AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Twins, de Maya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chachouille
Duchesse du Forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5960
Age : 25
Localisation : Nancy :9
Date d'inscription : 23/10/2008

MessageSujet: Twins, de Maya   Jeu 15 Juil - 13:05

Twins,
par Maya

Janvier 1994.

- Bill attends-moi ! Cria le petit en courant.

Le dit Bill riait mais ne s’arrêtait pas pour autant, au contraire il semblait accélérer rien que pour embêter la personne qui le poursuivait. Il courrait en regardant plus la silhouette derrière lui que son chemin. Il faillit trébucher mais son cri se termina en rire alors qu’il s’était rattrapé de justesse continuant de filer comme une flèche. Son frère tentait de le rejoindre mais il était beaucoup plus rapide.

- Bill !

Son frère semblait moins rieur que lui mais il n’y prêtait pour le moment pas encore attention. Il avait juste envie de le taquiner. Il le faisait souvent mais en général Tom riait avec lui. Il sauta par-dessus un petit galet qui lui barrait le chemin avant de tourner la tête pour regarder son frère mais à son étonnement, ce dernier ne le coursait même plus. Tom s’était arrêté et le regardait s’en aller plus loin en reniflant et frottant ses yeux pour s’empêcher de pleurer. Bill s’arrêta net en reconnaissant ses gestes.

Sa gorge se resserra, la seule possibilité que son frère puisse pleurer par sa faute, lui retournait l’estomac. Il fit demi-tour même s’il était essoufflé. Il arriva plus vite qu’il ne pensait aux côtés de son frère. Il se confondit en excuses, en attrapant les petites mains de Tom dans les siennes pour que ce dernier le regarde. Mais pourtant le petit gardait obstinément la tête baissée et ne réagissait pas plus que ça. Bill se sentit coupable d’avoir blessé son frère.

- Pardon Tom ! Je voulais pas te faire pleurer…

Il serra un peu plus les mains de son frère.

- Pourquoi tu m’attendais pas ? Murmura finalement son jumeau.
- C’était pour t’embêter…

Bill trouva son excuse à présent très idiote.

- J’aime pas quand tu fais ça… Avoua Tom en relevant la tête les yeux un peu brillants. J’ai peur que…
- Tom… tu sais que jamais je ne te laisserais…

Il serra maladroitement son jumeau dans ses bras, lâchant ses mains pour mieux l’enlacer. Tom soupira doucement d’aise et colla sa joue contre celle de son frère. Bill sourit légèrement et embrassa la joue, laissant ses lèvres sur la peau douce de son vis-à-vis. Ils restèrent quelques minutes dans cette position avant que Simone, voyant le soleil se coucher et que les premières étoiles apparaissaient, appela ses deux bouts de chou. Les jumeaux se séparèrent, se sourirent, et se prirent la main pour rentrer dans leur maison.

[…]

Le silence régnait en maître dans la maison plongée dans le noir. Tom crispa ses mains sur son drap-housse en tentant de calmer son cœur qui cognait à répétition comme un fou. Habituellement il n’avait pas tellement peur de l’obscurité de la pièce vu qu’il rejoignait toujours son frère dans son lit. Et il s’endormait, bercé par la respiration de Bill et la chaleur de son petit corps. Or là, après avoir clandestinement regardé un film sous la table du salon qui donnait une belle vue à la télévision, ils étaient partis se coucher avant que leur mère ne remarque leur présence. Si Bill avait réussit à s’endormir comme une masse, ce n’était pas le cas de son jumeau.

Tom regardait avec panique autour de lui, il distinguait à peu près tout dans le noir. Mais il n’osait pas faire le moindre mouvement pour sortir de son lit et rejoindre son frère. Car il savait qu’une fois près de Bill, tout irait pour le mieux et il pourrait se débarrasser de sa peur. Il était persuadé qu’il n’aurait pas du regarder le film qui fait peur à la télé. A présent il était terrorisé et n’arrivait pas à fermer l’œil sans vouloir l’ouvrir de nouveau pour s’assurer que rien n’était apparu dans la chambre. Il voulut essayer de dormir mais à peine les yeux fermés, qu’il était sûr d’avoir entendu quelque chose, donc il les ouvrait aussitôt.

Il déglutit doucement. Même s’il faisait plus que chaud dans la pièce, il refusait d’enlever le drap qui recouvrait son corps, oh non ! Ce drap le rassurait un minimum. Il sursauta en entendant un minime bruit. Son corps se tendit brusquement et il était convaincu qu’il allait se faire assassiner dans la minute qui suivait. Pourtant rien ne se passa. Il se donna quelques minutes pour rassembler son courage et courir dans le lit de son jumeau. Il ferma les yeux fortement et se concentra sur Bill et rien que sur lui.

Mais au même moment il sentit quelque chose le toucher.

Un cri de peur et d’horreur s’échappa de ses lèvres alors qu’il était incapable de bouger. En moins de temps qu’il n’en fallut, Simone ouvrit la porte de la chambre à la volée, un air de panique figé sur son visage. Elle se précipita aux côtés de son petit après avoir allumé la lumière. Elle le serra contre sa poitrine et tenta en premier lieu de le calmer.

- Mon cœur, dis à Maman ce qu’il t’arrive ? Tu as fait un cauchemar ?
- Y’a… y’a… quelque chose… Sanglota-t-il en agrippant la chemise de nuit de sa mère entre ses doigts. Quelque chose… m’a touché…
- Quoi ?

Simone cligna des yeux et elle remarqua son autre fils à côté du lit, tout aussi étonné qu’elle. Mais Bill se tortilla nerveusement les mains et sa mère soupira en comprenant la situation. Elle caressa tendrement les courts cheveux blonds de son fils aîné.

- Tom chéri, ce n’était que ton frère…
- Hein ? Hoqueta-t-il en redressant la tête pour lui aussi remarquer son frère qui semblait désolé.
- Je voulais juste le rejoindre… Confessa Bill.
- Ce n’est rien mon cœur. Lui sourit doucement Simone.

Elle lâcha Tom doucement et l’installa dans son lit. Elle autorisa Bill à se placer à ses côtés. Elle les recouvrit du drap et les embrassa doucement en leur souhaitant une bonne nuit. Elle quitta la pièce en refermant à moitié seulement la porte, et en soupirant elle retourna elle aussi dans son lit pour continuer sa nuit de sommeil. Tom soudainement rassuré, se colla au flanc de son frère en baillant doucement.

- Bonne nuit Bill… chuchota-t-il.
- Bonne nuit Tom…

[…]

Elle sembla confuse et était à deux doigts de se ronger les ongles. Ces jumeaux allaient la rendre folle ! Elle passa du regard innocent de l’un à celui rieur de l’autre. Impossible de savoir qui était qui. Bien sur elle pouvait regarder le grain de beauté soi-disant, mais le problème était qu’elle n’avait jamais retenu qui avait le grain de beauté à tel endroit. Elle soupira d’agacement.

- Tom, commença-t-elle sur un ton de reproche, ça suffit !
- Mais c’est pas moi ! Répliqua le petit aux yeux innocents.
- Alors Bill arrête ça ! Reprit-elle en regardant l’autre.
- Non, mais je suis Tom. Répondit le garçon aux yeux rieurs.

La maîtresse se mordit brutalement la lèvre pour ne pas sortir une vulgarité et recevoir les foudres des parents si leurs enfants se mettaient à répéter ce mot.

- Lequel d’entre vous deux est Bill alors ? Demanda-t-elle entre ses dents pour ne pas crier comme une furie et secouer les deux comme des pruniers.
- Moi. Dirent en chœur les jumeaux.
- Les garçons ça suffit ! Explosa-t-elle en les fusillant du regard. Si vous continuez vous serrez séparés.

Tous deux déglutirent en même temps. Leur habituelle gentille maîtresse serait capable de faire ça ? Ils hochèrent la tête en faisant la moue. Bizarrement pendant le reste du temps avant la récréation, plus un mot ne sortit de leurs bouches au grand soulagement de leur pauvre institutrice.

[…]

Il sentait le vent battre contre son visage alors qu’il courrait vers l’autre bout de la cour. Mais alors qu’il ne s’y attendait pas, une silhouette se mit en travers de son chemin. Il heurta brutalement la personne au point qu’il en chute en arrière tout comme l’obstacle humain. Il grogna d’agacement et alors qu’il allait passer son chemin, la personne se releva et l’incendia du regard.

- Tu peux pas faire attention ?! Beugla le gamin qui s’appelait Oscar.

Oscar… voilà un petit garçon que la maîtresse avait par-dessus tout du mal à maîtriser. Ce petit ne jurait que par ses minuscules poings. Au grand dam de sa pauvre mère qui était presque toutes les semaines convoquée dans le bureau de la directrice qui se chargeait elle-même de tirer sur les oreilles d’Oscar qui s’en fichait pas mal. Aucun enfant dans la cour ne lui tenait tête. Oh non ! Jamais on ne défiait Oscar sans rentrer avec un œil au beurre noir. Mais à ce moment-là Tom n’en avait que faire de la réputation stupide et effrayante du petit. Il voulait passer et rejoindre Bill. Rien de plus simple.

Alors il fit ce que tout le monde faisait. Il ignora Oscar.

Or ce dernier avait horreur de l’indifférence. Lorsque Tom continua son chemin, ce fut sans remord qu’il lui fit un croche-pied. Le petit blond écarquilla les yeux en chutant. Ses mains amortirent le choc. Il grimaça en sentant qu’il s’était écorché les genoux. Oscar derrière lui, riait aux éclats. Mais il n’avait pas prévu que Tom se relève et se tourne vers lui en le fusillant à son tour du regard. Il s’arrêta de rire mais haussa son petit sourcil en gardant un sourire moqueur. Mais son sourire se transforma en grimace quand il sentit un douloureux coup au tibia. Il serra les dents et serra son poing avant de l’envoyer dans le ventre de Tom.

Une bagarre éclata alors entre les deux petits. Un cercle d’enfants criards et agités attira alors l’attention des quelques institutrices qui se précipitèrent auprès d’eux. En moins de deux elles tentèrent de séparer les deux qui se battaient avec acharnement. Mais l’intervention de la directrice fut plus efficace. Elle attrapa dans le chahut l’oreille de chacun des deux, stoppant net la bagarre au soulagement des institutrices et la déception des petits qui voulaient encore de l’action. La directrice leur cria de s’éparpiller et elle traîna Tom et Oscar dans son bureau avec la ferme intention d’appeler leurs parents pour qu’ils leurs passent un savon mémorable.

[…]

Elle se pinçait nerveusement la lèvre tout autant que la personne à ses côtés. Ses jambes étaient étroitement croisées et elle hochait honteusement la tête de temps en temps. La directrice face à elle et à la mère d’Oscar prenait un malin plaisir à remettre leur façon d’éduquer leurs enfants en cause. De temps à autre Simone jetait un coup d’œil à son fils blessé qui gigotait en grimaçant à cause des dégâts.

Finalement la directrice mit fin à son sermon en lançant un regard aux deux femmes.

- J’espère que ça ne se reproduira plus. N’est-ce pas Oscar ?

Sylvie et Simone retinrent un soupir.

- Ce sera tout, mesdames.

Elles se levèrent en même temps, saluèrent la directrice et sortirent du bureau.

- Oh tu vas voir toi ! S’écria Sylvie la mère d’Oscar le traînant derrière elle, énonçant la longue punition qu’elle lui réservait.

Tandis que Tom retint à temps un cri de douleur quand Bill lui sauta dans les bras.

- Tom, mais qu’est-ce qu’il y a ?
- Rien… Bill lâche-moi tu me fais mal… Grimaça-t-il.
- Pardon !

Il relâcha son frère en se mordant la lèvre d’anxiété.

- Bill, ton frère et moi on rentre.
- Mais… mais pourquoi ? S’exclama-t-il en attrapant la main de Tom.
- Ton frère est puni.

Elle embrassa son fils cadet et entraîna son autre fils sous le regard peiné de Bill. Il jeta un coup d’œil à Oscar que sa mère laissait avant de sortir de la petite école. Une lueur traversa les pupilles du petit Bill et il s’approcha d’Oscar en serrant ses petites mains.

[…]

- QUOI ?!

Tom sursauta et son crayon dépassa le trait. Il soupira, agacé et releva la tête vers sa mère qui semblait fulminer sur place. Tom la voyait rarement dans cet état, et bizarrement il sentit que c’était de la faute de Bill. Ca allait être terrible pour son petit frère. Il ne savait pas exactement ce qu’il avait fait mais vraiment il ne voulait pas être là si sa mère explosait. Il sursauta une nouvelle fois quand sa mère raccrocha violemment le combiné du fixe. Elle attrapa rapidement son sac, obligée de laisser son tableau inachevé pour le moment. Elle incita son petit à la suivre et attendit qu’il grimpe dans la voiture pour l’attacher correctement, rentrer dans sa voiture et démarrer aussitôt.

Ca allait barder.

[…]

Le petit attendait sur le banc placé face à la porte du bureau de la directrice. Certes sa joue lui faisait mal et il boitait presque mais il avait réussit son coup. Rejoindre son frère. Car oui Tom était à ses côtés et c’était uniquement ce qu’il voulait. Sa mère était rentrée dans le bureau, la main crispée sur son sac à main, les lèvres formant une fine ligne. Bill pensait à la future punition qui allait lui tomber dessus. Il serra inconsciemment la main de Tom dans la sienne en secouant vivement la tête.

- Maman a l’air très en colère… Chuchota Tom.
- Je sais, mais ça en valait la peine, j’aime pas rester à l’école sans toi.
- Tu vas te faire punir…
- Pas grave…

Leur petite conversation se stoppa net quand la porte du bureau s’ouvrit. Simone en sortit suivie de la directrice.

- Allons-y les enfants.

Sans un mot les jumeaux suivirent leur mère en ne lâchant pas la main de l’autre. Ils se firent installés et attachés sur leur rehausseur. Simone s’installa à son tour et démarra pour rentrer chez eux. Un silence les accompagna les premiers mètres avant que Simone n’ouvre la bouche.

- J’ai trouvé votre punition à tous les deux.

Aucun de ses enfants ne lui répondit évidemment.

- Vous savez que j’ai toujours rêvé de vous peindre tous les deux… ?
- Ah bon ? Osa demander Bill d’une petite voix.
- Oui, reprit Simone avec conviction, alors comme punition vous ferez les modèles pour ma nouvelle peinture !

Un gémissement plaintif résonna dans la voiture, ce qui arracha un rire à la femme au volant. Finalement elle n’était pas si en colère que ça. Au début si, mais ce n’était pas rare que l’un des deux jumeaux fasse la même bêtise que l’autre pour être ensemble. Quand ça avait commencé, elle avait été maintes et maintes fois hors d’elle, puis elle s’était adoucie, elle avait fini trouvé adorable même si elle ne voulait pas que ça prenne le dessus. Donc au lieu de s’énerver, elle trouvait un moyen de punir ses enfants, tout en étant utile pour elle. Corvée de cuisine, de ménage. Enfin des petites corvées à portée de main pour ses petits.

Et son dernier projet de peintre était de peindre ses jumeaux. Et elle avait enfin l’occasion de les obliger à se soumettre à ce projet. Elle s’en frottait d’avance les mains.

[…]

Octobre 2002.

Sous ses doigts s’élevaient une douce mélodie. Il l’appréciait tout en laissant glisser ses mains sur le clavier. Cela dura une dernière minute avant qu’il ne stoppe tout en retirant ses doigts. Une main se posa sur son épaule et il tourna la tête vers sa professeure particulière qui lui faisait donc le bilan de la séance du jour. Il écoutait attentivement, certes elle était toujours positive et le félicitait toujours, mais elle était tellement fière d’avoir un élève comme lui. Il avait rare dans sa vie d’avoir été le professeur particulier d’un jeune garçon aussi doué que lui.

- Voilà, donc c’est fini pour aujourd’hui. Conclut-elle son éloge.

Il hocha la tête et la salua avant de quitter la pièce et son piano. Il avança à grandes enjambées dans le couloir avant d’entendre une autre mélodie. Un sourire étira ses lèvres et il ouvrit doucement la porte de la pièce d’où s’échappait la musique. Son grand frère était assis sur le lit, jouant le nouveau morceau qu’il venait d’apprendre avec l’aide de leur beau-père. Gordon justement était debout à côté de son petit prodige et le regardait avec un sourire aux lèvres. Tom était concentré sur la guitare et ne semblait s’être même pas rendu compte de la présence de son jumeau dans la pièce.

Depuis maintenant 7 ans, Simone avait enfin trouvé le moyen de calmer ses enfants hyperactifs. Elle avait découvert qu’ils avaient une certaine passion pour la musique à son grand étonnement. L’arrivée de Gordon dans leur vie avait accentué cette soudaine passion. Elle avait sans hésiter payer à son fils cadet une professeure de piano. Au début Bill utilisait le piano de sa professeure, puis à ses 12 ans, Simone lui avait offert un vrai piano, permettant à son fils d’avoir ses cours à domicile. De son côté Tom, lui avait eu un véritable coup de foudre pour la guitare. Son beau-père avait lui aussi sans hésitation accepté de lui donner des cours. Et tout comme Simone aux 12 ans de Tom, il lui avait offert sa première vraie guitare.

Voilà comment les jumeaux avaient réussit à se calmer et avaient continué leur parcours scolaire sans que les profs se plaignent. Au grand soulagement de Simone. Ce n’était pas pourtant pas pour autant que les jumeaux s’étaient éloignés. Bien sur ils ne dormaient plus ensemble sous ordre maternel, ne trainaient plus 24h/24 en cours puisqu’ils n’étaient plus dans la même classe, mais ils essayaient de trouver le temps de se retrouver. A vrai dire, même s’ils ne se l’avouaient pas, c’était plutôt dur.

Bill se faufila dans la pièce et s’appuya contre la porte qu’il venait de fermer. Il écouta la douce mélodie que faisait naître les doigts de son frère avec un grand sourire aux lèvres. Une fois celle-ci finit, Tom soupira et fit craquer ses doigts. Il releva la tête et avec surprise il remarqua la présence de son frère. Un sourire prit place sur sa bouche et il posa sa guitare sur le lit. Gordon assura à son petit prodige qu’il avait assuré une fois de plus avant de quitter la pièce et laisser les jumeaux se retrouver un peu. Bill s’avança jusqu'au lit et s’installa aux côtés de Tom.

- C’était super. S’enjoua Bill.
- Merci. Et puis désolé, je peux pas te retourner le compliment, je t’ai pas entendu récemment…
- Je sais…

Un soupir commun s’échappa des lèvres des jumeaux. Tom attrapa doucement la main de Bill et entrelaça leurs doigts. Son frère posa la tête sur son épaule et ils restèrent quelques minutes dans cette position.

- Demain tu commences à quelle heure ? Questionna Bill.
- 10h et toi ?
- 8h… Soupira-t-il en serrant un peu plus la main de Tom.
- Je peux rentrer en même temps que toi si tu veux.
- Oh non, non ça ira.

Bien sur Bill le voulait, mais jamais il ne voudrait déranger son frère pour sa simple envie.

- Ca ne me dérange pas tu sais… Assura Tom en caressant de son pouce la main de son jumeau.
- Mais qu’est-ce que tu vas faire pendant ces deux heures après ?
- J’ai pas fait Maths, ricana Tom en jetant un coup d’œil à son livre de Maths sur son bureau.

Ils rirent quelque peu avant que Tom ne soupire et s’allonge sur le lit entraînant son frère à en fait de même.

- Je ne te vois pas souvent en ce moment… Chuchota Tom en regardant son plafond.
- Je sais, ça m’agace de ne te voir que pendant les repas à la maison…
- On se plaint toujours non ? Sourit Tom.
- Toujours. Sourit aussi le brun.

Un court silence s’installa dans la chambre avant que Tom ne demande soudainement…

- Tu veux pas dormir ici ce soir ?

Bill se redressa légèrement pour regarder le visage de son aîné et voyant qu’il était sérieux, il hocha la tête en souriant.

- Bien sur Tom. Et puis on pourra même faire comme quand on était petit. Tu sais quand Maman venait de nous mettre dans des chambres séparées et qu’on voulait pas ?
- Ah oui… soit je venais en douce ou sinon c’était toi…
- Je me rappelle comment elle était blasée quand elle nous trouvait dans le même lit.
- On lui en a fait voir de toutes les couleurs quand même à Maman.

Et justement, Simone ouvrit la porte de la chambre, en tablier.

- Vous venez m’aider à faire la cuisine les garçons ?

Ils lui répondirent en chœur, arrachant un sourire à leur mère avant qu’elle ne sorte de la chambre.

- Allez en cuisine Bill ! S’exclama Tom en se redressant, ne lâchant pas la main de son frère.
- J’arriive ! Soupira le brun dont la perspective de cuisiner n’enchantait guère.

[…]

Pas un bruit ne résonnait dans la maison. Du moins à l’étage. Bill dont la tête s’échappait du faible espace de sa porte entrouverte, regardait et écoutait. Une fois certain, que rien ne perturberait son parcours, il s’élança le plus rapidement possible dans le couloir ne prenant même pas la peine de refermer la porte de sa chambre et fila vers la chambre de son frère. Il ouvrit doucement la porte et ne fut pas surpris de voir Tom assis dans son lit, sa petite lampe allumée. Ils s’échangèrent un sourire avant que Bill ne se faufile dans le lit aux côtés de son frère.

- C’est toujours aussi drôle de faire ça, gloussa doucement Bill en se blottissant contre Tom.
- J’avoue…
- Cette petite poussée d’adrénaline alors que Maman dort et qu’elle ne peut pas deviner…
- On est barge quand même
- Tu l’as dit…

Tom s’étira le bras pour éteindre la petite lampe ce qui les plongea dans le noir complet.

- On devrait dormir… Bailla le dreadé.
- Oui on se réveille tôt demain.
- La faute à qui ?
- C’est toi qui a proposé de rentrer avec moi…
- Je sais, je te taquine, imbécile.

Bill mordit doucement l’épaule de son frère pour se venger. Son frère lui pinça le nez.

- Calme-toi et dors.
- Oui grand-frère.

Il soupira contre le cou de son grand frère et ferma les yeux, prêt à s’endormir. Tom resserra son étreinte autour de son jumeau. Ca lui avait tellement manqué de ne plus pouvoir l’enlacer dans la nuit comme ça. Savoir que l’être qui compte le plus pour vous est à vos côtés. Il embrassa très légèrement le front de Bill et ferma les yeux à son tour pour s’endormir.

[…]

Collé à sa console portable, les écouteurs aux oreilles, il n’entendait rien, jouant comme un forcené. Il clignait à peine des yeux, trop concentré à détruire des monstres. Il sursauta brutalement au point d’en lâcher presque sa console quand des mains se posèrent sur ses yeux. Il allait se mettre à gueuler contre la personne mais se tut en voyant son frère qui le regardait en souriant. Il éteignit son jeu et retira ses écouteurs.

- Hey, sourit doucement Bill. Je te dérange ? Demanda-t-il en désignant la console du menton.
- Euh non mais t’es pas en cours ?
- Tom, pouffa Bill de rire, c’est la récréation.
- Oh déjà ? J’étais tellement à fond sur mon jeu que je n’ai pas vu le temps passer…
- Maman dit que tu passes vraiment trop de temps dessus.
- Mais noon ! Elle exagère tout le temps.

Bill roula des yeux et s’assied à côté de son frère dans la salle de permanence.

- Quand tu porteras des lunettes, on verra bien qui rira le dernier.

Bill avait raison. Six mois plus tard Tom portait des lunettes.

- Je te l’avais dit.
- Je sais Bill, pas besoin de jubiler !

Bill sourit grandement avant de s’approcher de Tom qui se regardait sous toutes les coutures, le nez collé au miroir de la salle de bain.

- Oh arrête Tom, tu es encore très beau avec. Regarde, ça souligne d’autant plus ton regard, ça te donne un air sérieux à tomber par terre. Les filles vont être raides dingue de toi.
- A vrai dire, tant que ça te plaît, ça m’est égal du reste.

Il avait dit ça impulsivement, et il le pensait. Si l’avis de Bill était bon, alors le reste l’importait peu. Il attrapa la main de son frère et la serra.

- Ne dis pas de bêtises Tom… Rougit doucement Bill.
- Je le pense vraiment.

Il embrasse légèrement le dos de la main de Bill qu’il tenait avant de la lâcher et quitter la salle de bain.

[…]

Juin 2005.

- Je suis tout excité ! S’exclama Bill devant la glace de la salle de bain pendant que son jumeau prenait sa douche.
- Oui Bill, je sais, tu n’as fait que répéter ça de la journée.

Tom ferma les robinets et ouvrit la porte de la cabine pour récupérer une serviette et l’enrouler autour de ses hanches. Il récupéra ses lunettes sur le meuble près de lui. Et il jeta un coup d’œil à son jumeau qui était dans le même accoutrement que lui. Ses yeux s’attardèrent sur les longues et fines jambes de Bill avant de remonter son visage, pratiquement scotché à la glace.

- Bill si tu continues, tu vas finir par rentrer dans le miroir.
- Te fous pas de moi, répliqua le brun.
- Avec ou sans maquillage, tu es toujours beau.
- Non, noon ! Avec maquillage, je suis beau –et encore, sans… Bill ne finit pas sa phrase mais sa grimace la termina pour lui.

Tom roula des yeux et sortit de la salle de bain. Il s’enferma dans sa chambre, s’essuya rapidement avant de lâcher la serviette et d’enfiler son sous-vêtement. Il attrapa le plus délicatement possible son t-shirt repassé et l’enfila aussi. La porte de sa chambre s’ouvrit à la volée et moins de deux, le visage de son frère était à deux centimètres du sien. Il déglutit silencieusement et releva le regard vers les yeux de Bill.

- L’œil gauche est comme l’œil droit ? Demanda-t-il.
- Euh, oui, oui.
- Bien, merci Tom ! Soupira Bill en lui claquant un baiser sur la joue avant de glousser. Oups, désolé pour la marque.

Le dreadé grimaça et toucha sa joue grasse de gloss. Bill fila aussitôt et referma la porte derrière lui. Tom essuya vivement la marque avec sa serviette humide et continua à s’habiller.

De son côté Bill hésitait encore entre quel haut mettre. Car s’il changeait, le bas aussi changerait et tout un casse-tête débuta pour lui. Il aurait préféré être comme son frère, être beau naturellement. Car Bill ne se sentait attirant qu’une fois une tonne de maquillage sur son visage et des vêtements tout le contraire de la discrétion sur le dos. Tandis que Tom pouvait mettre un sac poubelle sur lui que ça lui irait à ravir. Le brun soupira et encore une fois, il courut demander de l’aide à son grand-frère.

- Tom ! A l’aiiide ! Je sais pas comment m’habiller !

Tom était justement en train d’arranger son bandeau qui entourait ses longues et belles dreads.

- Tu mets ton haut noir et rouge, ton jean noir très foncé, et tes santiags.

Bill eut un instant de réflexion.

- Excellente idée Tom !

Il s’empressa d’aller enfiler les vêtements que son frère venait de lui conseiller en se traitant d’idiot de ne pas y avoir pensé. Tom soupira. Depuis quand connaissait-il par cœur la garde robe de Bill ? Il secoua la tête pour retirer cette pensée et ferma sa chambre qu’il ne reverrait pas avant un moment. Son portable en poche et son étui pour ses lunettes étaient tout ce dont il avait besoin pour la soirée. Il descendit dans le salon, en attendant patiemment que Bill finisse. Il savait que son frère avait cette fâcheuse manie de vouloir être parfait, sans le savoir qu’il l’était déjà. Mais à chaque fois, Tom se disait que lorsque Bill le rejoignait, ça en valait grandement la peine d’avoir attendu aussi longtemps.

Encore une fois, le brun lui refit le même coup, une trentaine de minutes plus tard il descendait et Tom resta sans voix, il préférait sourire à son frère pour lui montrer qu’il appréciait les efforts de ce dernier. Bill lui rendit son sourire et appela leur mère.

- Maman, on est prêt !

Simone arriva de la cuisine, encore en tablier.

- Vous ne voulez pas manger avant ?
- Roh Maman on va grignoter là-bas.
- Bon d’accord… Capitula-t-elle.

Elle attrapa les clés de sa voiture et incita ses jumeaux à la suivre. Aussitôt les mains posées sur le volant, elle ne put s’empêcher de les prévenir.

- Vous ne buvez pas TROP ! Insista-t-elle
- Oui Maman, répondirent les jumeaux en chœur.
- Je viens vous chercher à 1h du matin.
- Ou on peut dormir chez Andréas aussi… Soupira Bill.
- Oui mais… c’est votre première fête, je ne connais pas vraiment cet Andréas et…
- Okay ! La coupa Tom. Viens nous chercher à 1h, on attendra devant sa maison.

Elle sourit légèrement à son aîné à travers le rétroviseur et démarra.

- Et…
- Quoi Maman ?

Bill soupira d’avance, sentant la bêtise de sa mère à des kilomètres.

- Vous avez amené de quoi vous protéger ?
- Protéger de quoi ? Questionna bêtement Tom avant de comprendre ce qu’elle sous-entendait. Ah mais Maman !
- Je me renseigne ! Se justifia-t-elle en regardant droit devant elle.
- T’en fais pas pour ça, si on venait à s’envoyer en l’air, on aurait amené des capotes.
- Ton langage Bill.
- Pardon, grimaça-t-il.

Le trajet se déroula par la suite dans le silence. Simone ne cherchait plus à questionner ses enfants. Et les jumeaux eux ne cherchaient pas à donner une raison à Simone de les harceler.

- Voilà, c’est ici non ?

La maison d’Andréas était plutôt grande. Même très. Ses parents partis en vacances pendant deux semaines, avaient laissé la maison à Andréas et sa grande sœur. Cette dernière était chargée de surveiller son petit frère, mais c’était souvent le contraire qui se faisait. Elle était pire que lui.

- Oui c’est ici Maman.

Ils sortirent de la voiture en même temps et souhaitèrent une bonne soirée à leur mère qui s’en alla après les avoir vu pénétrer dans la demeure. Dans la maison, il faisait déjà une chaleur étouffante. Comme par magie, Andréas fut à leur côté aussitôt, leur souhaitant la bienvenue. Il accapara Bill et l’entraîna dans la foule. Bill eut juste le temps de faire un petit coucou à Tom avant de disparaître. Le blond soupira et essaya de repérer quelqu’un qu’il connaissait. Avec chance il reconnut Georg au loin. Il se faufila comme il put pour arriver auprès de son ami.

- Tom ! S’écria Georg assez fort pour que le dreadé l’entende par-dessus la musique. Alors mon pote ça va ?
- Ouais ça va et toi ? Répliqua Tom sur le même ton et volume.

Ils engagèrent la conversation dans leur coin rapidement rejoint par Gustav et Blaise, des amis. Néanmoins Tom jetait constamment des coups d’œil dans la foule pour essayer de retrouver des yeux son jumeau perdu au loin. La soirée se déroulait assez tranquillement, la fête était plutôt une réussite à la grande fierté d’Andréas. Il se vantait à tout ceux qui venaient le féliciter sous le regard mi-exaspéré, mi-amusé de Bill.

- Arrête de t’envoyer des fleurs…

Il lui donna un coup de coude pour accentuer ses dires.

- Biill, casse pas mon plaisir, sale rabat-joie !
- Oui c’est ça, je vais voir Tom, je reviens.
- Noon, reste avec moi, lâche un peu ton frère, il doit être content de pouvoir profiter des filles.
- Tu sais très bien que… Un doigt sur ses lèvres le stoppa.
- Chut j’ai dit, profite, y’a de l’alcool, des filles, de la musique !

Le brun roula des yeux mais accepta le verre que lui tendait Andréas.

- Cul sec Bill, un peu d’alcool dans le sang t’aidera un peu à décrocher de ton frère.

Bill hésita mais se dit qu’il n’avait pas grand-chose à perdre. Il obéit sagement à Andréas et finit cul sec son verre. Le blond platine l’applaudit et lui tendit un autre verre. Encouragé par les amis d’Andréas, il réserva le même sort aux trois verres suivants que son ami lui tendait.

Bien pompette, il riait et parlait plus facilement. Il se sentait tout joyeux, et capable de tout.

Georg tendit lui aussi un verre à Tom.

- Tom arrête le coca, juste un seul verre d’alcool.
- Bon d’accord, le seul.

Ce « seul » se multiplia par quatre. Dans le même état que son jumeau, Tom était à présent sur la piste à danser avec une jolie demoiselle. Et Bill riait de tout et n’importe quoi. La soirée défila très rapidement jusqu’à arriver à minuit. Tom eut soudainement un éclair et décida de retrouver son frère. Epaulé par Georg ils ne prirent qu’à peine une minute avant de retrouver Bill écroulé de rire sur la table à côté d’Andréas. Tom se précipita vers lui et s’assied à son côté.

- Oh Tom ! S’exclama Bill en reconnaissant son frère.
- Ouais c’est moi… Je t’ai pas vu de la soirée, tu m’as manqué…
- Toi aussi, gloussa Bill en posant sa tête sur son épaule. Andréas laisse-nous… Demanda Bill alors que Tom attrapait sa main dans la sienne.
- Hein mais non, je…
- T’as pas compris ce qu’il t’a dit ? Répliqua plus durement Tom.

Andréas s’en alla, marmonnant sans que personne ne l’entende à cause de la musique. Georg s’éclipsa à son tour laissant les jumeaux finir la soirée dans leur coin. La dernière heure passa et le portable de Tom vibra contre sa cuisse. Il réussit non sans mal à le prendre et quand il vit le numéro de leur mère s’afficher, il se rappela qu’il fallait qu’ils rentrent. Dix minutes furent nécessaires pour qu’ils réussissent à sortir de la maison et rejoindre leur mère qui s’impatientait. Excédée de les voir plus si à jeun, elle leur passa un savon sur le chemin du retour. Mais trop saouls pour l’écouter, chacun s’endormit contre l’autre.

Simone comme punition ne prit même pas la peine de les réveiller, elle les laissa endormis dans la voiture après l’avoir verrouillée et rentra chez elle.

[…]

Courbaturés de partout, ils s’extirpèrent de la voiture en marmonnant des noms d’oiseaux envers leur mère. Cette dernière les attendait à l’entrée, les mains liées.

- Bien dormi les enfants ? Demanda-t-elle.

Des marmonnements incompréhensibles lui répondirent et elle sourit en laissant entrer ses pauvres enfants.

- Je vous avais dit de ne pas trop boire, si vous vous étiez vu hier soir.

Ils montèrent tous deux à l’étage. Tom partit prendre une douche pendant que Bill alla aussitôt s’endormir dans son lit. La journée commençait mal.

[…]

Depuis la fête chez Andréas, Bill dans son état d’ivresse s’était fait pas mal d’amis qui étaient venus lui reparler quand il était revenu en cours les jours suivants. Il était gêné car il n’avait que des brides de souvenirs mais était content de faire la connaissance de nouvelles personnes, au grand déplaisir de son frère qui même s’il ne se l’avouait pas, avait horreur que de nouvelles personnes s’approchent de son frère. Cette soudaine possessivité envers Bill s’était réveillée sans aucune raison apparente. Il ne voulait pas empêcher son frère d’avoir une vie sociale mais pourtant, il ne supportait pas qu’un inconnu touche son jumeau.

Mais le brun avait rapidement accepté ses personnes et voulaient que Tom en fasse de même, car il avait remarqué que ce dernier n’était pas très ami-ami avec ses nouveaux potes. Il ne voulait pas le forcer mais ça lui ferrait plaisir. Devoir se couper en deux, une partie pour son frère l’autre pour les amis, n’était pas ce qui enchantait Bill. Il appréciait Gustav, Georg et Blaise les trois amis les plus proches de Tom.

Blaise parlait mais Tom ne l’écoutait que d’une oreille. Il avait le regard fixé sur Victoria une amie de son frère qui semblait un peu trop près de ce dernier. Le dreadé remonta sa monture sur son nez et serra le poing quand la jeune fille posa sa tête sur l’épaule de son brun de frère. Il soupira d’agacement et tourna le regard vers Blaise qui le dévisageait depuis une bonne minute.

- Quoi ?
- Arrête de mater la copine de ton frère.
- Ce n’est pas sa copine, répliqua sèchement Tom.
- Pourtant ils viennent de s’embrasser.

Tom se retourna subitement et surprit en effet Victoria, tenir la main de Bill. Tout comme il aimait le faire. Il fronça les sourcils et s’apprêta à se lever quand Georg arriva devant lui.

- Qui veut un chewing-gum ? Demanda-t-il en montrant le paquet neuf.
- Putain j’y crois ! Lui répondit Tom en se dirigeant vers Bill.

Mais Blaise fut plus rapide et attrapa le bras du blond.

- Hey, Tom ! Calme-toi, ton frère l’a eu en premier, tu te trouveras une autre fille.

Il riait de la réaction de Tom sans se douter que Tom n’était pas jaloux de Bill, mais de Victoria. Il réussit néanmoins à calmer son ami, sous le regard interloqué de Gustav et Georg.

[…]

Il n’avait pas adressé la parole à son frère, une fois depuis qu’il avait appris qu’il était avec Victoria. Il se sentait tellement puéril d’agir de la sorte, mais cette satanée brune lui sortait par les yeux, et il se détestait de vouloir qu’elle ne soit pas avec Bill. Alors pour éviter de s’énerver en vain, il avait évité Bill comme la peste. Maintenant il était dans sa chambre à faire ses exos de physique. De petits coups à sa porte le firent sursauter légèrement. Il autorisa la personne à entrer et il ne fut pas surpris de voir Bill se faufiler dans la pièce.

- Hey…

Tom ne répondit pas, se tournant sur sa chaise pour voir ce qu’il voulait.

- Je sais que tu m’as vu avec Vanessa…
- Vanessa ? Questionna Tom.
- Oui la brune, tu sais ma…
- Copine, ouais okay.

Mais c’est qu’en plus il s’était gouré de prénom… Elle avait une tête de Victoria, c’était pas sa faute.

- Ca n’a pas l’air de t’enchanter… Constata Bill.
- A vrai dire, je n’ai pas tellement aimé la façon dont je l’ai appris.
- Je comptais te le dire tu sais…
- Bien.
- Tom… Ne réagis pas comme ça.

Son frère s’approcha de lui avant de s’accroupir face à lui.

- Je suis tellement contente d’avoir trouvé une fille. D’habitude, elles sont toutes folles de toi, parce que tu es beau, intelligent, gentil, parfait quoi… et je ne te jalouse pas, loin de là, je suis fier d’être ton frère même si je ne suis pas…
- Chut, Bill pour moi tu es parfait, alors si personne ne le voit, je crois que des lunettes s’imposent.

Bill rit doucement en regardant son frère.

- Je suis désolé de ne pas te l’avoir dit plus tôt…
- T’en fais pas, t’es pas non plus obligé de tout me dire.
- Si, si tu es mon jumeau et j’aime que tu saches tout de moi… Avoua Bill en traçant des arabesques imaginaires sur le jean de son frère.

Tom fut touché de cette simple phrase, lui aussi aimait que son frère sache tout de lui, qu’il puisse en un claquement de doigt détruire sa vie, comme la rendre merveilleuse.

- Moi aussi. Répondit-il après un instant de silence.
- Pardonne-moi, vraiment.

Tom attira son frère sur ses genoux et l’enlaça, collant son dos contre le torse de son cadet.

- On oublie, vis ton idylle avec ta Victoria.
- Vanessa, Tom.
- Ah oui, pardon. S’excusa le blond sans le penser.

Il se surprit même à penser qu’ils ressemblaient à un parfait petit couple dans cette position, mais la pensée de Vanessa le fit revenir sur Terre et il cligna des yeux.

- Euuuh… je… vais finir mes exos sinon…
- Oui, oui okay, te justifie pas. Le coupa Bill en redressant.

Il lui sourit une dernière fois avant de quitter sa chambre, le laissant perturbé et ahuri.

[…]

Août 2008
.

La chaleur étouffante était insupportable. Tom n’en pouvait plus. Il était pourtant dans la piscine de Georg mais rien à faire, même l’eau était brûlante. Il se plaignait sans arrêt, se récoltant des regards faussement noirs de la part de ses amis, qui le trouvaient plutôt chiant à ce moment-là.

- Nous aussi on a chaud je te signale ! Réplique Blaise transpirant au bord de la piscine.
- Oui mais Gustav aussi doit avoir chaud… Ricana Georg.

Gustav n’était pas venu aujourd’hui. Il venait rarement en ce moment, préférant rester avec sa petite amie. Ce qui rappela à Tom que Bill en faisait de même. Vanessa par-ci, Vanessa par-là, Bill en parlait à leur mère constamment. Même après deux ans de relation, cette garce exaspérait toujours autant Tom. A cause d’elle, sa vie avait basculé. Deux ans auparavant, alors que Tom supportait encore mal la relation de son frère avec elle, il avait pris conscience qu’il ne pouvait tout simplement rester près de Bill sans s’imaginer que Vanessa l’avait enlacé, embrassé, câliné. Ca lui hérissait pratiquement à chaque fois le poil.

Le jour où Bill avait voulu lui décrire en long et en large son premier baiser avec elle. Avant disait-il « ce n’était que des baisers chastes ». Et là ça avait été le paquet, le baiser bien baveux avec la langue. Pendant une demi-heure il racontait et répétait ce qu’il avait ressenti. Tom n’en pouvait plus, il n’avait eu qu’une envie : se boucher les oreilles et fuir, fuir loin de son frère et de sa Vanessa ! Mais en grand frère affectueux, il avait écouté, jusqu’à la fin, même si ça lui serrait la gorge et le cœur. Les jours étaient passés. Tout semblait être comme avant.

Mais non, Vanessa fut remis sur le tapis, Bill avait absolument voulu décrire sa première sortie en amoureux avec elle. Une autre terrible épreuve pour lui. Il avait encore souffert de longues minutes. Puis Bill lui raconta, leur première soirée, leur première gâterie et ainsi de suite, jusqu’à la première fois. Le déclic, Tom avait écouté jusqu’à la fin mais cette fois-ci au lieu de grimacer et d’oublier une fois Bill parti. Il était resté assis sur son lit, longuement à se ressasser tout ce que son frère lui avait confié.

Il s’était alors questionné sur lui-même. Pourquoi n’avait-il pas de copine ? Ce n’était pas les prétendantes qui manquaient, elles étaient pour la plupart toutes à ses pieds, lui le beau Tom. Le parfait Tom. Il avait essayé de s’imaginer avec une fille dans ses bras, tout comme il le faisait… avec Bill. Tom avait finalement compris le problème. Il se comportait avec Bill comme un garçon se comporterait avec sa petite amie sans les attouchements poussés. Il était tendre, adorable avec son frère, se souciait constamment de lui, supportait pas qu’on l’approche, ne le voulait que pour lui.

Confus à cause de leur gémellité, il n’avait pas réussi à faire la part des choses. Un soir d’automne, il avait proposé à la belle Olivia de l’accompagner au ciné, et durant toute la soirée, il n’avait voulu que faire des allusions ou des phrases que seul son frère aurait pu comprendre. Avec elle, il ne se sentait pas à sa place. Alors au lieu de l’emmener manger ailleurs, il avait prétexté une fausse urgence pour s’éclipser. Il avait vagabondé dans le parc, avant de s’asseoir sur un banc. Il était encore tôt, 22h maximum. Le vent était frais et doux. Son problème était son frère. Il ne se voyait pas avec une fille. Il ne se voyait qu’avec Bill.

D’abord effrayé il avait essayé de trouver un moyen d’éviter le plus son jumeau avant de se rendre compte que c’était impossible. Ils habitaient dans la même maison. Puis au grand étonnement de sa mère et de Gordon et celui de Bill évidemment, il s’était peu à peu éloigné de son frère, cherchant l’indépendance. Son frère avait cherché des explications se butant à un mur. Tom lui répétait « Bill il faut grandir, on ne se tiendra pas par la main éternellement. », toujours, toujours. Il ne comptait plus le nombre de fois où il essayait de se convaincre avec cette phrase. Mais Bill lui, insistait et répliquait « Tom, je ne suis rien sans toi, j’ai besoin de toi… », Tom était à deux doigts de faiblir à chaque fois. Mais il tenait bon.

Et ils s’étaient petit à petit éloignés… Au grand désespoir de Bill qui trouvait réconfort dans les bras de sa petite amie.

[…]

- Je suis rentré Maman. Annonça Tom en passant dans le salon.
- Passé une bonne journée mon chéri ? Questionna Simone.
- Super, je monte dans ma chambre, je suis crevé.
- Oublie pas de passer dire bonjour à Vanessa, elle est avec Bill.

Tom grimaça et se dit qu’il avait malencontreusement oublié la dernière phrase de sa mère. Il grimpa rapidement dans sa chambre et déposa ses affaires dans sa chambre avant d’aller dans la salle de bain. Il poussa un cri de surprise en voyant Vanessa dans la salle de bain, seulement vêtue d’une serviette.

- Oh merde, pardon ! S’excusa-t-il par réflexe en reculant et se cognant contre son frère qui était arrivé par derrière.

Il était dans la même tenue que sa petite amie et Tom haussa un sourcil et regarda les deux. Sans succès il essaya de masquer sa grimace. Il avait vraiment envie de rendre son repas de ce midi rien qu’à la pensée que ces deux là aient pu… Il fit demi-tour, sans remarquer le regard peiné de Bill qui le suivait jusqu’à ce qu’il s’enferme dans sa chambre.

- Je pense que je vais rentrer… ton frère n’apprécie toujours pas ma présence…
- Hum… lui répondit Bill en la regardant passer pour aller se changer dans sa chambre.

Il ne la raccompagna même pas jusqu’à l’entrée. Il ne l’embrassa même pas pour lui dire au revoir. L’éloignement que Tom leur imposé le blessait à chaque fois. Une fois à son tour habillé, il allait descendre rejoindre sa main, mais il décida de faire demi-tour. Il toqua à la porte de la chambre de son frère et l’ouvrit sans attendre de réponse. Son jumeau était assis sur son lit, sans t-shirt et lisait tranquillement un bouquin, il releva le regard vers Bill.

- Qu’est-ce qu’il y a ?
- Euh rien, je… je voulais juste te voir…
- Ah, Vanessa n’est plus là ?
- Non, elle est partie et…
- Je quitte la ville pour mes études.

Voilà, c’était sorti. Tom guettait maintenant la réaction de son frère. Cette idée lui trottait depuis un moment dans la tête. Être loin de Vanessa et Bill était son seul souhait depuis des mois, et maintenant il avait une excuse de pouvoir le faire. Il savait qu’être loin de Bill allait être dur mais il préférait souffrir seul. Son frère pourrait se consoler avec sa petite amie. Et il ne le corromprait pas avec ce qu’il ressentait pour lui.

- Qu… quoi ? Comment ça tu…
- J’ai décidé de quitter la ville. C’est tout.
- Mais pourquoi je… je comprends pas…
- Il n’y a rien à comprendre, l’option que j’ai choisie ne se trouve pas ici…

Bill resta sans voix devant cette soudaine nouvelle. Et lorsqu’il vit que Tom reprit sa lecture, il comprit que la discussion était terminée. Il retint tant bien que mal ses larmes et sortit rapidement de la pièce. Il dévala les escaliers, quitta la maison et courut loin. Une fois essoufflé, il s’appuya contre un des arbres du parc, il éclata en sanglots. Il ne pouvait pas imaginer sa vie sans Tom près de lui, c’était tout bonnement impossible…

[…]

Juillet 2014.

La voix dans le haut-parleur annonça l’arrivée du prochain vol. Il posa sa valise au sol et dévisagea quelques secondes les trois personnes en face de lui. Sa mère le prit joyeusement dans ses bras en clamant qu’elle était contente de le voir. Gordon se contenta d’une tape amicale sur son épaule en le souhaitant un bon retour. Ils les lâchèrent tous les deux et Simone regarda son fils cadet qui n’avait pas bougé. Tom releva les yeux vers lui. Son cœur se serra violemment en constatant que les sentiments qu’il avait en vain essayé d’oublier étaient toujours présents. C’était même pire maintenant. La distance les avait amplifiés. Tellement plongé dans le regard de son jumeau, il ne remarqua pas que Gordon avait récupéré sa valise et était parti dans la voiture avec sa femme.

Néanmoins il refit surface quand on le bouscula. La personne s’excusa rapidement et Tom se retourna vers son jumeau. Il s’avança vers lui et l’enlaça. Bill qui n’attendait que ça, s’agrippa à lui comme une bouée de sauvetage. Il enfouie son visage dans le cou de son frère aîné et se laissa aller contre lui. De longues minutes s’écoulaient. Les gens passaient et repassaient. Ils restaient dans les bras de l’autre sans prendre conscience du temps. Au bout d’une dizaine de minutes sans les voir revenir, Simone revint. Elle fut rassurée en les voyant enlacés. Elle se sentit même coupable de briser leur étreinte. Mais elle se disait qu’ils auraient largement le temps de rattraper le temps perdu.

Alors tous les trois, ils partirent vers la voiture. Et ce fut dans le silence qu’ils rentrèrent.

[…]

- Ton voyage s’est bien passé ? Demanda Simone.
- Oui comme je t’ai dit, un souci qui m’a forcé à prendre une chambre d’hôtel. Stupide avion.
- Maintenant tu pourras dormir dans ton vieux lit.
- Il m’avait manqué en effet. Chez moi là-bas comme je cohabitais avec Lola, une folle des chiens, y’avait des poils partout. Affreux.

Bill suivait la discussion entre sa mère et son frère qui était légère et calme. Pourtant il n’attendait qu’une seule chose. Que sa mère parte. Il avait besoin de parler à son frère. Il s’était dit en apprenant que Tom rentrait qu’il allait tout lui pardonner. Mais en le revoyant, toute la souffrance vécue durant ces dernières années était remontée en flèche. Il fallait qu’ils mettent au clair les problèmes de leur adolescence qui ont causées leur séparation. Assis tranquillement, il sentit son cœur battre plus fort quand sa mère se rappela qu’elle avait une course importante à faire. En réalité Bill avait demandé à sa mère de le laisser avec Tom. Elle fila rapidement, sans que Tom ait le temps de dire quoique ce soit. Bill gardait le regard fixé sur son frère. Ce dernier mal à l’aise se releva et chercha à quitter la pièce.

- Où est-ce que tu vas ? Questionna Bill en attrapa le bras de son jumeau.
- Oh quelque part je…
- On a parlé je crois, donc tu iras quelque part… plus tard non ?
- Bill…
- Non pas de Bill ! J’en ai assez de me taire ! Répliqua le brun en haussant la voix.

Tom ne fit plus aucun geste et soupira.

- Ne soupire pas comme ça ! Tu ne peux pas savoir à quel point ton départ m’a perturbé, pendant des mois je ne faisais que te pleurer ! J’ai tellement souffert de ton absence… Je sais très bien que tu n’es pas parti uniquement pour tes études ! Alors dis-moi Tom, dis-moi pourquoi tu me fuis depuis si longtemps. J’étais tellement désespéré, j’ai rompu avec Vanessa le soir même de ton départ. J’ai précieusement gardé toutes tes affaires que tu n’avais pas prises ! Je fondais en larmes à chaque fois devant le tableau de Maman !

Il pointa du doigt le tableau accroché au mur que leur mère avait peint il y a maintenant 20 ans de cela. Il représentait ses deux garçons assis simplement à côté, les mains liées.

- Alors Tom, explique-moi, j’ai besoin de savoir ce que j’ai fait pour que tu ne veuilles même plus m’approcher…

Tom écoutait sans broncher. Il n’avait pas pensé une seule seconde que son frère avait pu autant souffrir. Autant que lui…

- Moi aussi j’ai souffert de mon geste mais je devais partir Bill…
- Mais pourquoi ?!
- Parce que… je…

Bill ne le lâchait pas du regard et il réfléchissait rapidement pour trouver une bonne excuse mais il détourna les yeux.

- Ben alors Tom ? Tu ne parles plus ?

La voix de Bill était ironique mais aussi tremblante.

- Bill écoute…
- Dis-moi ! S’écria Bill en essuyant les larmes qui coulaient sur ses joues.

Tom se sentait pris au piège. Mais il ne pouvait rien dire…

- Tom, dis-moi… Insista Bill en s’approchant de lui.

Il le laissa s’approcher et se mordant la lèvre, il explosa, ça ne pouvait rester secret.

- Si je suis parti c’est parce que je t’aime. Lâcha-t-il sans détour.

Un rire nerveux s’empara de Bill qui se tenait le ventre.

- Parce que… tu… tu m’aimes ? Si tu m’aimais… Reprit Bill après s’être calmé, tu ne serais pas parti.
- Non Bill… tu n’as pas compris…
- Oui je crois que j’ai mal compris en effet…
- Je t’aime, pas comme tu le penses, je t’aime… trop… Rectifia Tom la gorge serrée.

Un silence s’installa.

- Tu m’aimes… trop ? Demanda Bill comprenant le sens de ses mots.

Tom hocha doucement la tête, bien trop effrayé par la suite des évènements. Et il n’avait certainement pas prévu que son frère fonde en larmes devant lui.

- Bi… Bill ?

Un sanglot lui répondit il prit un instant peur. Avait-il définitivement traumatisé son frère au point qu’il en pleure ? Il recula quand Bill s’approcha de lui et fondit sur lui en tapant sur ton torse.

- Quel idiot, mais quel idiot ! Articula Bill.

Tom était pétrifié par la réaction de son frère et n’osait plus aucun geste.

- Espèce d’imbécile ! S’écria son frère en relevant la tête. Tu es parti à cause de… ça ? Bon sang ne me dis pas que tu es parti à cause de ça ?!

Mais il n’eut pas besoin de réponse.

- Tu n’es qu’un idiot, un vrai idiot !
- Bill, qu’est-ce qui…
- Moi aussi… moi aussi…
- Toi aussi… quoi ?

Bill essuya ses larmes.

- Mais moi aussi je t’aime idiot. Et j’arrive pas à croire que tu sois parti à cause de ça, on a perdu tellement d’années à cause de ta bêtise !
- Bill c’est… vrai ?
- Bien sur…

Le dreadé ne réagit plus un court instant avant à son tour d’essuyer les larmes de son frère.

- Vanessa n’a jamais vraiment compté pour moi… je t’aimais déjà sans m’en rendre compte… et peu de temps avant ton départ, j’ai compris ce qui n’allait pas et…

Il ne tint plus et embrassa son frère avec impatience. Surpris par l’assaut, il écarquilla les yeux mais se reprit et enlaça plus fortement le brun contre lui, répondant à son baiser. Fermement l’un contre l’autre, ils s’étaient enfin retrouvés. Peu importe l’intensité de leur amour, l’essentiel était qu’ils s’aimaient.

FIN

Demande de £illou
Spoiler:
 

_________________
Trust me, I'm the Doctor

http://theboggartinthewardrobe.tumblr.com/
http://acatintheusa.wordpress.com
http://chachouilletraductions.skyrock.com
Revenir en haut Aller en bas
http://www.chach-ouille.skyblog.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Twins, de Maya   Jeu 15 Juil - 14:09

Et bien...tu sais que j'adore ton OS u___u...
Je t'ai déjà tout dit Wink

I'm your fan number ONE *____________*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Twins, de Maya   Jeu 15 Juil - 15:08

Grr, mon OS ><
J'avoue la demande est à moitié respectée, même pas du tout, perso' je vois pas le côté psychologique et j'ai pas eu le temps de caser le lemon comme elle le voulait =/
Du moins j'espère (malgré la demande non-respectée) que ça plaira à £illou u_u

*va lire les autres OS*
Revenir en haut Aller en bas
Mary
Duchesse du Forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6249
Age : 25
Localisation : Glasgow
Emploi/loisirs : Trekkie
Humeur : Right as rain
Date d'inscription : 23/10/2008

MessageSujet: Re: Twins, de Maya   Jeu 15 Juil - 16:19

Quel adorable petit os! (: C'était pas aussi psychologique et torturé que le voulait la demande mais c'était bien quand même. Les personnages sont attachants et c'est agréablement mené... Bravo!
Revenir en haut Aller en bas
Sabrina
Marquise du Forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4974
Age : 23
Localisation : France
Emploi/loisirs : Lycéenne
Date d'inscription : 15/11/2008

MessageSujet: Re: Twins, de Maya   Jeu 15 Juil - 22:35

Alors alors, j'ai plutôt bien aimé dans l'ensemble, c'était un mignon petit os. Par contre j'avoue que je suis un peu déçue que ça aille si vite. :/ Enfin, c'était super bien partit avec différentes situations montrant l'évolution de leur relation et leurs attitudes envers l'autre et paf, d'un coup, on apprend que Tom réalise qu'il est en fait amoureux de son frère et il quitte la ville juste après. :/ J'aurai bien aimé qu'on voit un peu plus l'évolution des sentiments de Tom, le côté psychologique, sa jalousie et tout... M'enfin ça reste un bon os tout mignon. Merci quand même. :3
Revenir en haut Aller en bas
Jess
Populaire
avatar

Féminin
Nombre de messages : 572
Age : 25
Localisation : Belgique
Emploi/loisirs : en cuisine
Date d'inscription : 07/12/2008

MessageSujet: Re: Twins, de Maya   Jeu 15 Juil - 23:29

cet os était sympa, Tom jaloux j'adore!
Revenir en haut Aller en bas
Machin
Geek
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1706
Age : 23
Localisation : Ermont (95)
Humeur : .__.
Date d'inscription : 24/10/2008

MessageSujet: Re: Twins, de Maya   Ven 16 Juil - 1:16

C'était super sympa, j'ai beaucoup aimé les moments où ils étaient jeunes et tout, ils sont trop mignons *-* j'aime beaucoup le personnage de Tom, j'ai juste trouvé que tout se réglait un peu trop vite mais bon c'était un bon OS Smile Merci!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Twins, de Maya   Ven 16 Juil - 11:42

Oui tout va vite, je sais, mais pris de court j'ai du bouclé l'OS rapidement, mais bon je suis contente que ça ait plu quand même =)
Revenir en haut Aller en bas
£illou
Ptite Nouvelle
avatar

Nombre de messages : 10
Age : 29
Date d'inscription : 15/11/2008

MessageSujet: Re: Twins, de Maya   Mar 20 Juil - 1:05


Bon alors j'ai enfin pris le tps de le lire!
Alors en soi l'Os se déroule vraiment bien...même si j'aurais préféré qu'ils soit plus long et qu'on voit plus le côté psychologique.
Leur enfance est bien racontée et leur affection est vraiment décrit comme je le voulais.
Ce qui aurait mérité plus d'approfondissement c'est leur adolescence. Déjà je ne voyais pas Bill avec une copine...mais l'idée est pas mal. ^^
Aprés j'aurais aimé qu'à ce moment là tu exprimes plus ce que Tom ressentais...et aussi Bill...parce que finalement on sait pas ce que Bill pense!
Et pis le moment où il part ben pouf ça arrive comme ça...encore que ça passe bien finalement! ^^
Aprés les retrouvailles j'aurais pas vu ça comme ça...je voyais plus que Bill lui en veuille vraiment et qu'ils n'osent pas s'approcher trop...voir même que Bill ne soit pas à l'aéroport...et qu'il ait construit sa vie...
Il n'y a pas de lemon non plus...donc c'est clair je peux pas dire que je sois satisfaite par rapport à ma demande mais en soi l'Os est sympa et tu écris vraiment bien!
C'est dommage de pas avoir fait plus...
T'as pas eu le tps ou c'est la demande qui t'as pas plu?
C'est vrai que ma demande est un peu bâteau mais en même tps pas facile mais je voyais ça autrement!
Merci en tout cas parce que j'ai passé un bon moment! ^^
Et prend pas mal ce que j'ai dit je donne juste mon avis par rapport a ce que j'ai demandé. A part ça tu écris trés bien! ^^


cat
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Twins, de Maya   Mar 20 Juil - 9:19

Oh non, non même que je suis contente que tu aies donné ton avis.
Alors oui la demande m'a plu, y'a aucun souci, j'ai eu rapidement des idées, mais j'avais commencé une première fois depuis mai et mon OS a été perdu en fin Juin >< Donc j'ai du rapidement m'y remettre depuis le début et avec mes révisions j'avais que j'ai eu un peu de mal à pleinement me lâcher pour l'OS. Donc ça a donné ça x).
Après inconsciemment j'ai entièrement dirigé mon OS en POV Tom parce que c'est lui qui donnait l'impression d'être le plus torturé, j'aurais tout balancé pour Bill à la fin, et donc la dispute aurait été plus construite qu'elle ne l'a été là. La copine de Bill servait juste de déclic. Et je suis pleinement consciente qu'il y a aucune torture psychologique x) Je me dis que peut-être je retravaillerais sur cet OS pour mieux respecter la demande ^^
Revenir en haut Aller en bas
£illou
Ptite Nouvelle
avatar

Nombre de messages : 10
Age : 29
Date d'inscription : 15/11/2008

MessageSujet: Re: Twins, de Maya   Ven 23 Juil - 21:14

Ah j'osais pas te le demander...mais si tu as le tps et l'envie de le retravailler pour qu'il soit plus consistant n'hésite pas je le lirais avec paisir!
C'était une demande qui me tenais coeur alors si tu arrives la reprendre j'adorerais! ^^

Et je comprend pas pourquoi sur Sun personne donne son avis! ==" ça me saoul! Je me dis que c'ets parce que les gens aime pas ma demande! Sad

cat
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Twins, de Maya   Ven 23 Juil - 21:17

J'ai remarqué que les gens donnaient leurs avis sur les OS d'auteurs qu'il connaissait, donc comme je suis pas tellement "connue" c'est plutôt mon nom d'auteur qui attire personne x)
Revenir en haut Aller en bas
Mimipotter
Inrattable
avatar

Féminin
Nombre de messages : 936
Age : 24
Localisation : Neuf-trois sisi !
Emploi/loisirs : Etudiante
Humeur : Variable
Date d'inscription : 14/11/2008

MessageSujet: Re: Twins, de Maya   Ven 23 Juil - 23:12

Han éè j'en ai versé quelques larmichettes.
J'aime beaucoup.
Revenir en haut Aller en bas
£illou
Ptite Nouvelle
avatar

Nombre de messages : 10
Age : 29
Date d'inscription : 15/11/2008

MessageSujet: Re: Twins, de Maya   Sam 24 Juil - 19:19



Maya a écrit:
J'ai remarqué que les gens donnaient leurs avis sur les OS d'auteurs qu'il connaissait, donc comme je suis pas tellement "connue" c'est plutôt mon nom d'auteur qui attire personne x)

Les gens sont un peu bizarre alors si c'est pour ça parce que justement le but du jeu c'est de découvrir d'autres auteurs! lol

En tout cas moi j'ai aimé et je le redis! xD
J'ai vu sur Sun' que Gab' a dit que c'était une demande de fic...te gênes pas si tu veux refaire la demande en fic! xD Nan nan je n'en demande pas trop du tout! Chibieyes

cat
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Twins, de Maya   Dim 25 Juil - 14:39

Merci Mimipotter Court

Puis £illou le travailler en fic ? Plutôt mini-fic... Hum je veux bien mais là tu l'auras pas maintenant ça c'est sûr xD Je pourrais mieux travailler l'adolescence... la torture psychologique, les scènes avec la copine et tout. Je pense que ça sera ma prochaine minific alors x)
Revenir en haut Aller en bas
Gab'
Icone du forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2036
Age : 31
Date d'inscription : 23/10/2008

MessageSujet: Re: Twins, de Maya   Dim 25 Juil - 14:51

Lillou : quoi, tu trouves pas que c'est une demande de fic ? XD Tu demandes quand même un long développement et tout, et là l'OS fait une taille honorable et pourtant on sent qu'il va trop vite, mais voilà c'est un OS quoi ;o) Donc pour moi c'était vraiment plus une demande de fic potentiellement ^_^ Mais oui pas une fic à 25 chapitres quoi (quoi queeeeee Very Happy) ^_^
Revenir en haut Aller en bas
http://gabuliellu.skyrock.com/
£illou
Ptite Nouvelle
avatar

Nombre de messages : 10
Age : 29
Date d'inscription : 15/11/2008

MessageSujet: Re: Twins, de Maya   Lun 26 Juil - 1:28

Gab': Si t'as raison mais moi les OS longs j'aime ça! ^^ Et pis elle y était presque fallait juste que sur l'adolescence et les retrouvailles elle ajoute quelques scènes. Mais c'est une demande de fic dans le sens où ça dure dans le tps...mais j'ai déjà écrit un Os de concours qui demandait une évolution dans le tps et il était long oui mais c'était quand même un Os! ^^ Donc c'est faisable! Juste qua là elle a pas eu le tps et qu'elle a perud ce qu'elle avat fait au départ! :/

Maya: Si vraiment t'en fait une mini fic même si je dois attendre ben y'a aucun soucis! Du moment que tu le fais avec envie! Je te force pas mais comme je trouve que tu as bien écrit l'Os et que j'aimerais lire la demande en totalité bé fouala! ^^

cat
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Twins, de Maya   

Revenir en haut Aller en bas
 
Twins, de Maya
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» CLIMAX GOLDEN TWINS
» maya l'abeille (pour page1ère ;-)
» [info] 15 choses à savoir absolument sur les twins !
» Recherche "HHS - Ying Yang Twins, Pitbull Kit"
» [photos]Les Twins Avec Des lunettes De soleil !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Between The Lines :: Campeuses de l'Humanoid City Tour-
Sauter vers: