AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Don't quit your day job, Tomi by Cynical_terror

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dine
Duchesse du Forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 7132
Age : 24
Date d'inscription : 23/10/2008

MessageSujet: Don't quit your day job, Tomi by Cynical_terror   Mar 8 Juin - 23:45

Coucou les filles, me voilà avec une nouvelle traduction, j'espère que ça vous plaira!
Un grand merci à Chouchouille, la meilleure des meilleures I love you
Merci aussi à Cynical pour m'avoir laissée à nouveau traduire un de ses écrits supers ** et la VO est ici : http://fiction.tokiohotelfiction.com/viewstory.php?sid=8086

Bonne lecture Smile

*****

Tom resserra l'élastique autour de ses cheveux et passa la tête en dehors de la salle de bain, remarquant que son frère était toujours sous les draps, gémissant légèrement dans son sommeil. Ça ne le dérangeait pas du tout que son frère soit enroulé dans son lit comme un chaton, ça ne le dérangeait pas que les vêtements de Bill soient éparpillés ça et là sur le sol, et surtout, ça ne le dérangeait pas que, pendant que son précieux frère somnolait, il ne portait pas un seul morceau de tissu.

Tom avait été celui, après tout, qui avait éparpillé les vêtements dans la chambre. Il avait été celui qui avait renversé Bill sur son lit et celui qui avait fait des choses cochonnes avec lui. Et il avait été celui qui l'avait glissé sous les couvertures après en avoir finit avec lui, juste avant de les enlever de nouveau afin de l'avoir encore une fois pour lui ce matin. Donc, vraiment, Tom était celui qu'il fallait blâmer, mais il ne se sentait pas un minimum désolé pour ça.

Mais il serait en revanche désolé si Bill ratait ses rendez-vous d'aujourd'hui, David s'en occuperait personnellement. Même si sa vraie relation avec Bill était secrète, ça n'empêchait pas David de le tenir responsable pour toutes les choses que Bill devait faire. Si Bill était en retard, ce serait la faute de Tom, même si David ne saurait pas exactement pourquoi.

« Bill, » dit-il, arpentant le sol en bois exotique jusqu'à son lit. Le nez de Bill surgit de la couverture et se fronça. Tom se demanda brièvement de combien de temps ce dernier serait en retard s'il se glissait sous les couvertures et le prenait de nouveau. Il balaya ces idées de son esprit et s'assit sur le lit, ôtant la couvertures du visage de Bill. Celui-ci ronfla légèrement et Tom sourit. Il aimait vraiment son petit frère, l'avait aimé même avant que leur relation ne devienne quelque chose d'autre que platonique il y a plus ou moins un an de ça.

C'était arrivé quand ils avaient eu leur propre appartement en ville et Bill avait eu quelques difficultés à dormir dans sa nouvelle chambre. Il en avait fait la chambre principale avant même qu'ils ne signent le bail; il était tombé sous le charme des hauts plafonds et les grandes baies vitrées surplombant la ville. Cependant, en réalité, les lumières de la ville en-dessous, les feux des voitures s'allumant constamment la nuit, l'avaient rendu impossible de dormir dans sa chambre. Il avait essayé les stores vénitiens et les rideaux, mais rien n'avait marché. Il s'était alors retrouvé à fixer les petites raies de lumière ancrées sur son plafond pendant des heures.

Il avait bien évidemment essayé de convaincre Tom d'échanger avec lui, et quand cela ne marcha pas, il s'était juste retrouvé à squatter la chambre de son frère. Au début, Tom n'avait pas été vraiment content de l'arrangement, il n'avait pas partagé son lit avec quelqu'un depuis l'âge de 5 ans où il était effrayé par l'obscurité, et Bill prenait juste toutes les couvertures et donnait à ses oreillers une odeur de laque et de shampoing pour fille. Mais finalement, il y avait quelques avantages non-négligeables à partager un lit avec lui.

De la chaleur, des câlins, et plus encore.

Tom fit un sourire à son petit frère endormi alors qu'il se remémorait la façon dont ils avaient été liés pour la première fois dans ce lit-même. Il avait seulement fallu un peu d'alcool et le lit avait fait tout le reste. Ils étaient maintenant encore plus inséparables qu'ils ne l'avaient été avant et Tom ne changerait ça pour rien au monde.

De plus, ils avaient leur propre petit monde caché profondément sous les couvertures, de telle sorte que personne n'était autorisé à y entrer.

« Bill, » dit une nouvelle fois Tom, éloignant une mèche de cheveux du front de son frère. « Tu dois te lever. »

Les sourcils de Bill se froncèrent et il roula sur le côté, s'enroulant contre Tom sous les couvertures. Le besoin de se glisser sous celles-ci avec Bill était intense, la chaleur se dégageant du corps de son frère était pratiquement irrésistible.

Pratiquement.

« Tu dois être parti dans une heure, » dit Tom. « Ne m'oblige pas à utiliser la manière forte. »

Bill chouina et s'enfonça plus profondément sous les couvertures.

« Bill... »

Celui-ci ne bougea pas d'un iota et Tom soupira. Il savait quoi faire. Sans prévenir, il se releva et attrapa le haut de la couette. Bill sembla sentir ce qui allait se passer et hurla même avant que Tom ne descende la couette de moitié sur lui.

Il baissa la couverture le long du corps de Bill, le laissant couvert seulement d'un drap fin, frissonnant déjà sous l'air froid de l'appartement.

« Tom! » cria Bill, s'asseyant et agrippant la couette. Il essaya de l'éloigner de la prise de Tom, mais celui-ci était trop fort et trop rapide. En moins d'une seconde, il avait enlevé le drap de Bill, le laissant nu et couvert de chair de poule sur le matelas moelleux.

« Je t'avais prévenu, » dit Tom, rigolant. Bill jura et le frappa dans la jambe. Il se jeta en avant et entoura la taille de Tom de ses bras, le forçant à tomber sur le lit, le surplombant. « Bill, petit monstre! »

Le monstre en question rigola et s'agrippa fermement à Tom, ses jambes entourant ses hanches et ses mains enserrant avec force ses épaules. « Mmm, chaud, » murmura Bill. « Mieux que les couvertures. »

Tom grogna mais ne put s'empêcher d'enfoncer son nez dans les doux cheveux noirs de Bill et d'embrasser son cou. « Sacré toi, » dit-il.

« Je ne veux aller nulle part, » dit Bill. Il s'arqua contre Tom de façon provocante et permit à sa moitié de le caresser encore plus. « Restons simplement au lit. »

« Tu as une interview, » dit Tom, bougeant au-dessus de Bill pour s'installer entre ses jambes. C'était une mauvaise idée, au moment où Tom fût entre ses jambes, c'était un combat à remporter. En général, ça finissait par eux couverts de sueur et criant assez fort pour que la petite vieille du dessous cogne au plafond. « J'ai ce truc à Hambourg. »

« Qu'Hambourg aille se faire foutre, » chouina Bill. Il frissonna légèrement et posa ses mains sur le large t-shirt de Tom. Ce dernier se tortilla à la sensation des droits froids de Bill. « Ne va pas au studio, reste avec moi. »

« Bébé, » grogna Tom. « On rentre à la maison ce soir, tu te souviens? Le week-end chez Maman? »

« Putain. » Bill éloigna Tom de sur lui. « J'avais oublié. »

Tom roula sur le dos et regarda son frère nu pénétrer dans la salle de bain, jurant alors que ses pieds frôlaient le sol froid. Comment Bill passait de gros dormeur à pile électrique, Tom ne saurait le dire. Lui avait du prendre deux Redbull et une longue douche chaude pour se réveiller, surtout après la nuit qu'ils avaient passé. Son corps lui faisait mal de la meilleure façon possible; baiser Bill était comme courir un marathon. Il sourit de façon suffisante alors qu'il se souvenait à quel point son frère avait tremblé entre ses bras, à quel point il les avait rendu transpirant à la fin. Son estomac se tordit d'excitation.

« T'as plutôt intérêt à m'avoir laissé de l'eau chaude! » cria Bill de la salle de bain.

Tom rigola, secouant sa tête. Il jeta un coup d'oeil au réveil sur la table de nuit et s'extirpa aussi du lit, se dirigeant vers la salle de bain, déjà pleine de vapeur. Il pouvait à peine voir le corps nu de Bill à travers la vitre embuée de la douche. Il le regarda bouger derrière la vitre et lécha ses lèvres.

« Arrête de me mater, pervers, » lança naturellement Bill à travers l'eau dégoûlinante. « T'as pas autre chose à faire? »

« Si, » dit Tom. « Tu peux me faire une faveur? »

« Non, » dit Bill. « Je ne vais pas me baisser afin d'attraper le savon pour toi. »

Tom leva les yeux au ciel et s'appuya contre le chambranle de la porte. « Est-ce que j'peux t'emprunter ton Ipod? J'arrive pas à retrouver le mien depuis des siècles. »

« Mais tu détestes ma musique, » dit Bill.

« C'est toujours mieux que la radio, en plus il va y avoir beaucoup de temps morts au studio. »

« Le mien est au studio, je crois, » dit Bill, mettant sa tête sous le pommeau de douche.

« J'peux alors? »

Bill rinça ses cheveux puis poussa la porte de douche d'un centimètre ou deux. Il passa sa tête au dehors. « Si tu promets de pas te moquer de ma musique, alors oui. Et tu dois me le charger. »

« Ok. »

« Et je dormirais dans ton lit à la maison, » ajouta Bill.

« Mais Maman- »

« Soit c'est ça, soit pas d'Ipod, » dit Bill avec un petit sourire. « Imagine devoir écouter Gustav parler de sa petite amie toute la journée sans échappatoire! »

« Ugh. Très bien. Mais si Maman nous attrape, je lui dirai que t'as de nouveau peur du noir. » Bill lui tira la langue et Tom se rapprocha, l'amenant dans sa bouche pendant quelques instants. Bill couina et il la suça doucement avant de se retirer. « Je te verrai plus tard, à ce soir. »

Le visage de Bill vira au rouge et il essuya une goutte d'eau sur la joue de Tom. « Bye. » Il se glissa à nouveau sous la douche et commença à se savonner. Tom lui lança un dernier regard appréciateur avant de sortir, son aine juste un peu serrée.

**

« Elle me possède juste totalement, tu vois? » dit Gustav, un air rêveur peint sur son visage. Georg acquiesça et Tom eut envie de d'abord étouffer Gustav pour agir comme un petit chiot tout mignon puis Georg pour l'encourager. Ensuite il voulut s'étouffer lui-même juste pour ne pas avoir à l'écouter.

Il n'avait pas réussi à trouver l'Ipod de Bill dans le bordel de leur studio, donc il était obligé d'écouter les histoires de la romance de Gustav. Il était d'habitude un gars plutôt silencieux, pas vraiment enclin à parler de ses émotions ou de ses sentiments, mais quand sa nouvelle petite amie Roz venait sur le tapis, il ne pouvait pas garder sa bouche fermée. Le gars était totalement éperdue d'elle, et alors que Tom comprenait parfaitement le sentiment (il était plutôt lui-même éperdu pour un certain garçon aux cheveux noirs) il n'agissait cependant pas comme une fille à propos de cela.

Mais une fois de plus, Tom n'avait pas vraiment le choix. Il ne pouvait pas déblatérer sur ô combien son frère était merveilleux sans éveiller de suspicions. Bill le faisait assez largement pour eux deux.

« Je dois aller chercher l'Ipod de Bill, » dit Tom platement, tandis que Gustav commençait à raconter les détails de sa dernière sortie avec Roz. « Pour le charger. Et. Um. Ouais. »

Il quitta la pièce et descendit les escaliers pour fouiller dans leurs affaires dans la pièce d'enregistrement. L'Ipod de Bill était nouveau et Tom n'était pas vraiment sûr de l'avoir déjà vu auparavant. Est-ce que c'était un de ces petits Ipod Nano, un shuffle, ou un modèle plus large?

Il souleva une vieille boîte de pizza et grimaça. Ils étaient tous des porcs. Tom détestait le bordel, alors il souleva d'autres boîtes et sourit de satisfaction quand, sous une boîte de frites périmées, il trouva un petit Ipod violet.

« Bill, quelle fille, » marmonna-t-il, l'attrapant. « Violet, sérieux? » Il s'avachit sur le canapé maintenant propre et brancha le chargeur de l'Ipod dans la prise, fermant ses yeux et laissant son esprit s'échapper tandis qu'il chargeait.

Il pensa aux chansons qu'ils avaient répété plus tôt et le putain de riff de guitare sur lequel il avait travaillé. Le nouvel album allait surpasser tout ce qu'ils avaient fait avant, il en était sûr. Il était également certain qu'il serait assez bon pour les faire percer sur le devant de la scène américaine.

Avec de tels futurs tubes et Bill en tête du groupe, comment ne le pourraient-ils pas?

Il sourit alors qu'il pensait à son frère pour la énième fois aujourd'hui. Il craignait juste tout autant que Gustav. Il sourit, se pencha et attrapa l'Ipod, l'ouvrant alors qu'il chargeait. Il devrait sûrement avoir un peu de temps avant que David ne revienne avec les producteurs, et un peu de musique apaisante ne lui ferait pas de mal pour se détendre.

Il s'en foutait d'être dingue de Bill, parce qu'il savait que Bill l'était tout autant.

Ils marchaient ensemble parfaitement, mieux que n'importe quelle relation que Tom n'ait jamais eu. Bill était affectueux et doux comme une fille, mais drôle, dur et têtu comme un garçon. C'était la combinaison parfaite, sans parler que le sexe était tout bonnement fantastique. Il grogna au souvenir et enfonça les petits écouteurs dans ses oreilles avant qu'il ne se concentre trop sur le sujet et se retrouve avec un gros problème.

Il appuya sur aléatoire et s'allongea sur le canapé.

Une chanson lente de Coldplay se fit entendre, Tom pouvait supporter ça. Avant qu'il ne s'en rende compte, il tomba dans un léger sommeil. Des images de Bill enroulé près de lui sous les draps, se blottissant contre lui sur le canapé, embrassant son cou à l'arrière de sa voiture, affluèrent dans son esprit. Il s'enfonça de plus en plus dans le sommeil, tombant dans l'inconscience alors que des chansons douces se jouaient dans ses oreilles.

Puis la musique le réveilla brusquement. Il jura, sautant du canapé alors que Britney Spears résonnait dans sa tête.

« Oh putain, » chouina-t-il. « Foutu Bill! Pourquoi est-ce que t'as cette merde sur ton Ipod? »

Il frotta ses yeux fatigués et ôta les écouteurs de ses oreilles, sa sieste impromptue devenant un moment du passé. Il baissa les yeux vers l'Ipod et enchaîna d'autres chansons, chacune pire que les précédentes. Britney Spears, Céline Dion, Justin Timberlake!

Tom éteignit l'Ipod et considéra le fait de le laisser juste là où il l'avait trouvé, même s'il était certain que Bill serait bougon s'il ne le ramenait pas à la maison. Il le débrancha et le mit dans sa poche. Il se dit qu'il avait du boulot devant lui.

**

Tom était à mi-chemin de la maison quand il ne supporta plus le son de la radio et sortit l'Ipod de sa poche. Son lecteur CD l'avait lâché il y a quelques semaines de ça et il avait été trop occupé pour y jeter un oeil. Il lança un long regard à ses CD et brancha le convertisseur de radio dans l'Ipod.

It's Britney, Bitch se fît entendre dans les hauts-parleurs et il grogna.

Il avait promit à Bill qu'il ne se moquerait pas de sa musique, mais en vrai, il ne se sentait pas capable de le faire.

Son frère le pardonnerait, il en était sûr. Ça devrait impliquer plus que quelques baisers, mais il savait comment gagner face à lui.

**

« Maman! J'arrive pas à le croire, » dit Tom dans le haut-parleur, s'enfonçant dans le canapé de leur maison d'enfance. « J'ai fait tout le chemin depuis Berlin, tu sais! »

Simone soupira à travers le combiné et Tom se renfrogna à la pensée de la maison vide. « J'aurais juré que vous ne veniez que le week-end prochain, » dit-elle. « Je suis désolé, mon bébé. »

« Le prochain week-end est consacré au studio, » dit Tom. « Et merde, Bill est probablement déjà sur le chemin. Il ne va pas être content du fait que tu nous ais laissé tomber pour un stupide concert de rock. »

« Ce stupide concert de rock est le groupe de ton beau-père, » gronda Simone.

« C'est ce que je disais! » Sa réponse causa un gloussement de la part de Simone.

« Juste, ne lui dis pas ça, » dit-elle. « Il a attendu ce festival depuis des mois. »

« Je sais, je sais, » dit Tom. « C'est tout ce dont il a su parler les quelques fois où on s'est vus. »

« Le week-end n'est pas obligé d'être un fiasco total, » dit Simone. « Le frigo est plein, j'ai préparé vos lits, et j'ai entendu dire qu'Andreas était de retour en ville pour le week-end. Je suis sûre que tous les deux, vous pouvez trouver des trucs à faire sans nous. »

Tom renifla. Sa mère n'en avait pas idée.

Et actuellement, Tom se revigora à la pensée de passer un week-end entier seul avec Bill, même s'il aurait bien voulu voir ses parents. En fait, alors que sa mère continuait de jacter à propos de ceci et de cela, il remarqua que l'idée le rendit plus chaud qu'il ne le revigora.

N'avait-il pas toujours voulu faire plaisir à Bill dans chaque pièce de la maison? Ça avait été un de ses fantasmes les plus cochons.

« Tu sais, Maman, » dit Tom, souriant en coin. « Je pense qu'on va trouver quelque chose à faire après tout. »

**

La sauce était juste parfaite alors qu'il entendit le bruit d'un moteur dans l'allée. Il sourit, se sentant légèrement voyou, et posa la dernière assiette sur la table.

Il espérait que Bill avait faim, et ce en plus pour autre chose que de la nourriture.

« Oh mon dieu, » se fit entendre la voix de Bill de la porte d'entrée, puis un grand claquement de porte. Tom sourit à nouveau et inclina sa tête, mélangeant légèrement la sauce. « Où est-ce que... Qu'est-ce qu'il se passe? Maman? »

« Ici, » appela Tom.

« Ici où? »

« Cuisine! » Tom posa la flute de champagne sur la table puis recula de quelques pas alors que son petit frère faisait son apparition dans la pièce.

Bill avait l'air las, fatigué et énervé. Il laissa glisser sa sacoche sur le sol et laissa échapper un chouinement. « Où est Maman? C'est quoi tout ça? Qu'est-ce que tu fais? »

Tom s'approcha de Bill et passa ses mains le long de son corps, puis l'amena dans ses bras et lui donna un baiser langoureux. Bill résista, se détachant et clignant des yeux, puis abandonna et retourna à la rencontre du baiser. Quand ils se séparèrent, Tom posa un doigt sur les lèvres de son frère.

« Maman et Gordon sont partis tout le week-end, » dit doucement Tom. Bill fit un geste pour protester, mais Tom secoua la tête. « Ils se sont trompés de week-end. J'ai préparé à dîner, Maman a dit qu'on pouvait rester. »

Bill s'échappa de la prise de Tom et croisa ses bras. « Fait chier, » grogna Bill. « Je voulais voir Maman. »

« Aw, et pas moi? » demanda Tom, souriant. Bill fit une grimace.

« Je te vois tous les jours, » dit-il, une moue sur le visage.

« Bill, » dit Tom, touchant le visage de ce dernier. « On a pas eu de week-end entier pour nous depuis... um...regarde! J'arrive même pas à m'en souvenir. »

« Juste avant la tournée Américaine, » dit Bill. Il se détendit un peu, la tension quittant son corps. Il se blottit contre Tom. « Désolé d'avoir été un tel con. T'as fait le dîner et tout? »

Tom acquiesça et embrassa Bill sur le dessus du crâne. « T'as eu une longue journée. »

« Ouais, c'était tellement chiant et... J'ai juste envie d'aller me coucher, » dit Bill. Il leva les yeux vers Tom, de la culpabilité sur son visage. « Je me suis arrêté au Macdonald sur le chemin. »

Tom ne pût s'empêcher de rire à ça, il resserra sa prise sur Bill et le caressa entre ses omoplates.

« Je suis désolé, Tomi, » marmonna Bill dans le cou de Tom.

« C'est pas grave, on peut mettre ces trucs dans le frigo et les manger demain. » Bill bailla chaudement contre sa gorge et Tom sourit. Son frère, même fatigué, était la chose la plus mignonne qu'il n'ait jamais vu.

« T'es sûr? » murmura Bill. « Parce que... parce que tu me connais, je peux tout le temps manger. »

« Ouais, je suis sûr, » dit Tom, embrassant le front de Bill. « J'aurais dû t'appeler... C'était ma stupide idée de rester seul avec toi tout le week-end. »

« Non, c'était une bonne idée, » répliqua doucement Bill. « C'était vraiment bien, je suis juste... tu sais. »

« Tu es un bébé, » le taquina Tom. Bill acquiesça et s'affala contre Tom, n'étant même plus capable de tenir debout tout seul et prenant appui sur son jumeau. Tom enroula ses bras autour de sa silhouette et l'emmena devant les escaliers, mais Bill ne bougeait toujours pas. « Ah, Bill, je peux pas vraiment te porter en haut des escaliers. »

« Pourquoi? »

« Parce que j'ai pas assez de muscles, » dit Tom, faisant la grimace. « Et parce que t'es un vrai poids mort et... »

« Je suis gros, je sais, j'ai compris le truc, » dit Bill, un mince sourire faisant son apparition. « Trop de Macdonald. Mais mmm, c'était trop bon. » Il se libéra de la prise de Tom et commença à gravir les marches, en un pas désespérément lent. Tom marcha derrière lui, l'estomac gargouillant, parce qu'il n'avait pas eu de Macdonald. Il avait prévu de manger des pâtes.

« Tomi, ta chambre? Je préfère ton lit, » dit doucement Bill.

« Mais on l'a déjà fait dans ma chambre, » dit Tom, un léger chouinement dans la voix.

« Qui a dit qu'on allait le faire? » demanda son jumeau, les yeux brillants.

« Oh allez, » dit Tom. « S'il te plaît? »

« Seulement dans ton lit, et seulement si tu es gentil avec moi, » dit Bill. « On pourra le faire dans mon lit demain. »

Tom ne put qu'acquiescer, il était déjà dur et ne voulait rien de plus que de se glisser dans son chaud petit frère. « Je serai gentil, » murmura-t-il. « Je ferai n'importe quoi pour toi. »

Bill rayonna à ces mots et quand ils atteignirent la chambre, Tom le posa sur le lit avec précaution. Bill s'allongea sur le lit, baillant, son visage rouge et ses jambes légèrement écartées.

« Tu m'as déjà eu ce matin, » le taquina Bill. Tom lécha ses lèvres. « T'as encore besoin de moi? »

« Je t'ai même pas vu de tout le jour, » dit Tom.

« T'es si nécessiteux. Une vraie fille, » dit Bill, souriant en coin. « J'aime ça. Viens-là. »

Tom s'agenouilla sur le lit et s'abaissa vers lui, mais quelque chose glissa de la poche de son sweat à capuche et atterrit sur le ventre de Bill. Même dans l'obscurité, il put voir que c'était l'Ipod violet de son frère.

« En parlant de choses de fille, » dit Tom, agrippant l'Ipod. Bill lui lança un regard curieux. « Je sais que je t'ai dit que je me moquerai pas de toi, mais... »

Il mit en marche l'Ipod et la douce mélodie d'une chanson commença à se faire entendre à travers les écouteurs, juste assez fort pour qu'ils l'entendent. C'était une de ces chansons dégoûlinantes d'amour et Bill grimaça et frappa gentiment Tom à la poitrine.

« La ferme! » cria Bill.

« 'Cause I'm your laaaady, and you are my man,  » chanta d'une voix stupide Tom. « Whenever you reach for me, I'll do all that I caaaan. » ["car je suis ta femme et tu es mon homme, tu peux m'appeler à n'importe quel moment, je ferai tout ce que je peux" Céline Dion - The power of love]

Bill fit une tête horrible. « Oh mon dieu. »

Tom appuya pour lancer la chanson suivante. Il eut un mouvement de recul, puis haussa les épaules, laissant la chanson continuer encore quelques secondes. « It starts in my nose and I crinkle my toes... Bon dieu, Bill. » ["ça part de mon nez et mes orteils me chatouillent" Colbie Caillat - Bubbly (Tom se trompe dans les paroles, c'est l'inverse normalement.)]

« Tu chantes faux, crétin. »

« Et alors? » Tom jeta un regard à l'Ipod et passa quelques chansons. « Oh, » marmonna-t-il, levant un sourcil. « Celle-ci n'est pas si mauvaise... Look at the stars, look how they shine for you... and everything you do. Well, they were all yellow. Elles étaient toutes jaunes, Bill. » ["regarde les étoiles, regarde comme elles brillent pour toi... et tout ce que tu fais. Toutes étaient jaunes" Coldplay - Yellow]

« Stop, stop, » dit Bill, couvrant son visage avec un oreiller. « C'est horrible. Tu sais même pas chanter! »

Tom appuya pour lancer la chanson suivante. « Pas plus que Britney, » dit-il dans un haussement d'épaules. « Oh baby, baby, how was I supposed to know that- » ["Oh bébé, bébé, comment étais-je supposée savoir que-" Britney Spears - Baby one more time]

Bill couvrit la bouche de Tom de sa main et essaya d'attraper l'Ipod. « Tomi, arrête de te moquer de moi! Je savais même pas que j'avais cette chanson dessus. » Tom lécha la main de Bill puis la mordit, roulant sur lui et continuant à chanter du Britney entre ses rires.

Bill se mit à rire également alors qu'ils se battaient sur le lit. Tom le bloqua sur le matelas et enclencha une chanson qui lui semblait quelque peu Démoniaque (ndt: Démoniaque/Devilish).

« J'ai pas mit ça dessus! » couina Bill. « Oh bon dieu, stop, stop, ça me tue. »

« It's so hard to live, » chanta Tom, chatouillant les côtes de Bill. « But you needn't be despaired! » ["c'est si difficile de vivre, mais tu ne dois pas être désespéré" Devilish - It's so hard to live]

« Oh bon dieu, désespoir » dit Bill, essayant de s'échapper de la prise de Tom. « Torture! C'est d'la torture. »

Tom arrêta de le chatouiller et l'enlaça plus fermement de ses mains, ses lèvres se pressant contre la bouche de Bill. Le baiser commença de façon douce et chaude puis devint dur, exigeant, bouillant. Bill se liquéfia sous son frère et ils se dévorèrent le cou alors que l'Ipod jouait toujours.

« Les Spice girls, sans decc? » demanda Tom, léchant la gorge de Bill. Celui-ci lui donna une pichenette.

« Ferme-le, » dit-il. « Et retourne-moi. »

Tom grogna à ses mots, mais secoua la tête. Il était dur entre les jambes de Bill et se frottait contre l'érection de celui-ci. « Je te veux comme ça, » dit-il. Bill gémit et releva son bassin. « If you wanna be my lover... » chanta-t-il, mordillant l'oreille de Bill. ["si tu veux être mon amant..." Les Spice girls - Wannabe]

« Oh mon dieu, » rigola Bill. « Tu connais toutes les paroles. »

« Pas toutes les paroles, » dit Tom pour sa défense. « Bon dieu, peu importe, on entendait les Spice Girls partout, même Papa connaissait les paroles. »

« Suivante, » dit Bill, attrapant l'Ipod et appuyant sur le bouton. Un battement mélangé à de la basse se fit entendre dans les écouteurs, et les yeux de Bill brillèrent. Les Pussycat Dolls. « Détache mon bouton, Tomi. »

« C'est hot, » admit Tom, embrassant le long de son cou, « c'est vraiment hot. »

Bill leva les yeux au ciel et appuya de nouveau sur l'Ipod. Une chanson lente et douce se fit entendre, et Tom grogna. « Allez, Tom, celle-là est sympa, » dit Bill.

« Peut-être. » Tom caressa le long de la mâchoire de Bill, l'enfonçant plus profondément dans le matelas à l'écoute de la chanson. « I am thinking it's a sign that the freckles in our eyes are mirror images and when we kiss they perfectly align, » murmura Tom. « Ok, d'accord, elle est sympa. » ["je pense que c'est un signe que les tâches dans nos yeux soient des images miroirs et que quand nous nous embrassons, elles soient parfaitement alignées" The postal service - Such great heights]

Bill sourit légèrement. « T'es plutôt mignon. »

« Plutôt? »

« Ouais. » Bill releva la tête et embrassa le menton de Tom. « Personne n'avait encore jamais chanté pour moi avant, et tu as honnêtement une jolie voix. Enfin, c'est pas si mauvais. »

« J'ai une voix extraordinaire, » dit Tom, souriant en coin.

« Change pas de boulot, Tomi. »

Ils se sourirent, complètement heureux à cet instant, peu importe à quel point ça pouvait sonner gnian-gnian. « J'aime quand tu chantes pour moi, » admit Tom. « Surtout quand tu crois que je dors. » Bill rougit et Tom enfonça son nez dans ses cheveux. « J'ai dit que j'aimais ça, c'est ok. »

L'Ipod passa à une nouvelle chanson et Tom se pencha sur Bill une nouvelle fois, embrassant et mordillant sa peau.

« We got the afternoon, » chanta Tom à voix basse, ses mains descendant le long du corps mince de son frère. ["nous avons l'après-midi..."]

« C'est la nuit, » dit Bill.

« You got this room for two » ["tu as cette chambre pour deux..."]

Bill se tortilla. « Y a assez de chambres pour nous deux. »

« One thing I've left to do... » Tom releva le t-shirt de Bill, adorant la façon dont son frère frissonna. ["une chose qu'il me reste à faire..."]

« C'est quoi? » demanda Bill, le souffle court.

Tom huma tout au long de la chanson et se pencha, embrassant le ventre exposé de son frère.

« Je sais pas si je dois rire ou juste... » Bill gémit. « Abandonner. J'ai pas souvenance que tu m'ait déjà séduit comme ça avant... »

« Ça marche? » Tom pressa sa paume entre les jambes de Bill et sentit à quel point il était dur.

« T'es presque trop doux, » soupira Bill. « Pauvre type. »

Tom secoua la tête. « Ruine pas cet instant, Bill. C'est trop bon. »

« Oh mon dieu. La ferme, » dit Bill, rigolant et s'arquant sous le toucher de son jumeau. « Juste... arrête de chanter et je te sucerai. »

« Something about the way your hair falls in your face, » chanta Tom. « And I love the shape you take when crawling toward the pillow case. Tu trouves ça sexy, Bill? » ["il y a quelque chose dans la manière dont tes cheveux tombent sur ton visage et j'adore l'attitude que tu prends quand tu rampes vers l'oreiller..."]

Ce dernier fit une grimace. « Non. »

Tom glissa sa main le long de la hanche de Bill. « Je pense que si. Vraiment. You want love? We'll make it. » ["tu veux de l'amour ? nous le ferons..."]

« Ew. » Bill se pressa contre Tom, gémissant alors qu'ils se pressèrent l'un contre l'autre. « Eteins-le! »

« This is bound to be a while, » continua Tom, embrassant la mâchoire de Bill. « Your body is a wonderland. Ça l'est vraiment, Bill. Vraiment, vraiment. » ["ça risque de durer un moment. Ton corps est le pays des merveilles" Your body is a wonderland - John Meyer]

« C'est le moment le plus gnian-gnian de toute ma vie, » dit Bill. Tom passa ses mains tout le long du corps de Bill, remontant son t-shirt par-dessus sa tête et débouclant sa ceinture. « N'arrête pas. »

« T'aimes ce qui est gnian-gnian, » dit Tom contre la peau de Bill. Il sentait si bon et était si chaud. « Autrement tu n'aurais pas ce truc sur ton Ipod. »

« J'ai jamais... oh, plus... » Tom avait descendu le pantalon de Bill et embrassait l'intérieur de ses cuisses. « J'avais jamais pensé que tu me les chanterais! »

« J'ai fini maintenant, » dit Tom. Il attrapa l'Ipod et l'éteignit, le balançant sur le sol.

« Tu passes au sérieux? » demanda Bill, soupirant de plaisir alors que Tom abaissait son boxer. Il était maintenant totalement nu et Tom toujours vêtu.

« Je sais pas, je suis gnian-gnian, après tout. »

Bill chouina. « Je voulais pas dire ça, t'es pas du tout gnian-gnian. T'es superbe. »

« Superbe? »

Les joues de Bill rougirent. « C'était plutôt mignon, ce que t'as fait. Gnian-gnian, aussi, mais mignon quand même. Je suis juste... j'y suis juste pas habitué. »

Tom sourit et enleva son sweat à capuche. « Est-ce que t'es en train de dire que je suis pas assez romantique? »

« Non, non! » dit Bill, les yeux ronds. « Tu l'es, juste comme il faut. Ce truc... est mieux utilisé avec modération. Et plus de Spice Girls, plus jamais. »

Tom était maintenant torse nu. « Je pense que je vais me contenter de te faire pénétrer dans le monde du romantisme avec ma guitare à vrai dire.»

« Et si tu pénétrais... » Bill se releva sur ses coudes et caressa le pénis de Tom à travers son pantalon. « Faire pénétrer ça en moi, pour l'instant? »

Tout le corps de Tom se réchauffa et ses hanches ruèrent en avant, ses yeux dévorant le corps de Bill. Son corps ne pouvait pas être le pays des merveilles, mais c'était à coup sûr la chose la plus hot que Tom n'ait jamais vu. Bill avança sa main et la posa sur la ceinture de Tom, l'ouvrant et geignant alors que ses doigts essayaient d'ouvrir le jean.

« Oh putain, enlève-le, » dit Bill, regardant Tom, les yeux suppliants. « J'en ai besoin, Tomi... Putain, t'es si gnian-gnian mais si sexy, s'il te plaît. »

Tom haussa les sourcils et l'aida à faire glisser son jean et à l'ôter. Tom enleva également son boxer, puis allongea son corps nu et chaud contre celui de Bill et se pressa contre lui.

« Tu penses vraiment que je suis gnian-gnian? » demanda Tom, se frottant lentement contre son frère.

Bill rigola. « Juste de la meilleure des façons possibles. »

Tom se frotta plus fort contre Bill et resserra sa prise sur lui. « Je vais t'en montrer du gnian-gnian. »

Ils bougèrent ensemble sur le lit, la chaleur montant entre eux, leurs corps luisant de sueur, et leurs lèvres embrassant chaque parcelle de peau qu'ils pouvaient atteindre.

« Je t'aime, tu sais, » dit Tom, une fois qu'il eut cherché le lubrifiant et eut deux doigts à l'intérieur du corps chaud et étroit de Bill.

« Gnian-gnian, » gémit Bill.

Tom plia ses doigts et Bill cria. « Est-ce que ça aussi c'est gnian-gnian? »

Bill acquiesça, pantelant.

Tom inséra un autre doigt et pilonna durement son intimité. « Et ça? »

« Pire, » réussit à dire Bill.

Tom grogna et s'assit sur le lit, ôtant ses doigts. Il passa ses mains le long de sa queue dure, l'humidifiant. « Et ça? »

Bill le regarda, les yeux noirs de désir. « Ça m'a même pas excité. »

« Je crois que si. » Tom se pencha et joignit leurs corps. Comme toujours c'était difficile au début de glisser dans cet endroit serré, même un peu douloureux aux premiers abords, mais ça changea rapidement dans la meilleure sensation de plaisir possible. Cela prit seulement cinq longues pénétrations pour que Bill s'ouvre à lui. Il bougea sur le lit avec Tom, ses bras et ses jambes enroulées autour de son frère, ses lèvres expirant un souffle chaud contre la gorge de Tom.

« Si, oh gnian-gnian, » gémit Bill. « Si foutrement gnian-gnian, n'arrête pas. »

« Je vais t'en donner du gnian-gnian. »

Tom baisa Bill durement jusqu'à ce qu'ils soient tous les deux pantelants et que la tête de lit ne commence à cogner contre le mur.

« Plus doucement, » demanda Bill.

« Gnian-gnian, » Tom rigola, frissonnant de plaisir alors que Bill le serrait à l'intérieur de lui. « Mmm, ton corps est vraiment le pays des... putain. » Bill le resserra de nouveau pour le faire taire.

« Je vais bientôt jouir, » gémit Bill. « Pas de chansons. »

Tom le baisa juste comme il aimait, l'embrassant et entrant en lui en de longues et intenses pénétrations. Ça ne prit pas beaucoup de temps avant que Bill ne jouisse avec le nom de Tom sur les lèvres, s'accrochant à son dos et les rendant encore plus luisant de sueur qu'avant.

« Oh merde, t'es si étroit, » grogna Tom.

« Viens, Tomi, » dit doucement Bill.

Tom était doué pour suivre les ordres, et aussi simple que ça, il jouit. Il enfonça Bill dans le matelas, ses hanches bougeant toujours alors que les dernières secondes de son orgasme le gagnaient. Son ventre était en feu, son corps entier mou et épuisé.

« Mon dieu, c'était bon, » soupira Bill, laissant Tom le pénétrer encore quelques instants. « Tu sais le sexe est bon, même les Spice Girls ne peuvent gâcher ça. »

« Ou Devilish, » dit Tom, rigolant. Il relâcha légèrement Bill, embrassant son visage. « On a tout sali. Laisse-moi aller chercher une serviette. » Tom sauta du lit et se dirigea vers la salle de bain, attrapant une serviette et pénétrant à nouveau dans la pièce pour trouver Bill l'Ipod à la main. Il posa la serviette à côté de lui.

« Je le jure, j'ai jamais mis du Devilish dessus, » dit Bill. Il plissa les yeux sous l'obscurité. « Mon Ipod est pas violet! »

« Qu'est-ce que tu racontes, bien sûr que si, » dit Tom.

« J'ai pas la moitié de ces chansons cul-cul, » dit-il. « C'est à qui cet Ipod? »

Tom leva les yeux au ciel et joignit Bill sur le lit, attrapant la serviette et essuya le ventre de son frère avec. « Allez, Bill, je te promets que je me moquerai plus de tes chansons, juste avoue-le. »

« Je suis pas une fille à ce point, » dit Bill. Il retourna l'Ipod et ses yeux s'écarquillèrent. « Oh mon dieu. » Un petit rire s'échappa de ses lèvres.

« Quoi? »

Bill montra le dos de l'Ipod à Tom et ils rigolèrent.

« Tu te fous de moi? »

Ce n'était pas du tout l'Ipod de Bill en fait.

« Je vais pas arrêter de le faire chier avec ça, » dit Tom. « Ce putain de truc est une arme parfaite. »

Sur le dos, gravé dans le métal, on pouvait lire: « Gustav Schafer ».

Bill renifla, les sourcils haussés. « Le corps de Gustav est le pays des merveilles, » chanta Bill, et Tom ne put s'empêcher de penser qu'il venait de créer un monstre.

Dans le sens positif, bien sûr.

FIN.
Revenir en haut Aller en bas
Machin
Geek
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1706
Age : 23
Localisation : Ermont (95)
Humeur : .__.
Date d'inscription : 24/10/2008

MessageSujet: Re: Don't quit your day job, Tomi by Cynical_terror   Mer 9 Juin - 0:39

*__*
J'ai vraiment adoré, c'était mignon et hot en même temps *-*
J'ai trop adoré la façon dont Tom chantait les chansons pour se moquer de Bill mdrrrrr et la fin quand on apprend que c'est celui de Gustav *deaaad*
Merci d'avoir traduit ça c'était vraiment super :33
Revenir en haut Aller en bas
La£ti
Icone du forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2439
Age : 28
Localisation : Londres
Emploi/loisirs : Mangeuse de Bounty
Date d'inscription : 25/10/2008

MessageSujet: Re: Don't quit your day job, Tomi by Cynical_terror   Mer 9 Juin - 0:55

J'aime la chute de l'histoire, pour une fois que c'est de Gus dont on se moque.

J'adore particulièrement la complicité entre Bill et Tom, comment Tom se fout de lui avec les chansons. Ils ont l'air de s'éclater ensemble et ils sont tellement mignon.

J'ai bien aimé l'OS dans dl'ensemble.
Et je trouve que tu traduits de mieux en mieux.
Merci Dinou <3
Revenir en haut Aller en bas
Sabrina
Marquise du Forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4974
Age : 23
Localisation : France
Emploi/loisirs : Lycéenne
Date d'inscription : 15/11/2008

MessageSujet: Re: Don't quit your day job, Tomi by Cynical_terror   Mer 9 Juin - 0:56

J'ai adoréééé! *____* C'était super hot mais complètement mignon et gnian-gnian à la fois. *-* Juste comme il faut. *-*
Et j'aime aussi le coup de Tom qui chante les chansons pour se moquer de lui et le séduire, c'était super, ils sont trop mignons. :3 Et la chute, haha!

Merci pour la traduction! (:
Revenir en haut Aller en bas
Pitch'
Duchesse du Forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5148
Age : 27
Localisation : next to Paris
Humeur : Déprimée.
Date d'inscription : 08/12/2008

MessageSujet: Re: Don't quit your day job, Tomi by Cynical_terror   Mer 9 Juin - 2:44

Hahah excellent, j'étais morte de rire !
Je suis sure que Gus a ce genre de chansons dans son ipod !
(Par contre j'ai pas compris le truc sur le fait de creer un monstre .. ?)

The postal service <3
J'adore ce groupe, j'adore cette chansooon.

« We got the afternoon, » chanta Tom à voix basse, ses mains descendant le long du corps mince de son frère. ["nous avons l'après-midi..."]

« C'est la nuit, » dit Bill.


J'ai juste explosé de rire.

Tom était doué pour suivre les ordres, et aussi simple que ça, il jouit.

What a Face Oh oui ! Tom faible.

Merci Cynical, merci Diiine et merci Chachouille :3
Revenir en haut Aller en bas
http://pitchoun3.wordpress.com/
Jess
Populaire
avatar

Féminin
Nombre de messages : 572
Age : 26
Localisation : Belgique
Emploi/loisirs : en cuisine
Date d'inscription : 07/12/2008

MessageSujet: Re: Don't quit your day job, Tomi by Cynical_terror   Mer 9 Juin - 10:29

les autres membres ont tout dis, cet os était parfait hot et mignon en meme temp!
tu traduis très bien!

merci d'avoir traduit cet os!
Revenir en haut Aller en bas
Dine
Duchesse du Forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 7132
Age : 24
Date d'inscription : 23/10/2008

MessageSujet: Re: Don't quit your day job, Tomi by Cynical_terror   Mer 9 Juin - 11:55

Merci beaucoup les filles, je suis contente que ça vous ait plus!

@Laeti: tu trouves que je traduis de mieux en mieux? huuuu merci .___. mais Charlotte m'a tout de même aidée hein, je travaille pas que all by myself (aucune allusion à Céline Dion What a Face *sors*)

@Pitch: je comprends pas ce que tu comprends pas oO enfin, il dit qu'il a créé un monstre parce que Bill se met aussi à chanter la chanson "youre body is a wonderland" mais en parlant du corps de Gus...
Revenir en haut Aller en bas
Clarinett
Icone du forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2495
Age : 24
Date d'inscription : 20/11/2008

MessageSujet: Re: Don't quit your day job, Tomi by Cynical_terror   Mer 9 Juin - 12:54

Gustav qui écoute les spice girls et celine dion, comment casser le mythe quoi XD

Mais à part ça, c'était trop bien *-* Merci de la traduction :'D
Revenir en haut Aller en bas
Pitch'
Duchesse du Forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5148
Age : 27
Localisation : next to Paris
Humeur : Déprimée.
Date d'inscription : 08/12/2008

MessageSujet: Re: Don't quit your day job, Tomi by Cynical_terror   Mer 9 Juin - 17:21

Dine : Ah okay ^^ C'est bon j'ai compris !
Revenir en haut Aller en bas
http://pitchoun3.wordpress.com/
Dine
Duchesse du Forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 7132
Age : 24
Date d'inscription : 23/10/2008

MessageSujet: Re: Don't quit your day job, Tomi by Cynical_terror   Mer 9 Juin - 17:45

@Pitch: aaah c'est cool parce que je t'ai trop expliqué comme une merde, en fait ... mdrrr <3

@Clara: huuu merci I love you et ouais, tu m'étonnes que ça casse le mythe quoi XD
Revenir en haut Aller en bas
Chachouille
Duchesse du Forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5960
Age : 25
Localisation : Nancy :9
Date d'inscription : 23/10/2008

MessageSujet: Re: Don't quit your day job, Tomi by Cynical_terror   Mer 9 Juin - 18:42

Diduh de rien mon Dinouchon I love you
Revenir en haut Aller en bas
http://www.chach-ouille.skyblog.com
Bounty
Baronne du Forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3223
Age : 27
Localisation : Fin de la terre (ahah)
Emploi/loisirs : Etudiante et inutile à plein temps
Humeur : à la chaussurophilie
Date d'inscription : 08/11/2008

MessageSujet: Re: Don't quit your day job, Tomi by Cynical_terror   Ven 11 Juin - 0:06

Bubu cetait vraiment bien sympa :'o

J'adore la chute mdrrr

Merci d'avoir traduit :'o <3
Revenir en haut Aller en bas
http://bountyaoi.skyrock.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Don't quit your day job, Tomi by Cynical_terror   

Revenir en haut Aller en bas
 
Don't quit your day job, Tomi by Cynical_terror
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [DEMENTI] de Tomi Rae Brown
» "I Can't Quit You Baby"
» Tomi Ungerer
» LAMBCHOP
» Tau Moe sur la BBC

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Between The Lines :: Traductions-
Sauter vers: