps fin. Bill protesta un peu mais se laissa finalement faire.

« Ta peau est si sucrée, » dit Klaus. « Bon dieu, tu sens si bon, Bill. Merci de m'avoir laissé... être ton premier. »

« Mm, » murmura Bill, agrippant son t-shirt par l'ourlet. Il y avait du sperme dessus, il devra le laver. « Merci, ouais. »

« Tu étais vraiment bon. Est-ce que c'était bon pour toi? » Klaus caressa les cheveux bouclés de Bill. « Tu t'en souviendras, hein? »

« Oh, ouais. » Bill essaya de se dégager de la prise de l'homme. Il se sentait mal à l'aise et avait envie d'une bonne douche. « Définitivement. »

« Moi oui, » ajouta Klaus. Il embrassa le visage de Bill, caressant sa hanche. « Ton corps est magnifique, bon dieu. J'aurais jamais cru que le corps d'un mec pouvait être si sexy mais le tien... T'es le plus sexy. »

« Merci. »

« Non, je le pense réellement. Tu es parfait, » répliqua Klaus. « Est-ce que quelqu'un te l'a au moins déjà dit? »

Bill fit semblant de bâiller et se retourna, jambes écartées. « Pas vraiment. Je pense que Tom va bientôt arriver, donc... »

« Juste une seconde, » dit Klaus. « C'est un moment spécial, pas vrai? »

« Um. » Bill s'assit et toucha gentiment l'épaule de Klaus. « Bien sûr que oui que c'est spécial, c'était ma première fois. Mais... t'as une copine. »

« Bill, tu es tellement plus- »

« Écoute, Tom va bientôt revenir et il va flipper s'il me trouve ici, nu avec toi, » dit Bill. « On peut parler de ça plus tard. Ok? »

Klaus fronça les sourcils et Bill était déjà debout, à la recherche du pantalon et du t-shirt de Klaus. Il les attrapa et sourit aussi gentiment qu'il put. Mettant tout en oeuvre pour faire déguerpir Klaus. Il ne se souciait pas vraiment du fait que Tom arrive, après tout il avait totalement confiance en son frère, mais la façon dont Klaus agissait, le traitait, le faisait complètement flipper.

Bill avait juste voulu du sexe, aussi froid et rustre que cela pouvait paraître. Il avait voulu Klaus parce qu'il était hétéro, parce qu'il n'aurait pas du l'avoir.

Klaus n'était maintenant qu'amour, gentillesse et mièvrerie. Il agissait comme si lui et Bill avaient un long futur commun et Bill /avait juste envie de vomir.

« Est-ce que je peux avoir ton numéro? » demanda Klaus alors qu'il refermait la braguette de son pantalon. « J'aimerais t'appeler, peut-être pour te souhaiter bonne nuit plus tard... »

Bill fronça son nez en signe de dégoût. « Je te verrai plutôt demain, je suis vraiment fatigué. »

Klaus sourit en coin. « Gamin, t'es... formidable. » Il s'abaissa et gribouilla quelque chose sur la brochure de l'hôtel. « Voilà mon numéro. Appelle-moi, ok? »

« Ouaip. »

Bill était sur le lit, jambes et bras écartés sans honte, et il se sentait anxieux. Il devait faire sortir ce type de sa chambre, mais Klaus était si lent. Klaus referma lentement sa boucle de ceinture puis se retourna vers le miroir, vérifiant l'état de ses cheveux.

« T'es beau, » dit gentiment Bill. « Si sexy, Klaus. »

Ce dernier se retourna et envoya à Bill un sourire éblouissant, ses joues se gonflant. Klaus gloussa et agrippa le visage de Bill entre ses mains, l'embrassant précipitamment sur les lèvres. Bill haleta et repoussa l'homme, grimaçant.

« Bonne nuit, » dit brutalement Bill.

Klaus hocha la tête et se dirigea vers la porte, la refermant derrière lui.

Bill laissa échapper un long soupir et se laissa retomber en arrière, grognant. C'était juste exactement comme l'autre fois, avec Andreas. Pourquoi est-ce que ces gars avaient besoin de ruiner leur partie de baise en devenant si... collants?

Il était sur le point de s'abaisser pour remettre son boxer quand la porte s'ouvrit et que Tom entra, l'air maussade.

« Pourquoi Klaus avait l'air si foutrement content? » marmonna-t-il, balançant son porte-monnaie sur la table. Il releva le regard vers Bill et fit une grimace, grognant de façon audible. « Aw, Bill, c'est quoi cette connerie? Habille-toi!! »

Bill agrippa sa chemise noire déboutonnée, son seul vêtement à vrai dire, et fronça les sourcils. « Désolé. » Il tira sur sa chemise pour cacher son aine et la referma jusqu'à son torse.

« Bill! » dit Tom, rigolant. « Ton pantalon! »

« Mais ça va m'irriter, » dit Bill, se reculant et souriant en coin. Ses cuisses étaient exposées et Tom leva les yeux au ciel.

« Sérieusement, est-ce que t'as juste baiser ce type? Il a une copine, tu sais, » dit Tom. Il s'assit aux côtés de Bill sur le lit, peut-être quelque chose de bizarre à faire en sachant que Bill était à moitié nu et qu'il sentait le sexe, mais ils avaient toujours agit comme ça.

Tom racontait toujours ce qu'il faisait à Bill, ce qui n'était pas autant que ce qu'il se plaisait à faire croire donc Bill se sentait à l'aise à propos de beaucoup de choses avec son frère.

« Le fait qu'il ait une copine est le pourquoi de cette baise, » dit Bill.

« Oh bon dieu, t'es un crétin fétichiste des gars hétéros? »

« Est-ce que c'est si flagrant que j'ai un faible pour les mecs hétéros? » demanda Bill.

Tom donna un coup d'épaule dans celle de Bill et passa un bras autour de lui. « Alors, t'as couché, huh? T'es plus chanceux que moi. »

« C'était si bon putain, jusqu'à ce qu'il se mette à parler, » dit rêveusement Bill. « Pourquoi est-ce que les gars hétéros ne peuvent-il pas juste être... hétéros? »

Tom ne put qu'en rigoler et pincer Bill. « Comme je l'ai dit, t'as été plus chanceux que moi. »

« T'as jamais de chance, Tomi, » dit Bill. Tom le pinça jusqu'à ce qu'il couine. « Mais c'est la vérité, t'as dû baiser genre... deux filles. »

« J'ai fait carrément plus que baiser, cependant! » se défendit Tom. Bill se tortilla sous la prise de Tom, s'exposant presque et agrippa sa main. « Qu'est-ce que tu fais? »

Bill sourit en coin. « Oh, j'ai oublié, tu t'es fait sucer une fois. Et dire que, pendant genre une année de ma vie, j'ai cru que t'étais un maniaque du sexe. Pff! » Avant que Tom puisse se défendre à nouveau, Bill tira sur sa main et amena les doigts de Tom à son visage.

« Bill...? »

Ce dernier respira intensément et se vautra sur le lit, riant à gorge déployée.

« Ew, Bill! »

« Qu'est-ce que t'as pu bien faire, Tomi! » couina Bill. « Mettre ta main entière en elle? »

« Mon dieu. » Tom baissa le regard sur ses jambes, devenant rouge comme Bill ne l'avait jamais vu. « J'ai... une fille m'a laissé la doigter dans les toilettes. »

Bill hurla de rire.

« C'est pas drôle, c'était hot! » chouina Tom. « Elle était genre... en train de me supplier pour que je le fasse, mais je voulais pas baiser une fille que je connaissais à peine. »

Bill s'assit, sa chemise s'ouvrant de façon obscène. Tom le tira vers lui et Bill se pelotonna contre lui. « Dis m'en plus. »

Tom leva les yeux à ça et haussa les épaules. « C'était la fille dont tu m'avais parlé, donc je suis allé la voir pour lui parler. »

Bill hocha la tête, souriant en coin. Ça n'avait pas d'importance que Tom soit son frère; le fait qu'un gars hétéro parle de choses typiquement hétéros suffisait. Bill se retourna sur le ventre et écouta le discours de Tom, yeux grands ouverts, captivé.

Fétichiste des gars hétéros, en effet.

**

« Hey. »

Bill releva la tête de la set list qu'il était en train de regarder. Klaus était là, rouge et mal à l'aise.

« Salut, » murmura Bill. « Quoi de neuf? »

« Je l'ai fait. »

« Fait quoi? »

« Je veux être avec toi. »

Bill grogna doucement. « Qu'est-ce que t'as fait? »

Klaus mordit sa lèvre et se rapprocha de lui. « J'ai rompu avec Serena, enfin. La nuit dernière était... Bon dieu, ça m'a fait me sentir si bien, comme jamais avant. Je t'apprécie. Tu es... incroyable. »

« Oh, mon dieu, » chouina Bill. « Klaus, non... »

« Est-ce que c'est pas génial? » demanda Klaus. « Maintenant on peut... continuer ça. »

« J'ai seulement quinze ans! »

« L'âge n'a pas d'importance quand c'est unique, bébé. »

« On a baisé, c'est tout, » dit Bill, ayant du mal à regarder Klaus.

« Bill, » dit celui-ci, fronçant les sourcils. « J'étais ton premier... j'étais ta première fois, je t'ai fait te sentir si bien, te tu m'as fait me sentir si bien. C'était si unique, c'était- »

« C'était pas unique, » grogna Bill. « Ça l'était pas, j'arrive pas à croire que t'aies fait tout ça pour ça! Klaus, tu... j'arrive pas à croire que t'aies largué quelqu'un pour moi. Pour une baise! C'était tout ce que je demandais. Juste... une baise. Ta queue. »

Klaus regarda aux alentours, ses joues devenant rouges. « Quoi? »

« On en reparlera plus tard, » dit Bill, tournant le dos à l'homme et rejoignant l'autre côté de la scène. Il ne se retourna pas, ne regarda pas Klaus pour savoir s'il le suivait. Il se contenta de marcher droit vers son manager, David Jost, qui était debout, vérifiant des papiers.

« Hey, Bill, » dit David, gardant le visage baissé. « Qu'est-ce qui se passe? »

« J'ai un problème plutôt gênant, » dit doucement Bill. « Tu vois ce gars là-bas? Le gars qui s'occupe des lumières? Il s'appelle Kris ou un truc du genre... »

« Klaus. Qu'est-ce qui va pas avec lui? »

« Il me rend vraiment mal à l'aise, » répondit Bill, essayant d'avoir l'air gêné. « Je sais pas si... je sais pas si je peux chanter, sachant qu'il... um... »

« Qu'est-ce qu'il a fait? » David regardait à présent Bill, l'air concerné.

« Il a... C'est juste la façon dont il me regarde, les choses qu'il dit. C'est pas vraiment important, c'est juste que je me sens vraiment sale quand il est dans le coin. »

La colère commença à se former sur le visage de David. « Bien sûr. Je vais passer quelques coups de fil, demander à Saki qu'il lui parle. Il sera parti d'ici la fin de journée, d'accord? »

« T'es sûr? » demanda innocemment Bill.

« Sûr. On peut remplacer un régisseur de lumière, mais pas toi. Considère que c'est déjà fait, Bill. Je suis désolé qu'il soit un tel salaud. » David ouvrit le clapet de son portable et commença à taper un numéro. Bill marmonna un merci et partit.

Tout ça pour une baise.




Dernière édition par Little-dine le Jeu 9 Sep - 22:23, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mary
Duchesse du Forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6249
Age : 25
Localisation : Glasgow
Emploi/loisirs : Trekkie
Humeur : Right as rain
Date d'inscription : 23/10/2008

MessageSujet: Re: First of many de Cynical_terror & Undrockroll (3/3)   Mar 7 Sep - 21:00

Oh, Gosh, Bill est une telle biiiiiitch! 8DDD
C'est juste trop trop énorme, il me fait trop caler. La manière de les dégager... Huhu!
Et puis les lemon sont chauds! *___*
Merci pour la traduction! :3
Revenir en haut Aller en bas
Jess
Populaire
avatar

Féminin
Nombre de messages : 572
Age : 26
Localisation : Belgique
Emploi/loisirs : en cuisine
Date d'inscription : 07/12/2008

MessageSujet: Re: First of many de Cynical_terror & Undrockroll (3/3)   Mar 7 Sep - 22:49

j'adore le personnage de Bill, il est juste so hot *-*
Tom ferait mieux de faire attention!

mercipour la traduction Dine, elle est géniale!!
Revenir en haut Aller en bas
Clarinett
Icone du forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2495
Age : 24
Date d'inscription : 20/11/2008

MessageSujet: Re: First of many de Cynical_terror & Undrockroll (3/3)   Mar 7 Sep - 23:18

Oh mon dieu *explose de rire*

C'est genre juste génial XD Bill qui se fait baiser par Andreas, et celui ci qui s'accroche, et Klaus, putain XD C'était over hot d'ailleurs avec Klaus, mais la fin énorme XD Et encore plus, avec pauvre petit Bill, et ses puppy eyes qui fait virer Klaus.

Juste énorme, j'adoore, vraiment.
Parce que je suis sûre que Bill-biatch est vraiment comme ça :'D

Merci de la traduction <3
Revenir en haut Aller en bas
April.
Icone du forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2240
Age : 25
Localisation : Lorraine (54).
Date d'inscription : 28/11/2009

MessageSujet: Re: First of many de Cynical_terror & Undrockroll (3/3)   Mer 8 Sep - 0:39

Omg. xD J'adore Bill. Quelle biatch.
J'ai adoré qu'il fasse virer Klaus en se faisant passer pour le pauvre petit garçon harcelé. 8D
Et j'aime les passages Bill/Tom.

Merci pour la traduc ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Dine
Duchesse du Forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 7132
Age : 24
Date d'inscription : 23/10/2008

MessageSujet: Re: First of many de Cynical_terror & Undrockroll (3/3)   Mer 8 Sep - 13:46

Je suis contente que ça vous plaise les filles, merci ^_^

**

Chapitre 2 :

Klaus n'était pas le premier et certainement pas le dernier.

Après que les conséquences de l'expérience avec Klaus aient laissé un goût amer dans la bouche de Bill, il retrouva confiance en son jeu. Ça avait été trop facile d'avoir ce qu'il voulait puis encore plus facile de se débarrasser de ce qu'il voulait quand il n'en voulait plus.

Bill avait réalisé qu'il pouvait exercer ses talents en toute impunité battant juste des cils ou en faignant un sourire modeste. « Tu es mon premier » était la meilleure phrase d'accroche qu'il n'aurait jamais rêvé; ça faisait presque tomber les hommes directement à ses pieds.

Ils voulaient tous être son premier, tous ces gars hétéros qui n'avaient même encore jamais pensé qu'un jour il baiserait un mec. Mais Bill n'était pas n'importe quel garçon, il était joli. Il était confus. Il était irrésistible.

Et d'autant plus maintenant qu'il s'y était exercé. Il avait totalement changé de look, laissant pousser ses cheveux et affinant son maquillage. Il portait des vêtements qui collaient son corps fin, et il s'était fait faire un tatouage sur la hanche, sachant toute l'attention qu'il susciterait.

Bill se portait bien, il adorait le pouvoir qu'il ressentait de pouvoir soustraire les hommes hétéros à ses désirs.

Et il l'avait refait. Il avait un homme à son bras, et ils parcouraient le couloir de l'hôtel avec la même idée en tête. Il s'appelait Axel et il était un type important; il était le gérant de la cérémonie où ils venaient juste de faire une performance, et Bill avait eu les yeux sur lui dès le moment où ils avaient été présentés. Cet homme, ce puissant et magnifique homme, devait être sien.

« Où est ta chambre, c'est laquelle? » demanda de façon brusque Axel, desserrant sa cravate.

Bill s'écrasa contre lui, entourant son bras autour de la taille de l'homme. « Juste là, chambre numéro quarante-cinq. »

Axel avait une famille. Une femme et des enfants. Il était aussi hétéro que possible, et alors que Bill cherchait dans sa poche la clé de la chambre, il sentit son pantalon devenir étroit. Axel avait son bras autour des épaules de Bill et il massait sa nuque, envoyant des frissons sur la peau de Bill.

« Mmm, nous y voilà, » dit Bill, poussant Axel contre le mur du couloir. Il avait grandit de quelques centimètres, il faisait maintenant un bon mètre quatre-vingt et il pouvait facilement embrasser les garçons. Et il le fit. Il agrippa l'épaule d'Axel et planta un baiser mouillé sur ses lèvres, léchant le long de sa joue et caressant de son nez son cou.

Ce dernier gémit, ses doigts s'enfonçant juste en dessous de la taille du jean de Bill. « Putain, emmène-nous à l'intérieur. »

« Sois patient, » dit doucement Bill, ouvrant la porte avec sa clé. Il lui lança un dernier sourire en coin avant d'entrer dans la pièce, entraînant l'homme avec lui.

Quand il entra dans la chambre, il vit une fille sur le lit, ses jambes écartées en l'air, et le visage de Tom entre ses cuisses. Tom était en train de la lécher, et il y travaillait dur.

« Tom! » cria Bill. Axel toussa à côté de lui, ayant un léger mouvement de recul.

Tom releva la tête, yeux grand ouverts. « Bill... »

La fille referma ses cuisses et ses joues devinrent roses. « Oh... »

Bill se contenta de fixer Tom, l'image de son frère dévorant cette fille occupant tout son esprit. Il lécha ses lèvres, sentant son aine se serrer encore plus.

« Désolé, désolé! » dit Bill, faisant un signe de la main aux deux jeunes et attrapant le bras d'Axel.

« Bill, je devrais peut-être- » Axel essayait de s'éloigner de la prise de Bill.

Bill secoua la tête et poussa Axel dans la salle de bain. Il pouvait entendre Tom l'appeler, mais il n'y prêta pas attention. Il claqua la porte de la salle de bain, la verrouilla, et poussa Axel contre.

« Viens en moi, » dit Bill, la voix grave, inquisitrice. « Maintenant »

« Bill, ton frère- »

Bill ne voulait pas penser à son frère, ne voulait pas penser au pourquoi il était si soudainement excité, pourquoi il était prêt à jouir sans avoir même été touché.

« Juste, baise-moi, il ne va pas venir, » dit Bill. Pourquoi était-il si désespéré à propos de ça?

Les sourcils d'Axel se froncèrent, ses mains agrippant de façon possessive la largeur de la taille de Bill. Ce dernier pouvait dire assurément qu'il était dur, le pauvre type avait été dur pendant toute la journée alors que Bill jouait avec lui.

« Mais tu es... c'est ta première fois, » dit Axel. « Et je ne veux pas- »

« Ce que je veux est ta queue en moi, » dit Bill. « Maintenant, Axel. Baise-moi ou fous le camp d'ici. »

La bouche d'Axel s'ouvrit en grand pendant un moment avant qu'il ne pousse Bill contre la vitre de la douche. Leurs bouches se rencontrèrent et Axel pressa ses lèvres contre celles de Bill en un baiser brute, presque douloureux. Bill haleta et tomba presque par terre, il ne prenait pas de risque en disant que ça allait être un très bon coup.

« La première fois devrait être spéciale, » murmura Axel.

« Ouais, ouais, » marmonna Bill, fermant ses yeux. Les mains d'Axel s'occupaient de la ceinture de Bill, travaillant rapidement pour la défaire, et Bill était pressé tout contre le torse de l'homme. C'en était vraiment un; il ne travaillait pas à l'extérieur, il n'était pas vraiment bronzé, mais il était massif et solide et dur contre Bill.

Ce dernier gémit, il pouvait entendre Tom dans la pièce d'à côté. Il pouvait entendre le son de la télé, et le claquement de la porte. Est-ce qu'il avait renvoyé la fille? Il s'imagina mentalement Tom avec cette fille, Tom léchant l'intérieur de la fille, passionnément, faisant se crisper ses orteils.

Il baissa la tête et Axel avait déjà enlevé le pantalon et le boxer de Bill. Celui-ci était dur, se pressant contre la hanche d'Axel. « Laisse-moi voir ta queue, » murmura Bill.

Axel haussa les sourcils et Bill agrippa sa cravate, le rapprochant de lui. Ils s'embrassèrent alors que Bill s'occupait du bouton et de la braguette du pantalon de costume d'Axel. Il l'abaissa le long de ses cuisses, en même temps que son caleçon écossais. 'Typiquement hétéro,' pensa Bill alors qu'il se reculait, relâchant la cravate.

« Retourne-toi, tiens-toi au comptoir, » commanda Axel.

« Capote, » répliqua Bill.

Axel acquiesça, il retira un préservatif de son portefeuille et sourit en coin.

« Tu trompes ta femme avec d'autres filles? » demanda Bill, souriant sarcastiquement.

Axel haussa les épaules, ouvrant l'emballage et l'envoyant dans la poubelle. « Pas que des filles. Enfin, depuis ce soir. »

Bill leva les yeux au ciel. Quel porc. Mais bon, il agrippa une lotion quelconque qui était posée sur le meuble et le mit dans les mains d'Axel. « Fait en sorte que ça soit bon et mouillé. »

« Oh, comme si tu savais, » dit sombrement Axel. « Laisse-moi prendre les choses en main. »

« Prends-moi, » répliqua Bill. « Allez, faisons-le. »

« Petit puceau pressé, » répliqua Axel. Ses mains passèrent le long du corps de Bill, caressant doucement jusqu'à ses fesses. « Putain, t'as un cul sympa. »

« Juste... » Bill siffla alors qu'Axel le chatouillait de douces caresses. L'homme embrassa la nuque de Bill et Bill couina, tendu.

« Woah, calme-toi, » dit Axel. « Ça va faire mal si tu te relaxes pas. »

« Je suis relax, ok? » Bill serra ses dents, il voulait juste qu'Axel entre en lui et le pénètre. Il n'avait pas couché depuis des semaines, la tournée avait été trop stressante, et à présent il avait besoin plus que tout d'une bonne baise.

Exactement comme Tom avait apparemment eu besoin d'une partie de jambes en l'air. Et Bill savait que ça faisait encore plus longtemps que des semaines pour Tom, Bill savait que ça faisait des mois. Tom ne baisait juste pas n'importe qui, il avait en quelque sorte des principes.

Il était le genre de type qui ne céderait jamais aux avances de Bill.

'Parce que c'est ton frère,' pensa Bill et il gémit alors qu'Axel avait finalement introduit un doigt en lui.

« Plus vite, plus vite, » quémanda Bill, regardant par-dessus son épaule et grimaçant en regardant Axel. « Allez, je peux le supporter. »

« Doucement, chéri, on va faire ça lentement, » répliqua Axel, recourbant prudemment son doigt à l'intérieur de Bill.

« Oh – merde, non, » pleurnicha Bill, se reculant. « Viens en moi! »

« Tu vas regretter, » marmonna Axel. Il plia fortement son doigt en Bill, et ce dernier gémit doucement. « Tu ne peux pas juste- »

« Qui est-ce que t'as déjà sodomisé? » siffla Bill. « Contente-toi de le faire, je sais que je peux le supporter. »

« J'ai déjà eu des filles comme toi avant, » dit Axel, retirant son doigt et frottant sa queue dure contre les fesses de Bill. « Elles disent qu'elles sont innocentes mais... »

Il écarta les fesses de Bill et introduit sa queue dedans, juste le bout. Bill gémit et se pencha en avant, agrippant le bord du comptoir du lavabo.

« Ouais, elles me mentaient, » poursuivit Axel, poussant son sexe plus profondément. « Je vais jouer ton jeu, cependant. Tu vas jouer le mien. »

Bill leva les yeux au ciel à nouveau et au moment où Axel était entièrement en lui, il s'arcbouta contre le comptoir et poussa ses fesses en arrière, forçant Axel à le baiser fort. L'homme grogna, ses mains fortement attachées aux hanches de Bill, ses ongles enfoncés dans la peau. Bill mordit sa lèvre, se regardant se faire baiser à travers le miroir embué.

« T'aimes c'que tu vois? » haleta Axel, claquant ses hanches contre les fesses de Bill. « Ça m'a l'air bon... »

« Mmm, » souffla Bill, le regard fixé sur son reflet. Il jeta un coup d'oeil à Axel, son visage était si concentré et bourru. « Oh, oh, mon dieu, t'es si gros putain... »

« C'est tes fesses qui sont serrées, » répliqua Axel à travers ses dents serrées. Il se recula, le repénétra et grogna. « Oh, merde... oh, merde! »

Bill supposa qu'Axel venait juste de jouir fort à l'intérieur de lui, et lui était toujours dur, au bord de l'explosion. Il continua de bouger ses hanches, faisant des rotations, forçant la queue d'Axel à frapper sa prostate.

Soudainement, l'image de Tom travaillant entre les jambes de cette fille flasha dans son esprit. Bill cria et ses genoux faillirent céder. Il vint fortement contre sa paume de main et laissa échapper un gémissement cassé, s'échouant presque sur le sol.

Mais Axel le retint, le pressant contre le comptoir et enfonçant encore plus profondément sa queue en Bill. Il lécha le long de sa nuque et dit, doucement, « J'ai jamais joui aussi vite dans ma vie, putain, t'es extraordinaire. »

Bill se douta de ce qui allait suivre.

« Je peux avoir ton numéro? »

« Ugh! » Bill claqua ses hanches en arrière, se tortillant et forçant Axel à sortir de lui. « Est-ce que c'est toujours la même chose avec vous, les gars hétéros? » Il se pencha en avant et attrapa son boxer et son jean, donnant à peine le temps à Axel d'enfiler ses propres vêtements avant d'ouvrir la porte de la salle de bain.

Il s'essuya les mains directement sur le t-shirt d'Axel et marcha d'un pas lourd. Tom fut à ses côtés en moins de deux, mais Bill passa devant lui, l'ignorant également.

« Qu'est-ce que t'as fait? » demanda Tom, se postant devant l'homme plus âgé. Tom ne pouvait pas faire le poids face à ce type même s'il essayait, c'est pourquoi Bill fut soulagé quand l'homme se contenta de le contourner.

« Bill, » dit Axel, mais Tom lui barra le chemin.

« Dehors, » dit Tom.

« Ouais, dehors, » marmonna Bill, tournant le dos pour regarder par la fenêtre. Il voulait qu'Axel foute le camp dès maintenant.

« Tu peux pas me virer, » dit Axel, souriant en coin. « Je suis ton premier. » Son ton était sarcastique et les épaules de Bill se tendirent.

« Il a utilisé ce truc avec toi? » Tom renifla avec dédain. « Il utilise cette astuce avec tout le monde. »

Axel secoua la tête, croisant ses bras. « Je l'ai cru jusqu'au moment où il a forcé ma queue à entrer dans son cul. » Il se retourna, ouvrit la porte. « Bonne nuit. »

« T'as besoin d'une autre tactique, » fut tout ce que Tom dit à Bill alors que la porte se refermait.

« Tom, c'est quoi ton problème? » éclata Bill.

« C'est quoi mon problème? C'est quoi ton putain de problème, Bill? J'arrive pas à croire que t'aies fait ça! » dit Tom, énervé. « J'ai dit à Cyndi de partir dès que j'ai vu... toi et ce type, peu importe. C'était embarrassant, Bill, » ajouta-t-il, rougissant.

« Je voulais... avais besoin de coucher, » répliqua simplement Bill. « Quoi? »

« Putain, Bill, » grogna Tom. « Tu ne penses qu'au sexe, ce qui est plutôt marrant, en considérant notre image publique. Vraiment putain de drôle, Bill. Je suis censé être celui qui ait autant de sexe. »

Bill commença à ricaner. Tom portait peut-être des baggys, mais il avait une érection plutôt généreuse et il avait l'air assez frustré de cela. Bill marcha lentement vers Tom, adoucissant son expression. « Bon dieu, Tom, ça fait depuis combien de temps pour toi? »

« Pas très longtemps. Putain. Je sais pas. Vraiment longtemps. Des mois. »

« Combien? »

« Cinq ou six, » marmonna Tom. « Et c'était même pas du vrai sexe. »

« Pauvre grand frère, » dit Bill, essayant de ne pas rire parce que Tom avait l'air plutôt embarrassé. Bill fixa Tom, mordillant sa lèvre, puis eut une soudaine idée. « Hey, Tomi. Je vais t'aider... ferme les yeux, ok? »

« Um, quoi? »

« Ferme tes yeux, » dit calmement Bill. « Je vais te branler. »

« T'es dingue putain. »

« Et toi t'es sur le point de déchirer ton pantalon, » dit Bill, souriant sarcastiquement.

« Bill, merde, c'est même pas drôle, » dit Tom.

Bill rigola. « En quelque sorte. » Il frappa le bras de Tom, se glissa à ses côtés et attrapa la boucle de la ceinture de Tom. « Allez, ça l'est. »

« Biiiill, la ferme. » Tom se recula et s'échoua sur son lit, le même lit sur lequel était cette fille. Bill mordit sa lèvre et s'assit au côté de Tom. « C'est pas drôle que j'arrive même pas à coucher et que je doive me rabattre sur... »

« Tu peux coucher, » dit Bill. « Si je peux, tu peux. »

« Ouais, mais tu mens, » répliqua Tom. Il s'éloigna de Bill mais ce dernier se rapprocha encore plus. « Bill, pas si près. »

« Tomi, t'es vraiment un type bien, tu vas te trouver une fille. »

« J'en avais une, » dit Tom. « Peut-être que je l'appréciais, aussi, puis t'as amené un type qui a genre la quarantaine et t'as tout ruiné! »

Bill aurait du s'excuser ou au moins s'enlever des genoux de Tom, parce que c'était là où il était maintenant, mais à la place il abaissa sa main vers la bosse de Tom et la serra. Tom laissa échapper un gémissement surpris, ses hanches ruant en avant.

« Bill, stop, » siffla Tom, mais il ne fit aucun mouvement pour arrêter son frère.

« Contente-toi de te détendre, ferme les yeux, » dit Bill, appuyant légèrement sur le torse de Tom, le faisant s'allonger sur le dos. Tom protesta mais laissa Bill le mettre à l'aise.

Avec sa casquette enlevée et son expression si incertaine, Bill trouvait à cet instant que Tom avait l'air... hot.

« Ouais, ferme tes yeux, » dit de nouveau Bill. « Ça ne va pas marcher si tu te détends pas. »

« Putain, je sais comment marche une branlette, » grogna Tom. Il obéit et ferma les yeux cependant, et Bill commença à détacher sa ceinture. Ses doigts frôlèrent la hanche de Tom et Tom rua ses hanches en avant. « Putain, Bill. »

« Je ne suis pas Bill, je suis... c'était quoi son nom déjà? Sara? »

« Cyndi, » murmura Tom.

« Ouais, elle. Oooh, t'es si sexy, Tom, » dit Bill d'une voix aguicheuse. Il ouvrit le jean de Tom et l'abaissa, en même temps que son boxer. La queue de Tom était exposée, chaude et prête, rouge, luisante d'envie. « Merde, Tom, t'es... »

« Quoi? » Tom n'ouvrit pas les yeux, mais son visage se tendit.

Bill haleta fortement. Tom avait l'air bon, vraiment bon. Sa queue était fine, pas trop grosse, imberbe, et ses testicules étaient serrés et doux. Ça n'avait rien à voir avec l'homme plus âgé que Bill avait eu. La queue de Tom était vraiment attrayante.

« Rien, » dit Bill, passant sa paume de main contre le bout. Tom tressaillit, ses yeux se fermant plus fort. « Ça va être si bon, Tomi. »

« Juste mon frère Bill peut m'appeler comme ça, » dit à travers ses dents serrées Tom.

« Oh. Désolé, » répliqua Bill, enroulant sa main autour du sexe de Tom et le caressant. Tom cria et Bill le branla plus fort, pas vraiment sûr de comment le faire, mais le faisant quand même. Il avait toujours été fonceur.

Il bougea sa main lentement au début, regardant les cuisses de Tom trembler, regardant son ventre se contracter à chaque caresse. Il devait sûrement le faire de la bonne façon.

« Bill, ahhh, » grogna Tom.

« Sara, » le corrigea Bill.

« Cyndi, » répliqua Tom. « C'est Cyndi, ah, putain, Billlll.... »

Le sourire de Bill s'agrandit et il branla le sexe de Tom encore plus vite, plus fort. « Putain, ça a été une éternité pour toi, non? »

« Uhhh... oh merde, oh... oui, oui ça l'a été. » La tête de Tom se cambra en arrière et ses hanches ruèrent. Ses yeux étaient toujours étroitement fermés. « Bill, qu'est-ce que tu... putain, qu'est-ce que tu fous? »

Bill frotta sa main contre le gland, pressant un doigt dans la fente, et regarda Tom trembler.

« C'est bon? » demanda Bill, soudainement moins sûr de lui. Il regardait le visage de Tom, le regardant se mordre la lèvre et couiner. « Tomi? »

« Ohhh... oh mon dieu, » fut sa réponse.

Bill tira sur la queue de Tom, sentit à quel point elle était humide, dure et chaude. Il la regarda et grogna.

Les hanches de Tom faisaient des rotations, son visage était dévasté par le plaisir et ses mains reposaient sur les cuisses de Bill.

« Bill, Bill, » murmura Tom, ses yeux s'ouvrant et se connectant à ceux de Bill. « Uh... »

Bill sentit quelque chose tordre le fond de ses entrailles. « Bon? » murmura-t-il.

Tom acquiesça, les yeux noirs. Bill lui donna une longue et dure caresse, et dans un mouvement de hanches, Tom jouit par saccade en trois mouvements irréguliers.

Bill regarda sa main, couverte du sperme de son frère. Il ne savait pas quoi faire, quoi dire. Normalement après qu'un gars l'ait baisé, il avait quelque chose de cassant à dire. Mais ce n'était pas la même chose, pas la même situation du tout.

Tom se releva sur ses coudes et remonta son boxer, se couvrant modestement. Il ne regardait plus Bill à présent; ses joues étaient rouges et il tremblait légèrement.

« Hey Tomi, » dit doucement Bill.

Tom le regarda finalement.

Bill fit un petit sourire. « Tu étais mon premier. »

« Oh, bon Dieu, Bill, » éclata Tom, s'asseyant et faisant une grimace. « Ton premier quoi? Conneries. J'arrive pas à croire que tu me sortes cette merde. »

Bill fronça les sourcils. « Non, je te le jure, j'ai jamais branlé un gars auparavant. »

Le visage de Tom s'assombrit. « Oh, félicitations. T'as branlé ton propre frère, » dit-il, presque méchamment. « Joli travail, Bill. Me parle plus jamais. »

Il envoya un dernier regard cinglant à Bill puis se retourna, mettant les couvertures sur lui.

Bill fixa son frère, se sentant blessé. Il n'avait pas tout saisi. Où était le problème?

**

Personne ne pouvait rester fâché avec Bill très longtemps, encore moins Tom. Ils s'étaient rabibochés et étaient retournés à leur petit relation bizarre dès le lendemain et les choses étaient revenues à la normale.

Aussi normal que possible, cela dit.

Bill continuait d'être Bill, comprendre que sa fascination et son attraction pour les hommes hétéros n'avaient cessé de croître, et Tom continuait d'être Tom. Le pudique, gentillet, chaleureux, grand frère Tom.

Bill devenait plutôt confus à la pensée de son grand frère. La branlette, qui était visiblement une erreur à ne pas reproduire, l'avait fait apprécier Tom encore plus. Tom était un type bien, un type magnifique, un type hétéro.

Parfois Bill arrivait à être dur juste en pensant à la confusion et à la résistance peinte sur le visage de Tom ce jour-là.

Mais les choses étaient normales maintenant. Ouais. Aussi normales que possible.

Un soir quelconque, Bill revivait encore une fois ce trouble quotidien. Il traînait un gars en haut des marches de l'appartement à côté du studio du groupe. Ce gars était sexy; il était signé sous le même label que Tokio Hotel et Bill l'avait ramassé à une fête ce soir-là. Il s'appelait Jacques; il venait de France, et il avait intéressé Bill au moment même où il avait parlé de sa petite copine française qui était retournée chez eux.

Bill le tenait donc par l'ourlet de sa chemise, il rigolait alors qu'il faisait entrer Jacques dans le studio, se sentant dur alors qu'ils pénétraient la porte de l'appartement.

L'excitation de Bill redescendit directement quand il vit son frère assit sur le canapé, boudant.

« Tomi, » marmonna-t-il, posant sa main contre le torse de Jacques.

Tom releva la tête, et il avait l'air si déprimé. « Oh, salut. »

Bill voulait courir vers Tom, s'assoir avec lui, frotter son dos, lui demander ce qui n'allait pas. Mais bien sûr il ne pouvait pas; il avait ce type hétéro accroché à son bras.

« Jacques, » dit doucement Bill, se tournant vers le Français et essayant d'avoir l'air réservé. « Je sais... je sais pas si je suis vraiment prêt. »

Jacques avait l'air ennuyé, mais son visage s'adoucit. « C'est pas un problème, Bill... je comprends. Ta première fois se doit d'être géniale. »

Tom baissa le regard, ses épaules se secouant légèrement d'un rire silencieux.

« Ouais, » répliqua Bill. « Je suis désolé, j'ai cru que j'étais... prêt. »

Jacques hocha la tête. « Bien, je vais rentrer en France dans deux jours. Peut-être qu'on pourra se voir une autre fois. Je peux avoir ton numéro? »

Bill grogna intérieurement. Jacques montrait sa vraie facette et ils n'avaient même pas encore baisé. « On se verra plus tard, » fut tout ce que dit Bill.

« Est-ce que je peux te donner le mien? »

« Oh, Bon Dieu, rentre chez ta putain de copine, » cracha impatiemment Bill.

Jacques lança juste un regard bizarre à Bill, et partit sans un mot.

« Bill, t'avais pas besoin de le jarter juste parce que j'agis comme un bébé, » marmonna Tom alors que Bill s'asseyait à ses côtés, silencieusement.

« Il était trop collant de toute façon, ça n'a même pas d'importance, » dit Bill. Il se rapprocha, se pelotonnant entre les bras de Tom. « Qu'est-ce qui va pas, Tomi? »

« Sérieusement c'est rien du tout, » dit Tom. « C'est juste que... Belinda et moi... »

Bill fronça les sourcils, touchant le visage de Tom. Belinda était la première copine de Tom, sa vraie toute première copine. Ils étaient ensembles depuis quatre mois, quatre mois entiers et Tom était conquis. Ou du moins, il l'avait été.

Maintenant il avait juste l'air misérable.

« Oh Tomi, est-ce que vous avez cassé? » demanda Bill.

Tom acquiesça, gardant la tête baissée. « Elle m'a largué. Elle l'a fait. Elle croyait que je la trompais. Encore. »

« Mais c'est totalement faux, » dit Bill. « Pas vrai? »

Tom se raidit et poussa Bill, se levant et fronçant les sourcils si fort que son visage se contracta. « Bien sûr que non que je l'ai pas fait, je pensais que toi plus que quiconque le saurais. Putain, et elle... je pensais qu'elle... je sais pas, je pensais pas qu'elle croyait toutes ces merdes de potins. »

Bill se releva et agrippa la main de Tom. « Je suis désolé, c'est pas ce que j'ai voulu dire et c'est visiblement une salope. Ok? Elle te connait pas, c'est pas ta faute. »

Tom fit un petit sourire et ne repoussa pas Bill cette fois. « C'était un peu une salope, je suppose. »

« Je la détestais, » avoua Bill.

« Sérieux? » demanda Tom. Il serra la main de Bill. « T'as jamais rien dit. »

« Bien sûr que non, tu l'appréciais, » dit Bill. « Je n'ai jamais... je sais pas, fait tout capoter juste parce que je pensais qu'elle était une salope ou un truc du style. »

« Ouais, bah, la prochaine fois dis-le moi, t'as l'air d'en savoir plus sur elle que moi, » dit Tom. Il s'assit, attirant Bill à côté de lui sur le canapé.

Bill fixa prudemment son frère, touchant son épaule. « Ça va aller. »

Tom haussa les épaules. « Ouais, je t'ai, non? »

Bill sourit en coin, levant les yeux au ciel. « T'es un chanceux. »

« Je suis un chanceux, » le taquina Tom, donnant une pichenette à Bill.

Bill laissa ses doigts reposer sur la jambe de Tom et le pinça légèrement. Il repensa à la fois où il avait fait Tom se sentir bien, la fois où il avait masturbé Tom et l'avait fait jouir. Bill y pensait beaucoup, pour être honnête. Il se demanda s'il pouvait se faire sentir bien Tom encore une fois.

« Tomi, tu m'as, tu sais, » dit doucement Bill.

« Ouais, » répliqua de façon absente Tom.

Bill commença à caresser la cuisse de Tom, glissant sa main le long de sa jambe, près de là où se rejoignait sa hanche. Tom tressaillit, mais ne bougea pas. Il garda ses yeux fixés sur la main de Bill, regardant avec un intérêt modéré.

« Qu'est-ce que tu fous putain? » demanda Tom.

« Je peux te faire te sentir mieux, » dit Bill, souriant. « Comme avant. Tu t'étais senti si bien, je sais que c'est vrai. »

Tom grogna, dégageant sa jambe. « Pas encore. »

« Pourquoi? »

« Bill, » dit Tom, grimaçant. « Non seulement je suis ton frère... mais en plus je ne suis pas gay. »

« Mauvaise réponse, » dit Bill et il glissa sa main plus haut.

Tom grogna à nouveau et dégagea la main de Bill d'une tape. « Je vais bien, je te le jure. Mais, uh, merci de t'en soucier? »

Bill leva les yeux au ciel et baissa les yeux sur les genoux de Tom, il était dur. « Ouais, » dit Bill. « Peut-être que je m'en soucie trop. »

Tom rigola, attrapa la main de Bill, l'amena à sa bouche et y planta ses lèvres. Non seulement Tom était dur, mais il était aussi adorablement rougissant, la tête penchée d'une façon qui rendait Bill gaga. « Peut-être juste un peu, » dit Tom. « Peu importe... »

« Film? »

« Tant que tu gardes tes mains pour toi. »

Bill lui tira la langue et attrapa la télécommande. « Ouais, parce que t'es trop irrésistible, Tomi. »

Et quand Tom souriait de cette façon, il l'était vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Mary
Duchesse du Forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6249
Age : 25
Localisation : Glasgow
Emploi/loisirs : Trekkie
Humeur : Right as rain
Date d'inscription : 23/10/2008

MessageSujet: Re: First of many de Cynical_terror & Undrockroll (3/3)   Mer 8 Sep - 14:11

Awwwwwwwwwwwwwwww \o/
J'aime trop c'est si hot! *___*
Par contre juste le prénom Jacques casse tout. xDD
Tom *___*
Merci pour la traduction<3
Revenir en haut Aller en bas
Chachouille
Duchesse du Forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5960
Age : 25
Localisation : Nancy :9
Date d'inscription : 23/10/2008

MessageSujet: Re: First of many de Cynical_terror & Undrockroll (3/3)   Mer 8 Sep - 14:38

Je tiens à dire que j'avais déjà lu la fiction ya pas mal de temps mais sérieux, en la relisant pour la corriger j'ai eu chaud chaud chaud *___*
Elle est trop bieeeeen!
Revenir en haut Aller en bas
http://www.chach-ouille.skyblog.com
Pitch'
Duchesse du Forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5148
Age : 27
Localisation : next to Paris
Humeur : Déprimée.
Date d'inscription : 08/12/2008

MessageSujet: Re: First of many de Cynical_terror & Undrockroll (3/3)   Mer 8 Sep - 15:23

Jsais pas pourquoi je suis quasi certaine de l'avoir deja lu Oo
Revenir en haut Aller en bas
http://pitchoun3.wordpress.com/
lel_chan
Marquise du Forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4930
Age : 27
Localisation : Derrière toi
Emploi/loisirs : Psycho / ToHo / Dodo.
Humeur : Tèje.
Date d'inscription : 23/10/2008

MessageSujet: Re: First of many de Cynical_terror & Undrockroll (3/3)   Mer 8 Sep - 16:23

Bon, comme je commente tout ce que je lis, je commente, mais sache que j'ai sauté touuuus les passages ou il est pas avec Tom, ca devient maladif j'pense XD (j'parle de Bill hein D: )
Bref, j'aime pas vraiment la psychologie de Bill meme si j'aime qu'il aime le sexe comme ca What a Face par contre j'adooooore tellement le personnage de Tom, juste, j'adore **
Du coup j'susi impatiente d'avoir la suite, en plus tu traduis tres bien, et ta beta dois tres bien corriger aussi :3
Enfin bref, merci beaucoup **
(juste, j'ai pas du totu apprecier qu'il couche avec un mec qui s'appelle Klaus parce que si j'me trompe pas c'est un des deuxiemes prenoms de Gus et j'avais jsute son visage en tete et MDR xD) (et je suis CONTRE, ANTI ANDREAS è_________________é encore plus avec Bill èé) (mais si y a Bushido qui arrive apres j'dis pas non (a))
Enfin bref voila xD *papote*
Revenir en haut Aller en bas
http://www.otaku-fanfic.skyblog.com
La£ti
Icone du forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2439
Age : 28
Localisation : Londres
Emploi/loisirs : Mangeuse de Bounty
Date d'inscription : 25/10/2008

MessageSujet: Re: First of many de Cynical_terror & Undrockroll (3/3)   Mer 8 Sep - 18:25

C'est chaud chaud chaud.
Bill est une salope. J'aime.

Je veux trop que tom cède What a Face

Merci =D
Revenir en haut Aller en bas
Jess
Populaire
avatar

Féminin
Nombre de messages : 572
Age : 26
Localisation : Belgique
Emploi/loisirs : en cuisine
Date d'inscription : 07/12/2008

MessageSujet: Re: First of many de Cynical_terror & Undrockroll (3/3)   Mer 8 Sep - 18:54

ahhh la tactique de la première fois à l'air de pas trop mal marcher pour Bill Wink
rah et Tom qui s'est laissé faire *bave*

merci pour la treduction, j'ai adoré cette partie!
Revenir en haut Aller en bas
April.
Icone du forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2240
Age : 25
Localisation : Lorraine (54).
Date d'inscription : 28/11/2009

MessageSujet: Re: First of many de Cynical_terror & Undrockroll (3/3)   Mer 8 Sep - 19:56

La£ti a écrit:
C'est chaud chaud chaud.
Bill est une salope. J'aime.

Je veux trop que tom cède What a Face
Voilà !
J'ai hâte de lire la suite. Merci Dine :'D
Revenir en haut Aller en bas
Anne -Chaa*
Comtesse du Forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4099
Age : 23
Localisation : Lille. (59)
Emploi/loisirs : Yaoiste
Date d'inscription : 12/11/2008

MessageSujet: Re: First of many de Cynical_terror & Undrockroll (3/3)   Mer 8 Sep - 22:12

J'aime trop que les rôles soient inversés, Bill la biatch et Tom plus timide etc, j'adore les personnages!
Et c'est trop hot, genre quand Bill commençait à être avec Tom j'avais trop le coeur qui battait vite et c'était trop hot *-*. J'ai hâte de voir ce qu'il va se passer ensuite Very Happy
Merci pour la traduction Dinou <3
Revenir en haut Aller en bas
lel_chan
Marquise du Forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4930
Age : 27
Localisation : Derrière toi
Emploi/loisirs : Psycho / ToHo / Dodo.
Humeur : Tèje.
Date d'inscription : 23/10/2008

MessageSujet: Re: First of many de Cynical_terror & Undrockroll (3/3)   Mer 8 Sep - 22:29

J'ai jamais vu de Tom biatch personellement xD (et c'pas faute d'en avoir cherché D: )
Revenir en haut Aller en bas
http://www.otaku-fanfic.skyblog.com
Anyway'
Présente
avatar

Féminin
Nombre de messages : 428
Age : 22
Localisation : Quebec :heart:
Emploi/loisirs : Ecole -_- / Equitation / Glander
Humeur : Uhm.. Happy ?
Date d'inscription : 20/02/2010

MessageSujet: Re: First of many de Cynical_terror & Undrockroll (3/3)   Jeu 9 Sep - 0:03

J'aiiiime *_* Smile
Revenir en haut Aller en bas
Clarinett
Icone du forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2495
Age : 24
Date d'inscription : 20/11/2008

MessageSujet: Re: First of many de Cynical_terror & Undrockroll (3/3)   Jeu 9 Sep - 0:15

J'adore le fait que Tom soit un romantique irréversible, qu'il soit mignon, gentil, chouqueette quoi, et Bill soit une grosse bitch, et qu'il essaye de séduire Tom, parce que, il séduit tout le monde ce mec.

Merci de la traduc' <3
Revenir en haut Aller en bas
Vile Créature
Duchesse du Forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 7462
Age : 26
Emploi/loisirs : Glandeuse/Geekeuse professionnelle.
Humeur : :pokerface:
Date d'inscription : 01/03/2009

MessageSujet: Re: First of many de Cynical_terror & Undrockroll (3/3)   Jeu 9 Sep - 1:43

Oh putain, cette mini fic est juste géniale! :O
Je kiiiiiiiiiff Bill putain, c'est vraiment une petite salope, il aime trop ça et OMG! Et sa petite astuce du "c'est ma première fois" mais mdrrrrr il est trop machiavélique et est prêt à tout, c'est trop énorme 8D Les Lemons sont trop hot, je m'imaginais les scènes et *µµµµµµµ* Biiiiiiiiill quoi *O*
Quant à Tom aaaaah, je le kiff trop aussi! Ce rôle lui va trop trop bien! Et c'est rare que je kiff autant Tom dans une fic XD Il est juste trop mignon, il s'inquiète pour son frère et il est trop romantique et pour Belinda (mdrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr sérieux c'est quoi ce nom xD), le pauvre :'O Par contre la Cyndi XD J'ai trop gloussé quand Bill l'a surpris en train de la lécher XD *voit trop Tom faire ça* Ca doit être trop sexy *___* (lui hein XD) *veut pareil* çç' J'ai trop craqué pour Tom XD Je veux le même, comme grand frère comme ça **

Et valà, je sais plus ce que je voulais dire mais cette fic' est juste trooooop bonne <3333
Merciiiiiiiii pour la traduction Diiiiiiine *__* Et merci pour la correction Chouille :3
Revenir en haut Aller en bas
Anne -Chaa*
Comtesse du Forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4099
Age : 23
Localisation : Lille. (59)
Emploi/loisirs : Yaoiste
Date d'inscription : 12/11/2008

MessageSujet: Re: First of many de Cynical_terror & Undrockroll (3/3)   Jeu 9 Sep - 12:09

Lel > Non mais les 3/4 du temps Tom est celui qui couche tout le temps etc, même si non il a pas forcément un rôle de biatch etc ^^"
Revenir en haut Aller en bas
Dine
Duchesse du Forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 7132
Age : 24
Date d'inscription : 23/10/2008

MessageSujet: Re: First of many de Cynical_terror & Undrockroll (3/3)   Jeu 9 Sep - 22:22

Merci les filles I love you
et voilà la fin!

**


Chapitre 3 :

Tom enfonça la clé dans la porte dans un soupir fatigué, et entra dans la pièce. C'était une chambre sympa, mais pour la première fois depuis longtemps, il la partageait avec Bill. Ce n'était pas un problème, c'est juste qu'ils n'en avaient pas partagé une depuis des mois, pas depuis la première fois qu'ils étaient venus en Amérique.

A présent ils étaient de retour pour faire une petite tournée après l'opération des cordes vocales de Bill.

Tom s'échoua sur son lit, le décalage horaire le tuait. Il pouvait entendre l'eau couler dans la salle de bain. Bill devait sûrement être en train de prendre un de ses longs bains.

A côté de son lit était placé celui de Bill, son ordinateur portable ouvert sur le matelas, une fenêtre de discussion clignotant dans la barre des tâches. Tom se releva, plissant les yeux. Il se demandait si...

Il se rapprocha de l'autre lit et attrapa l'ordi portable, écoutant pour être sûr que l'eau coulait toujours dans la salle de bain. Fixant l'écran, il fronça les sourcils. Bill était encore en train de parler à Mark.

Bill l'avait rencontré à Toronto et ils avaient parlé et parlé depuis des mois, et le meilleur était, dans l'esprit de Bill, qu'il parlait couramment l'Allemand. Tom savait que c'était ça qui avait fini de le convaincre.

  • katzchen89: lol
    katzchen89: je t pas dit de venir me voir! Wink
    m_stryker: awwww bébé mais t'es si près
    katzchen89: bon si t'insiste.
    m_stryker: je pense que c toi qui insistes
    m_stryker: en + jveux savoir si t'existe pr de vrai
    katzchen89: je ss la vraie chose :p tu sais.
    katzchen89: Very Happy Very Happy Very Happy
    m_stryker: hey qd je vais te rencontrer, je saurais pas où tu seras. Ça n'a pas
    d'importance pr le moment... jveux juste te voir, bébé
    katzchen89: bah on joue à Toronto ds 2 jours. Tu veux vnir? Jtinvite en tant qu'invité
    personnel.
    m_stryker: et il spasse quoi apres le show. Jte rencontre? Ou quoi
    katzchen89: je te traite cme mon invité personnel... viens pour savoir!! Wink Wink
    katzchen89: fait une pause loin de ta femme et tes enfants... et ton job...
    katzchen89: je v te faire sentir si bien si tu viens me voir ok?
    m_stryker: 2 jrs t'as dit? Je ss à Hamilton... ca peut marcher.
    m_stryker: parle pas dma femme et mes enfants bébé
    katzchen89: mmm jaime ça jme touche
    m_stryker: pas moyen. Atta jai des plans à faire
    katzchen89:okkk jre papa jv prendre un bain Wink Wink ; ))))


Tom grogna de façon audible. Il savait que Bill parlait avec des gens en ligne mais il n'avait jamais su que c'était comme ça. Il laissa échapper un grondement, se sentant protecteur avec son petit frère. Ce vieux pervers dégoûtant, ce 'm_stryker' ne pourra pas et ne voudra pas toucher Bill. Tom fera en sorte que.

**

Bill s'enfonça plus profondément dans la baignoire, l'eau clapotant contre sa mâchoire et ses joues. Il avait mit l'eau à température brûlante, juste comme il aimait, et l'eau détendait tous les noeuds qu'il avait dans le corps.

Ses mains descendaient lentement contre son ventre, prêt à calmer une autre douleur. La douleur dans son aine.

Tchatter avec Mark l'avait rendu dur, mais ce n'était pas la seule raison pour laquelle il se coltinait une érection du tonnerre. Il avait Tom dans son esprit, ce qui était devenu un hobby dérangeant mais excitant depuis quelques temps.

Il entoura sa queue de sa main et se caressa tout du long, titillant le bout. Il pensa à Mark, au magnifique canadien Mark, le pénétrant, le plaquant contre le matelas, le pilonnant. Il grogna, ses hanches s'arquant.

Dans sa tête, ils étaient exactement dans cette même chambre d'hôtel, et c'était juste après l'énorme concert à Toronto. Bill était un concentré d'adrénaline et Mark était concentré sur Bill. « Je t'ai voulu pour être mon premier depuis si longtemps, » respirerait alors Bill dans l'oreille de Mark alors qu'ils s'échoueraient sur le matelas.

Mark se contenterait alors de sourire, de retourner Bill, d'exposer ses fesses et de le pilonner sèchement. Juste au moment où Bill serait sur le point de venir, alors Tom entrerait dans la pièce, ayant l'air gêné, scandalisé, choqué. Mais il ne partirait pas; il resterait là et regarderait.

« Bill, putain Bill, j'arrive pas à croire que tu- »

Bill sortit brutalement de sa rêverie et releva la tête, Tom venait juste de pénétrer abruptement dans la salle de bain et quand il vit Bill, il grogna, détournant le regard. Bill avait la main sur son sexe et il se masturbait dans de durs et longs mouvements désespérés.

« Oh, merde, » dit Tom, mettant sa tête dans ses mains. « Putain, je suis désolé, ugh. »

« Non, t'en vas pas, » dit Bill à bout de souffle, ralentissant ses caresses, mais ne stoppant pas pour autant.

« Bill... je peux pas te parler quand tu continues à faire ça, » dit Tom. Il recula de deux pas, grimaçant.

« Ok, j'arrête, » dit Bill, plutôt calme. Avec beaucoup d'effort, il délaissa son sexe et se recula. Il était vraiment dur, vraiment érigé, et sa queue sortait de l'eau.

« Bill, putain, » jura Tom. « Je peux pas- je peux juste pas... te parler quand ton excitation est- Ugh! Elle me regarde droit dans les yeux! » hurla-t-il, faisant des mouvements de bras en direction du membre de Bill.

Bill soupira et glissa, s'immergeant sous l'eau, refermant ses genoux l'un contre l'autre. « Bon dieu, Tom, t'es vraiment un gamin. C'est quoi le problème? »

Tom sembla se rappeler du pourquoi de sa venue dans la salle de bain et croisa ses bras, son expression devenant dure. « Tu ne fricoteras pas avec un gars quelconque que t'as rencontré en ligne! »

Bill s'assit rapidement, envoyant de l'eau les chaussures de Tom. « Je l'ai pas rencontré en ligne, Tom. Je l'ai rencontré y a deux mois au Mod Club à Toronto et on a juste parlé! »

« Je sais ce que tu vas faire, Bill. Tu vas te servir de lui, comme tu le fais avec tout le monde, et ce gars a une famille! »

Bill leva les yeux au ciel, se recula, ne se souciant plus de si Tom le voyait nu ou non. « Oh ouais, Tom, paye ta morale. Tu m'as laissé te branler y a pas longtemps. » Tom devint tout rouge. « En plus, la famille ne compte pas. Il est hétéro, c'est parfait. »

Tom était clairement énervé. Il bégaya, s'approcha et pointa du doigt Bill. « Tu sais que personne peut te résister, hétéro ou non. Je suis la preuve de ça. T'as pas besoin d'agir comme une salope à propos de tout ça ! »

« Je suis pas une salope! » cria Bill.

« Si, tu l'es, » dit de façon acide Tom. « Tu m'as branlé, pour l'amour de dieu. »

« T'as aimé ça, » dit Bill. Il s'affala encore plus, se remémorant la sensation de la queue de Tom dans sa main. « J'ai... aimé ça, » ajouta-t-il. « Putain, ouais. »

Il laissa échapper un gémissement sourd et attrapa à nouveau son pénis, il était prêt à jouir.

« Oh putain! » cria Tom, levant les bras. « Fin de la conversation, Bill. »

Il se retourna pour partir et Bill chouina. « Tomi, nooooon... » Il se caressait toujours, ses orteils se crispant contre la porcelaine.

Tom ne se retourna pas. « Est-ce que tu le fais toujours? »

« Tomi, » dit Bill, faisant tourner son doigt autour de son gland. « Tomi, si tu restes, je ne laisserai pas ce gars me baiser. »

« Tu te fous de moi ? » Tom regarda par-dessus son épaule, rouge jusqu'aux bouts des oreilles. « Pas moyen, Bill. »

« Toooooooomi. » Les hanches de Bill s'arquèrent et Tom se retourna, secouant la tête.

« Et tu penses quoi de... toi ne baisant aucun gars pendant qu'on est ici, et de moi restant. Mh? »

Bill secoua la tête. « Pas moyen, on est ici pour une semaine entière. C'est trop long. »

« Pas tant que ça, Bill. »

Bill grimaça et s'enfonça plus profondément dans l'eau. Il fixait Tom, se sentant de plus en plus chaud au fur et à mesure du temps qui passait, puis, lui vint une idée. « Touche-moi un peu et je ne baiserai avec aucun gars. »

« Putain non. »

« Allez, j'ai touché la tienne, et t'as dit que tu pouvais pas me résister, » dit doucement Bill.

« C'est pas juste, tu sais que je peux pas, » répliqua Tom, fronçant les sourcils. Il était rouge, comme une tomate. Il avait l'air adorable et ça troublait Bill. « Tout ce que j'ai à faire c'est de la toucher et tu baiseras avec aucun gars? Tout le temps qu'on est là? »

Bill acquiesça lentement, se sentant au bord de l'agonie. « Ouais... »

Gardant ses yeux sur Bill, Tom s'agenouilla et se rapprocha de la baignoire. Le ventre de Bill se tordit d'excitation, de désir, de nervosité. Il n'avait encore jamais été aussi nerveux avec un gars. Il se sentait toujours sûr de lui, détenant le contrôle. Mais maintenant, anticipant le toucher de Tom, il se sentait timide.

« Ok, je... vais... »

Tom approcha ses doigts de la baignoire, et Bill arqua son dos, relevant ses hanches en dehors de l'eau. Dès que les doigts de Tom touchèrent son sexe, Bill laissa échapper un soupir contenté, replongeant sous l'eau. Leurs yeux étaient connectés, l'expression de Tom était intense. Sa main était enroulée autour de la queue de Bill et le caressait gentiment.

Ses mains étaient grandes et fortes et Bill ne put s'empêcher de gémir. Il gémit si fortement qu'il pensa qu'il allait faire fuir Tom, mais Tom le serra encore plus fort, montant sa main jusqu'à son gland et tordant son poignet.

C'était la meilleure chose que Bill n'avait jamais ressenti et il commença à donner des coups de bassin sous le toucher. Tom haleta, mais ne le lâcha pas alors que Bill gémissait encore plus fort.

« Tomi, Tomi, » soupira Bill, fermant ses yeux. « Tomi, oh, je me demandais pourquoi tu ne...mmm... pourquoi tu ne voulais pas qu'un gars me baise pendant qu'on est là. »

La prise de Tom se raidit. « C'est dangereux, tu pourrais être blessé- »

« Je pense pas que ça soit pour ça, » haleta Bill, poussant contre la paume de Tom. « Je pense pas, mmm, Tom, trop bon... »

« C'est la vraie raison, » insista Tom, serrant Bill et caressant ses testicules. « T'es mon petit frère, Bill, je veux que personne ne te touche. »

Et ce fût assez. Bill prit une longue inspiration et jouit fortement, s'arquant et bougeant ses hanches en avant. Il ferma fortement les yeux et ressentit la libération, le soulagement parcourir tous ses membres.

Quand il ouvrit les yeux, Tom avait l'air horrifié et il avait du sperme de Bill sur sa joue. L'expression de son visage était foutrement mythique et Bill ne put s'empêcher de glousser juste un peu.

« Oh mon dieu, » dit Tom, essuyant frénétiquement sa joue. « Oh mon dieu. » Il se releva, trébuchant presque sur ses pieds, et resta bouche-bée devant Bill.

Bill laissa échapper un lourd gloussement, s'asseyant et attrapant le poignet de Tom. « Tomi, oh mon dieu, c'était... »

Tom dégagea sa main, grimaçant. « Bill, j'ai juste...! » Il trébucha et Bill avait encore plus envie de rire, puis Tom partit et claqua très fort la porte. « Putain! » cria Tom de l'autre pièce et Bill gloussa, glissant entièrement sous la surface de l'eau.

**

Bill rampa jusqu'à Tom sur le lit, chatouillant de ses ongles parfaitement manucurés son cou.

« Bill, » grogna Tom, roulant plus loin. C'était l'heure du coucher et Bill n'avait pas envie de dormir tout seul. « Ne fais pas ça. »

« Toi ne fais pas ça, » dit Bill, s'allongeant et se roulant en boule. « Toooooooooi. »

« Bill, arrête ça, je me sens bizarre à propos de- »

« Tom, très bien, » claqua Bill. « J'en ai eu du tien sur mon visage, et alors? »

« Bill! »

« Relax. » Bill toucha la joue de Tom, souriant. « J'en ai mis un peu sur le tien, tu veux en remettre sur le mien? Je retourne la faveur. »

Les yeux de Tom s'ouvrirent en grand et il rampa loin de Bill, envoyant ses oreillers sur le sol. « Pourquoi est-ce que je voudrais ça? »

Bill fila vers Tom, montant sur lui et le poussant sur le dos. « Tout le monde veut ça, » dit Bill.

« Non, je ne- »

Bill baissa le pantalon de pyjama de Tom et sortit sa langue. Tom était dur et magnifique, juste comme dans les souvenirs de Bill. Il abaissa sa tête et enfonça le bout dans sa bouche avant que Tom ne puisse dire quoi que ce soit.

« Bill, putain de- Merde!! Arrête! » cria Tom, posant une main sur le front de Bill, essayant de le repousser. Mais Bill avait sa bouche fermement attachée à la queue de Tom et il marchait au pur instinct. Il n'avait jamais sucé le pénis de quelqu'un avant, il ne l'avait jamais vraiment voulu, mais quelque chose à propos de la queue de Tom l'avait fait saliver.

Bill leva les yeux. Le visage de Tom était un vrai bordel, quelque part entre la confusion et le plaisir. Bill connaissait ce visage. Il tapa la main de Tom pour l'éloigner et agrippa les hanches de son frère, enroulant sa langue autour de la queue de Tom.

Elle était délicieuse et fraîche, et le pouvoir que ressentait Bill était incroyable. Il rendait Tom complètement dingue. L'hésitation de Tom était quasiment inexistante à présent. Il était en quelque sorte en train de pousser la tête de Bill en arrière. En fait, Bill pensa qu'il essayait plus de pousser sa tête plus en avant, le dirigeant pour rendre ça encore meilleur.

C'était sexy, le moment le plus hot dans la vie de Bill. Le regard de Tom rencontra celui de Bill et ils se fixèrent alors que la bouche de Bill travailler ardemment autour du pénis de Tom.

« Bill, oh mon dieu, » marmonna Tom, ses doigts serrant les dreadlocks de Bill. « Putain, ta bouche... ta... oh, merde, plus bas! »

« Mmm, » huma Bill, souriant, ses lèvres engloutissant Tom encore plus profondément. Son propre pénis était si dur que ça faisait mal et il se pressa contre la jambe de Tom, gémissant alors qu'il suçait Tom plus fort.

« Non, non, c'est trop bon, » grogna Tom. « Pourquoi est-ce que c'est si... ah! »

Bill savait que Tom n'en avait pas eu depuis des siècles, donc peut-être qu'il réagissait plus en fonction de la stimulation en général que du talent de Bill, mais ça n'avait pas d'importance. Tom tremblait et s'accrochait à Bill et aux draps. Bougeant et remontant ses hanches, s'accrochant et se tortillant.

Bill serra ses joues contre Tom et le prit plus profondément. Il s'étrangla presque et remonta, léchant le gland. Tom était si mouillé et doux, Bill bougea sa langue plus vite et fort.

« Bill, Bill, Bill, noooooooon. »

Bill suça fort son gland et cette fois Tom ne disait plus non. Il chantait des 'oui' et jetait sa tête en arrière. Il caressait tendrement le visage de Bill, ses jambes s'écartant. Le coeur de Bill lui faisait encore plus mal que son sexe à présent, et il prit en coupe les testicules de Tom, expirant profondément alors que Tom frissonna, jouissant en un doux cri.

Bill avala son sperme parce qu'il aimait Tom, parce que Tom était mignon et attendrissant entre les draps. Son torse nu luisait de sueur, son visage était rouge, ses yeux étaient fermés, sa bouche était légèrement ouverte et il y sortait une respiration pantelante.

« C'était ma première, » murmura Bill. « C'était pas si mal, cependant. Je l'ai même eu dans ma bouche. Ma bouche, et c'était bien. » Il caressa la gorge de Tom.

« Bill, » dit Tom dans un grognement, ses yeux s'ouvrant pour attraper le regard de Bill. « C'était pas ta première, me sors pas cette connerie. »

« Si ça l'était! J'ai jamais sucé un gars avant, » rétorqua Bill. « Putain! »

Le visage de Tom s'adoucit et Bill sourit. « Vraiment? Ta première? »

« Ouais. » Bill pinça l'épaule de Tom, relevant les couvertures pour les protéger de l'air frais. « N'es-tu pas spécial? »

« Oh, la ferme, » dit Tom, la voix satisfaite.

« Ouais, ouais. Allez on dort. »

**

Bill et Tom échangèrent un regard secret et chaleureux alors qu'ils s'asseyaient dans un box avec Gustav et Georg après leur show à Toronto. Tom était en face de Bill et ce dernier lui fit légèrement du pied, attrapant la jambe de Tom entre ses chevilles. Il vit le visage de Tom rougir légèrement et Bill s'en délecta.

Il y avait uniquement un seul homme hétéro dans la tête de Bill, et c'était son frère.

Bill but le reste de sa boisson et attrapa celle de Tom. « Laisse-moi en boire. »

« Pas question, » répliqua Tom, souriant en coin. « Commande s'en un autre. »

« Georg ira me le chercher alors, » chouina Bill, donnant un coup au bassiste.

« Oh, bien sûr, » dit Georg, marmonnant. Il était bien fait, pas en mesure d'aller où que ce soit, même dans ce petit club. « Va te le chercher. Utilise ton charme, Bill. Je suis sûr que le serveur est hétéro. »

Bill rigola à cela mais Tom fronça légèrement les sourcils. Bill serra alors la jambe de Tom un peu plus fort puis se recula pour sortir du box.

« Souhaitez-moi bonne chance, » dit Bill, faisant un clin d'oeil à ses musiciens. « Avec un peu de chance je reviendrai avec une vodka-orange. »

« Et un numéro, » ajouta Gustav, ricanant.

Bill leva les yeux au ciel, envoyant un autre regard doux à Tom. Son frère sursauta à ça, cachant son visage derrière sa bière.

Bill était de très bonne humeur quand il s'accouda au comptoir, attendant que le serveur lui prête attention. Le serveur était séduisant, quelqu'un dont Bill aurait pu être intéressé, mais il n'avait cependant aucune intention de le draguer.

« Je peux t'offrir un verre? »

Bill se retourna quand il entendit de l'allemand maladroit. Derrière lui était le Canadien Mark.

« Oh, » murmura Bill, clignant des yeux. « C'est toi. »

« Putain de merde, » dit Mark, zieutant de façon lubrique Bill de haut en bas. « T'es... beau. Ça vaut le coup, rien que de t'avoir devant les yeux. »

« Um, » dit Bill, jetant un regard au box. « Merci. »

« Je pensais qu'on allait se voir, mais tu m'as jamais recontacté, » poursuivit Mark. « Donc je me suis contenté du plan. Je sais que t'aimes jouer le difficile à avoir. »

Bill rigola, se rapprochant de Mark. « Je suis difficile à avoir. »

« Et moi je suis simplement dur, » dit bassement Mark, les yeux étincelants. « Écoute, j'ai une chambre, juste en bas de la rue. La plus chère que j'ai pu trouver. Tu veux partir d'ici? »

« Peut-être, » répliqua Bill, souriant. Son instinct primaire parlait, et Mark était vraiment beau, encore plus qu'il ne s'en rappelait. Et il avait l'accent canadien le plus adorable au monde.

« Je vais prendre ta virginité, » dit Mark. « J'espère que t'es prêt. »

Bill laissa échapper un rire étranglé et se colla à Mark. « J'attends ça depuis des mois. »

Mark passa un bras autour des épaules de Bill et ce dernier soupira, jetant un autre coup d'oeil à ses musiciens. Ses yeux rencontrèrent ceux de Tom. Son frère avait les sourcils froncés, l'air confus. Déçu.

« Oh, merde, » marmonna Bill, glissant en dehors de la prise de Mark. « En fait, je sais pas si ça va être possible. »

Mark essaya de le faire revenir dans ses bras. « Écoute, » dit Mark, souriant. « J'ai pas fait tout ce chemin vers toi pour que tu me mènes par le bout de la queue. Je sais que c'est ta première fois mais... »

« Je... je peux pas, » dit Bill. « Il y a... J'arrive pas à croire que je vais dire ça, mais il y a quelqu'un d'autre. » Quelque chose s'éveilla à l'intérieur de Bill et il sourit à nouveau. « Quelqu'un de sérieux. »

Mark sourit un moment, aussi, puis il agrippa Bill, le poussant vers la porte. « Bien essayé. Mais c'est loupé, » claqua Mark. Les yeux de Bill s'ouvrirent en grand mais avant qu'il ne puisse penser à quoi que ce soit, Mark l'avait amené dehors, dans la rue.

C'était le soir et Bill ne reconnaissait personne, encore moins dans une ville où personne ne parlait sa langue.

« Qu'est-ce que tu fais? » rugit Bill, frappant l'épaule de Mark très fort.

« On va à mon hôtel. »

« Oh, j'en doute vraiment! » dit Bill. « Je t'ai dit, j'ai quelqu'un - »

« Je connais ton jeu, » se contenta de dire Mark, guidant Bill dans la rue. « Je sais tes tours. Je suis censé y jouer aussi. »

« Non, t'es supposé enlever tes putains de mains de moi, » cracha Bill, s'écartant de Mark. « Je t'ai dit que j'étais pas intéressé. »

« Tu l'es, » grogna Mark, attrapant Bill par les épaules et les serrant un peu trop fort. Bill cria; ça faisait mal, Mark était vraiment fort.

« Bill? » Tom sortit du club et son visage s'assombrit quand il vit que Mark brutalisait Bill. « Qu'est-ce qui se passe putain? »

Mark leva les yeux au ciel. « Il va bien, on va juste autre part, » dit-il, fixant Bill. Ce dernier secoua énergiquement la tête.

Tom marcha jusqu'à eux et attrapa le bras de Bill, le serrant gentiment. « Viens, Bill. »

« Laisse-moi partir, » dit faiblement Bill à Mark.

Mark fixa Tom. « Laisse-nous seuls putain. Bill me suppliait presque comme une salope. »

Tom laissa échapper un grognement et essaya de frapper dans la mâchoire de Mark. Il le rata et chancela un peu, renvoyant son poing. Mark laissa échapper un rire et poussa Tom. Son coude cogna la mâchoire de Tom et ce dernier cria sous la douleur, tombant presque par terre.

Bill voyait la scène se dérouler sous ses yeux et sentit quelque chose se crisper à l'intérieur de lui. Il força Mark à le lâcher et se tint debout, fixant l'homme plus âgé.

« Ne touche pas à mon frère, » dit-il avant d'envoyer son poing, droit dans le visage de Mark.

Mark laissa échapper un juron et se détourna, attrapant son visage. « Va te faire foutre, » dit-il sombrement, lançant un regard par-dessus son épaule. Bill put voir qu'il avait créé quelques blessures, et il en était fier. « Toi va te faire foutre, petite pute, » dit-il en anglais.

Bill croisa les bras et hocha la tête. « Dégage. »

« Peu importe, » marmonna Mark, jetant un dernier regard aux jumeaux avant de partir.

Bill se tourna immédiatement vers Tom, mit sa main sur son visage, et fronça les sourcils. « Tomi, ça va? Je suis tellement désolé qu'il soit venu, je suis désolé, j'aurais pu m'en occuper. »

« Tu l'as fait, » dit Tom, rigolant légèrement alors qu'il tenait son visage. « Putain de bonne droite, Bill. »

Le concerné rougit légèrement. « Bah, il t'avait touché. »

« Il allait te toucher. »

« Ouais, » murmura Bill, baissant les yeux. « Enfin, là il va rien faire du tout. »

Tom jeta un regard aux alentours. « On rentre? »

Bill acquiesça. « Ok. »

Il relâcha Tom et regarda son frère commencer à avancer, sentant quelque chose de chaud à l'intérieur de lui.

**

Bill mordit sa lèvre alors qu'il apposait un petit cube de glace sur le visage de Tom. Ils étaient assis sur le lit de Tom dans leur chambre d'hôtel et Bill donnait à Tom toute son attention, il était dix fois plus gentil parce qu'il se sentait extrêmement protecteur envers Tom à cet instant.

« J'arrive pas à croire que t'aies fait ça, Tomi, » murmura Bill, touchant la partie gonflée sur le visage de Tom.

« J'arrive pas à croire que t'aies fait ça, » dit Tom. « T'as sauvé mes fesses. »

« Bah, » dit Bill, baissant la tête, se sentant rougir. « J'ai juste eu de la chance, il a pas voulu me frapper parce que je suis trop beau. »

Tom rigola et enleva la glace des mains de Bill, relevant la tête pour se faire rencontrer leurs yeux. « Tu l'es. »

« Tomi, » souffla Bill puis il respira tout contre Tom. Ils s'embrassèrent pour la première fois, un peu maladroitement, mais Bill se perdit dans le baiser, désirant plus. Il arrêta le baiser avant que cela ne devienne trop sérieux. « Tom. »

Les mains de Tom prirent le visage de Bill en coupe. « Bill. » Il se rapprocha mais Bill ne laissa pas leurs lèvres se joindre.

« Tomi, j'ai voulu qu'il me baise, » admit Bill. « Je l'ai voulu, je suis tellement désolé, je l'ai voulu puis je t'ai vu et j'ai voulu... »

« Quoi? » demanda Tom.

« Je t'ai voulu, » dit Bill. « Je te veux. »

« Comment? »

« Je veux que tu... » Bill ne pouvait pas le dire, pour toutes les cochonneries qu'il avait fait dans le passé, il ne pouvait pas dire à son frère qu'il voulait qu'il le baise.

Le visage de Tom rougit, et Bill sourit.

« Je suppose que je veux que tu... me baises, » dit-il tout doucement, presque inaudible.

« Oh, » dit Tom, baissant les yeux et se tortillant légèrement. « Putain, c'est... »

Bill regarda Tom prudemment.

« Ouais, » dit finalement Tom. « Ouais, je le veux, aussi. »

« Mais t'es hétéro... »

« Bill, tu devrais savoir à présent que tu es l'exception à la règle, » fut tout ce que Tom dit alors qu'il embrassait le cou de Bill, le poussant doucement sur le dos. Bill sentit ses entrailles papillonner et il se sentit vraiment timide, vraiment nerveux.

Cette fois-ci il était concerné. Il se sentait concerné et se demandait comment ça allait être pour tous les deux et il voulait que Tom pense qu'il était bon.

Ils s'embrassèrent lentement, et Tom passa ses mains le long du corps fin de Bill, prenant en coupe ses fesses. Bill laissa échapper un rire discret, se tortillant légèrement. Il passa sa main en une caresse le long du visage couverts de bleus de Tom et l'embrassa, laissant sa langue mouiller la peau chaude. Tom haleta, se reculant.

« Préservatif, » murmura Tom.

Bill fronça les sourcils. « Je... veux te sentir. Et je veux que, quand tu jouiras... Je veux que ça soit en moi. »

« T'es sûr? » murmura Tom. « Parce que moi je m'en fiche, mais je pensais que toi tu t'en souciais. »

Bill secoua la tête. « Juste toi, Tomi. »

« Juste moi? » demanda Tom.

Bill acquiesça. « Oui, s'il te plaît. Juste toi. »

Tom laissa échapper de sa gorge un sourd grognement et serra les fesses de Bill. Ses doigts frottèrent contre le fondement des fesses de Bill à travers les vêtements, attrapant et caressant, écartant les fesses de Bill.

« Mon dieu, t'as l'air si bon, » dit Tom. « Ton corps est si étroit, Bill. Comment est-ce que je vais rentrer dedans? »

Bill se liquéfiait sur le lit, allongé sur le matelas avec ses mains tordants les draps. « Tu peux venir en moi, » dit-il, ouvrant les yeux et envoyant un sourire à son frère. « T'inquiète pas. »

« Mais et si... » Tom le serra encore, soulevant le corps fin de Bill, le regardant avec désir. « Peut-être que je ne suis pas si doué à ça, et si je suis nul? »

« Pas possible, » souffla Bill. « Juste ça est si bon. Enlève mes habits et on va se faire du bien. »

Tom acquiesça et passa ses mains le long du torse de Bill, s'arrêtant pour passer ses doigts sous le bord de la chemise de Bill et la faisant glisser jusqu'à sa tête. Bill frissonna légèrement, souriant timidement à Tom. « A toi maintenant, » dit-il doucement.

Tom lui sortit un de ses sourires graveleux et enleva son propre t-shirt. « Les pantalons, maintenant... »

« On s'est déjà vu nus avant. »

« C'est différent. »

« Fais pas ta fille, Tomi, » dit Bill, pinçant le ventre de Tom. « Agis juste. »

Tom leva les yeux au ciel et essaya d'enlever sa boucle de ceinture. Il échoua et se contenta alors de baisser son jean et son boxer le long de ses hanches, jusqu'à les enlever complètement.

Bill haleta à la vue du corps parfait et nu de Tom. Il était si fin, doux, juste assez musclé. Il tendit sa main pour toucher l'os de hanche de Tom mais ce dernier se recula, fronçant le nez.

« Je dois te déshabiller, maintenant, » murmura Tom. Il se débattit avec le jean de Bill et ce dernier grogna, son sexe était si dur et serré dans son jean.

« Dépêche, » ordonna Bill. Il aida Tom à faire glisser son jean et son boxer le long de son corps et alors ils se retrouvèrent nus tous les deux, se fixant.

« Bill, » dit Tom, passant sa main doucement sur le torse de Bill jusqu'à son ventre. « T'es... » Il embrassa tendrement la gorge de Bill, juste un effleurement. « Bon, t'es si bon. »

« Comme toi, » Bill rampa vers Tom, sur ses genoux. Il pencha la tête sur le côté, un petit sourire sur les lèvres, et entoura de ses bras la taille de Tom. « Tu sens bon, aussi, » murmura-t-il, avant d'embrasser la joue de Tom.

Tom trembla alors que leurs corps nus se rencontrèrent et Bill joignit alors leurs lèvres. Ils échangèrent plusieurs baisers doux, faisant se frôler leurs visages l'un contre l'autre, ainsi que leurs hanches, leurs ventres et leurs aines.

Quand leurs sexes se rencontrèrent, ils haletèrent tous les deux et baissèrent leurs yeux. Leurs queues étaient identiques, dures, et lisses.

« Oh, c'est... » Tom cambra son bassin et leurs sexes se frottèrent l'un contre l'autre. « Regarde ça. »

« Oh, oh, » murmura Bill. « T'es mouillé. » Il passa son pouce contre le gland exposé du pénis de Tom.

« Toi aussi, » dit Tom, avant de faire la même chose. Ils faisaient tous les deux de doux cercles autour du pénis de l'autre, les faisant haleter et gémir. « Oh, pas si fort, je vais venir, » prévint Tom.

« Je peux pas, » dit Bill, les yeux toujours fixés sur leurs membres. Il les pressa l'un contre l'autre, caressant plus fort et Tom dût finalement s'écarter.

Il transpirait, agrippant les épaules de Bill et le poussant à nouveau en arrière contre le matelas. Bill aimait ça, aimait la façon dont Tom perdait le contrôle et laissait parler ses émotions. Les yeux de Tom n'étaient plus chaleureux et chocolats. A présent ils étaient noirs, brillants, avides.

Bill se relaxa et laissa Tom explorer son corps. Tom passait le bout de ses doigts partout sur Bill, donnant de l'attention à chaque partie de son corps. Bill n'avait jamais connu cette intimité avant. Il n'avait encore jamais su que le sexe était en fait plus que quelques pénétrations irrégulières et une délivrance brouillonne.

Il se demanda si c'était la façon dont Tom faisait l'amour avec les quelques filles avec lesquelles il avait été. Cette pensée rendit Bill à moitié excité, à moitié jaloux. Il était possessif envers son frère, il ne voulait pas qu'il touche quelqu'un d'autre comme il était en train de le toucher. C'était trop bon, trop tendre.

Tom se stoppa, laissant ses doigts sur la hanche de Bill, caressant lentement son sexe. « Ensuite? » demanda-t-il doucement.

Bill se releva légèrement, clignant les yeux. « Maintenant tu... tu sais, c'est ton tour. »

Tom mordit sa lèvre. « J'ai l'habitude de, um... lécher la fille avant de la pénétrer. »

« Oh, merde, » gémit Bill, fermant les yeux, parce que c'était sexy. Il regretta d'être un garçon pour une seconde, il voulait sentir la langue de Tom à l'intérieur de lui. « Putain, Tom. »

Tom haussa légèrement les épaules, ayant l'air perdu. « Je peux... je peux te le faire. »

« Vraiment? Comment... » Bill se stoppa; il savait comment. Il fixa Tom, yeux grand ouverts. « Tu veux me lécher là? »

« Je veux te lécher partout, » dit avec franchise Tom, écartant déjà les jambes de Bill. « Merde, ça a l'air bon. T'es sûr que je peux? »

Bill trembla, acquiesçant. « S'il-s'il te plaît, Tomi. On me l'a encore jamais fait... »

« Je suis ton premier? » Tom sourit légèrement avant de se baisser et de presser un baiser contre le fondement de Bill.

« On peut dire ça, » dit Bill. Tom sourit contre les fesses de Bill puis sortit sa langue, léchant le long des fesses de Bill. « C'est... oh, Tomi. »

Tom le lécha une nouvelle fois. « Oui, dis mon nom, » dit-il, puis il lécha le fondement de Bill, courbant sa langue et la faisant entrer à l'intérieur.

« Tomi, Tomi, Tomi, » haleta Bill. « Plus. »

Tom enfonça sa langue plus profondément, agrippant les fesses de Bill et poussant Bill contre sa bouche encore et encore. Les hanches de Bill poussaient frénétiquement ses fesses contre la bouche de Tom. Ça ne devait pas faciliter le travail de Tom, mais Bill ne pouvait le contrôler.

Tom relâcha Bill une seconde, relevant la tête d'entre ses longues jambes. « Redis mon nom. »

« Tom, » dit Bill avec un petit sourire. Le doigt de Tom chatouilla le trou de Bill. « Tomi. » Puis Tom baissa sa tête et donna de longues sucions contre le trou de Bill. « T-Tomi! »

« Mmm, » huma Tom, ses yeux fixant Bill alors qu'il le léchait. Bill couina, resserrant ses cuisses contre Tom et contractant ses muscles. Sa queue était si dure, contractée, et mouillée. Tom enroula une main autour et le caressa alors qu'il le léchait.

« Plus fort, » souffla Bill. « Putain, je pourrais jouir rien qu'avec ça... »

Tom grogna contre son trou et se recula. « Non, je veux que tu jouisses quand je serai... en toi. »

Bill acquiesça, son corps entier de crispant. « Remets-y ta langue- Mmm, merde, Tomi. Tomi... t'es génial putain, merde, le meilleur... »

« Le meilleur? » demanda Tom d'une petite voix.

Bill ne savait pas si Tom était réellement le meilleur, il ne l'avait même pas encore baisé. Mais Tom était assurément le meilleur parce que Bill n'avait jamais ressenti tout ça avant. Il n'avait encore jamais fait marcher les sentiments dans une partie de baise, et ceci était tellement plus qu'une baise.

C'était Tom, son grand frère Tom, et il faisait trembler Bill de partout.

Tom se retira et caressa le long du fondement de Bill et juste derrière ses testicules. « C'est chaud, » murmura Tom, fixant intensément l'entrée chaude de Bill. « Serré, » ajouta-t-il, d'un ton inquiet.

« T'inquiète pas, » dit d'une voix tremblante Bill. « Ça va... ca va rentrer. »

Tom pressa un baiser juste derrière les testicules de Bill et glissa un doigt dans son entrée. Bill pleurnicha, se cambrant sur le lit. Le doigt fin de Tom travaillait son intérieur, se courbant de façon timide, n'ayant pas l'intention de rendre Bill fou, mais c'est ce qu'il se passait. Ça troublait Bill alors qu'il touchait à peine son corps.

« Putain, Tomi, plus loin, tu joues là, » haleta Bill. Tom poussa son doigt plus loin et Bill resserra ses chairs, provoquant le reculons de la main de Tom.

« Bill! T'es étroit, merde, » jura Tom, l'air confus.

« Réessaye, je ferai en sorte que ça soit vraiment bon pour toi, » murmura Bill.

Tom acquiesça et écarta Bill à nouveau, pressant son doigt à l'intérieur. « Sois indulgent avec moi, » dit doucement Tom.

Bill sourit. « Tu te débrouilles vraiment bien, Tomi... Maintenant enfonce-le plus loin, va un peu à droite... Oh, » gémit-il. « Oh, ouais, ouais. Putain. Presse ton doigt, Tomi, fait en sorte que ça fasse un peu mal. »

Tom haussa les sourcils.

« Juste un peu, » dit Bill, rougissant.

Tom pressa plus fort et Bill gémit plus fort qu'avant. « Comme ça? »

Bill acquiesça et fouilla autour de l'oreiller près de la tête de lit. Il enfonçait ses doigts sous l'oreiller, se tortillant alors que Tom le doigtait.

« Qu'est-ce que tu fais? » demanda Tom, stoppant ses mouvements.

« Lubrifiant, » dit Bill. Il ressortit sa main, tenant une petit bouteille. « Ici. » Il le tendit à Tom. « Mets ça sur tes doigts, ok? Mets-en plus en moi et... on pourra le faire. »

« Beaucoup? » demanda Tom, attrapant la lotion et enlevant le bouchon. Il couvrit un de ses doigts de la substance liquide, baissant le regard sur Bill.

« Trois, mets-en trois, » dit Bill. « Ok? C'est bon? »

« Oui, » dit Tom. Il en mit sur trois de ses doigts et prit une longue inspiration. Ses doigts tremblaient alors qu'il relâcha la lotion et toucha l'entrée de Bill. Bill tressaillit; le lubrifiant était froid, et les doigts de Tom étaient chauds sous le gel. Il n'avait jamais vraiment prit le temps de penser à la sensation du lubrifiant contre lui.

Bill regarda Tom, ses yeux descendant jusqu'à son sexe dur. Sa bouche saliva; Tom était si séduisant, sa queue était exactement ce que désirait Bill à l'intérieur de lui. « Mets-en un peu sur toi, » dit Bill.

« Sur moi? »

« Sur ta... queue, » dit Bill, rougissant. « Puis tu l'enfonces directement. »

Tom fut presque choqué mais il passa ses doigts de haut en bas sur sa queue, la recouvrant généreusement. Son sexe était brillant, chaud, prêt.

Leurs mains se joignirent et ils s'embrassèrent avant que Bill ne murmure, « Je suis prêt. »

Tom serra les mains de Bill et n'en garda qu'une entre ses mains, frottant son sexe contre l'entrée de Bill. Ce dernier haleta et son corps entier se crispa. Tom positionna sa queue pile devant le trou de Bill et lui lança un dernier regard.

« J'aurais voulu que tu sois mon premier, » marmonna Bill.

Tom s'enfonça, non sans difficulté, mais il glissa à l'intérieur de Bill. Ce dernier laissa échapper un gémissement bruyant. La queue de Tom était si différente de celle des autres hommes qui l'avaient baisé. Tom était plus petit, plus lisse, plus agréable.

Bill releva les yeux vers Tom et laissa son frère le pénétrer une ou deux fois, avant qu'il ne pose une main sur le bras de son frère. « Fais-le plus fort, beaucoup plus fort. »

Tom fronça les sourcils. « Je vais te faire mal... »

« Tom, non, » dit Bill, laissant échapper un long souffle alors que Tom ré-entrait à l'intérieur de lui. « Mm, mon dieu. C'est si bon mais ça pourrait être meilleur. Plus fort, ok? »

« Ok, » dit Tom, acquiesçant. Il attrapa les genoux de Bill et s'enfonça encore, le plus loin qu'il put.

« Ah! Oui! » cria Bill. Tom ne se retira pas mais fit quelques rotations de hanches et Bill vit littéralement des étoiles. Il agrippa les épaules de Tom et haleta dans son cou.

Les hanches de Tom commencèrent à bouger plus fort, enfonçant sa queue encore et encore à l'intérieur du corps de Bill jusqu'à ce que le lit bouge et Bill de même.

« C'est bon? » demanda Tom, le visage rouge, transpirant.

« Trop, trop bon, » répondit Bill. « Tu sais parfaitement... parfaitement quoi faire, Tomi. Juste comme ça, oh, juste comme ça. »

« Tu me serres si fort, » dit Tom, ses hanches bougeant toujours en des mouvements dévastateurs. Bill serra Tom encore plus fort et ce fut assez pour que Tom redouble ses mouvements et embrasse Bill avec une passion insoupçonnée.

Cela rendit Bill à bout de souffle, et bientôt il était tremblant et bougeait ses hanches en rythme avec Tom. C'était le genre de baise qui détruisait le cerveau de Bill, qui le rendait câlin et plein de murmures.

Quand Tom se retira, Bill laissa échapper un soupir et s'enroula autour de Tom, apeuré qu'il ne parte. « J'ai une idée, » murmura Bill. « J'ai une idée, Tomi. »

« Quoi? » Tom semblait avoir la même peur que Bill; il le tenait serré contre lui, l'agrippant.

Bill enroula ses bras autour de Tom et les roula sur le côté. « Enlève-toi, » dit Bill. « Juste pour une seconde, » ajouta-t-il, notant la panique sur le visage de Tom.

Tom se glissa hors de Bill et ils grognèrent en même temps. Bill se retourna pour faire en sorte que son dos soit contre Tom, et il regarda par-dessus son épaule, embrassant le visage de son frère. Ils étaient tous les deux sur le côté et Bill recula ses fesses contre le sexe de Tom.

« Reviens en moi, » murmura Bill.

Tom passa un bras autour de la taille de Bill et écarta ses fesses, se renfonçant en lui. Bill gémit, fermant les yeux. Il n'avait jamais ressenti ça avant, non plus.

« Je t'ai, » dit Tom, embrassant la nuque de Bill et s'enfonçant lentement en lui.

Bill fondit presque. Tom entrait en lui, le baisant si lentement qu'il pouvait à peine sentir les mouvements, et il caressait ses tétons. C'était géant, si différent, si bon. Bill se cambra contre Tom et bougea avec lui, les draps se froissant à cause de leur lente danse.

« Touche-moi, » dit Bill.

« Ok, » répondit à bout de souffle Tom, attachant ses lèvres à la nuque de Bill et faisant glisser sa main le long du torse de Bill, jusqu'à son sexe. Bill siffla quand Tom le toucha doucement. Alors qu'il le touchait, Bill se contracta et se décontracta autour de la queue de Tom. Cela fit haleter Tom encore et encore. « Bill, oh, Bill, c'est si... t'es si... »

Bill soupira longuement alors que Tom caressait son pénis juste de la bonne façon et il claquait ses hanches en arrière contre Tom. Ce dernier le prit jusqu'à la garde et Bill jeta sa tête en arrière en un cri silencieux. Son sexe se contracta puis il jouit contre son ventre en de courtes et intenses vagues de plaisir.

C'était l'orgasme le plus silencieux et le plus intense de sa vie. Il avait presque l'impression qu'il allait pleurer, mais il se contenu alors que Tom le pénétra encore quelques fois avant de venir, lui aussi.

Bill put sentir une douce chaleur l'irradier de l'intérieur et il sourit en coin, resserrant ses chairs, faisant crier Tom.

« C'est trop, c'est trop, » dit Tom, sortant de lui. « Oh mon dieu. » Ils sifflèrent tous les deux au mouvement de retrait.

« Putain, » soupira Bill, se relaxant contre son frère, et se blottissant. Il se retourna pour qu'ils soient face à face, leurs fronts se touchant.

« J'ai joui en toi, » dit Tom, ayant l'air fasciné. « Et... »

Bill sourit, il pouvait sentir l'orgasme de Tom en lui. « Mm, t'étais si bon, Tomi. »

« Vraiment? »

« Le meilleur. » Et Bill le pensait vraiment. Il caressa l'épaule de Tom avec son nez, et Tom inclina la tête de Bill afin de l'embrasser passionnément.

Quand leurs lèvres se quittèrent, Tom soupira, caressant les cheveux de Bill, ainsi que son visage et son cou. Bill cligna des yeux lentement, fondant sous le toucher.

« J'aurais vraiment voulu que tu sois mon premier, » murmura Bill. « Parce que c'est... »

« Je sais. »

« Je le pensais. »

« Alors, » dit Tom, embrassant la mâchoire de Bill. « Je vais être le premier à te coller. »

Bill rigola légèrement, retroussant son nez contre la joue de Tom. « Je vais te dire un secret. Ils veulent tous me coller. »

« La ferme, Bill, » dit Tom. « Je ne vais aller nulle part, et j'ai déjà ton numéro. »

« Peut-être que je vais le changer alors, » dit Bill, le taquinant.

« C'est pas un problème, je sais où t'habites, » remarqua Tom.

« Alors je déménagerai. »

« Ah ouais? »

Bill rigola et embrassa l'épaule de Tom. « Ouais. Et tu viendras avec moi? »

Tom trouva la main de Bill et entrelaça leurs doigts. Il serra sa main. « N'importe où. »

C'était la première de toutes les nuits qu'ils passèrent entrelacés ensemble, la première des plus délicieuses baises et marques d'affections, et le dernier de la longue, longue liste d'hommes dans la vie de Bill.

Maintenant il y avait juste un homme, et ça n'avait pas d'importance qu'il soit gay ou hétéro, c'était Tom et ça suffisait.

Fin.
Revenir en haut Aller en bas
Clarinett
Icone du forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2495
Age : 24
Date d'inscription : 20/11/2008

MessageSujet: Re: First of many de Cynical_terror & Undrockroll (3/3)   Jeu 9 Sep - 22:51

ouuuuuuh, chouqueeeeeeeette *bat des cils* *couine* *glousse*

Le lemon à la fin est juste GÉNIAL quoi. Et encore mieux, avec toutes ces petits phrases genre

Citation :
Bill rigola et embrassa l'épaule de Tom. « Ouais. Et tu viendras avec moi? »

Tom trouva la main de Bill et entrelaça leurs doigts. Il serra sa main. « N'importe où. »


Et j'ai trop rigolé aussi quand Tom branle Bill dans la salle de bains.
Citation :
Elle me regarde droit dans les yeux!
Ce passage est juste énorme quoi XD

Nan, vraiment cette fic est vraiment bien. Parce que en fait, j'imagine trop Bill grosse biatch comme ça, et Tomichou tout pudique, gentil et tout. Et tout amoureux, et tout jaloux. Et tout gêné aussi.
Parce que c'est peut-être Bill qui se fait prendre, mais c'est lui qui mène clairement la danse quoi x) (d'ailleurs, le coup de poing avec Mark, et Tom par terre, c'est juste exactement ça)
Mais en même temps, la fin est touuute gniiiiiiiih ** et ci coul.
Bref, j'aime, j'aime, j'aime.

Merci de la traduction :'D
Revenir en haut Aller en bas
lel_chan
Marquise du Forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4930
Age : 27
Localisation : Derrière toi
Emploi/loisirs : Psycho / ToHo / Dodo.
Humeur : Tèje.
Date d'inscription : 23/10/2008

MessageSujet: Re: First of many de Cynical_terror & Undrockroll (3/3)   Jeu 9 Sep - 23:05

Oh mon dieu la fin *pleure*
C'est dur c'est trop bon c'est trop tendre et JE HAIS BILL POUR NE PAS AVOIR FAIT DE TOM SON PREMIER èé
Omg *frissonne encore de partout*

Merci Dine pour cette superbe traduc', et a ta beta aussi (pas retenu qui D: ) et jsute, Dhu j'aime tellement le twincest plus que le Bill/other ç_____________ç (bon OKAY ca aurait été Tom j'aurais TOUT kiffé) mais quand même D:

Haaaa *soupîr de bonheur*
Revenir en haut Aller en bas
http://www.otaku-fanfic.skyblog.com
Liliwood
Présente
avatar

Féminin
Nombre de messages : 283
Age : 31
Localisation : Banlieue parisienne
Emploi/loisirs : Ecrire, écrire &... écrire
Date d'inscription : 17/11/2008

MessageSujet: Re: First of many de Cynical_terror & Undrockroll (3/3)   Ven 10 Sep - 1:22

C'était juste euh... J'ai pas de mots ._______________.

Putain Diiiiiiiiiine cette traduction quoi >.<
Parfaite j'ai tellement aimé le caractère de Tom, sa façon de faire pour se taper un mec hétéro en faisant croire que c'était sa première fois à chaque fois et puis le coup de la branlette dans le bain, la fellation...

Et la fiiiiiiiiiiiiiiiiiin ♥
Mon Dieu je m'en remets vraiment pas hein xD

En tout cas merci pour cette traduction j'ai vraiment adoré Chibieyes
Merciiiiiiii <3
Revenir en haut Aller en bas
http://xtraum-von-mirx.skyrock.com
La£ti
Icone du forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2439
Age : 28
Localisation : Londres
Emploi/loisirs : Mangeuse de Bounty
Date d'inscription : 25/10/2008

MessageSujet: Re: First of many de Cynical_terror & Undrockroll (3/3)   Ven 10 Sep - 2:56

Je suis trop amoureuse de ce Tom. Il est juste trop attachant.

Et cette fin, juste parfaite.

Merciiiiiiiiiiii =D
Revenir en haut Aller en bas
Dine
Duchesse du Forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 7132
Age : 24
Date d'inscription : 23/10/2008

MessageSujet: Re: First of many de Cynical_terror & Undrockroll (3/3)   Ven 10 Sep - 10:48

Je suis trop amoureuse de ce Tom aussi les filles Very Happy &Bill m'a juste fait rigoler tout du long, sauf quand il essaye d'avoir Tom, là il m'a trop tordu les entrailles D:

Je suis contente que ma traduction vous ait plu, merci beaucoup <3
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: First of many de Cynical_terror & Undrockroll (3/3)   

Revenir en haut Aller en bas
 
First of many de Cynical_terror & Undrockroll (3/3)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Between The Lines :: Traductions-
Sauter vers: