AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Casual Sex, par Cynical_Terror et Haylz

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
bill-luv-tom
Chevalier du Forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2980
Age : 33
Localisation : Belgique.
Humeur : Amoureuse.
Date d'inscription : 11/11/2008

MessageSujet: Casual Sex, par Cynical_Terror et Haylz   Mar 27 Avr - 15:43

Voici un joli (et long) OS écrit pour l'anniversaire de Undrockroll Smile Du bon twincest comme on aime lol
Résumé : Tom ne semble plus être intéressé par coucher avec des filles, et Bill part en mission pour aider son frère à baiser.
Lien vers la VO : http://fiction.tokiohotelfiction.com/viewstory.php?sid=15423&chapter=1
Notes : "Cette histoire a été écrite pour l'anniversaire de Undrockroll! On t'aime tellement, Darcy. *_*"

Bonne lecture, signalez-moi les fautes éventuelles ^^"
Et enjoy! <3





_______



Bill gémit et cambra le dos alors que la main sur sa queue bougea de façon experte et caressa juste l’extrémité, abaissant son prépuce avec son pouce. Bill siffla lorsque cette même main alla caresser ses testicules et tira gentiment dessus, exactement comme Bill l’aimait.

Cette main connaissait le sexe de Bill encore mieux que Bill lui-même. Elle connaissait tous les endroits érogènes de Bill et toutes les astuces pour faire jouir Bill rapidement et puissamment.

Et cette main était rattachée au frère jumeau de Bill, Tom.

À ce moment, la main de Bill était également attachée au sexe de Tom. Celui-ci se pencha sur Bill, le branlant, et Bill rendit la faveur. C’était un soir après un concert important, et ils étaient tous les deux en pyjama (ils avaient juste abaissé leurs boxers pour un meilleur accès), collés à l’étroit dans la couchette sombre de Tom. Les chiens étaient dans leur chambre pour la nuit et les deux frères étaient concentrés sur l’un de leur passe-temps favoris.

« Tu y es presque ? » grogna Bill en roulant ses hanches en rythme avec les caresses de Tom.

Tom hocha la tête, en fait Bill n’avait pas vraiment besoin de poser la question ; il connaissait tous les signes – les jumeaux se branlaient mutuellement presque depuis le jour où ils avaient découvert ce que c’était.

« Moi aussi, » chuchota Bill d’une voix tremblotante. Il se mordit la lèvre lorsque Tom prit en main la base de son sexe et le serra gentiment.

C’étaient lors de moments pareils que Bill se sentit encore plus chanceux que d’habitude d’avoir un jumeau, et que ce jumeau était Tom, et que Tom se sentit aussi à l’aise que Bill avec leur méthode pas très conventionnelle de masturbation. Ce n’était pas quelque chose de romantique, ce n’était même pas quelque chose de sexuel, parce que ca ce serait étrange. C’était juste la façon dont les jumeaux satisfaisaient leurs besoins. C’était quelque chose que la plupart des gens faisaient seuls, mais Bill et Tom avaient l’un l’autre.

Ils s’aidaient mutuellement ainsi depuis leurs premières érections il y a des années, et cela avait semblé normal de partager l’expérience, de le faire ensemble, tout comme ils avaient fait l’expérience de tout le reste. Maintenant qu’ils étaient adultes, cela semblait toujours normal, et tellement mieux que de le faire tout seul.

Tom gémit d’une voix cassée et il abaissa ses hanches violemment, sa main branlant Bill avec des gestes erratiques. Bill savait que son frère jouissait avant même qu’il ne sentit de la semence dans sa main.

« Merde. » Tom se laissa tomber à moitié à côté de Bill avec un grognement, leurs jambes entremêlées dans les draps en désordre de Tom.

Bill, qui ne voulait pas être oublié, se tortilla impatiemment et laissa échapper un petit gémissement, mais la main de Tom était encore posée sur lui et ne s’arrêta pas une seule seconde. Quelques mouvements fermes plus tard, Bill se tourna brusquement vers Tom, jouissant silencieusement sur lui alors que le souffle chaud de Tom réchauffa son visage.

Lorsqu’ils eurent totalement fini, Tom attrapa la boite de mouchoirs qu’il gardait toujours à portée de main, et en offrit quelques-uns à Bill pour qu’ils puissent se nettoyer. Bill se débarrassa de toute trace avant de jeter le mouchoir par terre, promettant qu’il le ramasserait plus tard. Tom renifla à cela et ouvrit sa fenêtre pour qu’il puisse fumer.

Poussant un petit soupir de satisfaction, Bill fut content de se détendre dans la couchette de Tom pendant que ce dernier se redressa légèrement avec sa cigarette, exhalant des anneaux de fumée qui furent rapidement happés par le vent alors que le ciel nocturne défilait devant eux dans un brouillard d’étoiles et de taches noires des nuages sombres.

« Merde, » dit Bill en s’étirant sur le lit. « C’était bon. Je pourrais m’endormir là tout de suite. »

Tom baissa le regard vers Bill, la cigarette rougeoyant dans sa main, et sourit. « Si tu veux, mais ne garde pas toutes les couvertures pour toi, comme tu le fais d’habitude. »

Bill leva les yeux au ciel et se glissa sous les couvertures, se blottissant en dessous, et soupira d’un air content. « Hôtel demain, » dit-il d’un air absent. « Ce sera cool d’avoir une chambre pour pouvoir vraiment étirer nos jambes. »

Tom fit tomber ses cendres par la fenêtre. « Ouais, une chambre pour pouvoir se branler correctement. Je pense que je me suis foutu une crampe cette fois. » Il adressa un regard amusé à Bill et celui-ci sourit, se mettant plus confortablement sur le dos.

Oui, une grande chambre d’hôtel serait cool pour plusieurs raisons. Une bonne baignoire dans laquelle s’immerger, de la place pour que les chiens puissent courir un peu, un lit confortable dans lequel dormir, mais plus de place pour se branler ? Bill fronça les sourcils et il se tourna sur le côté, tournant le dos à son frère. Il ne voulait pas que Tom voie son cerveau travailler. Juste un regard et Tom saurait la moitié de ce que son frère pensait.

Bill était un peu inquiet pour Tom. Juste un peu. Alors que cette tournée était l’une des préférées de Bill parce qu’ils contrôlaient leur musique et le show, il se demandait quand même si quelque chose n’allait pas chez son frère. En temps normal, Tom aurait déjà ramené une poignée de groupies dans son lit, et les nuits à l’hôtel auraient été réservées spécialement pour cette occasion. Le grand lit aurait été bien pour une bonne partie de baise, pas pour se branler.

Mais Tom ne baisait pas de groupies pendant cette tournée. Bill voulait croire que Tom avait peut-être mûri, qu’il avait peut-être un nouveau respect pour les femmes, qu’il avait peut-être envie d’attendre le grand amour comme Bill.

Mais c’était plus que ca. Ce n’était pas uniquement la tournée…

Tom n’avait pas été avec une fille depuis l’incident avec les stalkeuses et Bill s’inquiétait que Tom était plus affecté par cela qu’il ne voulait laisser paraitre. Bill adorait l’attention décuplée qu’il recevait de son frère (et sa libido adorait cela aussi), il ne pouvait pas s’en cacher, mais il savait que quelque chose n’allait pas. Tom ne regardait même plus les filles, et il les baisait encore moins.

« On devrait sortir demain soir, » dit Bill d’un air détaché. « Tu trouveras peut-être même une fille. »

Bill sentit Tom bouger derrière lui, se blottissant sous les couvertures. « Peut-être. »

Bill se mordit la lèvre d’un air pensif. Peut-être que Tom avait juste besoin qu’on le pousse un peu, qu’on le réassure que les filles n’étaient pas toutes des salopes folles furieuses qui avaient tellement besoin d’attention qu’elles faisaient du mal aux gens juste pour en avoir.


**


« Elle est jolie. »

« Hmm ? »

Bill enfonça son coude dans les côtes de Tom. Ils étaient coincés à l’étroit dans un coin d’une boite de nuit bondée, et Bill hocha la tête vers une fille blonde et élancée qu’il avait aperçue en train de danser juste devant le box du DJ.

« Elle, regarde-là, elle est sexy, tu ne trouves pas ? »

Tom adressa à peine un regard à la fille avant de reporter son attention sur la boisson qu’il tenait dans sa main. « J’ai déjà vu mieux. »

Bill leva les yeux au ciel et regarda à nouveau la fille. « Ouais, c’est ça. » Elle était probablement la fille la plus attirante que Bill ait vue depuis un bon moment, et il en voyait beaucoup. Bien que Bill aimait tartiner son visage de maquillage, il préférait les filles un peu plus naturelles, et cette fille semblait avoir juste apposé quelque chose de scintillant sur ses paupières, mis un peu de brillant à lèvres avant de sortir de chez elle, Bill adorait ca. Elle avait quand même l’air magnifique, et il ne comprit vraiment pas pourquoi Tom n’était pas déjà en train de se prendre les pieds dans son énorme jeans pour aller lui parler, comme il l’aurait fait il y a un ou deux ans.

Bill était tenté d’aller voir la fille lui-même, mais alors il se rappela qu’il était là pour que Tom puisse coucher avec une fille. Alors qu’il jouait avec l’idée d’aller quand même lui parler, Bill vit un mec tout aussi attirant surgir près de la fille, glisser un bras autour de sa taille et l’embrasser dans le cou, ce qui la fit glousser.

Bill soupira en voyant le visage de la fille s’illuminer. C’est ca qu’il voulait ; quelqu’un qui le rendait aussi heureux, et quelqu’un dont le regard s’illuminerait rien qu’en le voyant, et pas simplement parce que ca pourrait être une fan obsédée, mais parce que cette personne l’aimerait, l’aimerait vraiment.

Il regarda le couple fixement et soupira, détournant son regard d’eux seulement lorsque Tom posa une main sur son bras.

« Hmm ? » demanda Bill, se tournant vers son frère qui le regardait d’un air inquiet.

« Est-ce que ca va ? » demanda Tom. Sa main caressa le bras de Bill de haut en bas.

« Oui, ca va, » dit Bill en buvant rapidement une gorgée à son verre. Puis il afficha un sourire étincelant, il ne voulait pas que la conversation devienne une plainte à propos de sa vie amoureuse. Bill n’avait pas couché avec quelqu’un depuis plus longtemps encore que Tom, depuis son dernier petit ami il y a un an. La poitrine de Bill se serra lorsqu’il pensa à l’homme gentil et séduisant qui l’avait laissé tomber pour une relation plus stable et plus normale.

Mais il devait se débarrasser de ces pensées ; il essaya de se concentrer sur Tom, pas sur lui-même. Tom n’avait pas les mêmes rêves sur l’amour véritable et le romantisme comme Bill, mais Bill savait que son frère avait des besoins. Des besoins qui nécessitaient plus que quelques branlettes ici et là.

Bill adorait son frère, à un point où cela pouvait presque être considéré comme malsain (il voyait un peu trop le sexe de son frère pour que leur relation puisse être qualifiée de normale) et il était inquiet. Il avait essayé d’oublier ses soucis pendant des mois, et les premières semaines qui suivirent l’incident avec les stalkeuses, il profitait pleinement de l’attention de son frère. Il aimait penser qu’il était tout ce dont son frère avait besoin, et qu’il pouvait prendre soin de lui, alors il aimait égoïstement cette proximité nouvelle.

Mais Bill avait mis peu de temps à réaliser que quelque chose n’allait pas chez son frère.

« C’est quand la dernière fois que tu as couché avec quelqu’un ? » demanda Bill franchement.

Tom sembla surpris par la question. « J’en sais rien, pourquoi ? »

« Je pense que tu as besoin de sexe, » dit Bill fermement. « Tu sembles tendu. »

Tom le regarda bizarrement, avec un petit sourire. « Je ne suis pas tendu, je vais bien. Si quelqu’un a besoin de sexe, c’est toi – c’est quand la dernière fois que tu as couché avec quelqu’un ? »

Bill fronça les sourcils. Ce n’est pas comme ça que la conversation devait se passer ; Bill n’avait pas besoin qu’on lui rappelle l’inexistence de sa vie sexuelle. Peut-être que Tom n’en avait pas besoin non plus, mais la différence était que, Bill avait une bonne raison de ne pas essayer de sauter sur tout ce qui bouge, il aimait avoir une réelle connexion avec les gens avec qui il couchait. Tom n’avait jamais eu ce genre de besoins. Visiblement, il allait falloir plus qu’une ou deux allusions pour voir ce qui n’allait pas chez lui et résoudre le problème.

En voyant l’air étonné de Bill, Tom posa son verre et tapota le genou de Bill. « Hey, tu veux sortir d’ici ? »

« Mais on vient d’arriver, » fit remarquer Bill. « Où sont les autres ? » Bill regarda autour de lui, essayant d’apercevoir Georg et Gustav.

« Je pense qu’ils allaient jouer au billard, un truc comme ca, » dit Tom en haussant les épaules. Il avait vraiment l’air de s’ennuyer.

« Tu veux vraiment y aller ? » demanda Bill. « Il n’y a pas grand-chose d’autre à faire ici. »

« On pourrait juste retourner à l’hôtel, » dit Tom, sa main serrant le genou de Bill.

« Mais on va encore plus s’ennuyer, » dit Bill, couinant légèrement lorsque Tom serra à nouveau son genou. Il repoussa la main de Tom.

« Je ne m’ennuie jamais avec toi, » dit Tom en haussant les épaules.

Bill ne put s’empêcher de sourire, même si son plan pour que Tom trouve une fille ne marche pas. « Je suppose qu’on pourrait appeler le service d’étage et regarder un film ou quoi, » dit Bill.

Le regard de Tom s’illumina à cette suggestion et il avala le reste de sa boisson en une grande gorgée. « Allons-y alors, » dit Tom en se levant de son siège. Au moment où Bill allait se lever également, deux blondes avec de longues jambes s’approchèrent de leur table, tout en sourires et décolletés bronzés.

Elles n’étaient pas le genre de Bill, mais il savait que leurs cheveux blonds décolorés, leurs tailles minces et leurs seins énormes allaient plaire à son frère.

« Hey », dit l’une des filles en gloussant, alors que l’autre se pencha sur la table, donnant une bonne vue de son décolleté généreux à Bill.

Tom hocha la tête vers la fille et dit d’un ton poli, « Excusez-nous, on allait justement partir. » Les filles firent la grimace et lorsque Tom se tourna vers Bill, qui était encore assis, il fit la grimace lui aussi. « Bill ? Je pense que les filles veulent la table. »

« Oh, pas sans vous deux, » dit la seconde fille. « Vous êtes sûrs que vous devez partir ? »

« On n’est pas obligés, on vient d’arriver en fait, » dit Bill. Il n’était pas particulièrement intéressé par aucune des deux filles, mais il était prêt à se sacrifier, discuter avec la blonde qui le choisirait, et laisser Tom baiser l’autre.

Bill tendit une main et attrapa le bras de Tom, pour le forcer à se rassoir. Mais Tom retira brusquement son bras et adressa un sourire désolé aux filles. « Une autre fois, mais là Bill et moi avons autre chose à faire. » Il baissa le regard vers Bill, une chaleur étrange dans le regard, et pour la première fois depuis des années, Bill n’arriva pas à lire les pensées de son frère.

Il se leva au lieu de questionner Tom et s’excusa auprès des filles, et avant qu’il s’en rende compte, il fut entrainé hors de la boite, vers la voiture qui les attendait pour les ramener à l’hôtel. Sur la banquette arrière du véhicule élégant, Tom avait toujours sa main autour du poignet de Bill, qu’il avait posée là pour le tirer littéralement hors de la boite de nuit.

« C’était quoi tout ca ? » demanda Bill alors que la voiture s’engagea dans la circulation.

Tom serra son poignet. « On avait des projets, non ? »

Leurs regards se rencontrèrent et Bill sentit une montée d’excitation le traverser.

« Oh, » dit Bill, et abaissa son regard.

Tom avait des projets. Un diner, un film et un moment spécial entre jumeaux. Bill savait qu’il allait finir sur le dos dans le lit de Tom, ce dernier penché au-dessus de lui, leurs mains coincées entre leurs corps en sueur, les draps frais de l’hôtel salis.

Depuis quand est-ce que Tom préférait les branlettes au sexe ? Bill regarda par la vitre, et à travers l’excitation dans son ventre, il sentit une pointe d’angoisse.

Il avait l’impression que Tom était cassé, et il ne fit que l’aider à tomber en ruines, éparpillant les morceaux au lieu de les recoller ensemble.


**


Bill allait réparer Tom, même si c’était la dernière chose qu’il ferait. Malgré le fait qu’il adorait leur proximité, il ne voulait pas qu’il y ait un problème chez son jumeau, il ne voulait pas que Tom soit malheureux ou effrayé ou déboussolé.

Cela avait toujours été une règle, une règle très stricte que Bill avait mis en place ; aucune fille n’était autorisée à bord du bus. A l’époque où les quatre vivaient comme des sardines dans un seul tour-bus, il était définitivement interdit de batifoler avec des fans au milieu de la nuit ; les filles étaient trop bruyantes avec leurs gloussements aigus et leurs petits cris, et aucun mec n’avait envie d’entendre son voisin de couchette en train de se faire une fille alors que lui n’avait que sa main comme seule compagnie. Et surtout, cela interrompait le sommeil de Bill, et ca c’était impardonnable.

Ce soir, la règle était sortie par la fenêtre, juste pour que Tom puisse être remis dans le droit chemin. Bill s’était dit que, depuis qu’ils avaient beaucoup plus de place et d’intimité dans leur bus maintenant qu’ils n’étaient plus que deux et leurs chiens, une nuit de glapissements aigus et tout ce qui allait avec n’allait pas le tuer.

Le plan était simple – leurs compagnes pour la soirée avaient déjà été sélectionnées, deux filles que Bill avait choisies pendant le meet and greet qui avait lieu juste avant le concert. Elles étaient la crème de la crème, et Bill était certain qu’il était impossible que Tom résiste à celle qu’il avait choisie pour lui, surtout après la façon dont Tom avait rayonné lorsque la jolie fille lui avait fait un clin d’œil avant d’être escortée vers la sortie avec le reste du petit groupe de fans.

La fille et l’une de ses amies seraient emmenées vers le bus une fois que les jumeaux se seraient installés après le concert, et puis ils pourraient passer une petite soirée ensemble et faire la fête. Bill n’allait pas révéler son plan de maitre à Tom, il allait simplement lui dire qu’il avait envie de voir des filles parce qu’il s’ennuyait, et qu’il en avait invité deux à venir dans le bus pour boire un verre. Bill espérait qu’après avoir brisé la glace avec un peu d’alcool et peut-être même un peu de séduction, Tom pourrait se rendre compte qu’elles étaient des filles normales et chouettes, et qu’il abaisserait sa garde et satisferait ses besoins en emmenant l’une d’entre elles dans son lit.

Bien sûr, Bill n’avait pas l’intention de coucher avec l’autre fille, mais ca ne voulait pas dire qu’il ne pouvait pas en profiter et flirter un peu, juste avoir une conversation légère qui ne concernait ni le groupe ni la tournée, ce dont il parlait et entendait tous les jours ces derniers temps.

Alors Bill était plus qu’un peu nerveux lorsqu’il entendit des coups sur la porte du tour-bus après le concert. Tom était étalé sur l’un des grands canapés vers le fond, deux têtes de chiots sur ses genoux, et il semblait totalement ignorer les coups sur la porte. Il regardait fixement l’écran plat de la télévision fixé au mur de la pièce, apparemment captivé par une publicité pour de la litière pour chat.

« Je vais ouvrir, » dit Bill, et Tom grogna pour toute réponse. Tom savait que les filles venaient mais il n’avait rien fait pour se préparer, à part se mettre un tout petit peu de parfum. Avant, Tom avait un rituel très élaboré lorsqu’il se préparait pour un rencard, entre autres, mettre tellement de parfum qu’il en étouffait tout le monde autour de lui, et passer plus de temps dans la salle de bains que Bill.

Bill n’avait jamais vraiment su ce que Tom fichait là-dedans, mais il savait maintenant que le rituel de Tom était fini depuis longtemps. Tom n’avait pas bougé depuis qu’ils étaient montés dans le bus, même pas pour se changer et enlever ses vêtements de concert remplis de sueur.

Peut-être que Tom avait juste besoin d’un peu d’alcool dans son organisme et de la bonne compagnie pour qu’il se rappelle de ses habitudes d’avant.

Bill accueillit les filles avec un grand sourire, certain qu’il avait fait le bon choix. Lisa, la fille que Bill espérait voir ramener Tom au pays merveilleux des coups d’un soir, était une blonde avec de longues jambes et un sourire éclatant et des yeux bleus encore plus éclatants. L’autre fille, Sophie, était un peu plus petite mais pas moins jolie, avec des cheveux foncés et bouclés et un visage amical qui avait plu à Bill lorsqu’il l’avait vue plus tôt. Il les mena à l’intérieur du bus vers l’endroit où Tom se trouvait, pour les lui présenter.

« Tom, voici Lisa et Sophie, » dit Bill, en espérant que Tom se redresserait au moins un peu pour les saluer. « Voici mon frère, Tom, » ajouta Bill inutilement.


Lisa et Sophie rigolèrent nerveusement et Tom se redressa effectivement, l’air un peu déconfit. Il sourit et adressa un petit signe de la main aux filles. Bill emmena les chiens sur son lit, pas parce qu’il ne les voulait pas près d’eux, mais parce qu’il était très protecteur envers eux et bien que les filles étaient très jolies, elles étaient quand même des étrangères.

« Est-ce que quelqu’un boire quelque chose ? » demanda-t-il lorsqu’il revint, remarquant que les filles se tenaient toujours là d’un air gêné et Tom était toujours assis en se tournant les pouces.

« Oui, » répondirent les filles, et Tom haussa juste les épaules.

« Ouais, d’accord, » dit-il. Au moins il ne faisait pas son difficile.

Tom aida Bill à sortir les verres et différentes boissons, qu’ils posèrent sur la table dans le petit salon du bus, et Bill fit signe aux filles de venir s’asseoir. Il poussa Tom gentiment à côté de Lisa, et fit glisser deux verres pleins vers eux, leur lançant un regard rayonnant.

Au début, la conversation était assez formelle ; Bill était capable de juste rire gentiment avec les tentatives de séduction pas très subtiles de Tom lorsqu’ils étaient entourés de filles – on pouvait toujours compter sur Tom pour faire des remarques et des sous-entendus qui faisaient glousser les filles, qui, elles, bombaient leur poitrine et battaient des cils vers lui – mais là il était étrangement calme, contrairement à ses habitudes, alors Bill devait à chaque fois commencer la conversation.

Les choses se mirent à aller mieux lorsque plus d’alcool fut consommé, et lorsqu’il devint clair que ni Lisa ni Sophie étaient des idiotes finies, comme c’était parfois le cas ; après quelques verres, ils discutaient presque non stop, et Bill commença vraiment à passer un bon moment. Avec un petit encouragement de Bill, Tom se mit même à parler un peu, et Bill s’assurait de remplir le verre de Tom à des intervalles réguliers.

« Et puis après, une folle petite vieille nous a montré ses nichons ! » dit Bill, et les filles éclatèrent de rire. Tom ricana aussi, et Bill fut content de le voir souriant à côté de Lisa. « Ces trucs pendaient jusque par terre ! »

« Oh mon Dieu, » dit Lisa en se penchant vers Tom. « Je parie que vous vous faites suivre par des gens trop bizarres, pas vrai ? » C’était clairement une question pour Tom et Bill fut rassuré de voir son frère se pencher vers Lisa également, et poser son bras autour de ses épaules.

« Ouais, » dit Tom. « Le pire étant ces stalkeuses totalement tarées avec leurs masques. »

« Mais ce n’est pas aussi dégueu que la petite vieille, » dit Bill rapidement, ne voulant pas aborder le sujet des stalkeuses. Ils étaient si bien partis avec les filles et Bill ne voulait pas que Tom devienne de mauvaise humeur. Tom croisa le regard de Bill et celui-ci sentit une sensation étrange d’amertume lorsque le bras de Tom se resserra autour de Lisa.

Bill secoua la tête, se disant qu’il avait peut-être déjà trop bu, et regarda Sophie en souriant.

« Sophie, tu veux venir voir quelques-uns de nos chiots ? » Bill n’avait pas vraiment envie de montrer ses chiens adorés, mais il ne trouva aucun autre moyen pour laisser Tom seul avec Lisa.

« Bill, » dit Tom en se redressant, son front se plissant. « Je ne sais pas… »

« Oh, ca ira très bien, » insista Bill en tendant une main à Sophie. « Ca ne va pas perturber les chiens. »

Sophie prit la main de Bill, et Bill regarda le bras de Tom qui était toujours enveloppé autour des épaules de Lisa, et sa poitrine se serra. Peut-être que ce n’était pas une si bonne idée après tout. Était-ce vraiment si grave que Tom ne couche plus à droit et à gauche ? Était-ce si grave que Tom semblait parfaitement heureux en passant juste du temps avec Bill et en soulageant ses besoins avec leurs sessions de branlette ?

« Alors où sont-ils ? » demanda Sophie, et Bill retourna son attention sur son visage souriant.

« Dans ma chambre, » dit Bill en tirant sur sa main. « Suis-moi. » Sans un autre regard de plus vers son frère, Bill emmena Sophie hors de la pièce et le long du couloir vers sa partie du bus.

« Tu as ta propre chambre ? » demanda Sophie.

« Ce n’est pas grand-chose, mais ouais, » dit Bill. Il ouvrit la porte de sa chambre et fut accueilli par deux chiots excités. C’étaient des bons chiens, donc ils ne sautèrent pas sur Bill ni sur son invitée, mais ils posèrent adorablement leurs museaux contre les jambes et les mains de Bill. Sophie les caressa sur la tête, quelque chose qui ramena ce sentiment d’amertume en lui.

Il l’entraina vers le lit, s’éloignant des chiens, et ils s’assirent. Sophie rebondit quelques fois sur le lit et gloussa. « Cool. »

« Ouais, » dit-il. Maintenant que son plan fonctionnait, il se sentait mal à l’aise. Il se demanda si Tom allait bien, s’il avait entrainé la fille dans sa propre chambre.

« Comment s’appellent-ils ? » demanda Sophie en tapotant son genou pour attirer l’un des chiens vers elle.

Bill se mordit la lèvre et au lieu de répondre, il l’attira contre lui et l’embrassa en plein sur la bouche. Son souffle se coupa mais elle embrassa Bill avec force, sa bouche s’ouvrant chaudement.

Bill n’avait embrassé personne depuis tellement longtemps, il avait oublié à quel point c’était bon de sentir une langue chaude caresser la sienne, et des lèvres douces suçotant les siennes avec avidité.

Ils se séparèrent en haletant, et les yeux de Sophie étaient écarquillés d’incrédulité.

« Waw, » dit-elle. « Je ne m’attendais pas vraiment à ça. »

Bill rigola. « Je suis désolé, » dit-il. « C’est… Je ne fais jamais ca d’habitude, je te jure. »

Sophie s’approcha de lui, son regard sur la bouche de Bill. « C’est pas grave, » ronronna-t-elle. « Ca ne me dérange pas. » Elle voulut l’embrasser à nouveau mais Bill l’arrêta.

« Je veux juste clarifier les choses, » dit-il. « Il ne se passera rien, je veux dire qu’on peut s’embrasser, mais… »

Sophie hocha la tête, n’ayant pas l’air embêtée du tout. « Je ne fais pas ça non plus, » dit-elle sérieusement. « Je ne t’aurais pas laissé faire, alors ne panique pas. »

Bill sourit malicieusement ; Sophie s’avérait être encore meilleure qu’il ne le pensait. Elle était quelqu’un avec qui il pouvait s’amuser sans avoir la pression, sans aucune expectation, et si ca pouvait aider Tom en plus, alors c’était encore mieux. Bill posa sa joue contre celle de Sophie et puis l’embrassa doucement. Ils échangèrent quelques baisers chauds et lents pendant de longues minutes et Bill avait presque totalement oublié pourquoi il roulait des pelles à une fille qu’il connaissait à peine (tellement il adorait l’embrasser) lorsque la porte de sa chambre s’ouvrit en grinçant.

Sophie et Bill levèrent le regard et virent Lisa, le visage rouge et un peu chiffonnée, se tenant sur le pas de la porte. « Euh, Sophie, » dit Lisa en passant une main dans ses cheveux pour les remettre en place. « On doit y aller. »

Sophie fronça les sourcils et Bill également. « Où est Tom ? » demanda Bill.

Lisa croisa les bras. « Toujours au même endroit. Sophie ? »

« Mais… » Sophie soupira et puis se leva. « Très bien. »

Il faisait très silencieux dans le bus lorsque les filles se dirigèrent vers la porte du bus les pieds lourds, avec Bill derrière eux. Il ouvrit la porte et s’assura qu’il y avait quelqu’un qui les attendait dehors avant de les laisser sortir.

« Merci d’être venues, » dit-il, et il voulut se frapper aussitôt que les mots quittèrent sa bouche. C’était vraiment trop nul à dire.

« Merci de nous avoir invitées ! » couina Sophie en réponse, l’air étourdie, alors que Lisa se contenta de hocher la tête et passa son bras dans celui de Sophie pour l’entrainer avec elle.

Une fois que Bill était de nouveau à l’intérieur, il ferma la porte et alla chercher Tom. Son frère n’était plus dans le salon, alors Bill se dirigea vers la chambre de Tom et l’y trouva, allongé sur le ventre sur son lit, sa main pendant dans le vide et tapotant contre le côté de la couchette.

« Alors qu’est-ce qui s’est passé ? » Bill s’assit sur le bord de la couchette lorsque Tom se poussa automatiquement pour lui faire de la place.

« Qu’est-ce que tu veux dire ? »

« Avec Lisa, » répondit Bill, donnant un coup dans le dos de Tom.

« Rien de bien intéressant, » dit Tom d’un ton nonchalant. « Et toi et l’autre fille ? »

« Sophie, » dit Bill. « On s’est embrassés, et tout allait bien jusqu’à ce que Lisa est arrivée en trombe en disant qu’elles devaient partir. »

Tom roula sur lui-même en soupirant, et Bill vit à quel point son jumeau avait l’air fatigué et las.

« Elle voulait baiser et pas moi, » expliqua Tom, repliant ses bras derrière sa tête.

Bill était estomaqué. « Pourquoi pas ? » Il donna un coup violent dans le tibia de Tom, énervé que Tom ait refusé une si parfaite occasion pour pouvoir coucher avec quelqu’un après tout le mal que Bill s’était donné pour que cela arrive. « Elle était sexy ! »

« Et alors ? » dit Tom sèchement sur la défensive. « J’avais juste pas envie, j’arrivais pas à… tu vois. Elle ne me faisait aucun effet. »

Il fallut un moment pour que Bill comprenne entièrement ce que Tom voulait dire, et il fronça les sourcils d’un air surpris. « Vraiment ? Parce qu’elle n’avait qu’à faire ceci et - » Il tendit une main et l’appuya sur l’entrejambe de Tom, et il sentit Tom durcir immédiatement sous ton toucher.

Tom repoussa la main de Bill, l’air gêné.

« Oh… » Bill enfouit sa main entre ses cuisses et regarda le sol. Peut-être que ce n’était pas bien de toucher les bijoux de famille de Tom quand ils ne faisaient pas leur petite activité. « Et bien ca me semble marcher parfaitement alors je ne sais pas quel est ton problème. »

« Bill, laisse tomber ok ? Arrête d’insister. » Tom se tortilla jusqu’à ce qu’il soit face au mur. « Laisse-moi tranquille. »

Bill se sentait confus, fatigué, et encore un peu pompette, alors il quitta la chambre de Tom sans un mot de plus, se dirigeant vers la salle de bains pour se préparer à aller au lit. Alors qu’il se lava le visage et se brossa les dents, il pensa à quel point Tom était bizarre, ainsi que son comportement ces derniers temps. C’était comme si un envahisseur extraterrestre avait pris le contrôle de son jumeau, un extraterrestre plutôt frigide pour être exact. C’était évident que Tom avait encore des problèmes avec les filles, et qu’il allait peut-être falloir plus qu’une fille sexy de se jeter sur lui, même après quelques verres de trop.

Au lieu d’aller dans sa propre chambre, Bill retourna vers celle de Tom ; il voulait s’excuser et s’assurer que Tom allait bien et qu’il n’était pas en colère, ou du moins, il voulait vérifier si Tom n’avait pas des tentacules vertes qui lui poussaient dessus et que Bill n’aurait pas remarquées.

Dès que Bill entra dans la petite pièce, même dans l’obscurité il arriva à distinguer la silhouette mince de son frère, complètement nu sur la couchette, en train de se caresser lentement. Bill eut une sensation brûlante au plus profond de son ventre à cette vue, un mélange d’excitation et de douleur, blessé que Tom soit en train de se toucher, sans Bill. C’était quelque chose qu’ils faisaient seulement lorsque le faire ensemble n’était pas pratique ou carrément impossible.

Son besoin de s’excuser s’évapora et Bill défit brutalement sa ceinture en soufflant.

« Dis donc, tu aurais pu me dire que tu en avais envie, » marmonna-t-il, son jeans et boxer tombant au sol. Il s’en débarrassa et voulut grimper sur la couchette, mais Tom ne se recula pas.

« Enlève ton t-shirt, » ordonna Tom, et Bill cligna des yeux d’un air confus.

« Pourquoi ? On s’en fiche. »

« Mais je suis tout nu, » gémit Tom. « Enlève-le, c’est tout. »

Ce n’était pas comme si ils ne s’étaient jamais vus nus, mais Bill se sentait quand même bizarre lorsqu’il ôta son t-shirt et se tenait complètement dévêtu à côté de la couchette. Il ne se souvenait pas qu’ils aient déjà étés totalement nus ensemble de cette façon.

A chaque fois qu’ils se branlaient ensemble, c’était comme une course frénétique pour en finir au plus vite, et il n’y avait le temps de se déshabiller entièrement. Même quand ils le faisaient à un rythme plus calme, ils gardaient leurs vêtements, abaissant seulement leurs pantalons pour pouvoir avoir accès aux parties vitales.

« Viens, » dit Tom, ne se reculant toujours pas pour laisser de la place pour Bill. Celui-ci fit glisser ses mains le long de son torse nu, son ventre, et se couvrit, sentant son sexe durcir rapidement sous sa main. Quelque chose était différent cette fois-ci, quelque chose était plus excitant, plus sombre, plus dangereux même.

Avec un soupir doux, Bill se rendit et grimpa au-dessus de Tom sur le lit. Leurs jambes et hanches dénudées glissèrent ensemble et Tom gémit, lâchant son érection et se cambrant contre Bill. Sa queue se glissa entre les jambes de Bill et le mouvement semblait être fait exprès.

Tom ne se touchait plus et il ne fit rien non plus pour toucher Bill, comme il l’avait fait tellement de fois auparavant. Il se frotta contre Bill, faisant glisser son membre brûlant contre un endroit auquel Bill n’avait pas accordé d’attention depuis plus d’un an.

La queue de Tom frôla la raie de ses fesses, et l’humidité à l’extrémité brûla Bill, le faisant frissonner et pousser un cri, toujours assis sur Tom. C’était différent.

Ce n’était pas une branlette, c’était…

C’était du sexe, et cela n’avait jamais été un truc sexuel, et Bill ne savait pas vraiment quoi en penser. Il savait juste qu’il se redressa pour se mettre à califourchon sur Tom pour qu’il puisse trouver une bonne position où il pouvait frotter ses fesses contre le sexe de Tom, et Tom n’avait pas l’air de s’y opposer du tout.

Bill ne s’était pas touché à cet endroit depuis un moment ; les godes étaient trop impersonnels, trop plastiques, et se doigter était devenue une tâche au lieu d’un plaisir, alors la sensation d’une queue brûlante et dure titillant son entrée était presque trop à supporter.

Tom le regardait fixement, son regard noir et brillant d’une lueur que Bill ne reconnaissait pas, bien qu’il pouvait le deviner. C’était du désir, pur et simple. Bill pariait que s’il arrivait à ramener Lisa dans le bus, Tom n’aurait aucun problème pour la baiser, tellement il était dur et excité, mais d’une façon étrange, Bill était content qu’elle fût partie. Si elle n’était pas partie, il ne serait pas ici en ce moment, nu et pratiquement en train de chevaucher son frère.

Bill avait été déterminé à ce que son frère puisse baiser, et peut-être que cela pouvait encore se passer. Bill tenta de repousser le brouillard de désir qui les enveloppait tous les deux pour pouvoir mettre de l’ordre dans ses pensées. S’il pouvait aller jusqu’au bout, et arriver à ce que Tom le baise, peut-être que Tom se rappellerait à quel point il adorait le sexe et peut-être qu’il pourrait alors redevenir comme avant.

Ce n’était peut-être pas une logique très intelligente, mais Bill était enivré avec la sensation de la peau nue de Tom contre la sienne, et les verres qu’ils avaient bus n’aidaient pas des masses. Il ne pensa même pas que ce qu’ils étaient en train de faire pouvait être mal. Ils se considéraient comme une seule personne, alors baiser l’un l’autre était une forme de masturbation, non ? Ils n’avaient aucun problème à se branler, alors pourquoi est-ce que ceci serait différent ?

Bill posa ses bras derrière lui, ses mains se tenant aux cuisses de Tom, et il se frotta contre le sexe de son frère. Tom était humide et brûlant au bout et Bill laissa Tom se presser contre son entrée. Tom jura bruyamment et serra les hanches de Bill dans ses mains, donnant un coup de rein comme s’ils étaient déjà en train de baiser.

« T’as envie ? » demanda Bill en cambrant le dos et ses hanches vers son frère. Tom hocha la tête, glissant ses mains sur les cuisses tendues de Bill, vers son ventre. Il caressa Bill doucement, et la sensation donna des papillons dans le ventre de Bill.

« J’en ai besoin, » dit Tom. Leurs regards se connectèrent et Tom donna un fort coup de rein, et le bout de son sexe pénétra le corps de Bill. Tom jura à nouveau et Bill put seulement répondre avec un gémissement rauque. Ca faisait mal, mais il en avait tellement envie. Tellement qu’il ne pensait même pas à se préparer, mais il eut de la chance que Tom y pensa. Il tira Bill vers le lit, l’allongeant sur le dos, et il s’installa entre ses jambes. C’était une position familière, ils se branlaient souvent ensemble comme ceci. Mais à présent Tom caressait le torse de Bill, les yeux grand ouverts et les joues rouges. « Je suis désolé, » dit-il rapidement. « Je ne voulais pas… Je t’ai fait mal ? »

Bill sourit sereinement, se sentant planer à cause de toute cette situation. « Non, » dit-il en secouant la tête de gauche à droite. Tom avait encore l’air quelque peu dubitatif, alors Bill attrapa une main qui caressait son ventre et porta les doigts de Tom à sa bouche. « Tiens. » Il suça deux doigts de Tom dans sa bouche, regardant les yeux de Tom s’agrandir. Sa bouche trembla autour des doigts lorsque Tom émit un bruit étrange.

Lorsque les doigts de Tom furent bien humides, Bill relâcha sa main et adressa un sourire rassurant à Tom. Son jumeau avait l’air légèrement nerveux, mais plus que prêt pour franchir cette dernière étape. Ils avaient partagé un utérus, et ils avaient tout partagé depuis ; ils avaient partagé toute une vie. Se partager de cette manière lorsque le besoin était trop présent était une chose naturelle, décida Bill.

Et lorsque Tom inséra fermement ses doigts dans le corps de Bill, c’était comme si c’était destiné à arriver. Bill gémit, ses cuisses s’écartant lorsque son frère le pénétra plus profondément. La sensation de brûlure était encore là, mais Tom s’y prenait à la perfection. Ses doigts étaient longs et fins, se repliant juste sur le point sensible de Bill comme s’il l’avait fait plein de fois auparavant.

Bill était habitué que les mecs ratent la cible lors des premiers essais, mais Tom semblait être en parfaite synchro avec Bill comme personne ne l’avait jamais été. Il caressa l’intérieur de Bill lentement mais fermement et Bill poussa un cri, tendant un bras pour s’accrocher aux épaules de Tom. « Oh mon dieu, Tomi, » haleta Bill.

« Putain, Bill, » dit Tom en baissant la tête. Bill savait que Tom regardait ses doigts profondément enfouis dans son corps. « Tu es sûr qu’on peut faire ça ? »

« Bien sûr qu’on peut, » dit Bill, le souffle coupé.

« Mais tu es tellement… » Tom replia à nouveau ses doigts et Bill se raidit, laissant échapper un minuscule gémissement. « Etroit. »

Le ventre de Bill papillonna et il se contracta autour des doigts à l’intérieur de lui. « Ca sera tellement bon, » promit-il.

Tom hocha la tête et s’étendit au-dessus de Bill, son doigt bougeant toujours entre les jambes de Bill. Celui-ci fut choqué lorsque Tom l’embrassa sans crier gare ; c’était un geste si intime, quelque chose qui n’était jamais arrivé depuis toutes ces fois où ils se touchaient. Il lui rendit son baiser avec enthousiasme, avidement, s’accrochant au dos de Tom alors que leurs langues s’enroulaient délicieusement ensemble.

Bill n’avait pas été si proche de quelqu’un depuis tellement longtemps, il en avait oublié le plaisir simple de deux corps nus se frottant l’un contre l’autre, peau sur peau, et il gémit de contentement lorsque Tom glissa sur lui, et une chaleur épaisse et collante montait entre eux.

« On a besoin de plus… » haleta Tom, reculant ses lèvres juste assez pour pouvoir parler. « Je veux dire, quelque chose de plus avant que je puisse, tu vois… »

« Tu as quelque chose ? » demanda Bill en l’embrassant, espérant que Tom avait quelque chose sous la main, même de la crème hydratante ferait l’affaire s’ils n’avaient pas de vrai lubrifiant. N’importe quoi pour qu’ils ne doivent pas bouger, se lever, juste au cas où l’un d’entre eux ne retrouve la raison une fois séparés.

« Peut-être… » Tom semblait distrait par la bouche de Bill et au lieu de chercher quelque chose qui servirait de lubrifiant, il se remit à embrasser Bill avec passion, gémissant dans la bouche de Bill lorsque Bill enveloppa ses jambes autour de Tom, les rapprochant l’un de l’autre.

Tom grogna dans le baiser et ses doigts s’enfoncèrent encore plus, tellement fort que Bill couina dans la bouche de Tom. Les choses devenaient un peu trop chaudes, Bill était certain qu’il allait jouir si ca continuait. Il retira sa bouche de celle de Tom avec regret. « Tom, je vais jouir, » dit-il. « Si tu continue -»

Tom rattacha sa bouche à celle de Bill, et bien que Bill avait très envie de protester, il ne put repousser Tom. La langue de Tom se glissait avidement contre la sienne, et Bill trembla lorsqu’il sentit une chaleur envahir son ventre. Les doigts de Tom s’activèrent de plus en plus fort à l’intérieur de lui, frottant juste contre son endroit sensible, et il était certain d’avoir déjà sali leurs ventres avec son liquide séminal. Il se -contracta avec force autour des doigts de Tom et celui-ci jura, retirant ses doigts.

« Je vais jouir si tu continues à serrer mes doigts comme ça, » dit Tom d’une voix grave et rauque.

Bill eut un petit sourire et embrassa le menton de son frère d’un baiser humide. « Attends que je le fasse autour de ta queue, hm ? »

Tom ouvrit la bouche comme pour dire quelque chose, mais aucun son n’en sortit. Finalement il croassa, « Je peux ? »

« Ouais, » répondit Bill, à bout de souffle. Son cœur battait la chamade dans sa poitrine, le son résonnant dans ses oreilles.

Tom se releva d’un air réticent. « Ne bouge pas, d’accord ? »

« Promis, » dit Bill en déglutissant lourdement. Tom sortit de la couchette et regarda vers Bill pendant une seconde avant de disparaitre de la pièce.

Laissé seul, Bill sentit l’anxiété monter en lui alors qu’il était allongé là, exposé, les jambes grandes ouvertes. Avant qu’il ne puisse complètement paniquer, Tom revint, se rasseyant rapidement dans la couchette et s’installant entre les jambes de Bill.

« Tu veux toujours ? » demanda Tom en montrant un petit flacon à Bill.

C’était de la lotion pour les mains et Bill le prit, enveloppant à nouveau ses jambes autour des hanches de Tom. « S’il te plait, » dit-il doucement, craignant que Tom ne change d’avis. « Tu as besoin de baiser et moi ca fait une éternité. »

« Je n’ai pas besoin de baiser, » dit Tom d’un ton bourru.

Bill sourit, laissant une main s’aventurer vers le sexe de Tom et le serrant dans sa main chaude. Tom jura et se glissa contre Bill, joignant leurs bouches pour un baiser rapide et intense. « D’accord, peut-être que j’en ai besoin, » dit-il. « Mais j’ai besoin de le faire avec toi. »

Bill caressa le sexe de Tom avec douceur, sans trop de pression. « D’accord, » dit-il, essayant d’ignorer à quel point les paroles de Tom le rendaient bienheureux. Peut-être que Tom avait besoin de lui de cette façon, ils avaient besoin l’un de l’autre pour presque tout. « J’en ai besoin avec toi aussi. »

Tom sourit et embrassa Bill à nouveau, cette fois beaucoup plus lentement et tendrement, et Bill entendit le flacon se décapsuler et il savait que c’était le moment, que ca allait vraiment se passer.

Même enduit de lubrifiant, Tom sembla hésiter avant de pénétrer Bill, et celui-ci dut le persuader gentiment, avec des mots et avec son corps.

« Tu ne me feras pas mal, ce n’est pas ma première fois, » murmura-t-il, se cambrant contre son jumeau pour que Tom puisse sentir qu’il était brûlant et prêt. « Viens en moi. »

Tom hocha la tête. « Comme ceci ? Tu es à l’aise ? » demanda-t-il d’une voix tremblante. Son sexe était juste à l’entrée Bill, à peine à l’intérieur.

« Repousse un peu mes jambes en arrière, » ordonna Bill, repliant ses jambes aussi loin qu’il le put. « Pour que tu n’écrases pas mes bijoux de famille. »

Tom fit glisser ses mains jusqu’à ce qu’elles soient accrochées derrière les genoux de Bill, les repoussant et en même temps pénétrant Bill entièrement.

« Oh mon dieu, » gémit Tom en tombant légèrement sur Bill. Ses mains étaient toujours appuyées contre l’arrière des cuisses de Bill, et il serra la peau douce et frotta sa joue contre la sienne. « Oh, Bill, putain. »

Bill dut s’empêcher de se contracter autour de Tom. Il voulait le serrer encore plus fort à l’intérieur de lui, le faire jurer encore un peu plus. Mais il craignait qu’ils fussent un peu trop excités pour faire ca, alors au lieu de cela il embrassa Tom sur son nez et le repoussa un peu. « Tu écrases mes parties, » l’embêta-t-il.

Tom se releva légèrement et son sexe bougea à l’intérieur de Bill. « Merde, » dit-il en s’enfonçant encore plus. « J’ai oublié la capote. »

Bill posa ses jambes autour des hanches de Tom, incroyablement rempli et détendu et il rigola. « Je m’en fiche, » dit-il. « Toi ? »

« Je m’en fiche aussi, » admit Tom. « Ca serait un peu étrange. »

Bill agréa ; l’idée d’avoir quelque chose entre eux semblait incongrue, mal placée. Il roula des hanches pour faire bouger Tom, adorant la façon dont Tom frissonnait et gémissait juste à son oreille, son souffle chatouillant le cou de Bill.

Tom bougea lentement au début, laissant à Bill le temps de s’habituer à lui, mais Bill était impatient. Après avoir passé tellement de temps sans rien, Bill devenait fou avec un sexe en lui, titillant sa prostate. Il voulait que Tom le prenne comme un forcené et qu’il lui rappelle ce qu’il avait manqué. Ce serait bon pour tous les deux de cette façon, il laisserait Tom avoir une bonne partie de baise et après ca, ce serait impossible que Tom continue à vivre dans cette étrange abstinence. Ceci allait l’aider, Bill en était certain.

« Baise-moi, » demanda Bill, glissant ses mains dans le dos de Tom, et caressant ses épaules larges. D’habitude il ne touchait jamais son frère de cette façon, mais avec Tom nu au-dessus de lui et profondément enfoui en lui, Bill en profitait un maximum.

Tom répondit en se retirant lentement et puis donna un coup de reins tellement fort que le corps entier de Bill bougea sur le lit. Il posa une main derrière lui, contre le mur de la couchette de Tom et gémit tellement fort que les chiens se mirent à aboyer derrière la porte. Tom le regardait fixement, le regard noir, et écarta ses jambes, le baisant vite et fort.

Bill se mit à gémir à chaque coup de reins, rejetant sa tête en arrière, et sa main l’empêchant de justesse de se cogner contre le mur. Il s’en fichait, Tom le pilonnait avec tellement d’entrain, et Bill s’accrochait comme il pouvait. Tom grinça des dents et balança les jambes de Bill pardessus ses épaules. Bill couina, sa main tombant du mur, et c’était presque comme si Tom baisait tout droit en lui. La position lui faisait mal au dos, mais c’était parfait pour sa prostate et il agrippa les couvertures, se fichant que sa tête cognait contre le mur.

« Merde, merde, » grogna Tom en secouant ses tresses, et Bill leva la tête pour le regarder. Son frère était magnifique. Non, il était sexy. Il était la chose la plus excitante que Bill ait jamais vue et il était en train de la baiser comme si sa vie en dépendait.

Des larmes apparurent au coin des yeux de Bill, de l’émotion qui le submergeait, pour l’amour de son frère, et du plaisir qui vibrait dans son corps tout entier. « Ah, putain, Tom, » geignit-il. « Ah ! Tu vas… putain, tu vas me briser en deux ! »

Tom se releva juste un peu, pas trop, ses coups de reins toujours violents et rapides. « Ca va ? » grogna-t-il.

« Mmm ouais, » gémit Bill, abaissant une main pour se caresser. Tom essaya de repousser sa main pour toucher Bill lui-même, mais Bill ne le laissa pas faire. « Non, contente-toi de me baiser, » ordonna-t-il, son côté autoritaire prenant le dessus. « Je vais m’occuper de ca. » Tom le prenait tellement bien, et Bill ne voulait pas que ca casse le rythme.

Tom ne discuta pas, il continua juste à pilonner Bill, le remplissant juste comme il fallait. Bill était un peu gonflé et il avait mal, mais il se frottait tellement bien à l’intérieur de lui.

« Putain, » siffla Bill, ses orteils se crispant alors qu’il se caressait en synchro avec les à-coups de Tom. Son ventre était serré et picotait d’anticipation, comme si quelque chose était prêt à casser, et tout en lui devenait de plus en plus chaud, jusqu’au point où il crut qu’il allait s’enflammer.

« C’est tellement bon avec toi, putain, » entendit Bill marmonner Tom, et il se contracta aussi fort qu’il le put autour de lui en réponse. « Oh putain. »

Les hanches de Tom se mirent à bouger deux fois plus vite, pilonnant Bill furieusement, et ce dernier avait du mal à respirer.

Avec une inspiration courte, le corps tout entier de Bill se raidit et s’immobilisa, et puis avec un grand cri il se cambra contre Tom et jouit violemment contre son ventre, ne lâchant pas son sexe et le serrant jusqu’à ce qu’il se soit totalement vidé.

Son corps se relâcha sous Tom, et il ne put rien faire à part rester allongé là et prendre les coups de rein de Tom qui l’enfonçaient dans le matelas. Il avait mal et voulait désespérément que Tom jouisse, alors il tendit une main et tira sur ses tresses, amenant leurs bouches ensemble. Tom frotta sa langue contre celle de Bill et jura dans sa bouche.

Tom s’immobilisa tout comme Bill l’avait fait, comme ils le faisaient tous les deux quand ils jouissaient, et il s’écrasa sur Bill. « Putain, putain, putain, » gémit Tom contre la gorge de Bill. Ce dernier se fichait d’être écrasé pour le moment, alors il enveloppa ses bras autour de son frère, le berçant presque.

« C’était bien ? » demanda Bill en nichant son visage contre l’oreille de Tom.

Tom serra Bill avec force. « Le meilleur. »

« Ca fait vraiment un moment que tu n’as pas eu de sexe, » dit Bill, mais sa poitrine se serra de fierté en le disant. « Tu vois, ce n’était pas si dur, quand même ? Pourquoi tu n’as pas pu faire ça avec Lisa pendant qu’elle était ici ? »

Tom était silencieux, mais alors il tourna son visage et sourit narquoisement à Bill. « Honnêtement, je ne sais pas si elle aurait apprécié qu’on la laisse toute seule pendant que je t’aurais emmené dans ma chambre pour te baiser. »

Bill leva les yeux au ciel et donna une petite tape sur le nez de Tom, mais il rit. « Qu’est-ce que je vais faire de toi ? »

Tom souriait toujours aussi narquoisement, et Bill sut ce qu’il allait dire avant même qu’il ne prononce les mots.

« J’ai quelques idées en tête. »


**


Le plan de Bill avait marché à moitié seulement. Tom voulait du sexe ; il en voulait tout le temps – mais avec Bill. Alors que Bill avait pensé que Tom allait se remettre en chasse toutes trompettes sonnantes et essayer de séduire le plus grand nombre de femmes possible, au lieu de cela Tom attirait Bill dans sa couchette, sa chambre d’hôtel, la douche, une cabine dans les toilettes une fois, et Bill le laissait faire parce que c’était tellement bon.

Bill voulait toujours aider son frère, et quand il y réfléchissait, se donner à Tom était en fait plutôt contre-productif. Tom s’était habitué à une petite routine sécurisante avec Bill, tout comme il l’avait fait avec leurs branlettes, et Bill avait peur que Tom n’allait jamais pouvoir se remettre en selle.

Mais assez étrangement, quelque part au plus profond de lui, et que Bill essayait d’ignorer, il avait encore plus peur de voir Tom sortir et séduire toutes les filles en vue comme il le faisait avant. Bill s’était habitué à l’attention de la part de son frère, même avant qu’ils ne couchent ensemble. Au lieu d’écumer les bars à la recherche de n’importe quoi avec deux jambes et une jupe, Tom restait au chaud avec Bill et se blottissait contre lui et regardait des films. Au lieu de laisser tomber Bill pour aller faire des cochonneries avec une groupie, il préférait sucer Bill.

Bien que toute l’attention de la part de son frère était tellement bien, sexuellement ou autre, il savait que c’était égoïste. Tom venait à Bill pour se sentir en sécurité, pour se rassurer, et bien que Bill aimait recevoir ces mêmes choses en retour, il savait qu’en fin de compte, ce n’était pas bon pour son frère.

Il pensa à ces choses à chaque fois qu’ils couchaient ensemble (et ces dernières semaines il avait laissé Tom en lui un grand nombre de fois), mais c’était difficile de transformer des pensées en action.

Il essayait de se convaincre que leurs aventures sexuelles étaient juste une étape au-dessus de ce qu’ils faisaient avant, que c’était juste un moyen de s’aider à assouvir leurs besoins, mais Bill savait qu’il ne s’agissait vraiment pas de ça. Tom était tellement tendre quand ils le faisaient, Bill tombait pour lui lentement mais sûrement et c’était une pente dangereuse et glissante. Tom n’allait pas vouloir faire ça pour toujours, et puis où en serait Bill ? Totalement et désespérément amoureux, misérable parce qu’il se serait attaché.

Il devait convaincre Tom avec plus de force à présent, malgré l’envie tellement forte de Bill de continuer à faire ce qu’ils faisaient, mais au plus longtemps il attendrait, au plus difficile ce serait.

« Tomi ? »

« Je suis ici, » entendit Bill dire Tom, et il se dirigea vers l’autre côté du bus où Tom était installé sur le petit canapé, regardant un DVD.

Bill venait tout juste de se réveiller de sa sieste, et il était encore peu dans le gaz lorsque Tom l’attira sur le canapé et se mit à l’embrasser. Bill avait prévu de mettre une fin à tout, dire à Tom qu’il ne voulait plus le faire, que Tom devrait assouvir ses besoins d’une autre façon à partir de maintenant, mais Tom était tellement chaud et doux et ses baisers étaient tellement tendres, que Bill se dit que ca pouvait peut-être attendre, juste encore une dernière fois…

« Tu sens bon, » dit Tom en embrassant les lèvres, puis le cou de Bill.

« Je ne porte même pas de parfum, » murmura Bill en retour, étirant son cou pour que Tom puisse y déposer plus de baisers.

« Ouais, mais tu sens… comme Bill, » dit-il. Il posa sa joue contre celle de Bill et fit glisser ses mains dans son dos. Cela apaisa Bill, et il se pencha contre Tom avec juste l’envie de fondre. Les mains de Tom se glissèrent un peu plus bas, caressant le bas du dos de Bill.

« Mmm, embrasse-moi, » soupira Bill. S’ils allaient le faire une dernière fois, il voulait des tas et des tas de baisers. Rien ne pouvait se comparer aux lèvres douces de Tom contre les siennes et le métal de son piercing à la lèvre se pressant contre la bouche de Bill.

Tom sourit et embrassa Bill tendrement, se reculant pour poser son visage contre le sien à nouveau. « Tu es trop sexy comme ca, » dit-il.

Bill renifla et attira la bouche de Tom contre la sienne. « Je suis en pyjama, » dit-il entre deux baisers.

« Tu es sexy tout le temps, même quand tu ne portes rien, » ajouta Tom dans un chuchotement.

Bill allait lui balancer une blague en disant que Tom était définitivement plus sexy sans rien qu’avec les vêtements ridicules qu’il portait, mais la vérité était que pour Bill, Tom était beau tout le temps, peu importe ce qu’il portait.

Bill se laissa aller contre le canapé et Tom se glissa sur lui, leurs bouches connectées. Bill écarta ses jambes et en balança une pardessus le dos du canapé, s’ouvrant aux explorations habituelles de Tom. Tom semblait content de juste tenir Bill contre lui pendant qu’ils s’embrassaient, caressant doucement le côté de Bill avec une main.

Attendant que les choses s’enflamment un peu, Bill cambra les hanches, se frottant contre Tom de façon suggestive. Tom gémit mais ne fit pas d’autre geste, à part embrasser Bill plus passionnément.

Plus tôt que Bill ne s’y attendait, il sentit le bus ralentir avant de s’arrêter totalement, et Tom se recula, les lèvres rougies et gonflées.

« Faut y aller, » dit-il en embrassant Bill une dernière fois, juste un petit bisou sur les lèvres. Il se leva et s’étira, l’air endormi et rassasié, pendant que Bill restait allongé sur le canapé, se sentant plutôt confus.


**


Dernière édition par bill-luv-tom le Mer 28 Avr - 1:31, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://maureen0207.wordpress.com
bill-luv-tom
Chevalier du Forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2980
Age : 33
Localisation : Belgique.
Humeur : Amoureuse.
Date d'inscription : 11/11/2008

MessageSujet: Re: Casual Sex, par Cynical_Terror et Haylz   Mar 27 Avr - 15:43

« On sort, » dit Bill à Tom, se tenant au pied du lit de Tom dans sa chambre d’hôtel, les mains sur ses hanches. « Alors prépare-toi. »

« Je n’ai pas envie de sortir, » dit Tom mollement, bougeant sa tête sur le côté pour regarder la télé derrière Bill.

« Et bien, tu viens quand même, » dit Bill. « Parce que c’est moi qui te le dis. »

« Pourquoi est-ce que tu veux sortir ? » se plaignit Tom. « On peut rester ici, non ? »

Bill tapa du pied d’un air énervé. « Ca devient ennuyeux après quelques temps, » geignit-il. « Allez, on peut sortir, se bourrer la gueule… tu trouveras peut-être même une fille à ramener… » C’était étrange à dire après tout ce qu’ils avaient fait ensemble, mais Bill savait qu’il devait le faire.

Tom renifla. « Pourquoi faire tous ces efforts ? Ce n’est pas comme si j’avais besoin d’une meuf pour ca. »

Bill plissa les yeux. « Qu’est-ce que c’est censé vouloir dire ? »

Tom haussa les épaules en souriant bêtement à Bill. « Ben … tu sais bien… »

« Quoi, tu es paresseux et je suis facile ? » dit Bill sèchement, soudain en colère, et il ne savait pas vraiment pourquoi.

Tom se redressa en fronçant les sourcils. « De quoi est-ce que tu parles, Bill ? »

Bill essaya d’assimiler ce qu’il ressentait et il se rendit compte qu’il était blessé. Il était blessé parce que Tom ne pensait pas devoir faire des efforts pour lui. Bill se mettait à la disposition de Tom quand il le voulait, aucun effort requis. Bill ne s’était jamais considéré comme une trainée, on l’avait souvent traité de prude, mais là il se sentait juste sale et utilisé, et par la personne qu’il aimait le plus au monde.

« Tu sais exactement de quoi je parle, » dit Bill. « Je ne vais pas juste me pencher en avant et te laisser faire à chaque fois que t’en as envie. »

« Je n’ai jamais pensé ca, » dit Tom en croisant les bras. « Et puis ce n’est pas exactement comme si tu résistais. »

« Je voulais juste que tu puisses baiser, » dit Bill, et il eut envie de retirer ca lorsqu’il vit le visage de Tom se décomposer. « Pas servir de jouet sexuel à ton usage personnel. Peut-être que j’ai envie d’être avec quelqu’un d’autre pour changer. »

Tom se leva du lit et se dirigea vers Bill. « Pourquoi ? »

« Parce que ce n’est pas sérieux entre nous, Tom, » dit Bill. Tom se rapprocha de lui, comme s’il allait attraper Bill, et ce dernier le repoussa. Le mouvement était gentil, pas brusque, mais le regard de Tom s’assombrit. « Et ce n’est pas pareil que les trucs qu’on faisait avant, c’est différent. Si tu veux une espèce de salope qui écartera les jambes pour toi, nous avons assez de groupies pour cela. »

« Je n’ai pas envie de ca, » répliqua Tom, qui prenait un ton quelque peu énervé.

« Non, parce que tu ne veux pas être dérangé, » dit Bill sèchement. « Tu préfères juste me baiser jour et nuit, quand tu en as envie ! »

« Et bien, excuse-moi de vouloir de ton petit cul excitant, » riposta Tom d’une voix sourde et grognante. « Après que tu me l’aies offert si volontairement. »

Bill était dans une colère noire, et plutôt excité aussi, mais surtout en colère.

« Et bien devine quoi ? Ce petit cul excitant n’est plus à ta disposition. Si tu veux baiser, tu vas devoir sortir et trouver quelqu’un d’autre, parce que je ne te laisserai plus m’approcher. »

Tom eut l’air complètement anéanti par cela, et Bill eut besoin de tout son courage pour ne pas tout retirer et couvrir Tom de baisers, jetant toute dignité par la fenêtre. Mais après tout, il était en colère.

« Bill, mais pourquoi est-ce que fais ca, bordel ? »

« Je ne fais rien du tout, » dit Bill en croisant les bras, sur la défensive. « Bon alors tu viens, ou pas ? »

Tom lui lança un regard noir et monta le volume de la télé. « Certainement pas. »

Bill leva les yeux au ciel et marcha vers la porte. « Très bien, » souffla-t-il.

« Très bien ! » entendit Bill dire Tom juste au moment où il claqua la porte derrière lui.


**


Résister à Tom était plus difficile que Bill l’avait imaginé, surtout lorsqu’il se jetait sur Bill toutes les cinq minutes, essayant de le séduire, de l’attirer à nouveau dans son lit. Bill avait les genoux qui tremblaient et des papillons dans le ventre en permanence avec les choses que Tom lui chuchotait toujours à l’oreille, et les regards de braise que son frère lui lançait pour rappeler à Bill qu’il n’allait pas abandonner.

Un soir, alors que Bill se sentait particulièrement faible, Tom le coinça dans leur minuscule salle de bains dans le bus, se pressant derrière Bill qui se tenait à l’évier devant le miroir.

« Bill… » Tom enfouit son visage contre le cou de Bill et posa ses mains de part et d’autre de l’évier, coinçant Bill.

« Va-t-en, » dit Bill fermement en frissonnant.

« C’est un long trajet cette nuit, » dit Tom en ignorant la demande de Bill, et l’embrassa dans le cou. « Tu pourrais te sentir seul. »

« Je suis sûr que ca ira très bien, » mentit Bill. Depuis qu’il avait interdit à Tom l’accès à son anatomie, cela voulait dire qu’il ne pouvait même plus rejoindre Tom pour se branler, il devait s’en occuper lui-même et c’était loin d’être aussi satisfaisant. Et il n’avait personne à qui faire des câlins après.

« Je sais que ca te manque, ce qu’on faisait avant, » ronronna Tom, croisant le regard de Bill dans le miroir. Bill eut la gorge sèche en voyant la façon dont Tom le regardait, en voyant à quel point Tom était agressif avec lui, et comme ils avaient l’air sexy ensemble.

« Tu le sais uniquement parce que ca te manque aussi, » dit Bill en serrant les dents, détournant son regard du miroir et poussant Tom sur le côté pour sortir de la pièce.


**


Après une semaine assez éprouvante remplie de concerts non-stop et d’une frustration sexuelle constante grâce à Tom, Bill se retrouva avec Georg et Gustav dans un club local qu’ils fréquentaient souvent pendant leurs tournées, pour se déstresser. Tom avait refusé de sortir avec eux, en quelque sorte une protestation silencieuse contre l’idée de Bill comme quoi il devait sortir et baiser une fille. Enfin, peut-être pas aussi silencieuse que ca. Tom avait pris Bill à part dans un coin après le concert et lui avait dit, sans épargner un seul détail, à quel point il avait envie, non besoin, de le baiser. Il avait failli renverser Bill sur la table avant que Georg n’entre, et Tom avait fini par donner de l’espace à Bill.

Bill avait en fait prévu de ne pas sortir, en espérant que lui et Tom puissent retrouver un peu de normalité dans leur relation et juste passer une bonne soirée ensemble comme avant. Enfin, une bonne soirée qui ne finissait pas par une branlette réciproque. Peut-être que leur relation n’avait jamais été vraiment normale, mais il voulait récupérer ce qui semblait normal pour eux.

Au fond de ses pensées, il savait que l’intimité qu’ils avaient créée depuis ces quelques semaines était devenue normale, mais il n’avait pas envie d’y penser.

Au lieu d’une soirée tranquille avec les chiens et un bon film, Bill était sorti au club. Il savait que Tom ne viendrait pas avec eux, et dans un sens, Bill fut ravi de taquiner son frère ainsi. Si Tom venait, ce serait comme s’il perdait face à Bill, mais s’il ne venait pas, il devrait rester tout seul à l’hôtel et Bill serait loin de ses regards brûlants et de ses mains baladeuses.

Bill voulait se sentir satisfait de son plan, mais au lieu de cela il s’ennuyait à mourir.

Il était assis dans le coin VIP, regardant Georg et Gustav se bourrer la gueule, et il essayait de rassembler ses forces pour aller faire un moins un tour sur la piste de danse. Il avait dit à Tom qu’il voulait être avec d’autres personnes, pas vrai ? Alors pourquoi n’arrivait-il pas à aller parler aux gens et à flirter avec un joli garçon ou une jolie fille ? Il soupira dans ses mains. De qui se foutait-il ? Il ne voulait personne d’autre que Tom.

Il était officiellement et royalement baisé. Sauf que, pas du tout. Il était célibataire depuis pratiquement un an maintenant, ou peut-être même depuis toujours, s’il voulait être mélodramatique. Personne ne l’avait jamais pris comme Tom, et il était sûr que personne d’autre ne le ferait. Sans oublier le passage où il était tombé éperdument amoureux.

Il soupira à nouveau, et il était sur le point de se lever pour aller se bourrer la gueule au bar, lorsqu’un corps chaud se glissa à côté de lui, le coinçant sur la banquette. C’était Tom, et il était beau à tomber par terre.

« Je pensais que tu n’avais pas envie de venir, » dit Bill d’un ton presque accusateur.

« J’ai toujours envie de venir, » répondit Tom audacieusement, regardant Bill fixement comme s’il était la seule personne dans le club. Bill fut honteux de sentir son sexe durcir douloureusement dans son pantalon comme sur commande, et il sentit qu’il allait fondre sur place.

« On va aller te chercher à boire ! » cria Georg en tapant sa main sur la table.

Tom sortit son portefeuille et glissa un billet vers Georg. « Et si toi et Gus alliez nous chercher une tournée ? »

Bill grogna intérieurement ; avec les autres hors de vue il était coincé, coincé dans un coin sombre dans une pièce enfumée remplie de corps à moitié dévêtus, l’odeur accablante de sueur, et l’attention de Tom fixée uniquement sur lui. Il était perdu.

Dès que les autres eurent quitté la table, Bill essaya de porter l’attention de Tom sur autre chose que lui.

« Il y a plein de filles sexy ici ce soir, » dit-il faiblement. « Tu devrais aller faire un tour. »

« Bill. »

« Tu peux même en ramener une à l’hôtel si tu veux, ca ne me dérange pas, » continua Bill en attrapant son verre de rhum/coca avec ses deux mains.

« Bill. »

« Hmm ? » Bill prit une grande gorgée de sa boisson et tenta d’avoir l’air sûr de lui.

Tom se glissa plus près de lui, jusqu’à ce que son souffle brûlant atteigne la gorge de Bill. « Je ne ramène aucune fille avec moi à l’hôtel, » dit-il sourdement en glissant un doigt sur la cuisse de Bill. « Je vais te ramener toi, je vais enlever tous tes vêtements et je vais lécher ton minuscule petit trou jusqu’à ce que tu me supplies de te baiser, ce que je ferai jusqu’à ce que le soleil se lève, t’as compris ? »

Bill émit un étrange gémissement et perdit toute résistance lorsque Tom lui prit le verre de ses mains au moment où il allait le laisser tomber. Bill put seulement hocher la tête, en imbécile faible et amoureux qu’il était.

Les autres revinrent, les bras chargés de boissons fraiches.

« Amusez-vous bien, » leur dit Tom en tirant Bill par la main pour qu’ils se lèvent. « Bill ne se sent pas bien, je vais le ramener. »

« D’accord, à plus tard les loseurs ! » dit Gustav en leur faisant un signe de la main pour qu’ils disparaissent.

Tom traversa la foule d’un pas décidé vers la porte, avec Bill qui le suivait en trébuchant d’un air hébété.

« Allez viens, » dit Tom en se tournant vers Bill pour l’entrainer avec lui. « Je n’ai plus envie d’attendre. »

« Pardon, » marmonna Bill, incapable d’empêcher Tom de le faire sortir du club et de le faire entrer dans la voiture qui les attendait. Apparemment Tom n’avait pas prévu de rester longtemps, vu que le chauffeur était encore garé juste devant.

Tom tira Bill presque de force sur le siège arrière, demandant au chauffeur de les ramener à l’hôtel. Le corps tout entier de Bill tremblait à la vue de la vigueur de Tom. C’était comme s’il ne pouvait pas dire non à Tom. Il ne pouvait même pas empêcher Tom de le presser contre la portière et de glisser ses mains sur ses cuisses. Le chauffeur ne pouvait pas voir les mains de Tom se balader dans le noir, mais ce n’était définitivement pas le genre de jeu qu’ils voulaient tenter. Se faire surprendre en train de peloter quelqu’un, surtout son propre frère jumeau, serait un désastre.

Mais Bill laissa Tom faire malgré tout, parce que le regard de Tom lui disait qu’il ne pouvait pas résister. En temps normal, Bill contrôlait la plupart des choses dans sa vie, au point de rendre fou les personnes qui faisaient partie de leur petit cercle, mais à présent il était impuissant. Si impuissant qu’il laissa Tom le toucher pardessus son pantalon, et il ne put qu’étouffer ses gémissements avec sa main.

Il craignait que Tom le fasse jouir dans son pantalon, quelque chose qu’il n’avait pas fait depuis des années, et il aurait pu si le trajet avait été plus long. Mais heureusement la voiture arriva à l’hôtel avant que Bill put se mettre dans l’embarras devant leur chauffeur.

Ils entrèrent par derrière, la main de Tom ne quittant pas son poignet, jusqu’à ce qu’ils se retrouvent dans la chambre de Tom, la porte fermée à double tour derrière eux. Tom ne dit pas un mot, entrainant juste Bill vers le lit à reculons.

« Tom, » chuchota Bill, l’arrière de ses genoux cognant le matelas.

« Allonge-toi, » dit Tom, et poussa Bill en arrière, une main ferme sur son torse. Bill couina et tomba à la renverse sur le lit, les yeux grands ouverts alors que Tom retira son t-shirt d’un geste rapide, révélant son torse mince et musclé et ses abdos.

Et puis Tom fut sur Bill, sans le toucher, ni l’embrasser, ou sans même coller leurs corps l’un contre l’autre. Il tint les mains de Bill au-dessus de sa tête et dit d’une voix rauque, « Ne me refais jamais ca. J’ai failli perdre la raison, Bill. »

Bill hocha bêtement la tête, ne sachant plus trop à quoi il disait oui exactement. « Est-ce que tu vas vraiment… » Bill détourna son regard de Tom. « Me lécher ? »

« Je parie que je peux te faire jouir en faisant ca, » fut la réponse de Tom, et Bill se tortilla de gêne.

Tom se mit à déshabiller Bill sans un mot de sa part, jusqu’à ce que Bill se retrouve étalé sur le lit, nu comme un ver.

« Mmm. » Tom écarta les jambes de Bill, et celui-ci sentir la chaleur envahir son visage lorsque le regard de Tom dévora son corps exposé. Il se léchait les lèvres et Bill pensait qu’il allait jouir dès que Tom le toucherait, il n’avait jamais été aussi excité.

Tom effleura l’entrée de Bill avec son pouce, le titillant jusqu’à ce que Bill ne puisse plus tenir et se mit à se tortiller en protestation. Tom avait un air bien trop suffisant, mais Bill était trop embrumé de désir pour s’en soucier. Lorsqu’il sentit pour la première fois la langue chaude et humide de Tom contre son orifice, Bill balança ses bras au-dessus de lui pour essayer d’agripper la tête du lit ; il devait se tenir tranquille parce qu’il avait du mal à empêcher ses hanches de bouger alors que Tom léchait et suçait son entrée avec des coups de langue bruyants.

« Oh mon dieu, Tom, » gémit Bill en griffant la tête du lit.

« C’est bon ? » demanda Tom, léchant l’entrée de Bill puis ses testicules, seulement pour revenir lécher son orifice et le pénétrer avec sa langue. Bill poussa un cri aigu, et ses cuisses tremblèrent sous l’emprise de Tom.

« Ouais, tellement bon, » haleta Bill. « C’est… c’est bon pour toi ? »

Tom mordilla la fesse de Bill et puis suça avec force sur son entrée. « Je t’aime, putain, » dit-il, sa voix se brisant sur les mots. Il enfouit son visage entre les fesses de Bill après avoir parlé, mais les mots avaient été prononcés, et Bill eut le souffle coupé et força Tom à relever la tête. Tom leva le regard vers Bill, ses lèvres rougies et humides, et ses joues rouges aussi. « Quoi ? Tu sais que je t’aime, » dit Tom. Il caressa le ventre de Bill et puis caressa son sexe.

« Je… » Bill se mordit la lèvre. « Bien sûr que je le sais. Tu es mon jumeau et - »

« Ce n’est pas comme ca que je t’aime, idiot, » dit Tom avec un sourire rusé. « Tu le sais, pas vrai ? »

Les yeux de Bill s’agrandirent. « Comment est-ce que tu m’aimes ? »

Le visage de Tom prit un air sérieux, et il se redressa et se retourna, tournant le dos à Bill. Ce dernier se sentit soudainement nerveux, et il n’était pas sûr de vouloir avoir cette conversation alors qu’il était complètement nu et exposé, alors il tira les couvertures sur lui pour se protéger.

« Tomi ? »

« Comment crois-tu que je t’aime, Bill ? » dit-il. « Pourquoi crois-tu que je n’ai pas envie d’être avec quelqu’un d’autre ? Pourquoi crois-tu que ca me fait mal de te voir me repousser, de me dire que je dois être avec d’autres personnes, et toi… » il se retourna à nouveau, et Bill put voir la détresse dans son regard. « Tu as envie d’être avec d’autres personnes, est-ce que tu sais à quel point ca me rend fou, putain ? L’idée que tu fasses ceci avec quelqu’un d’autre me rend dingue et - »

« Wow, attends, » l’interrompit Bill d’une voix tremblante. « Je ne veux pas que tu sois avec quelqu’un d’autre, je ne veux pas être avec quelqu’un d’autre, c’est juste que… je n’avais aucune idée… » Bill se sentit mal, l’émotion grandissant dans sa poitrine, alors que toutes les pièces du puzzle tombaient en place et qu’il réalisa ce qu’il avait fait.

« Tu quoi ? » Tom secoua la tête. « Si tu ne voulais pas de ca, alors pourquoi est-ce que tu m’as fait ca ? »

« Je ne savais pas que tu ressentais ca ! » répondit Bill, avalant une boule douloureuse dans sa gorge. « Je pensais que tu voulais juste du sexe, et tu n’as jamais rien dit d’autre - »

« Parce que je pensais que c’étais ce que tu voulais, » dit Tom, l’air rempli d’espoir pour la première fois. « Tu avais l’air tellement déterminé à me refourguer à quelqu’un d’autre, et je pensais que le sexe serait le seul moyen pour que je puisse être avec toi. »

Bill laissa ces paroles le pénétrer pendant un moment. « En d’autres mots… nous sommes tous les deux vraiment stupides ? »

« Et bien, j’ai toujours su que tu étais un peu stupide, » dit Tom avec un sourire malicieux, et juste comme ça, les choses redevinrent normales. Tom tira sur les couvertures qui recouvraient Bill et recouvrit le corps de Bill avec le sien.

« C’est toi qui es stupide, » dit Bill, et ils s’embrassèrent passionnément, se séparant seulement pour rire, tout comme ils l’avaient toujours fait avant que les choses ne changèrent.

« D’accord, nous sommes tous les deux stupides, » dit Tom. « Mais maintenant nous sommes intelligents. » Il pressa son entrejambe habillé contre Bill d’une façon suggestive et Bill enveloppa ses bras et ses jambes autour de lui. « J’adore quand tu fais ca, » grogna Tom. « C’est comme si tu n’arrives pas à te détacher de moi. »

« C’est vrai, je n’y arrive pas, » dit Bill. « Et je t’aime. »

Tom soupira et frotta son nez contre celui de Bill. « Redis-le. »

Bill sourit malicieusement. « Je t’aime. »

Fidèle à sa parole, le soleil montrait déjà le bout de son nez par les rideaux lorsque Tom prit enfin le corps fatigué et frissonnant de plaisir de Bill dans ses bras, et l’embrassa avant de s’endormir tous les deux.



FIN
Revenir en haut Aller en bas
http://maureen0207.wordpress.com
La£ti
Icone du forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2439
Age : 28
Localisation : Londres
Emploi/loisirs : Mangeuse de Bounty
Date d'inscription : 25/10/2008

MessageSujet: Re: Casual Sex, par Cynical_Terror et Haylz   Mar 27 Avr - 16:53

NONDEDIEU.

Oh putain *__________________*

Cet OS est génial. Mais genre vraiment génial. Putain.

*s'en remet pas*

Merci de nous l'avoir fait découuvrir.
Je commande le même pour mon anniversaire!
Revenir en haut Aller en bas
Dine
Duchesse du Forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 7132
Age : 24
Date d'inscription : 23/10/2008

MessageSujet: Re: Casual Sex, par Cynical_Terror et Haylz   Mar 27 Avr - 19:04

Il m'avait tellement plus en anglais que j'ai DU le relire là *-*
déjà, bravo pour la traduction, c'est trop parfait! merciii!

et putain HOT HOT HOT *-*

et le « Ce n’est pas comme ca que je t’aime, idiot, » dit Tom avec un sourire rusé. « Tu le sais, pas vrai ? » même en français, me rend encore toute chose °w°
Revenir en haut Aller en bas
Jess
Populaire
avatar

Féminin
Nombre de messages : 572
Age : 25
Localisation : Belgique
Emploi/loisirs : en cuisine
Date d'inscription : 07/12/2008

MessageSujet: Re: Casual Sex, par Cynical_Terror et Haylz   Mar 27 Avr - 21:50

ouah c'est chaud *-* et mignon à la fin! J'ai complètement craqué sur cet os

merci beaucoup BTL pour la traduction!!
Revenir en haut Aller en bas
April.
Icone du forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2240
Age : 25
Localisation : Lorraine (54).
Date d'inscription : 28/11/2009

MessageSujet: Re: Casual Sex, par Cynical_Terror et Haylz   Mar 27 Avr - 23:25

Oh, cet OS est tout mignon, j'avais jamais trouvé le temps de le finir et j'ai trop eu tort. J'ai adoré !
J'aime la fin ! *glousse*

Merci de l'avoir traduit n.n
Revenir en haut Aller en bas
Bounty
Baronne du Forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3223
Age : 27
Localisation : Fin de la terre (ahah)
Emploi/loisirs : Etudiante et inutile à plein temps
Humeur : à la chaussurophilie
Date d'inscription : 08/11/2008

MessageSujet: Re: Casual Sex, par Cynical_Terror et Haylz   Mar 27 Avr - 23:48

Merchiiiiiiii *-*

Il était trop cool :'D j'ai vraiment bien aimé l'histoire merci !!! *-*
Revenir en haut Aller en bas
http://bountyaoi.skyrock.com
Mimipotter
Inrattable
avatar

Féminin
Nombre de messages : 936
Age : 24
Localisation : Neuf-trois sisi !
Emploi/loisirs : Etudiante
Humeur : Variable
Date d'inscription : 14/11/2008

MessageSujet: Re: Casual Sex, par Cynical_Terror et Haylz   Mer 28 Avr - 0:53

Duuuuuuuuuh la fin est trop mignoooooone *amoureuse*
J'ai adoré ! <3
Bravo pour la traduction !
Revenir en haut Aller en bas
Anne -Chaa*
Comtesse du Forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4099
Age : 23
Localisation : Lille. (59)
Emploi/loisirs : Yaoiste
Date d'inscription : 12/11/2008

MessageSujet: Re: Casual Sex, par Cynical_Terror et Haylz   Mer 28 Avr - 15:37

Hannn, putain, je sais même pas quoi dire, sérieux. J'ai juste trop trop trop aimé, c'était génial !
Le relation des jumeaux, la façon dont leur histoire évolue, et c'était trop hot et putain quoi *o*
J'avais commencé à lire en anglais mais merci d'avoir traduit, j'avais pas le courage de continuer et je serais vraiment passée à côté de quelque chose !
<3.
Revenir en haut Aller en bas
lel_chan
Marquise du Forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4930
Age : 27
Localisation : Derrière toi
Emploi/loisirs : Psycho / ToHo / Dodo.
Humeur : Tèje.
Date d'inscription : 23/10/2008

MessageSujet: Re: Casual Sex, par Cynical_Terror et Haylz   Ven 7 Mai - 22:49

OH MON DIEU !!!!

Putain... ouais !! J'aime parfaitement les personnages, ils sont tellement réels, tellement ce qu'on pourrait penser, et je,même si j'en ai marre de Bill soumis, et Bi avec Tom hétéro, juste, wow, juste, merci ! <3
Quelques erreurs qui ne m'ont pas gaché la lecture cependant (juste des fautes de temps mais je suppose que j'en fais plus que quiconque alors je me tais xD)

Encore merci **
Revenir en haut Aller en bas
http://www.otaku-fanfic.skyblog.com
Manue
Intégrée
avatar

Nombre de messages : 59
Age : 28
Date d'inscription : 23/10/2008

MessageSujet: Re: Casual Sex, par Cynical_Terror et Haylz   Mer 26 Mai - 15:44

Je viens de relire (encore une fois) cet os et bon cette fois je peux pas m'empêcher de te laisser un petit com.
Franchement merci pour la trad, ce texte est juste énorme.
J'ai adoré du début à la fin. Leur évolution est juste trop. J'aime le Bill qui veut prendre soin de Tom et qui veut le voir heureux avec quelqu'un. Et j'aime le Tom "sage" qui veut rester près de Bill parce qu'il l'aime mais qu'il ne pense pas que ce soit réciproque. J'adore aussi la manière dont il fait sa déclaration, la tête entre ses fesses c'est trop fort !
Superbe OS, trop merci pour la trad !!
Revenir en haut Aller en bas
MBF
Donne son avis
avatar

Féminin
Nombre de messages : 194
Age : 22
Localisation : Québec ~ Canada.
Date d'inscription : 30/08/2010

MessageSujet: Re: Casual Sex, par Cynical_Terror et Haylz   Dim 3 Oct - 6:12

Ok je viens de lire l'OS parce que j'étais à cours de Bonne lecture et maudit que c'était bon,chaud,cute.
J'ai aimé du début à la fin et en plus c'est un Long OS vraiment plaisant à lire.
La mannière dont Bill veut absolument prendre soin de Tom en le casant pour une nuit est vraiment adorable quoique bizarre je me vois pas caser mon frère pour une nuit. xD
Mais eux c'est eux et c'est ce qui fait que l'histoire est bonne les eux de la fiction sont juste trop mignon.
C'était évident qu'ils allaient finir par coucher ensemble et j'attendais juste ce moment avec impatience comme j'attendais enfin le moment où ils allaient s'avouer leur amour réciproque. Smile
En tout cas merci pour la trad c'était vraiment bon! ^^
Revenir en haut Aller en bas
http://meinbestefiktion.skyrock.com/
Zidou
Ptite Nouvelle
avatar

Féminin
Nombre de messages : 11
Age : 24
Humeur : Heureuse
Date d'inscription : 09/10/2010

MessageSujet: Re: Casual Sex, par Cynical_Terror et Haylz   Dim 10 Oct - 23:06

OMG...=O
Mais vraiment, vraiment trop bien...*O*
J'adoreuuuuuuuuuuuuuuuuuuuhhhhhh...*ç*
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Casual Sex, par Cynical_Terror et Haylz   

Revenir en haut Aller en bas
 
Casual Sex, par Cynical_Terror et Haylz
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 7'-CASUAL T-HANDS OFF-82-56 HOPEROAD REC
» LP-CASUAL-T-PRESCRIPTIONS FOR LOVE-82-RITA MARLEY MUSIC
» LP'-CASUAL-T-PRESCRIPTIONS FOR LOVE-1982-RITA MARLEY MUS
» Casual-T : They'll Never Let My Heart Stop (1982)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Between The Lines :: Traductions-
Sauter vers: