AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Vacancières] OS # 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sasha
Geek
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1633
Age : 28
Localisation : Paris xD
Humeur : So choqued :O
Date d'inscription : 22/10/2008

MessageSujet: [Vacancières] OS # 4   Mar 13 Oct - 22:28

« J'ai juste dit qu'il ne suivait pas le rythme », soupira Patrick, roulant des yeux comme s'il était exaspéré. En réalité, il souriait intérieurement, Gustav semblait fulminer, sa mâchoire serrée, ses mains formant des points si ajustés sur ses baguettes que ses doigts lui faisaient mal.

« Je fais le putain de rythme », cracha-t-il. Bill couina en posant le dessous de son menton sur le bout de son micro. Il détestait ce genre de situation.

« Alors peut-être que », il se stoppa, la commissure de ses lèvres se haussant légèrement pour former un petit sourire. Gustav eut juste envie de le frapper pour le faire disparaître, afin qu'il gémisse de douleur et que son visage se torde de souffrance. « Tu devrais mieux le faire, ton rythme ».

Les yeux du batteur se plissèrent, ses narines se dilatant. « Je joue parfaitement bien cette chanson », tenta-t-il de dire le plus posément possible.

« C'est vrai », lança Tom et tout le monde se retourna vers lui. « Sérieux Pat, tu devrais la fermer des fois ». Il coinça son médiator entre ses dents pour accorder une des cordes de sa guitare. « En plus », continua-t-il, «On est supposé être un groupe hein, on est censé se supporter et blablabla. Alors, vous arrêtez les mecs, ok? »

« Je suis d'accord avec Tom », lança Bill précipitamment.

Gustav se leva et alla vers Tom. « C'est lui merde, moi je fais rien », grogna-t-il. « Le putain d'imbécile. »

« Je t'entends hein » Patrick haussa un sourcil vers lui, faisant mine de lui demander s'il pensait vraiment qu'il ne l'entendrait pas alors qu'il se tenait à un mètre de lui ou si plutôt il avait vraiment voulu l'insulter.

« Peu importe », siffla Gustav, allant se rasseoir sur son tabouret et tentant de faire semblant que Patrick ne l'enrageait pas.

Il était petit, plus petit que la moyenne – les jumeaux, même s'ils étaient plus jeunes, le dépassaient d'une bonne dizaine de centimètres. Patrick ne le prenait jamais au sérieux, Patrick était plus grand, plus carré et plus vieux.

Gustav détestait Patrick et il se jura que si un jour Devilish obtenait un contrat avec une maison de disque, la basse de leur album ne serait pas jouée par lui.

***

Gustav longea les corridors de son conservatoire, se dirigeant vers son casier. Il y déposa son sac, prenant avec lui ses cahiers. Il tourna la tête quand il aperçut du coin de l'œil un garçon ouvrir le casier à sa gauche. Il haussa un sourcil, ce n'était pas le même que d'habitude. Normalement, c'était un grand maigre aux cheveux bruns. Il s'appelait Nicolas, enfin il ne savait pas trop, mais ça n'était définitivement pas ce garçon.

Il le fixa lorsqu'un de ses livres tomba sur le sol, le faisant sursauter presque violemment. « Putain », grommela-t-il alors que son cœur tapa furieusement contre sa poitrine. Il le ramassa et se releva pour le déposer dans son casier. Il tourna à nouveau la tête discrètement vers l'inconnu. Les lèvres de ce dernier se courbaient en un léger sourire et sans se retourner vers Gustav, il dit: « Si tu arrêtais de me fixer, tu pourrais peut-être faire plus attention à ce que tes affaires ne tombent pas. »

Le blond sentit la peau de ses joues se réchauffer alors qu'il rougissait, le quittant immédiatement des yeux pour fermer la porte de sa case.

« Je m'appelle Georg », rigola l'autre élève et Gustav hésita lorsqu'il le vit lui tendre sa main.

« Gustav », murmura-t-il en la serrant.

« Tu te demandais sûrement qui j'étais, hm? », demanda-t-il en haussant un sourcil, souriant toujours.

« Non! Enfin, si, enfin, avant c'était un autre mec qui, enfin, avait ton casier, enfin je veux dire- », il s’interrompit lui-même, se trouvant ridicule.

« Je suis nouveau », répondit Georg simplement, ne semblant pas se moquer de la gêne de Gustav.

« Bienvenue...je suppose », dit-il. Georg resta face à lui et il déglutit. Il ne savait vraiment pas quoi dire. « Tu joues de quel instrument? », finit-il par demander, parce que c'est ce qui lui semblait le plus logique à demander à un élève étudiant dans un conservatoire de musique.

« Je joue de la basse », sourit-il. «Toi?»

« Batterie ». Georg ne bougea toujours pas et Gustav ne se sentait pas à l'aise. Les gens ne venaient habituellement pas lui parler.

« Cool », répondit le brun. « T'as un groupe? »

« Ouais, enfin rien de sérieux. Et toi? »

« J'en avais un. »

« Hm? »

« Les deux autres ont abandonné. »

« C'est nul », dit Gustav, son visage se crispant en une moue désolée.

« Ouais », répondit Georg, haussant les épaules. « Je me retrouve au statut de bassiste seul qui se cherche un groupe », rigola-t-il. « Bref, je vais y aller. On se reparle un de ces jours », dit-il et Gustav fut surpris de voir qu'il attendait une réponse avant de partir.

Il s’appuya dos au casier, soupirant longuement. Puis, ses yeux s’écarquillèrent. « Oh merde ! », s’exclama-t-il presque, tournant la tête pour voir Georg disparaître. Il sourit à lui-même, la paume de sa main posée sur son front. Il était bassiste et surtout il n’avait pas de groupe.

Pour la première fois de sa vie, Gustav crut au fait que le destin nous emmenait parfois à la rencontre de choses ou de personnes pour des raisons précises.

***

Gustav pouvait prétendre qu'il n'était pas nerveux, que ce n'était pas la présence de Patrick qui lui faisait ouvrir puis fermer la bouche depuis environ deux minutes. Mais dans ce cas, il mentirait. En réalité, son dos était humide tellement le stress le faisait transpirer. Il n'arrivait pas à aller droit au but afin de dire aux autres pourquoi exactement il leur avait demandé de venir chez lui alors qu'ils n'étaient pas supposés avoir une répétition ce jour-là.

« Gus? », appela Tom, ses sourcils se fronçant.

« Hm? Qu'est-ce qu'il y a? », demanda-t-il.

« C'est plutôt à toi qu'il faudrait poser la question » lança Patrick.

« Oh ». Il rigola nerveusement. Il se sentait vraiment idiot. « En fait, j'ai quelque chose à vous dire », dit-il.

« Oh! Pour de vrai? Genre, sérieusement? », s'exclama ironiquement Patrick. « Genre, tu nous as pas invité pour qu'on cuisine des cookies ? » ajouta-t-il et toute la nervosité qui s'était emparée de Gustav disparue et il roula des yeux.

« Non, tu vois, il nous reste plus de sucre, dommage hein. Mais peut-être que- »

« C'est bon! » coupa Tom. « Putain de merde! »

« Désolé », répondit Gustav et Patrick regarda juste ses mains. Tom plissa des yeux vers lui. Il ne l'aimait pas vraiment. En fait, personne dans le groupe n’appréciait vraiment l'adolescent, mais ils avaient besoin d'un bassiste et pour le moment Patrick était le seul disponible.

« J'ai rencontré quelqu'un », annonça-t-il.

« Ahh, tu as enfin une petite amie, comme c'est mignon ! »

Gustav lui lança un regard noir. « Un bassiste », dit-il.

« Wow, cool...et on avait besoin de se donner rendez-vous pour ça? »

« Peut-être que si tu me laissais finir, je pourrais mieux expliquer...à Bill et à Tom », répliqua-t-il en se tournant vers ces derniers. « Même si ça te concerne aussi », grogna-t-il.

« Explique-nous », dit Tom, sur un ton qui lui disait d'ignorer Patrick. Gustav sourit.

« Un nouveau au conservatoire, il est bassiste et il n'a plus de groupe. »Il prit une longue inspiration. « Je veux qu'il nous rejoigne », expira-t-il rapidement.

« C'est quoi cette merde ?! », s'exclama Patrick.

« Je te parlais pas, Pat. »

« Quoi? T'es pas sérieux là? »

« Est-ce qu'il est bien ? », demanda Bill et le bassiste écarquilla des yeux, se retournant vers lui. Le brun ne soutint pas son regard.

« Vraiment », mentit Gustav. Enfin presque, il ne l'avait jamais réellement entendu jouer. Bill et Tom s'échangèrent un regard, semblant réfléchir.

«Vous devez plaisanter là! », rigola Patrick en posant sa main sur son front, incrédule. Personne ne lui répondit et Gustav continua juste de sourire.

« Bill et moi voulons bien le rencontrer », répondit simplement Tom.

« Putain » Patrick les regarda un à un. « Vous savez quoi? Je dégage et si votre petit bassiste n'a pas le cinquième de mon expérience, alors tant pis pour vous et allez juste vous faire foutre. »

« Tu quittes le groupe?! » s'exclama Tom, se relevant. « Tu peux pas- »

« Mais putain que je peux! Regarde, c'est même ce que je fais. » Il se dirigea vers les escaliers. « J'aurais du faire ça plus tôt », lâcha-t-il dédaigneusement en les montant.

« Merde! » Tom s'avachit sur le sofa et geignit. « Merde », répéta-t-il. « On fait quoi là? On voulait juste...le voir ton bassiste, comparer...merde, je sais pas. Merde. »

« Peut-être qu'il sera mieux que Patrick », dit Bill, posant sa main sur l'épaule de son frère.

« Peut-être », répondit Tom, se tournant vers lui.

« Gus, t'es certain qu'il est vraiment bien? », demanda-t-il et Gustav déglutit en voyant son regard, presque implorant. Il ne répondit pas.

« Gus? »

« En fait...j'ai, je l'ai jamais vrai-vraiment enten- »

« Quoi! », cria Tom et Bill plaça sa main sur son avant-bras. « Tu plaisantes hein? S'il te plait, dis-moi que tu plaisantes? »

« Je suis sûr qu'il joue bien. Tom, j'en suis certain, je... », gémit-il, ne terminant pas sa phrase.

Tom rejeta la tête, passant la main sur son visage. « Gus, tu sais que je t'aime bien mec, hein? Mais j'ai réellement envie de te frapper là », dit-il, sa jambe gauche tremblant alors qu'il tapait du pied. Gustav tourna la tête vers Bill, son expression montrant son inconfort et sa culpabilité et le brun articula silencieusement un « T'inquiète pas ».

« Tom, je...merde, tu sais que j'arrivais plus à supporter, s'il dégageait pas j'aurais fini par le faire! » Il ne le pensait pas entièrement, parce qu'il savait qu'il n'aurait jamais réellement quitté le groupe, mais Patrick avait amené sa patience et sa résistance à un tel niveau qu'il avait du mal à pleinement apprécier la passion qu'il avait pour la musique, sa batterie et le groupe.

« Je sais, je sais », souffla Tom.

« De toute façon, ça peut pas être mauvais », commença Bill et il sourit grandement, se levant. « Ça va être bien. On vit des choses en tant que groupe qui nous mèneront à notre objectif. Ce...ce qui vient de se passer, c'est juste une de ces choses ». Bill avait toujours été optimiste en ce qui concernait le groupe et son avenir en tant que chanteur depuis qu'il était petit. C'était clair dans son esprit, ils seraient célèbres un jour. Ce n'était pas un rêve à ses yeux, c'était sa réalité, son futur.

« J'espère », dit Tom, se levant également.

Ils passèrent le reste de l'après-midi dans le sous-sol de Gustav à regarder une chaîne musicale. Gustav lança un regard discret aux jumeaux à un moment et sourit pour lui-même. Ils étaient trois à nouveau et pour une raison qu'il ne parvint pas à expliquer clairement il sentit que cela annonçait quelque chose de vraiment bien.

***

Cela devait faire au moins quinze minutes que Gustav attendait, adossé à son casier. Il attendait Georg et il finit même par se demander si ce dernier allait finir par arriver. Peut-être qu'il était malade, pensa-t-il ou peut-être qu'il avait séché les cours pour glander avec sa petite amie. Il soupira, regardant sa montre à nouveau.

Il était si perdu dans ses interrogations à savoir où pouvait bien être l'adolescent qu'il ne le remarqua pas lorsqu'il arriva. C'est seulement au moment où il l'entendit ouvrir sa propre case qu'il se retourna rapidement vers lui.

« Putain! T'es en retard », s'exclama-t-il.

Georg se retourna vers lui et haussa un sourcil.

« Et...en quoi ça te concerne? », demanda-t-il, commençant à chercher un de ses cahiers. « J'ai pas cours avant cet après-midi de toute façon », continua-t-il, ne regardant pas Gustav. « Désolé », répondit celui-ci. « Je...je t'attendais », dit-il, rougissant malgré lui.

« Oh ». Georg se tourna vers lui et il sourit en coin. « Mignon », rigola-t-il.

Les yeux de Gustav s'agrandirent lorsqu'il croisa le regard moqueur de Georg. « Non! », s'exclama-t-il. « Je t'attendais pas pour...mon dieu, non! »

L'aîné sourit encore plus.

« Je promets », dit Gustav. « C'est à propos de mon groupe. »

Le regard de Georg démontra son incompréhension et Gustav continua: « On a besoin d'un bassiste. »
« Oh ». Georg rigola. « Oh. »

« Oh ouais? »

« Oh, en quoi ça me concerne ? »

« Fais pas l'ignorant! », lâcha Gustav. « Je veux dire...t'es bassiste, non? Et t'as pas de groupe d’après ce que tu me disais? »

« Je vois. »

« S'il te plait. »

« Je sais pas », répondit Georg en souriant, faisant mine de réfléchir.

« Allez, je sais que t'as envie de dire oui. »

« D'accord, je veux bien essayer » finit par souffler Georg. « Comment veux-tu qu'on s'arrange? », demanda-t-il en fermant la porte de son casier.

« On a une répétition demain, après les cours. T'as qu'à venir. »

« Ouais, ok, parfait. »

Gustav sourit grandement et sortit un bout de papier et un stylo de son sac et y griffonna son numéro de téléphone.

« Tiens », dit-il, le tendant à Georg.

« Merci », répondit ce dernier. « À plus », dit-il et il partit en le saluant.

***

Tom, Bill et Gustav se retrouvèrent à nouveau dans le sous-sol de ce dernier le lendemain, leurs instruments avec eux cette fois-ci. Gustav était assis sur son tabouret et arrangeait ses cymbales, Tom était avachi sur le sofa et grattait ses cordes presque de façon absente et Bill écoutait son lecteur CD, fredonnant.

« Il devrait arriver », lança Gustav.

« J'espère qu'il va arriver », grommela Tom et Bill hocha la tête au rythme de la musique qu'il écoutait.

Ils entendirent sonner quelques minutes plus tard et Gustav se leva. « Tu vois », dit-il.

Les jumeaux attendirent un instant et ils les virent descendre. C'était assez étrange, non pas qu'ils étaient embarrassés, mais ils ne savaient pas trop comment se comporter. Tout ce qu'il y avait de certain était que Gustav avait proposé Georg pour prendre la place de bassiste dans leur groupe et alors qu'ils le virent apparaître, toute la situation semblait encore plus réelle.

« Hey », osa Tom, brisant le silence. Son regard et celui de Georg se rencontrèrent et l'aîné sourit. « Salut », dit-il. Bill le fixait longuement, pensant être discret alors qu'il ne l'était pas du tout.

« Moi c'est Georg. »

« On sait. Gustav nous a parlé de toi », murmura Bill et Georg se tourna vers le batteur, haussant un sourcil.

« Ouais », commença Tom. « Tu veux être notre nouveau bassiste à ce qu’il parait ». Il tentait de garder un ton neutre, légèrement ferme tout de même, mais en vérité il ne pouvait s'empêcher d'être légèrement intimidé, un peu comme lorsqu'il avait fait la rencontre de Patrick. Georg semblait plus vieux - il l'était certainement- et Tom souhaita pendant un moment que ça ne soit pas un de ces mecs étranges que lui et Bill pouvaient voir fumer des joints lorsqu'ils allaient traîner au skate parc.

« On m'a juste proposé hein », rigola-t-il en levant les mains. « Alors, vous voulez qu'on fasse ça comment, je dois jouer un morceau pour que vous soyez assurés que je suis pas trop nul ? », plaisanta-t-il et Tom sourit légèrement. Bill fronça les sourcils et Gustav lança:

« Ouais, c'est à peu près ça je crois. »

« Ouais », ajouta Tom. Son regard parcourra la pièce et il décida d'aller s'asseoir sur le sofa du sous-sol.

« Ça me va », répondit Georg, haussant des épaules. Il sortit sa basse de son étui et Tom se reteint de dire qu'il la trouvait vraiment bien.

Bill croisa les bras sur son torse et Georg se mit à jouer. Il semblait concentré, le regard fixé sur ses mains. Il émanait de lui, tout de même, une certaine aisance, le poussant à jeter quelques coups d'œil aux trois autres. Gustav et Tom échangèrent un regard, souriant.

« Alors? », demanda Georg, s'arrêtant. Il passa sa main sur sa nuque et semblait presque appréhender leur réponse.

« C'est bien...ouais, c'est vraiment bien », répondit Tom, tournant la tête vers Bill. Ce dernier fixait toujours le bassiste, ne semblant pas être aussi convaincu que les deux autres. Le front de Tom se plissa.

« Bill? », murmura-t-il à son oreille après s'être dirigé vers lui.

« Oh. Tom », répondit-il en se retournant vers son frère. « Il est bien », dit-il, ses épaules se haussant alors que son regard quittait celui de Tom.

« T'es sûr? », demanda ce dernier.

Il hocha la tête.

« Bill... »

« Quoi? »

« Rien, juste...on dirait que tu l'aimes pas vraiment », dit-il, grimaçant.

« Je ne mens pas! », s'exclama presque Bill.

« J'ai pas dit ça! Juste - »

Le batteur leur lança un regard disant que leur échange n'était pas aussi silencieux qu'ils le pensaient. Georg, quant à lui, jouait nerveusement avec les minces cheveux tombant sur sa nuque. « Je l'aime pas », murmura Bill à l'oreille de Tom, sa main se posant sur son épaule et ses doigts se pressant durement contre elle.

« Tu ne le connais pas », répondit Tom à son oreille également, agacé.

« Pourquoi est-ce que tu le défends? »

« Je ne- », Tom se coupa, soupirant. « Bill, sérieux, on a pas le choix. Je comprends pas pourquoi tu ne l'aimes pas, il a l'air sympa. »

« Première impression », grogna Bill et Tom ne répondit rien.

« Il va faire parti du groupe », dit-il après un moment. « Peu importe », souffla-t-il, se retournant vers Gustav et Georg. Bill fit de même et il était en train de couper un de ses ongles avec ses dents.

« Bienvenu dans le groupe j'imagine », annonça Tom avec un sourire. Georg laissa échapper un soupir et il sourit également. « Génial », souffla-t-il.

Gustav se sentait soulagé et fier. Il n'avait finalement pas causé de tord au groupe et Georg était un bon bassiste. « Va falloir qu'on te donne nos tabs si on veut que tu puisses pratiquer avec nous » dit-il.

« J'ai une copie de celles de Pat chez moi », lança Tom.

« Oh! Ok, parfait, hm, je passe les chercher chez toi ou...? »

« Nan, de toute façon faut que j'aille en ville demain, passe-moi juste ton adresse », répondit Tom.

« Tom, faut qu'on rentre », dit Bill à l'oreille de son frère, après s'être approché de lui et avoir tiré sur son T-shirt pour attirer son attention.

« Oh merde, c'est vrai », grogna Tom.

« Qu'est-ce qu'il y a? », demanda Gustav.

« Rien, faut qu'on rentre, notre mère fait une exposition et elle veut qu'on y soit », répondit-il, soupirant. Il ne l'admettra jamais, mais en vérité, Tom aimait bien les expositions de sa mère.

« Sympa », rigola Georg et Bill plissa des yeux vers lui.

« Ça l'est », dit-il et le bassiste fronça des sourcils.

« J'ai jamais dit que ça ne l'était pas. »

« Ouais, mais t'étais en train de rire! », s'exclama-t-il et Tom écarquilla des yeux dans sa direction.

« Il riait de maman! », cria-t-il presque, les bras le long du corps, ses poings durement fermés. Bill n'avait pas ce genre de réaction en public, pas même devant Gustav. Il lui arrivait de s'emporter, mais cela arrivait uniquement lorsqu'il était chez lui. Il agissait parfois comme ça avec Tom, entre autre.

« Mais je- » Georg ne termina pas sa phrase.

Tom grogna, se saisissant du poignet de son frère et commença à marcher vers la salle de bain du sous-sol de Gustav. « Excusez-nous », marmonna-t-il. Il ne tira même pas sur Bill, ce dernier le suivit juste.

« Bill! », s'exclama-t-il lorsqu'il eut fermé la porte derrière-lui.

« Quoi? », grogna Bill, croisant ses bras sur son torse.

« Tu sais très bien quoi! Juste donne-lui une putain de chance, tu dois le faire, il fait parti du groupe, tu comprends ça? Merde, je ne sais même pas pourquoi tu agis comme ça avec lui ! »

« Il s'était moqué - »

« Oh commence pas, il s'était pas moqué de maman! Maintenant, on va rentrer à la maison et la prochaine fois qu'on répète, n'aie pas ce genre de réactions, ok? »

Bill hocha la tête, la baissant par la suite. « Ok », murmura-t-il, ses mains se cramponnant à son jean. Il détestait lorsque Tom se fâchait contre lui, ça lui arrivait rarement mais ça lui faisait toujours se sentir horriblement mal.

Tom soupira et sortit de la salle de bain, Bill le suivant. Gustav et Georg étaient assis et discutaient. Ils semblaient bien s'entendre remarqua Tom et ses sourcils se froncèrent.

« On va y aller », dit-il.

« Oh, ok », dit Gustav et Georg lui, se leva.

« Attends, je vais te donner mon adresse », dit-il en se dirigeant vers Tom. Il mit sa main dans sa poche et en sortit un stylo.

« Hm... », ses yeux parcoururent la pièce à la recherche de quelque chose pour écrire et Tom devint légèrement nerveux, sans réellement savoir pourquoi.

« Tiens », dit-il en tendant sa main vers Georg et ce dernier lui envoya un regard interrogateur. « Écris-là », dit-il, dégageant la paume de sa main.

« Oh ». Georg se saisit de la main de Tom et il commença à écrire dessus, appuyant à certains endroits légèrement plus fort, tant la main de Tom était moite, l'empêchant d'écrire lisiblement. Le guitariste déglutit et Georg finit par lâcher sa main. « Voilà », dit-il.

« Merci », murmura Tom et il jeta un coup d'œil à sa paume.

« J'ai laissé mon numéro. Appelle-moi s'il y a quelque chose. »

« Ok », répondit Tom. « Alors, hm, on se voit à la prochaine répet’ », dit-il avec un petit sourire et il se retourna, montant les escaliers pour quitter le sous-sol.

Bill et Georg s'échangèrent un regard, celui de Bill mauvais et Georg roula des yeux cette fois-ci, soupirant. « Peu importe », se dit-il. Il n'avait rien fait de mal et si ce garçon- il ne savait toujours pas son prénom- en avait après lui, il s'en fichait à présent.

Bill rejoignit Tom et Gustav et Georg se retrouvèrent seuls.

« Tu veux jouer une partie de Nintendo? », proposa Gustav et Georg haussa les épaules. « Pourquoi pas », sourit-il.

Bill et Tom prirent le bus pour rentrer chez eux. Ils s'assirent côte à côte, mais ne se parlèrent pas.

« Désolé », murmura Bill alors que Tom regardait par la fenêtre.

« C'est ok », répondit-il, se retournant vers son frère, souriant et Bill l’imita, timidement.

***

Tom était dans sa chambre où le désordre régnait, cherchant les tablatures qu'il devait amener à Georg aujourd'hui.

« Foutues tabs », grogna-t-il et il enleva d'un coup sec les draps de sur son lit. Il posa sa main sur son front, grognant. Pourquoi aurait-t-il rangé la copie des tablatures de Patrick sur son matelas? Il les cherchait depuis une demi-heure et il ne pensait plus réellement, tout ce qu'il savait c'était qu'il allait arriver en retard chez Georg s’il ne les trouvait pas bientôt. Et Tom détestait être en retard.

Il sortit de sa chambre, frustré, et alla au salon, où se trouvait Bill. Son frère était assis sur le canapé, un coussin dans ses bras et ses cuisses remontées contre lui.

« Bill », appela-t-il et son frère ne détacha pas son regard de l'écran de la télévision. « T'as vu les tabs ? »

« Je sais pas où tu ranges tes tabs, Tom », répondit-il, levant les yeux au ciel, se retournant vers Tom cette fois-ci.

« Peut-être. J'avais pensé que, ugh, peu importe. » Il entendit la porte de la maison s'ouvrir, voyant sa mère entrer et il marcha en sa direction.

« Maman! T'aurais pas vu mon cahier avec mes tabs? »

« Bonjour Tom! Oh j'ai passé une excellente journée et toi ça va? », répondit Simone et elle passa à côté de Tom pour aller à la cuisine et déposer sur la table ses sacs de courses.

« Maman! », geignit-il. « J'en ai genre, vraiment, vraiment besoin ! »

« Je sais pas », soupira Simone, commençant à ranger les aliments dans le frigidaire. « T'as regardé dans les tiroirs de ton lit ? », demanda-t-elle, s'étirant pour pouvoir ranger un paquet de pâtes dans le haut d'une armoire.

« Oh! Ouais! Merci 'man! » s’exclama-t-il et il courût à nouveau vers sa chambre. Il s'agenouilla face à son lit et ouvrit le tiroir du milieu. Il soupira puis sourit lorsqu'il aperçut un cahier vert, plusieurs feuilles débordant de celui-ci. Tom avait appris comment jouer les chansons de leur groupe depuis longtemps - il en avait composé presque la totalité - et ne s'était jamais réellement servi de ce cahier, même si l'apparence usée de ce dernier pouvait laisser croire le contraire.

Il le saisit et referma son tiroir, se relevant. Il se dirigea rapidement vers l'entrée de la maison, où ses chaussures se trouvaient et il les mit.

« Je sors! », cria-t-il et il vit sa mère arriver, une serviette dans les mains alors qu'elle se les essuyait.

« Tu vas où? », demanda-t-elle.

Tom soupira. « Chez un ami, je dois lui remettre un truc. »

« Oh. Ok alors, rentre pas après le souper », répondit Simone, se retournant pour se diriger à nouveau dans la cuisine.

***

Tom avait retranscrit l'adresse de Georg sur un morceau de papier pour ne pas la perdre. Les environs où habitait le bassiste lui étaient familiers et il n'eut aucune difficulté à trouver sa maison.

Il attendit un moment avant de sonner lorsqu'il se retrouva devant sa porte. Georg vint lui répondre assez rapidement, surprenant Tom.

« Hey! »

« Salut », répondit Tom et il y eu un léger silence. « Hm », Tom tendit le cahier. « Tiens », dit-il.

« Oh, merci! », dit Georg, prenant le cahier des mains de Tom. Ce dernier hésita un moment et alla pour se retourner et partir.

« Hey, attends! », lança Georg.

« Ouais? »

« Tu peux rentrer si tu veux », rigola-t-il. « Je veux dire, t'as fait tout le chemin et tout. Oh, à moins que t'aies un autre truc à faire, t'avais dit que tu devais aller en ville, uh? »

« Oh. » Tom se sentit nerveux et il réajusta son baggy autour de sa taille d'une main. Il n'avait pas vraiment prévu quelque chose, il l'avait juste dit, comme ça. « Non, non », répondit-il. « J'ai rien de prévu, enfin, je veux bien rentrer. » Il se sentit stupide d'être aussi nerveux. Tom pouvait parfois devenir nerveux lorsqu'il rencontrait des personnes qui lui étaient inconnues, mais pas à ce point.

Georg se retourna et pénétra dans sa maison, Tom le suivant, légèrement mal à l'aise. Il continua de suivre Georg alors que ce dernier se dirigeait vers sa chambre. Il jeta quelques coups d'œil autour de lui. La maison était jolie, pensa-t-il.

« Désolé pour le bordel », marmonna Georg lorsqu'il arriva dans sa chambre. Tom hésita encore une fois, c'était étrange pour lui d'entrer dans la chambre d'un garçon qu'il connaissait à peine.

« La mienne est pas mieux », dit-il, rigolant faiblement et Georg lui sourit. Le bassiste se dirigea vers le coin de chambre et prit sa basse de son socle. Il alla sur son lit et s'y assit, prenant le cahier que Tom lui avait apporté et le posant sur ses cuisses. Il l'ouvrit et feuilleta les pages, ses yeux se plissant alors qu'il se concentrait à lire les tablatures qui y étaient. Ses doigts se posèrent sur les cordes de sa basse et il joua les notes.

Tom se balança légèrement sur ses pieds, regardant Georg. Ce dernier finit par relever la tête pour lui. « Oh désolé. » Il hocha la tête vers la chaise de son bureau. « Tu peux t'asseoir », dit-il.

Tom se dirigea vers la chaise et la retourna, de façon à être assis face à Georg. Les yeux du bassiste parcoururent encore une fois les notes et il joua à nouveau.

« C'est sympa », dit-il. « Vous êtes vraiment bien pour votre âge ». Il sourit et Tom rougit presque. « T'as onze ans, non? »

« Douze et demi », répondit-il. « Merci ».
« Je...j'aime ta basse », murmura-t-il presque. Il l'aimait bien, vraiment. Elle était définitivement plus belle que sa vieille guitare, mais il préférait tout de même sa guitare. C'était la sienne et il l'aimait encore plus que n'importe quel autre instrument.

« Merci. » Georg se releva et alla reposer sa basse sur son socle. « Bon. » Il referma le cahier et se dirigea vers Tom, se penchant à côté de lui pour le ranger dans un tiroir. Il alla vers son lit à nouveau et s'assit négligemment dessus, reculant jusqu'à ce que son dos aille se coller au mur.

« C'est étrange », dit-il.

« Quoi? », demanda Tom.

« Je sais pas, je veux dire, je fais partie d'un groupe. Et t'es tellement plus jeune que moi. »

« Je suis pas si jeune », répondit-il, son front se plissant. « Et t'es pas si vieux », continua-t-il, son regard croisant celui de Georg. Il se sentit moins nerveux, soudainement.

L'aîné rigola. « Peu importe. » Un silence s'installa et Tom baissa la tête, fixant bêtement ses cuisses.

« Ton frère », débuta-t-il - parce qu'il savait à présent le prénom du chanteur et également qu'il était le frère de Tom. « M'apprécie pas énormément hein? » Il ne semblait pas blessé ou quoique ce soit, juste curieux.

« Je sais plus », répondit Tom, grimaçant. « J'imagine, mais ça devrait lui passer, enfin, je crois. Je veux dire, ouais, Bill est pas du genre à aller vers les gens et tout, mais à moins que tu lui aies fait quelque chose, il n'est pas non plus le genre à pas t'apprécier ». Bill n'avait pas vraiment l'occasion de ne pas apprécier les gens, en fait.

« J'espère », souffla Georg. « Je veux dire, pour le groupe. Et j'ai pas envie de me faire virer parce que le chanteur du groupe ne m'aime pas pour X raison. »

« Tu te feras pas virer », lança Tom rapidement et Georg lui envoya un regard interrogateur. « Bill a pas ce genre de pouvoir dans le groupe, tu sais ». C'était vrai, Tom était plus souvent celui qui prenait les décisions finales, en fait. Plus que son frère du moins, parce que Bill allait toujours lui demander conseil lorsqu'il écrivait des paroles ou trouvait des mélodies et si Tom n'aimait pas ses idées, alors Bill ne se sentait pas assez en confiance pour les chanter. Mais, la plupart du temps, Tom aimait ce que son frère créait.

« On a eu de la chance que Gus' te trouve, vraiment. » Le guitariste le pensait réellement, car il savait à quel point c'était difficile de trouver un bassiste, un bassiste qui en plus accepterait de jouer avec trois jeunes - deux d'entre eux n'étaient toujours pas des adolescents, en plus.

« Je pourrais dire pareil », répliqua Georg. « Sérieusement. Enfin, c'est le destin j'imagine », rigola-t-il et Tom se demanda s'il était ironique ou s'il le pensait vraiment.

« Bref », dit-il, sa voix basse. « T'es nouveau en ville, non? », demanda-t-il après un moment, parce que c'était la seule question qui lui était venue à l'esprit.

« Ouais », sourit Georg. « Comment tu le sais? »

« Gus », répondit Tom, haussant des épaules.

« Ouais, ma mère a obtenu un nouveau poste, alors on a du déménager ici. »

« Ça craint ! », s'exclama presque Tom. « Enfin », se reprit-il. « Laisser tout derrière, je sais pas. » Il forma un poing avec l'une de ses mains et le couvrit de l'autre, baissant la tête à nouveau.

« Pas vraiment », rigola Georg. « Je préfère ici et c'est beaucoup plus pratique pour le conservatoire de toute façon. »

« J'imagine. »

La chambre redevint encore une fois silencieuse et tout ce que Tom put entendre fut sa respiration, calme, mais à la fois légèrement tremblante et sa déglutition. Cependant, ce qui pesait le plus à ses yeux était la présence de Georg qu'il pouvait sentir. Elle lui semblait lourde, presque trop lourde - accablante.

Tom réalisa que ce qui le rendait mal à l'aise était qu'il était dans la chambre de Georg, qu'il était dans sa maison tout simplement en fait. C’était tellement intime d'un côté, car il le connaissait à peine et Tom avait presque l'impression qu'il n'avait rien à faire là.

« Bref », souffla Georg. « Oh merde », rigola-t-il, amenant une main à sa bouche, plaquant sa paume contre celle-ci. Il gloussa et Tom le regarda, confus.

« Qu'est-ce qu'il y a? », demanda-t-il.

Georg hocha la tête vers le dessus de son ordinateur et Tom se retourna, voyant une bouteille de Vodka vide.

« C'est une bouteille de Vodka », dit-il, plissant du front en se retournant vers Georg.

« Je sais », répondit ce dernier et il rit encore plus fort. « Mais...oh merde, t'as aucune idée du nombre de trucs en lien avec cette putain de bouteille ! »

« Comme quoi? », demanda Tom, se redressant sur sa chaise.

« Comme...comme mon pote qui se cogne la tête contre un lampadaire tellement il est bourré », soupira Georg avec un sourire.

« Mon meilleur ami s'est cogné la tête contre un panneau la première fois qu'on s'est bourré », répondit Tom, souriant en coin. Ça avait été il y a six mois et il s'en rappelait toujours parfaitement.

« Non mais, après, y'avait cette fille- femme- je sais plus trop, elle avait genre, vingt ans et il est allé la voir et il lui a demandé son numéro. »

« Elle a dit quoi? », demanda Tom, son sourcil droit se haussant.

« Elle a juste crié quand il lui a vomit dessus. »

« Tu plaisantes? »

« Absolument pas. C'était tellement...mémorable », soupira-t-il, souriant toujours.

« Je peux imaginer ça », répondit Tom.

« Et moi j'imagine que t'as jamais été bourré, petit jeune ! »

« Hey! », s'exclama Tom, « J'ai déjà été bourré », dit-il, comme si c'était quelque chose dont il devait être fier. « Et je suis pas un ’petit jeune’ », grommela-t-il.

« C'est vrai que t'es pas si petit pour ton âge », répondit Georg avec un sourire et Tom savait grâce à ce dernier qu'il le taquinait juste.

« Va te faire foutre », dit-il, avec le même sourire.

Georg rigola, puis soupira et Tom regarda autour de lui pendant un moment.

« Je crois que je vais y aller », dit-il finalement. Il avait l'impression qu'un mur était tombé et il se sentait plus confortable en la présence de Georg. Mais, tout de même, pas assez pour rester traîner avec lui encore longtemps. C'était bizarre, pensa-t-il, parce qu'il ne s'était jamais senti ainsi en la présence de quelqu'un, même avec les personnes qui lui étaient inconnues. Néanmoins, il aimait bien Georg, vraiment.

« Oh », lâcha ce dernier. « D'accord ». Il se redressa hors du lit et attendit que Tom se lève également.

« On se voit à la prochaine répet' j'imagine ? », demanda-t-il lorsqu'ils se retrouvèrent devant sa porte.

« Ouais », répondit Tom. « Chez Gus, Samedi aprème ». Georg hocha la tête.

Ils se firent face pendant un moment et Tom baissa son regard et finit par lancer un petit « Bye ».

« Bye », répondit Georg avec un petit sourire.

Il prit une longue inspiration et expira alors qu'il se retourna, partant. Georg le regarda dans l'encadrement de sa porte un instant avant de lui aussi se retourner et rentrer chez lui.

***

C'était Samedi et ils se trouvaient dans le sous-sol de Gustav. Ils répétaient depuis un moment, le temps de trois chansons pour être précis.

Tom avait observé Georg à quelques reprises, lui lançant des coups d'œil qui se voulaient discrets- pourquoi Tom avait-il le sentiment qu'il se devait de le regarder avec discrétion ? Il voulait savoir comment il jouait, de quelle manière il grattait les cordes de son instrument. C’était une des choses importantes à connaître de lui à ses yeux. Plus il quittait ses propres doigts sur les cordes de sa guitare des yeux pour relever ces derniers vers Georg, plus son regard s'attardait longtemps sur lui. Tom avait toujours aimé contempler les musiciens sur scène et il se plaisait à observer Georg jouer.

Mais alors, il repensa au moment où Patrick faisait toujours partie du groupe et ne se rappela pas avoir été aussi intéressé par le jeu de l'ancien bassiste. Il cessa de regarder Georg et fronça des sourcils alors que la chanson se terminait.

« J'ai envie de jouer Leb die Sekunde », dit Bill, se retournant vers Gustav et Tom.

« Je connais pas encore cette chanson », entendit-il Georg dire.

Bill fit une moue et tourna la tête vers Tom. « Je lui ai apporté les tabs seulement il y a trois jours! », fit ce dernier, les yeux grandement ouverts.

« Peu importe », répondit Bill, croisant les bras sur son torse.

Georg roula des yeux en regardant Bill, grognant. « Tu veux bien arrêter d'être chiant? », grommela-t-il.

« Quoi? », demanda Bill en se retournant vers lui, ses lèvres entr'ouvertes et ses yeux s'écarquillant.

« Oh, mais fais pas style tu vois pas de quoi je parle », grogna-t-il. « T'arrêtes pas de faire- Georg se retint pour ne pas dire ‘T'arrêtes pas d'agir comme ces bitches qui habitent ma rue’- ton chiant. Je t’aie rien fait bordel. »

Bill baissa la tête, son nez se fronçant alors qu'il fit passer son index sous lui.

« Je, je suis pas chiant », dit-il, sa mâchoire se serrant.

« Si, tu l'es », marmonna Georg et il soupira lorsqu'il vit la mine légèrement confuse de Bill. « J'ai rien contre toi », dit-il finalement, réajustant sa sangle sur son épaule. « Mais je t'ai rien fait non plus, alors sérieux, sois juste plus, je sais pas… sympa. »

Bill haussa des épaules, détournant sa tête et murmura un « Désolé. »

« C'est pas grave », souffla Georg. « J'essaierai d'apprendre les autres chansons le plus tôt possible. »

« Mais on fait quoi là? On refait celles que Geo (Gustav et lui étaient devenus bons amis et il l'appelait Geo, au même titre que Georg l'appelait Gus) connaît? »

« Je sais pas », répondit Tom. « On peut toujours en refaire une autre », dit-il en haussant des épaules.

« Va pour une autre alors », dit Georg, se retournant vers Tom, lui souriant et le blond sentit une sensation étrange, inconnue le parcourir.

Ils jouèrent une dernière chanson et même si Tom savait à présent comment Georg jouait, il détourna tout de même son regard vers lui à quelques autres reprises.

***

Georg faisait partie du groupe depuis environ un mois et ils jouaient ce soir dans une sorte de club avec une petite scène.

« T'es nerveux? », demanda Georg alors qu'il restait environ dix minutes avant qu'ils n'aillent sur scène.

« Non », répondit Tom, déglutissant. « Du tout », dit-il et son teint pâlit.

« Je suis nerveux », geignit Bill et Tom ferma les yeux, inspirant et expirant longuement. « Ça va aller », lui dit-il. « Faut pas être stressé. »

Tom était lui-même mort de trouille.

Bill bomba son torse et hocha la tête. « Je dois aller aux toilettes. »

« Dépêche-toi, on monte dans genre sept minutes! »

« Ok! », lança-t-il et il se retourna, marchant rapidement vers les toilettes.

« Gus est où au juste? », demanda Georg.

« Je sais pas », répondit Tom rapidement, mâchouillant sa lèvre.

« T'es putain de stressé », souffla Georg.

« Qu-quoi? Non », bégaya-t-il, sa main se serrant sur le manche de sa guitare. Georg leva les yeux au ciel, souriant en coin. « Tu sais petit jeune (Georg avait continué de l'appeler ainsi même si Tom lui disait toujours d'arrêter) il y a pas de quoi stresser », dit-il, reprenant les mots de Tom.

Ce dernier grogna faiblement. « Je sais. »

« Sérieux », murmura presque Georg. « Tu joues bien et tu joueras bien ce soir. »

« Merci », répondit Tom, le coin de ses lèvres se haussant timidement.

« C'est surtout que si tu foires, c'est tout le groupe qui souffre », taquina Georg.

« Hey! » s'exclama Tom, levant un peu sa main comme pour frapper Georg à l'épaule mais il finit par la baisser n'osant pas le faire car il ne savait pas comment cela allait le faire réagir, s'il allait mal le prendre.

Bill arriva des toilettes et sautillait, agitant les bras d'une manière maladroite, émettant de petits couinements.

Tom haussa un sourcil vers lui « Tu vas gaspiller toute ton énergie pour le concert si t'arrêtes pas de bouger comme ça. »

« On commence dans à peine deux minutes de toute façon. »

« Ouais. » Le cœur de Tom tapait fortement contre sa poitrine. « Merde où est-ce que Gus est passé? »

« Je suis là », lança ce dernier en arrivant derrière Tom.

« T'étais où? »

« Parti m'acheter un muffin », répondit-il, haussant les épaules.

Tom leva les yeux au ciel, soupirant. « Bon, ok les mecs, on y va, on va assurer, d'accord? »

Bill et Gustav hochèrent la tête, se dirigeant vers la scène. Tom alla pour les suivre lorsqu'il sentit la main de Georg agripper son maigre avant-bras. Il se retourna et rencontra le regard du bassiste, rassurant. « D'accord », dit-il et les lèvres de Tom s'écartèrent légèrement. Il se sentit étourdit. Georg finit par le lâcher et alla rejoindre Gustav et Bill. Tom souffla, bombant son torse avec la confiance que Georg lui avait offert et fut le dernier à entrer sur scène.

Et ils furent finalement sur scène- sur la très petite scène- et jouèrent leurs chansons de jeunes amateurs rêveurs et Tom regarda Georg même s’il connaissait son jeu par cœur à présent. Et inversement Georg regarda Tom ce soir-là, leurs regards se rencontrèrent et le guitariste de deux ans et demi son cadet fit éclore quelques papillons dans le ventre de Georg pour la première fois.

***

« Tom! »

Ce dernier se retourna et vit Georg marcher en sa direction. Leur premier concert avec Georg en tant que bassiste dans leur groupe avait eu lieu il y a deux semaines et ils avaient joué ce soir à nouveau sur une autre petite scène de club. Bill et lui s'apprêtaient à quitter les lieux et se faire raccompagner chez eux par leur beau-père.

« Ouais? » Le cœur de Tom lui faisait mal tellement il battait vite et fort et il tentait de faire en sorte que sa voix tremblante paraisse le plus naturelle possible.

« Je, en fait », commença Georg. « En fait il y a une fête qui se donne chez un ami à moi ce Samedi et enfin je me demandais si tu voudrais y aller. » Georg caressait l'arrière de sa nuque, Georg semblait nerveux, hésitant.

« Oh. » Tom tourna la tête et se rappela que Bill avait quitté les lieux avant lui et qu'il devait probablement être dans la voiture de Gordon à l'instant lorsqu'il ne le trouva pas à ses côtés.

Il ne savait pas si ses parents allaient accepter, cela dépendrait de l'heure et du jour de la fête, mais Tom n'allait pas dira ça à Georg.

« Faudrait que je vois si j'ai quelque chose de prévu ce jour-là », dit-il finalement.

« Oh, ok alors, tu m'appelleras? Si tu veux on pourra traîner un peu avant. Enfin si tu veux ouais, si tu veux. » Georg hésitait vraiment et Tom pouvait sentir son intérieur se réchauffer.

« D'accord », répondit-il. « Je...je vais y aller », dit-il. « À la prochaine. »

« Ouais », Georg lui sourit et Tom se retourna, quittant les lieux et il avait eu si chaud que la légère brise fraîche du début de la nuit lui parut presque glaciale lorsqu'elle caressa son visage et ses bras.

Alors qu'ils rentraient chez eux, Bill raconta de manière enthousiaste leur soirée à Gordon, les yeux grands ouverts et teintés d'étoiles alors que Tom sourit faiblement, la tête contre la fenêtre.

***

Tom était présent à la fête que donnait l'ami de Georg. Il n'avait pas vu ce dernier et encore moins son ami. Tom avait un verre de il-ne-savait-trop-quoi dans la main qu'il avait prit sur une table à l'entrée. Il était seul et tout le monde semblait plus vieux.

Un mélange de déception et de lassitude (mais surtout de déception) semblait couler en lui et il posa son verre sur un quelconque meuble qu'il croisa en se promenant parmi les adolescents qui chantaient, dansaient, fumaient et buvaient.

Il était là depuis une demi-heure, il n'avait toujours pas vu Georg et il ne connaissait personne d'autre hormis lui. Il n'aimait pas ça, Tom avait l'impression d'être un coup de pinceau accidentel sur le tableau qui représentait la quarantaine de jeunes de cet endroit.

Il soupira, son soupir ressemblant plus à une plainte qu'autre chose.

« Bonjour », entendit-il et il se retourna. Il y avait cette fille et elle semblait presque plus grande que lui, elle était brune et ses cheveux étaient courts.

« Je m'appelle Julia », dit-elle avec un sourire, gloussant et Tom se demanda si elle était saoule.

« Tom », dit-il.

« Pardon? », demanda-t-elle, haussant la voix, accentuant son ton aigu et Tom grimaça.

« Tom », répéta-t-il, plus fort.

« Oh! » Elle sourit grandement. « C'est mignon », gloussa-t-elle et Tom grogna parce qu'il ne voyait pas ce qu'il y avait de mignon dans son prénom. « Moi, c'est Julia », continua-t-elle.

« C'est joli », répondit-il et elle gloussa encore.

Je m'en fous, pensa Tom.

« Mais c'est que t'as l'air jeune! » s'exclama-t-elle.

Tom respira longuement, légèrement agacé et son regard quitta le visage de Julia. « Je dois aller aux toilettes », dit-il et ne réalisa pas qu'il venait de la couper (« Mais t'es vraiment adora-» avait-elle commencé) parce qu'il ne l'écoutait plus.

Il marcha, encore jusqu'à ce qu'il trouve que cela était inutile et qu'il n'en avait pas envie. Et puis soudainement la musique résonnait de manière trop forte et ses tympans lui faisaient mal, la présence des autres inconnus l'étouffait presque et il ne voulait plus rester dans la maison de l'ami de Georg.

Mais il entendit une voix à nouveau, et elle n'était pas aussi haute et agaçante que celle de Julia, c'était la voix de Georg qui lui disait :

« Salut ». Il se retourna et se demanda s'il se sentait soulagé ou alors encore plus étouffé lorsque son regard se posa sur Georg.

« Salut », répondit-il, baissant la tête.

« Tu t'amuses? », demanda Georg.

Tom regarda un peu autour de lui et haussa les épaules. « Ouais, quand même ». Le front du bassiste se fronça et il s'approcha de Tom. Ce dernier pu sentir son haleine et su qu'il avait bu. Il se sentit stupide lorsqu'il se dit que Georg avait sûrement été en train de se saouler avec les autres jeunes de son âge, qu'il s'amusait alors que lui n'avait fait que se balader dans la maison, en tête à tête avec ses propres pensées.

« T'as envie de partir? », demanda Georg.

« Non! », s'exclama soudainement Tom, même s'il avait envie de lui demander pourquoi l'avait-il invité ici. « Je me sens juste...pas très bien. »

« T'as bu? », questionna Georg, son front se plissant encore plus. Il avait l'air presque idiot et ça fit sourire Tom.

« Non », souffla Tom. Ils restèrent debout face à l'autre pendant un moment et la musique forte de la maison se stoppa d'un coup.

« Qu'est-ce qu'il se passe? »

« J'en sais rien », répondit Georg, ses yeux écarquillés et sa bouche entrouverte. Il était saoul, du moins légèrement.

Et puis, ils virent l'ami de Georg - du moins Georg savait qui il était, mais ce n'était qu'un inconnu quelconque pour Tom- ressortir de la masse de gens alors qu'il se plaça debout sur une chaise. « Les voisins ont appelé la police, vous devez dégager », dit-il et Tom put entendre des grognements et protestations ainsi que le bruit d'une bouteille en verre qui se fracassait au sol.

« Mais! », s'exclama Georg, se retournant vers Tom. « Ça craint », dit-il.

« Ouais », répondit Tom, même si en vérité il se fichait bien du fait que la fête prenne fin. Mais alors il se rappela que la fête n'était pas supposée finir à cette heure et qu'il avait donné rendez-vous à Gordon uniquement à minuit au coin d'une rue. Il regarda sa montre et vit qu'il était à peine vingt-deux heures. Ses parents étaient sortis ce soir et il savait qu'ils n'étaient toujours pas rentrés à l'heure qu'il était.

Les jeunes commençaient à sortir de manière désordonnée de la maison et Georg les suivait, mais il se retourna vers Tom néanmoins.

« Tu viens? », dit-il, pinçant ses lèvres pour retenir un petit rot dans le fond de sa gorge. Tom hocha la tête et marcha vers la sortie, se laissant guider par la vue du pull rouge bourgogne de Georg.

Il avait perdu ce dernier des yeux avant d'arriver à l'extérieur, mais le bassiste l'avait attendu à l'entrée et cela fit sourire intérieurement Tom. Il y avait une voiture de police juste en face de la maison.

« Qu'est-ce qu'on fait ? », demanda Georg et Tom fit passer ses mains le long de ses avant-bras. Il faisait nuit et légèrement frisquet. « Je sais pas », répondit-il.

« J'imagine que je vais devoir rentrer chez moi », dit Georg, grimaçant de manière exagérée. Il était clairement saoul. « Tu vas faire quoi toi? »

Tom grimaça lui aussi. « Je, je sais pas », répondit-il. « Je- ». Il ne voulait pas dire à Georg exactement pourquoi il ne savait pas quoi faire.

« Oh », lança Georg. « Y'a un endroit, vraiment, vraiment, vraaaiment sympa que j'ai découvert en venant habiter ici. » Tom tourna la tête vers lui alors qu'ils marchaient dans une direction qui lui était inconnue. « Tu veux y aller? », demanda Georg, arrêtant ses pas.

« Ouais, ok...si tu veux. », répondit Tom, hochant un peu la tête.

« Suis moi, c'est pas loin d'ici », rigola Georg, commençant à marcher rapidement et Tom se dit que s'il n'y avait pas eu de lampadaires dans la rue, il se serait probablement perdu.

Ils marchèrent quelques minutes et Georg s'arrêta soudainement.

« C'est ici », dit-il. Il y avait un petit chemin et puis des arbres - que des arbres. Tom n'aimait pas la nature, il n'aimait donc pas les arbres ou tout autre chose qui s'y reliait. Georg fit quelques autres pas et Tom le suivit encore, hésitant. Il faisait encore plus sombre à cet endroit, mais lorsque Tom tourna la tête, il put toujours voir la rue et les voitures qui passaient.

« J'aime m'asseoir ici », dit Georg, s'avançant vers un arbre qui avait été déraciné et qui était à présent horizontalement couché sur le sol. Il s'y assit, relevant la tête vers Tom et plaça sa main sur la place vide à sa gauche sur le tronc.

« Viens », lança-t-il. Tom s'avança timidement vers l'arbre et s'assit à côté de Georg. Il serra ses bras autour de son corps, frissonnant à cause du coup de vent froid qui venait de s'abattre sur lui.

« Je » hoqueta Georg. « J'aime composer des trucs ici. » Il mit sa main dans sa poche et en retira une cigarette et un briquet.

« Il m'en reste qu'une (« C'est pas grave », tenta de répondre Tom, mais Georg continua.), on partagera. » Georg plaça la cigarette entre ses lèvres et l'alluma avec le briquet. Il serra ses lèvres sur le maigre cylindre et inspira. Il ouvrit la bouche exagérément et laissa un nuage de fumé à peine visible s'en échapper. Tom rigola.

« J'aime ton rire », dit Georg, hoquetant à nouveau. « Il est mignon. » Julia lui avait dit que son prénom était mignon et ça l'avait agacé, mais que Georg lui dise que son rire était mignon le fit rougir. « Merci », répondit-il.

« T'es mignon en général, en fait », dit Georg, les yeux grands ouverts. « Quand tu joues de la guitare et quand tu l'accordes, c'est vraiment mignon et quand tu fais ton faux dur de grand frère avec, avec Bill, je te jure que t'es putain d'adorable. »

Tom déglutit et n'avait plus froid tout d'un coup, il rougissait tellement que son corps semblait se réchauffer.

« Je suis pas gay, pas gay, pas gay, mais, je te laisserais m'embrasser », dit Georg finalement. Il se pencha vers Tom et son souffle chaud, son haleine alcoolisée et de fumeur frappèrent son visage. Son regard était lourd. « Je suis pas gay, Tom. »

« Uh, Ge- »

« Non, non, non...pas gay, pas gay », rigola-t-il. Il amena sa cigarette à ses lèvres à nouveau et tira longuement dessus, fermant ses yeux et il rejeta la tête pour souffler. Il n'avait même pas expiré toute sa fumée que Tom posa brutalement ses lèvres sur les siennes une fraction de seconde. La moitié de sa bouche n'avait même pas touché celle de Georg, il n'avait même pas vu ce qu'il faisait, il n'y avait même pas proprement pensé et ça avait été si maladroit. Le visage de l'aîné lui refit face et Tom se sentit si stupide, se répétant mentalement de ne pas baisser la tête parce qu'il paraîtrait justement stupide et alors Georg le verrait comme un putain d'imbécile.

« Quoi? », demanda-t-il, feignant d'être irrité alors que Georg haussa un sourcil. « T'as dit que tu me laisserais », grogna-t-il. « Merde. Donne-moi ça », dit-il en lui arrachant sa cigarette des mains, la coinçant entre ses propres lèvres. Il tira sur elle, aussi longuement que Georg l'avait fait et la jeta au sol.

Le brun rigola et Tom tourna la tête, fixant un arbre. Il essaya de penser au fait qu'il paraissait presque noir et que ses racines ressortaient anormalement de la surface du sol, mais il ne pouvait pas réellement se concentrer sur un arbre .La vitesses des palpitations de son cœur semblait être en croissante augmentation, au point où sa poitrine lui faisait presque mal.

Il sentit la main de Georg sur son épaule et ne se retourna pas. Il ferma les yeux et il eut l'impression qu'un brouillard formait un tourbillon autour de lui, tournant constamment, de plus en plus vite et il se sentit étourdit. La main de l'aîné se resserra sur lui et il le tira. Tom couina, tombant presque sur lui.

Georg se leva difficilement du tronc d'arbre et se mit à genoux, face à Tom, ses pantalons se salissant à cause du mélange de feuilles, de petites branches et de terre humide. Le blond tourna la tête vers lui et sa respiration se coupa, littéralement.

« Hey », murmura Georg et il se pencha, écrasant ses lèvres sur celles de Tom. Les mains de ce dernier se crispèrent violement sur le tronc et il serra fort les paupières. Georg détachait leur bouche, puis les recélait, ses lèvres embrassant parfois le menton de Tom. Il était tellement ivre, mais Tom le faisait planer à un niveau bien au-delà de celui où l'alcool pouvait le mener.

La main de Georg se posa sur la cuisse de Tom, la serrant alors qu'il pressait ses lèvres encore plus contre celles de Tom, faisant vaciller ce dernier vers l'arrière. Georg ouvrit sa bouche et souffla sur celle de Tom. Celui-ci détacha une de ses mains du tronc et osa la placer sur l'épaule de Georg, ses doigts s'y cramponnant. Georg embrassa le visage de Tom, ses joues, sa mâchoire et même son nez. Et puis il l'embrassa sur la bouche et avec sa langue. Tom n'avait jamais embrassé- n'avait jamais été embrassé avec la langue et Georg gouttait l'alcool.

L'idée d'embrasser Georg fit Tom voir blanc derrière ses paupières durement closes. Le baiser était maladroit et hésitant, presque timide. Tom couina contre la bouche de Georg et ce dernier suça sa lèvre.

« Je sais que je suis bourré », souffla-t-il et Tom haleta. « Mais j'ai voulu faire ça depuis, depuis le premier concert ou avant, je sais pas », dit-il, l'embrassant à nouveau et l'autre main de Tom se cramponna également à son épaule.

« Tu me rends dingue », murmura-t-il. « Même si tu me fais putain de mal aux épaules. »

« Tu me fais me sentir comme une fille », couina Tom.

« T'es mieux qu'une fille », grommela Georg et il plaça sa main sur le bas du dos de Tom, le pressant. Tom tomba presque vers l'avant sur Georg. Ses mains lâchèrent les épaules du bassiste et ce dernier soupira. Tom osa entourer son cou avec ses bras frêles, les rapprochant. Tom se sentait bien, tellement, tellement bien.

« Je vais bientôt devoir rentrer », dit-il et Georg l'embrassa encore, grognant. « Quand ? »

« Dans environ une heure. »

« Une heure me va », sourit Georg et Tom fut celui qui l'embrassa.

Et ils passèrent la dernière heure à s'embrasser, Georg toujours un peu ivre et Tom toujours un peu timide, mais tous les deux berçant dans un mélange d'adrénaline, de tendresse et autres sensations.

***

« Je peux pas croire qu'on va enregistrer un album. »

Bill souriait, couinait et sautillait. « Tom! », lança-t-il en déposant son sac sur un des quatre lits de leur chambre au studio. « On va enregistrer un putain d'album, merde, merde, merde. » Son sourire était grand et Tom rigola.

« J'arrive pas à le croire », dit-il. « Ça va être tellement génial. »

« Ouais », souffla Tom. « Ça va être long surtout. »

Ils étaient dans un studio, le leur pour les prochains temps à venir, dans lequel aurait lieu l'enregistrement de leur album. Ils avaient signé un contrat et maintenant allaient débuter la composition de leurs chansons, dans l'espoir qu'un jour celles-ci les fassent connaître.

« Où sont Gus et Georg en passant? », demanda Bill.

« Hm, je sais pas, j'ai vu Geo parler avec David tout à l'heure. »

« Oh. » Bill haussa les épaules et s'approcha de Tom. « Tu sais Tom, je suis sincère quand je te dis que je suis content qu'on fasse tout ça ensemble », dit-il et Tom sourit.

« Je suis content aussi, on a réussit quoi. »

« Ouais », gloussa Bill. « On va enregistrer un album, on va enregistrer un album, on va enregistrer un aaaaalbum », chanta-t-il, sautillant encore, faisait rigoler Tom à nouveau.

« Un aaaaalbum », chanta Tom avec Bill et ils pouffèrent tous les deux.

« Quel album? », entendirent-ils et ils se retournèrent vers Gustav, qui se tenait dans l'entrebâillement de la porte, ses baguettes en main, ses sourcils blonds et un peu pales froncés.

« Celui de ton groupe préféré », soupira Tom avec un sourire.

Gustav alla pour répondre, mais Georg entra dans la pièce lui aussi et Tom le fixa alors qu'il marchait vers lui.

« Hm, désolé si j'interromps un truc, mais Tom, David m'a dit qu'il voulait te parler à propos de quelque chose. »

« À propos de quoi? », demanda Tom, son regard interrogateur.

« Je sais pas moi », répondit Georg, les mains dans ses poches. « Il est dans la salle d'enregistrement », continua-t-il. « Enfin bref, je vais aller voir un truc. » Il se retourna et partit.

« Pourquoi est-ce qu'il voudrait te parler? », demanda Bill, ses sourcils froncés. Il semblait presque inquiet.

« Je sais pas », répondit Tom, ses épaules se haussant alors qu'il mordait légèrement sous sa lèvre inférieure. « Je vais aller voir. »

Tom marcha dans le corridor du studio, tournant sa tête de gauche à droite, jetant un léger coup d'œil aux pièces qui l'entouraient. Puis il vit Georg sortir des toilettes, se postant devant lui, faisant rater un battement à son cœur et accélérer ses palpitations par la suite.

« Qu'est-ce, Qu'est-ce que - » bégaya-t-il.

« Viens », gronda presque la voix de Georg alors qu'il prenait la main de Tom dans la sienne. Il se retourna et entra dans les toilettes à nouveau, entraînant Tom avec lui.

Georg ferma la porte avec son pied et le bas du dos de Tom se retrouva écrasé contre la bordure du comptoir.

« Tu sais », souffla Georg en se penchant vers Tom, liant son autre main également avec la sienne. « David n'a pas réellement... » Il l'embrassa, si l'on pouvait appeler ça embrasser, parce que le frôlement de ses lèvres contre celles de Tom était si léger que le guitariste ne pouvait dire si c'était son souffle chaud, presque lourd, ou alors sa bouche qui venait de caresser la sienne. « ...demandé à te voir. »

« Ah bon? », sourit Tom , levant les yeux vers Georg alors que celui-ci baissait les siens, les deux regards se voilant presque de sérieux alors que leurs lèvres s'embrassaient pratiquement à nouveau.

« Je te mentirai jamais », répondit Georg, sa voix moqueuse mais lorsque Tom releva son regard qui s'était baissé alors qu'il contemplait le visage du bassiste, il put voir à travers ses iris, dont il ne pouvait exactement qualifier la couleur, qu'il pensait ses mots. Tom serra les doigts de sa main gauche contre ceux de Georg.

Puis il releva la tête un peu et sa bouche se colla réellement à celle de Georg. Ils s'embrassèrent et le corps de Tom se pencha vers l'arrière, contre le comptoir, la bordure de celui-ci creusant le bas de son dos. Mais quand Georg lécha sa lèvre, peu importait la douleur, ni la marque qui se formerait sûrement dans son dos.


Georg lâcha ses mains et Tom déposa ses coudes de chaque côté du lavabo derrière lui. Georg plaça l’une d’entre elle sous le T-shirt de Tom, sur son ventre, et elle monta et descendit rapidement, au rythme de la respiration du blond. Et puis cette même main monta, sa paume douce et le bout de ses doigts calleux faisant frémir Tom. Celui-ci ferma les yeux, puis les rouvrit, un peu comme s'il s'endormait alors que Georg caressait ses clavicules. Ses lèvres s'écartèrent un peu et Georg l'embrassa encore.

Tom pouvait sentir Georg. Son toucher, son odeur, ses lèvres et sa tête tourna. Tom n'avait jamais été touché ainsi, il n'avait jamais eu un semblant de ce qu'il avait pu avoir avec Georg, toutes ces choses nouvelles se présentaient à lui comme sur un plateau et il s'en gavait, s'en intoxiquait.

Puis la bouche de Georg longea sa mâchoire, s'arrêtant sur son menton et continuant de l'autre côté, comme pour créer deux lignées de baisers symétriques sur son visage. Il embrassa l'arrête de son nez également et son front et Tom se sentit surplombé par la présence de Georg.

« On, on devrait peut-être y aller », murmura Tom, sa respiration tremblante.

« Peut-être. » La main de Georg se retira de sous son T-shirt et il caressa le nez de Tom avec le sien.

« Ça te fait pas bizarre d'embrasser- »

« Quelqu'un de deux ans et six mois plus jeune que moi? »

« T'es con », répondit Tom, mordant sa lèvre. « Je veux dire, embrasser, un, un mec. »

« Oh, hm écoute », dit-il, écrasant son corps un peu plus contre le sien. « Je voudrais pas te blesser ou quoique ce soit mais quand je t'embrasse, j'ai pas vraiment l'impression d'embrasser un mec, non pas que je te vois comme une fille. »

« Mais t'es pas gay. »

« Non », souffla Georg.

« Juste avec moi alors? » demanda Tom avec un sourire.

Georg hocha la tête. « Ça fait romantique », dit Tom, sûr de lui, un coin de ses lèvres se haussant de manière taquine.

Georg roula des yeux, néanmoins rigolant faiblement. Tom l'embrassa et Georg pressa sa main sur sa nuque alors qu'il allait se détacher.

Le baiser s'approfondit et Georg s'appuya encore plus contre Tom. Celui-ci sentit un frisson encore plus violent le parcourir. Tom se sentit excité et la main de Georg glissa de sa nuque jusqu'à dans son col vers son omoplate. Tom put entendre quelques unes des coutures de son T-shirt craquer. Il lécha le palais de Georg et celui-ci pressa son bassin contre le sien.

Georg était excité également.

« Tu le sens? », haleta-t-il contre sa pommette après qu'ils se soient détachés.

« Hm », Tom hocha la tête rapidement.

« C'est tellement putain de frustrant, parce que faut vraiment qu'on y aille. »

Tom hocha la tête à nouveau. « Viens », souffla Georg, l'embrassant une dernière fois et s'écartant de lui.

« David voulait faire un test de son avec ma guitare », mentit Tom à Gus et à Bill lorsque ces derniers lui demandèrent pourquoi le producteur avait demandé à lui parler.

***
Revenir en haut Aller en bas
http://milayumesasha.wordpress.com/
Sasha
Geek
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1633
Age : 28
Localisation : Paris xD
Humeur : So choqued :O
Date d'inscription : 22/10/2008

MessageSujet: Re: [Vacancières] OS # 4   Mar 13 Oct - 22:30

Le groupe devait passer la semaine au studio et ils dormaient toujours dans la même chambre aux quatre lits. Georg et Gustav étaient toujours ceux qui finissaient par s’endormir les premiers et puis Tom et Bill parlaient pendant plus d’une heure jusqu’à ce que Bill soit trop fatigué pour parler, alors Tom demeurait le dernier éveillé à fixer la noirceur de la pièce.

Il n'arrivait pas à dormir cette nuit néanmoins et il retira le couvre-lit de par dessus son corps, parce qu'il avait beaucoup trop chaud pour trouver le sommeil. Les minutes passèrent et Tom ne s'efforça plus de garder les yeux fermés. Il se redressa et s'assit sur le bord de son lit, soupirant. Ses yeux s'étaient habitués à la pénombre de la pièce et il pouvait déceler les différentes formes de la pièce. Son regard s'arrêta sur Georg et il posa ses mains sur ses genoux, les faisant glisser jusqu'au haut de ses cuisses puis mordit sa lèvre. Tom mordait toujours sa lèvre lorsqu'il se mettait à penser à Georg, le soir, dans son lit quand il n'avait plus rien sur quoi se concentrer parce qu'il ne pouvait plus écouter Bill parler car ce dernier s'était endormi.

Il se leva hors du lit, faisant grincer le matelas et ouvrit la porte délicatement pour sortir de la chambre. Il marcha de manière désordonnée dans les corridors et s’arrêta devant la porte de la salle de bain. Il l’ouvrit et alluma la lumière, fermant immédiatement les yeux parce que ses pupilles se dilataient et il alla s’asseoir sur le comptoir, reculant et rejetant la tête, cette dernière allant cogner contre le mur derrière lui. Il bâta des jambes dans le vide un peu et soupira, fermant les yeux, comme s’il allait arriver à trouver le sommeil assis sur le comptoir de la salle de bain.

Quelques minutes passèrent et il entendit des pas dans le corridor. Il vit Georg entrer et son cœur se mit à battre rapidement alors qu’il se redressa, son dos droit. Georg avait les yeux plissés et il plaça une main devant sa bouche lorsqu’il bailla.

« Hey », dit-il tout bas, sa voix fatiguée.

« Hey… », répondit Tom, mordant sa lèvre. « J’arrivais pas à dormir. »

« C’est ce que je vois », rigola faiblement Georg et il s’avança vers lui. « Il est où le rince-bouche ? », demanda-t-il.

« Dans l’armoire sous le comptoir », répondit Tom. « Pour-pourquoi tu veux du rince-bouche ? »

« Parce que j’ai envie de t’embrasser et je viens de me réveiller. » Georg bailla à nouveau un peu et se pencha pour prendre le rince-bouche à saveur de menthe. Il en prit un peu et cracha dans l’évier, ouvrant le robinet pour se rincer la bouche un peu avec de l’eau. Georg se plaça entre les jambes de Tom et celui-ci déglutit, alors que le bassiste se penchait vers lui, plaçant ses mains sur ses cuisses, l’embrassant sur les lèvres.

Georg embrassa le coin de sa bouche et Tom écarta les lèvres un peu, sentant la langue de Georg glisser entre elles. L’aîné respira dans sa bouche et Tom sentit le goût du rince-bouche. Il pinça ses lèvres sur la langue de Georg et suça autour d’elle, les mains de Georg se resserrant sur ses cuisses.

Tom plaça ses mains sur ses épaules et Georg grogna, attrapant la lèvre inférieure de Tom entre les siennes pour la lécher. La main de Georg glissa rapidement vers l’intérieur des cuisses de Tom et vers son entrejambe, se posant sur celle-ci à travers le mince tissu de son pantalon de pyjama. Tom se sentit exposé et il rougit violement, ouvrant les yeux alors que Georg l’embrassait toujours. Il sentit sa main se resserrer sur sa verge et il couina.

« Est-ce que, est-ce que tu vas ? », demanda-t-il rapidement alors que Georg massait son membre qui durcit tellement rapidement que Tom eut presque mal, ses paupières se serrant.

« Est-ce que tu veux que je le fasse ? », demanda Georg, sa voix un peu grave comme il se réveillait de plus en plus. Son regard était intense, posé sur le visage de Tom et ce dernier hocha la tête. Georg posa ses mains sur les hanches de Tom, le tirant vers lui un peu plus et il fit descendre son pantalon de pyjama jusque sous son bassin. Il entoura son membre avec sa main et grogna à nouveau alors que Tom continua de couiner, les petits sons qu’il émettait restant enfouis au fond de sa gorge.

Georg serra son pénis et le branla lentement, au même rythme que sa langue caressait l'intérieur de sa bouche. Il pressa son pouce sur son gland et Tom gémit.

« Te moque pas », dit-il rapidement, détachant sa bouche de celle de Georg et respirant rapidement. Georg plissa le front et il sentit Tom venir sur sa main.

« Merde », marmonna-t-il et Tom se pencha vers lui, courbant son dos, enfouissant son visage contre la jonction du cou et de l’épaule de Georg, respirant rapidement. Il était trop pris par ce qu’il venait de ressentir pour se sentir embarrassé d’avoir joui si vite. Georg sourit un peu et posa une main délicate sur l’arrière de sa tête.

Tom commença à se sentir fatigué et sa respiration se calma, devenant lente et régulière et il commença à s’endormir.

« T’endors pas », souffla Georg, s’écartant de lui et prenant son visage en coupe dans ses mains.

« ’Suis fatigué », geignit Tom.

« On va aller dormir alors. »

Tom hocha la tête et Georg nettoya sa main en la faisant passer sous l’eau. Il en prit un peu dans sa paume et nettoya Tom, mouillant son ventre également. Le plus jeune frissonna et se redressa hors du comptoir, remontant son pyjama au niveau de sa taille.

Ils retournèrent dans la chambre, Georg avec ses mains sur les hanches de Tom alors qu’il marchait derrière lui. Le bassiste embrassa les lèvres de Tom une dernière fois devant la porte de la chambre, lui murmurant « Bonne nuit » et ils entrèrent dans la pièce, se faisant discrets et se glissant sous leurs draps en tentant de ne pas faire de bruit.

***

Ils n'enregistraient plus l'album à présent. Il avait été bouclé il y a quelques mois en fait. Maintenant Tokio Hotel - parce qu'ils s'appelaient ainsi à présent, ça sonnait mieux, c'était plus accrocheur- avait lancé son premier single et celui-ci s'était rendu au sommet des charts.

Ils avaient du succès avec cette chanson qu'ils avaient enregistré il y a environ un an, dans leur studio, sous leur ancien nom de groupe et ils l'avaient à peine réalisé.

Mais ce soir, ils devaient jouer dans un festival, un festival de petite envergure, un évènement qui se déroulait dans un village, assez loin de la ville et qui n'attirait en général que quelques centaines de personnes. Ce soir-là pourtant, les Tokio Hotel étaient parmi les artistes invités et il y avait des milliers de personnes, des fans, qui étaient là pour eux.

Tout allait si parfaitement bien, comme ils en avaient rêvé, sans réellement osé espérer que cela ce produise vraiment.

Ils étaient dans leur loge, une sorte de grande tente et ils pouvaient entendre le nom de leur groupe être chanté en cœur, à plusieurs reprises, si fortement qu'ils en sentaient les vibrations.

Tom regardait Bill sautiller sur place, comme à son habitude, et parler avec David. Ce dernier avait un petit sourire et demandait à Bill de se calmer.

Tom était assis sur une chaise et son cœur battait fort et rapidement, de plus en plus alors qu'il écoutait les fans (des fans, merde, pensa-t-il. Ils avaient eu des ''fans'' avec Devilish, mais rien de ce genre) scander son nom dehors. Il stressait comme avant chaque concert, même s'ils s'étaient arrêtés de jouer pendant la période d'enregistrement. Une fois l'album finit et juste avant que le single ne soit commercialisé, ils trouvèrent le moyen de faire quelques scènes, bien que la foule ne soit pas importante. Tom stressait encore plus que d'habitude. De plus, il ne savait pas où était Georg.

Gustav arriva dans la tente, une bouteille de coca-cola dans la main, ses baguettes dans l'autre.

« Gus! », appela Tom, se levant et marchant vers lui.

« Ouais? »

« T'aurais pas vu Geo? », demanda-t-il, une main dans sa poche.

« Il est dehors », rigola Gustav. « Avec une fille. »

« Oh », Tom tourna la tête. « Je vais y aller. »

« Ok. Essaie de pas trop te faire voir, je te jure qu'elles sont dingues », répondit Gustav avec un sourire.

Tom hocha la tête et quitta la tente. Il marcha un peu, regardant autour de lui et ses yeux se posèrent sur Georg. Sur Georg qui discutait avec cette fille. Tom sembla oublier son stresse.

« Georg », appela-t-il, l'interrompant.

« Tom? ». Le front de Georg était plissé alors que la fille se mit à observer Tom.

« On monte bientôt », dit rapidement celui-ci.

« On monte dans une heure. »

Tom mordit sa lèvre et il regarda Georg, et puis la fille. « Ouais », murmura-t-il. « On se voit plus tard », dit-il. Il croisa le regard de Georg une fraction de seconde. Il se retourna pour partir, prenant de longues inspirations alors qu'il marchait. Son cœur lui faisant mal à force de battre de cette manière à cause du stresse. À cause du putain de stresse et à cause de Georg.

Il passa à coté de la tente, marcha encore et encore pour arriver dans un endroit éloigné, où on entendait à peine la musique et où quelques arbres l'entouraient. Il pouvait tout de même voir la scène du festival, dans son dos.

Il sentit une main sur son épaule et se retourna rapidement, Georg lui faisant face. Tom se demanda comment il avait fait pour ne pas l'entendre arriver et son pouls battait fort contre ses tempes.

« Georg », souffla-t-il. « On monte dans une heure », dit-il, reprenant ses mots.

« La fille s'était mise à me poser des questions sur toi, elle, elle avait envie de te voir », dit-il, baissant la tête un peu.

« Oh. » Tom eut envie de dire à Georg que de toute façon elle paraissait stupide, idiote et qu'il n'aurait pas du lui parler.

« Comment ça va ? », demanda Georg finalement, ses deux mains dans ses poches.

« Je suis », Tom déglutit, son teint palissant, alors que les fans se remirent à chanter le nom du groupe, pensant encore qu'ils étaient les prochains à monter sur scène. « Je suis putain de stressé », répondit-il.

Georg releva la tête vers lui et sourit faiblement, s'avançant vers lui. Il se pencha un peu (Tom avait grandi et il était à peine plus petit que lui, à présent) et embrassa Tom, une main contre sa nuque. Il sortit sa main de l'une de ses poches, avec un paquet de cigarettes et un briquet.

Il prit une cigarette de son paquet et l'alluma avec le briquet. Il amena le bout aux lèvres de Tom et ce dernier regarda Georg un instant avant d'entrouvrir les lèvres et de laisser le bassiste y glisser le bout de sa cigarette. Tom inspira longuement, sa bouche contre les doigts de Georg. Celui-ci finit par éloigner la cigarette. Tom souffla et la fumée balaya le visage de Georg.

Il fit fumer Tom à nouveau, ses doigts toujours contre ses lèvres et ce dernier les embrassait par moment alors qu'il tirait sur la cigarette. Tom avança la tête et ils s'embrassèrent encore.

« T'es calme? », demanda Georg, sa voix paisible, apaisante et Tom hocha la tête. « Bien », souffla-t-il, emmenant la cigarette à la bouche de Tom une dernière fois, la jetant par la suite.

« T'es ma Rockstar », dit Georg en souriant, avec un accent et Tom grimaça.

« Un jour, tu seras un de mes techniciens », taquina-t-il et Georg ouvrit un peu la bouche.

« Oh mais, c'est trop! Moi, technicien de Tom Kaulitz? Wow ! »

« Je sais », répondit Tom, penchant la tête sur le côté un peu en souriant.

Georg prit le visage de Tom entre ses mains et souffla contre sa bouche : « Mais, même à ce moment, tu seras toujours ma Rockstar. » Tom mordit sa lèvre et sourit encore plus, d'un sourire quasi idiot, son regard souriant lui aussi. Il embrassa Georg, joua avec ses lèvres, les mordant, gloussant par moment, le cœur léger.

Tom prit la main de Georg dans la sienne et commença à marcher rapidement vers il ne savait où, s'arrêtant par moment pour poser sa bouche contre la sienne. Ils n'échangèrent que quelques mots, des phrases sans réel sens et rigolèrent à plusieurs reprises. Puis, ils se rendirent compte qu'il restait à peine quinze minutes avant qu'ils ne montent sur scène et ils se mirent à courir vers l'emplacement du festival et arrivèrent essoufflés.

Ils reprirent leur souffle sur scène, se regardant à certains moments, se souriant mutuellement. Des sourires que la foule présente et bruyante devant eux ne perçut pas.

***

Ils avaient assisté aux Comet, on était en 2005 et le groupe avait remporté deux prix.

Et Tom était couché sur le lit de la chambre de Georg. Il n'avait bu que deux verres de champagne et n'était pas ivre, mais sa tête lui tournait un peu. Georg était à côté de lui et ils fixaient le plafond.

« Tu veux faire quelque chose? », demanda Tom.

« Je sais pas », répondit Georg. « Est-ce que tu veux faire quelque chose? »

« Je sais pas non plus. » Tom se redressa, se plaçant à genoux et avança vers Georg pour s'asseoir sur le bassin de celui-ci, le surprenant. Il l'écrasa, frottant l'entrejambe du bassiste avec la sienne.

« Hey ». Georg ferma les yeux. « Qu'est-ce que tu fais? »

« Rien...rien du tout. » Tom fit passer son T-shirt par dessus sa tête et Georg ouvrit les yeux, le regard sombre et interrogateur. Tom se balançait contre Georg, écrasant son bassin de son poids. Il courba son dos et glissa sa main sur son ventre, puis la fit entrer dans son pantalon, serrant sa verge à travers son boxer. Il mordit sa lèvre et Georg leva les hanches.

« Merde », siffla-t-il. « Arrête ça. »

Tom secoua la tête, articulant un « non ». Georg grogna, cependant, il aurait pu facilement pousser Tom de sur lui. Mais Tom se masturbait avec une main dans son pantalon et l'autre était posée sur son torse. Non, il ne pouvait juste pas le repousser.

Tom gémissait, les yeux durement fermés, aspirant sa lèvre inférieure et mordant sous elle. « Georg », haleta-t-il. « Tu veux...tu veux qu'on le fasse...oh...ensemble? », demanda-t-il lentement, voyant une sorte de brouillard blanchâtre derrière ses paupières closes.

« Quoi? » Georg semblait perdu et son cœur battait rapidement. Tom sortit sa main hors de son pantalon et se laissa tomber sur Georg, son visage à côté du sien, son menton contre son épaule.

« Tu veux baiser? », demanda-t-il, presque nonchalant, malgré sa respiration rapide et son cœur que Georg put sentir battre contre son torse. « Bien sur que tu veux », murmura-t-il, embrassant son cou. Il tentait de paraître confiant, mais il était nerveux, tellement nerveux que Georg ne lui répondait pas.

Il se redressa, le front plissé alors que le bassiste ne disait toujours rien. « Ok... » Georg ne bougeait même pas sous lui et sa tête était tournée vers un mur. « Merde, je vais y aller », dit Tom rapidement, s'éloignant de l'aîné en agrippant son T-shirt sur le lit et se levant hors de celui-ci.

Tom fixa le mur face à lui une dizaine de secondes, sa respiration toujours aussi rapide et irrégulière, une multitude de pensées incohérentes et d'images floues lui traversant l'esprit. Il se retourna pour quitter la chambre. Son cœur et sa gorge étaient serrés. Il se sentait ridicule.

« Putain », marmonna-t-il pour lui-même lorsqu'il se rendit compte qu'il s'apprêtait à sortir de la chambre de Georg sans son T-shirt sur le dos. Il s'apprêta à le remettre, mais alors il entendit le matelas du lit grincer et des bruits de pas dans sa direction. Et puis il sentit les deux mains de Georg sur ses épaules et sa tête se pencha en avant, laissant Georg lui dégager ses dreads afin d'embrasser sa nuque.

« Désolé d'avoir été muet », souffla-t-il et la peau de Tom frissonna lorsqu'il sentit ses mains glisser le long de ses bras et de son torse.

« Et paralysé », dit-il. Georg embrassa son omoplate et Tom couina dans le fond de sa gorge.

Les mains de Georg se posèrent sur ses hanches et il l'attira contre lui. Il avait enlevé son T-shirt également et Tom pouvait sentir la peau de son torse contre son dos.

« Tu restes? », demanda Georg à son oreille et Tom hocha la tête lentement, ses paupières closes.

Tom se retourna et leurs torses se touchèrent alors qu'ils s’embrassèrent, les mains de Georg pressant le bas du dos de Tom. Il reculait peu à peu et Tom penchait constamment la tête vers l'avant, comme pour approfondir le baiser- comme pour avoir encore plus de Georg.

L'arrière des genoux de ce dernier buta contre la bordure du matelas et il s'assit sur le lit, reculant avec ses mains à plat sur le matelas. Ils étaient couchés et Georg bascula sur le côté, finissant par être par dessus le corps de Tom, l'enveloppant presque entièrement.

Il embrassa le cou de Tom, suça sa peau et le guitariste tremblait faiblement. Il glissa sa main dans sa poche et en sortit un petit tube. Il entremêlait ses doigts à ceux de Georg, le petit tube entre leurs deux mains.

« Qu'est-ce que c'est? », demanda Georg, ses lèvres s'arrêtant juste sous l'oreille de Tom.

« Lubrifiant », répondit-il, détournant la tête comme si Georg pouvait voir qu'il rougissait.

« T'avais prévu ça? », rigola le bassiste, son souffle tremblant s'échouant sur la peau de Tom. Ce dernier hocha rapidement la tête.

« Je, je sais que ça fait jeune ado qui se prépare à avoir sa première fois avec son petit ami, mais, enfin, je me disais- »

« Arrête », murmura Georg. « Arrête de te justifier, merde, tu me rends dingue. » Il releva la tête et leurs regards se rencontrèrent. « Tu me rends dingue », répéta-t-il et les lèvres de Tom s'écartèrent alors qu'il laissa échapper un « Oh » tremblant.

« Où est-ce que t'as trouvé le lubrifiant en plus? »

« Je, ce truc traînait au studio. Putain, je sais même pas si on s'apprêterait à faire ça si je l'avais pas trouvé. »

« T'es sûr que c'est pas périmé ou quoi que ce soit? », demanda Georg, continuant d'embrasser Tom un peu partout sur son visage.

« Je, je crois pas », gémit Tom. « Ça sentait bon la fraise. »

« Bon la fraise », répéta Georg.

« Allez », murmura Tom, faisant glisser ses mains entre leur corps pour défaire le bouton du pantalon de Georg. Celui-ci s'écarta de sur Tom et défit son pantalon par lui-même de manière impatiente. Tom l'imita, allant s'asseoir sur la bordure du lit pour enlever son pantalon et son boxer.

Ils se retournèrent l'un vers l'autre et ne purent s'empêcher de rougir lorsqu'ils se firent face, non pas à cause du fait qu'ils étaient nus (ils s'étaient vu l'un et l'autre nu une multitude de fois jusqu'à présent), mais parce qu'ils allaient coucher ensemble et même s'ils ne voulaient pas se l'avouer - faute à leur ego de mecs -, ils étaient morts de trouille.

Tom pinça ses lèvres et se coucha sur le lit, sa tête bien appuyée sur l'un des oreillers, expliquant silencieusement à Georg de cette manière qu'il serait en dessous. Bien évidement qu'il allait l'être, se dit-il presque. D’une certaine manière, Tom avait toujours sentit le besoin de sentir Georg au-dessus de lui, de sentir son corps l'écraser. Les seules fois où Tom était sur Georg, alors ce dernier passait ses bras sur son dos et le serrait fort contre lui. Tom avait besoin d'être entouré, surplombé par Georg.

Ce dernier grogna en le voyant et s'avança vers lui, ouvrant le tube que Tom lui avait laissé et en mettant un peu sur sa paume.

« Qu'est-ce que je suis supposé faire? », marmonna-t-il pour lui même et Tom écarta les jambes presque pudiquement sur le lit, ses pieds à plat sur le matelas et son visage se tournant vers la gauche alors qu'il rougissait.

« Mets, mets ton doigt, c'est comme ça qu'ils font, enfin, hm », dit-il rapidement, serrant les poings sur les draps du lit.

Il sentit la main de Georg entre ses cuisses et puis sur son entrejambe, pressant doucement celle-ci avec sa paume. Il sentit aussi un doigt humide entre ses fesses et il arqua son dos un peu, une de ses mains se posant sur son épaule.

« Merde », siffla Georg, les yeux baissés entre les jambes de Tom. « Merde. »

Tom sentit son index contre son entrée et son pouls s’accéléra. Georg pressa son doigt et il ouvrit la bouche alors qu'il glissait lentement en lui. C'était étrange, désagréable, mais c'était Georg et Tom ne voulait surtout pas qu'il s'arrête.

« Viens s'il te plait », murmura-t-il, les bras croisés sur son torse. Georg releva son regard vers lui. « Je peux pas vraiment...attends un peu. » Il retira son doigt, encore lentement et la sensation était toujours étrange, inconnue. Georg se coucha sur lui, se maintenant sur son avant-bras, son menton contre la clavicule de Tom et il fit glisser sa main malhabilement jusqu'aux fesses de Tom à nouveau et fit entrer son doigt à nouveau.

« C'est... »

« Je sais », souffla Georg. « Tu serres mon doigt comme t'as pas idée. »

« Dé-désolé. »

« Non », dit Georg. « Tu t'excuses pas », murmura-t-il, commençant à embrasser la clavicule de Tom. « Ça fait mal? », demanda-t-il, relevant la tête un peu.

« Pas vraiment », souffla Tom.

« Je vais essayer d'en mettre un deuxième, ok? », dit Georg tout bas, retirant son doigt et Tom hocha la tête. Georg se redressa pour mettre du lubrifiant sur son deuxième doigt et il plaça les deux entre ses fesses. « Ça risque de faire mal, là », dit-il.

« Je sais », murmura Tom et il avança sa main pour saisir celle de Georg, la serrant dans la sienne.

L'aîné pressa ses deux doigts et attendit un moment avant de les faire entrer en lui, encore plus lentement. « Ça va toujours? », demanda Georg, son regard parcourant le corps de Tom. Il détacha sa main de la sienne et l'entoura autour de son sexe. « Est-ce que tu veux que je- »

« Oui », répondit Tom rapidement. « S'il te plait », dit-il sa tête se penchant contre l'oreiller alors qu'il passa sa langue sur ses lèvres.

Georg hocha la tête, mais Tom ne le vit pas et il serra sa main autour de son pénis, commençant à le caresser alors que ses doigts étaient simplement en lui. Georg était dur, tellement qu'il avait presque mal et il demanda, son regard toujours posé sur ses deux doigts à l'intérieur de Tom : « Est-ce que, putain, est-ce que je peux essayer de, de la mettre? »

Tom ouvrit les yeux et ils se posèrent sur Georg, sur l'érection de Georg et il frissonna, parce qu'il avait peur que ça lui fasse mal. « C'est le but de toute façon », dit-il finalement et il sentit Georg retirer ses doigts. Il le vit mettre du lubrifiant sur sa paume encore et l'étendre sur sa verge. Le bassiste se coucha sur lui à nouveau, ses avant-bras posés de chaque côté de sa tête et il se pencha pour l'embrasser. « Ça va aller », chuchota-t-il. « Je vais essayer de pas trop te faire mal », continua-t-il, posant son front contre le sien.

Tom ferma les yeux lorsqu'il sentit Georg contre son entrée, serrant les paupières fortement lorsqu'il le sentit pousser en lui. « Merde », siffla-t-il, ouvrant les yeux pour rencontrer ceux de Georg. Ce dernier était complètement en lui et Tom eu l'impression que son ventre se serrait.

« Est-ce que, est-ce que c'est bon? », demanda Georg.

« Non », répondit Tom rapidement. « Mais, mais t'es en moi et- »

C'est la meilleure chose du monde, pensa-t-il, mais ne le dit pas, n'osa pas le dire. Georg comprit néanmoins et il pencha la tête pour embrasser les lèvres de Tom, les léchant et les mordillant.

« T'as aucune idée d'à quel point c'est bien pour moi », dit-il, grognant un peu. « Je, merde, Tom. »

Tom entoura le corps de Georg avec ses bras et le pressa contre lui, enfouissant son visage contre son cou. Il avait mal, mais il planait presque intérieurement, le fait de savoir Georg en lui, faisait tourner un peu sa tête. Il ne s'était pas attendu à se sentir comme ça et sa gorge se serra malgré lui.

« Est-ce que je peux? », demanda Georg, sortant du corps de Tom un peu. Celui-ci hocha la tête et il sortit un peu plus, entrant en lui à nouveau par la suite.

Georg commençait à pénétrer Tom avec un certain rythme qui devenait irrégulier à certains instants. Tom avait les yeux ouverts et il se contentait de fixer le visage de Georg qui se crispait un peu par moment, lorsque Tom se contractait autour de lui.

« Je suis désolé que ça te, que ça te fasse rien », haleta Georg, embrassant le front de Tom.

« Ça me fait quelque chose », répondit Tom immédiatement après. « Je te jure que ça me fait quelque chose », dit-il et sa gorge se serra encore plus, les lèvres de Georg parcourant la racine de ses cheveux sur son front.

« Merde, je vais venir et ça fait même pas cinq minutes que- », Georg se coupa, déglutissant.

« Tu peux jouir en moi », dit Tom rapidement, n'ayant pas vraiment pensé ses mots. Il entendit Georg grogner, un râle grave qu'il n'avait encore jamais entendu de sa part s'échappant de ses cordes vocales, alors qu'il demeura à l'intérieur de Tom, jouissant en lui.

Tom couina, enfonçant ses paumes dans le dos de Georg et le visage de ce dernier tomba à côté du sien, s'enfouissant dans l'oreiller. Georg reprenait sa respiration, le poids de son corps écrasant celui de Tom, l'empêchant de respirer un peu mais Tom n'aurait, de toute façon, pas voulu qu'il s'éloigne.

Georg finit par s'écarter, sortant de Tom et roulant sur le côté. Tom se sentit léger, beaucoup trop léger et presque vide à ce moment. Georg se retourna vers lui et embrassa le creux de son bras alors que le plus jeune fixait le plafond, son expression vide mais à la fois empreinte de confusion. Georg ne sut tellement pas quoi dire et il se saisit des épaules de Tom, le tirant un peu et celui-ci finit par se coucher un peu sur lui, son visage contre son torse et il se releva un peu pour l'enfouir dans le creux de son cou.

Georg entoura les épaules de Tom avec son bras, le serrant contre lui encore plus et Tom sanglota presque, sans larmes, sans qu'il ne puisse l'expliquer. Il se dit qu'il voulait sentir Georg encore plus et ce dernier sembla le deviner parce qu'il attira Tom sur lui encore plus.

Ils avaient les yeux clos tous les deux et tentèrent de trouver le sommeil, leur nudité preuve de leur acte, leur proximité symbole de leur présence dans le cœur de l'autre.

***

Ils venaient de donner leur premier concert après le lancement de leur deuxième album et Tom était couché sur le côté gauche du lit de sa chambre d'hôtel. Georg était sur le côté droit. Ils avaient bu cette soirée-là, beaucoup trop bue et ils gloussaient et hoquetaient à plusieurs reprises à présent.

Tom se retourna, se couchant sur le côté de son corps et posa sa main sur le torse de Georg, penchant la tête, mélangeant son souffle à saveur de vodka à celui du bassiste.

« Bonjooooour », chanta-t-il et un sourire béat et idiot orna les lèvres de Georg.

« Saluuut », répondit-il.

« Est-ce que- » Il se pencha pour embrasser Georg mais ses lèvres se posèrent sur son nez et au-dessus de sa lèvre supérieure. « Ça va? », demanda-t-il contre le bout de son nez.

« Ça va, ça va », répondit Georg. « Me sens un peu étourdie », continua-t-il avec une moue et Tom imita son expression.

« Moi aussi », geignit-il.

« Oh », Georg sourit et pencha la tête vers l'arrière pour que sa bouche se pose sur celle de Tom. Celui-ci se détacha après un instant, se relevant sur ses coudes, son regard parcourant la pièce, puis ses sourcils plissèrent et la moue qui ornait son visage il y a quelques secondes réapparue.

« Hey. Gib est à gauche de la pièce et, et et Sand est à droite », murmura-t-il, sonnant presque vexé. « C'est horrible. »

« Oh » Georg se redressa. « Ouais. »

« Elles doivent se sentir seules... », murmura Tom, se redressant complètement. Georg hocha la tête. « Ouais. »

« Qu'est-ce qu'on fait? », demanda Tom, se retournant vers le bassiste. « On, on peut pas les laisser comme ça. »

« Non », souffla Georg et il se leva hors du lit, grognant faiblement. Il marcha de manière désordonnée vers l'extrémité droite de la pièce où il avait déposé sa basse lorsqu'ils étaient arrivés ce matin-là à l'hôtel. Lui et Tom avaient prévu peut-être de jouer un peu ensemble, mais ils étaient saouls et n'y pensaient plus trop à présent.

Tom vit Georg se saisir de sa basse et il pencha la tête vers le côté légèrement. Il se glissa hors du lit lui aussi et alla chercher sa guitare alors que Georg retournait vers le lit avec sa basse.

Tom se rassit précautionneusement sur le matelas malgré le fait qu'être ivre le faisait légèrement tanguer. Il s'assit à genoux sur le lit, ses talons se pressant contre ses fesses et déposa sa guitare recouverte de sa housse sur le matelas. Georg fixa Tom et fit la même chose que lui. Sa basse et la Gibson de Tom se retrouvèrent couchées l'une à côté de l'autre, la bordure de leur housse se frôlant.

« C'est mieux maintenant », chuchota Georg et Tom hocha la tête. « Mais peut-être que... » Les sourcils du bassiste étaient froncés et il agrippa la fermeture éclaire de la housse de sa basse. Il l'ouvrit, un peu, de quelques centimètres puis releva son regard vers Tom. « Oh... »

Tom pinça ses lèvres un peu et fit passer le bout de ses doigts le long de son étui. Il se saisit de sa fermeture lui aussi et l'ouvrit un peu de la même façon que Georg. Il releva la tête vers celui-ci et les deux se fixèrent en silence. Tom ouvrit la housse de sa Gibson un peu plus et Georg imita son geste, de manière maladroite. Tom plaça sa guitare sur ses cuisses et avança vers Georg. Il ouvrit la housse encore plus et il fixait toujours le bassiste.

Georg plaça sa basse verticalement face à lui et défit la fermeture de son étui entièrement. Il se retourna et fit tomber la housse au sol. Tom le regarda avec ses lèvres entrouvertes, clignant des yeux lentement par moment. Il baissa les yeux vers ses cuisses, vers sa guitare et puis regarda la Sandberg dépourvue d'étui de Georg. Ses doigts agrippèrent la fermeture à nouveau et il déshabilla sa Gibson, mais pas de manière désordonnée comme Georg. Tom ouvrit l'étui lentement et s'arrêta à quelques reprises. Et puis il sortit sa guitare et posa sa couverture sur le plancher lui aussi.

Il avança vers Georg et plaça sa guitare fasse à sa basse et la pencha un peu, la tête des deux instruments se cognant légèrement.

« Faut faire attention », grogna Georg et Tom hocha la tête.

« Gibson ne voudrait pas faire de mal à Sand, elle fera attention », souffla-t-il.

« Sandberg ne voudrait pas lui faire du mal non plus...Jamais. » Georg approcha sa basse de la guitare de Tom et leurs cordes se touchèrent presque. Ils fixaient tous les deux les instruments et ce n'est que lorsqu'ils relevèrent la tête qu'ils se rendirent compte qu'ils étaient très proches, eux aussi.

« Tu crois que Sand a des sentiments pour Gib? », demanda Tom.

« Peut-être », répondit Georg, fixant les lèvres toujours légèrement écartées de Tom. « Elles sont petites amies. »

« Amoureuses? » Les yeux de Georg rencontrèrent ceux de Tom. « Peut-être. »

Tom inclina sa guitare et elle frôla la basse de tout son long. « Elles s'embrassent », murmura Georg, ses mots presque imperceptibles, son regard posé sur les instruments. Cependant, le bassiste était celui que Tom regardait, c'était vers son visage qu'il se pencha pour poser ses lèvres sur les siennes. Leurs mains tenant le manche de leur instrument cognèrent l'une contre l'autre. Puis Georg attrapa les deux manches de sa main, entourant également un peu la main de Tom.

Tom déposa plusieurs baisers sur les lèvres de Georg et il se pencha un peu plus, détachant sa main de sa guitare et le haut de cette dernière tomba sur son épaule. Il grogna contre la bouche du bassiste. Tom embrassa la mâchoire de Georg, pinçant ses lèvres pour saisir des morceaux de peau entre elles et y faire passer sa langue.

« Peut-être que, peut-être qu'elles veulent dormir et que- » Georg frissonna lorsque Tom fit passer sa fine langue sous son oreille. Georg frissonnait toujours lorsque Tom l'embrassait là.

Tom hocha la tête, ses lèvres caressant sa peau au même rythme. Il se saisit de sa guitare délicatement et se détacha de Georg pour se lever hors du lit et le contourner.

« Tasse-toi un peu », dit-il et Georg lui obéit. La tête de Tom lui tourna un peu lorsqu'il déposa sa guitare sur le lit, là où Georg avait été assit. Il s'arrêta à l'avant du lit et y monta à nouveau, allant vers Georg. Ils se firent face de nouveau, à genoux et Tom se pencha pour enfouir son visage dans le creux du cou de Georg. Il respira et Georg pencha sa tête et il déposa sa basse à côté de la guitare de Tom sans se retourner.

« Une chance que le lit soit grand », gloussa Tom et il sortit sa langue, léchant la jonction du cou et de l’épaule jusqu'à son oreille. Il embrassa cette dernière, ses lèvres demeurant contre elle un moment. Et il finit par murmurer des paroles, le souffle qui accompagnait celles-ci chaud à l'intérieur de l'oreille de Georg. Le bassiste frissonna encore.

« Je veux t'embrasser. » Georg ferma les yeux, Tom prit sa main dans la sienne, et amena sa paume à ses lèvres. Il l'embrassa, la lécha et lorsque Georg ouvrit les yeux, il croisa le regard de Tom, presque affamé. Georg sentit la langue de Tom remonter le long de son index et il ferma ses lèvres autour de son doigt. Il le mordit et Georg serra les dents, dégageant presque sa main. Mais Tom ramena sa main près de son visage et fit caresser l'intérieur doux de sa joue avec l'index du bassiste et les autres doigts de la main de celui-ci agrippèrent son visage délicatement.

Tom ouvrit la bouche un peu et Georg dégagea son index, le faisant glisser le long de sa joue jusqu'à ses lèvres.

« Baise-moi, fais-moi l'amour, tout ce que tu veux », chanta Tom tout bas, les yeux clos et la tête penchant légèrement vers l'arrière. Georg le fixa, écouta sa respiration lourde mais adorable et son regard brilla. Son autre main se posa, également, sur son visage et il le serra presque. Georg se sentait nerveux. Tom posa ses mains par dessus les siennes et Georg l'embrassa longuement, caressant sa langue et tout l'intérieur de sa bouche de manière presque rude- passionnée, coupant le souffle de Tom.

Georg fit glisser ses mains et elles quittèrent le visage de Tom. Celles de ce dernier les suivirent et leurs doigts s'entremêlèrent, leurs mains posées sur les cuisses de Georg.

« Je sens plus le sang dans mes mollets », gronda le bassiste. « Couche-toi », murmura-t-il contre sa bouche, levant la tête pour embrasser son nez.

Tom détacha leurs mains et se coucha dos sur le lit, les bras le long de son corps, tournant la tête vers Georg. Ce dernier se plaça par-dessus lui et ne bougea pas pendant un moment, attendant de pouvoir sentir, à nouveau, ses mollets et ses pieds. Il grimaça à la sensation désagréable qui parcourut sa jambe gauche lorsqu'il la bougea.

Tom se releva un peu et embrassa la mâchoire de Georg, puis son cou et un peu partout sur le bas de son visage. Georg fit avancer ses hanches, les collant à celles de Tom et il ondula contre lui.

« Je vais te faire l'amour... », souffla-t-il. « Toute la nuit... » Les deux n'étaient plus tellement ivres à présent et Tom put sentir son cœur se serrer de manière plaisante mais faiblement douloureuse. Il hocha la tête.

Tom leva ses bras au dessus de sa tête et Georg se releva, s'asseyant sur le bassin de Tom. Il prit la bordure de son T-shirt dans ses deux mains, la serra et il le fit glisser jusqu'à le retirer complètement.

« Viens ici », gémit Tom, clignant des yeux. « Je veux te sentir. »

« Attends », répondit la voix rauque de Georg.

Il s'assit sur le bas des cuisses de Tom et détacha sa ceinture et son pantalon, les faisant glisser le long de ses cuisses alors qu'il se relevait un peu.

« Je veux- »

« Je sais », coupa Georg et leur regard se croisèrent. Georg trouva Tom tellement adorable et désirable, couché sur le lit, sa moue légèrement confuse et ses yeux semblant réclamer sa présence. Une immense vague d'affection pour le guitariste le parcourut, chamboulant son intérieur, faisant tourner sa tête et vaciller son cœur.

Il s’avança vers lui et pencha la tête au dessus de son torse, ses lèvres se posant sur sa poitrine, proche de son cœur. Les lèvres de Georg montèrent et il embrassa sa clavicule, doucement et tendrement, puis les épaules d'un Tom tremblant

« Pourquoi faut-il que tu me fasses sentir comme ça? », demanda Tom et Georg releva la tête vers lui, ses sourcils se fronçant.

« Comment? » demanda-t-il, posant ses lèvres, de nouveau, sur son épaule.

Tom prit la main de Georg dans la sienne et la dirigea vers son torse. Vers son cœur que Georg put sentir battre follement contre sa paume. « Comme ça. »

La respiration de Georg se fit tremblante et il se saisit de la main de Tom, l'amenant lui aussi à son torse, contre son cœur. Son cœur qui battait aussi vite que celui de Tom. « Faudrait que tu m'expliques, toi aussi », souffla-t-il.

Tom ne répondit pas et Georg glissa le long de son corps à nouveau, jusqu'à ce que son visage soit face à son ventre. Il embrassa la hanche de Tom, le long de ses côtes ainsi que son nombril. Georg pouvait sentir l'érection de Tom contre le bas de son cou.

Il descendit encore et fit glisser le boxer de Tom. Il bandait et le bassiste grogna faiblement, posant ses lèvres sur le pénis de Tom.

« Je vais le faire », murmura-t-il, comme pour prévenir Tom et ce dernier croisa ses bras contre son torse. Georg embrassa le long de la verge de Tom et ses lèvres entourèrent son gland. Il le suça et il put presque entendre le guitariste geindre. Tom tordait son cou de manière désagréable un peu afin de relever la tête et voir Georg, alors que les lèvres de ce dernier descendaient sur son sexe, ses mains allant vers ses testicules.

Il joua avec elles, le suçant plus fort et Tom gémit vraiment, ses jambes se pliant et ses pieds se posant à plat sur le lit. Son dos s’arqua un peu et ses mains serrèrent fortement ses bras.

La bouche de Georg était douce et chaude sur lui, emprisonnant son sexe d'une façon qui fit frémir tout le corps de Tom. Il battit légèrement des jambes, comme pour se déshabiller alors que Georg aspira sa verge, la léchant avant de se redresser, et recula pour se placer entre les mollets de Tom. Il agrippa son boxer et la bordure de son pantalon, déshabilla Tom rapidement et celui-ci écarta ses jambes. Georg serra le haut de ses cuisses, grognant.

Il embrassa l'intérieur des cuisses de Tom, mordit sa peau, sa chair tendre sous ses dents. Ses lèvres allèrent vers ses testicules et il en happa une dans sa bouche. Tom gémit dans le fond de sa gorge, son corps se tendant, ses paupières se serrant.

« Arrête », geignit-il lorsqu'il sentit le poing de Georg se refermer sur son pénis. « Arrête », répéta-t-il et Georg ne le toucha plus. Il remonta le long du corps de Tom et baissa son visage pour l'embrasser. Tom agrippa son T-shirt dans son dos et tira dessus, Georg s'écartant de lui pour qu'il puisse le retirer.

Les mains de Tom étaient tièdes, presque froides sur le torse de Georg et ce dernier frissonna.

« Allez », murmura Tom, avec impatiente, une de ses mains descendant le long du torse de Georg, s'arrêtant sur son entrejambe qu'il serra un peu dans sa main à travers son pantalon. Georg bandait et Tom sourit un peu, une faible chaleur le parcourant, réchauffant tout son intérieur.

Georg détacha le bouton de son pantalon rapidement et se leva hors du lit pour le retirer, de même que son boxer. Le regard de Tom brillait, presque ivre même si le niveau d'alcool coulant dans ses veines diminuait constamment. Tom n'était pas ivre à cause de l'alcool, il était ivre de Georg.

Il écarta ses jambes à nouveau et Georg se plaça entre elles, son corps s'alignant au sien alors qu'il se penchait pour l'embrasser encore. La main de Tom était dans les cheveux de Georg alors qu'il levait son bassin pour écraser son sexe contre le sien.

« Fais, fais quelque chose », haleta-t-il. La main droite de Georg descendit le long du flanc de Tom et il serra fort sa hanche.

« Ok », répondit-il, embrassant son front. « Ok... ».

Tom sentit le pénis de Georg cogner contre l'arrière de ses testicules, descendant pour caresser la raie de ses fesses. Il gémit lorsqu'il le sentit contre son entrée et Georg colla sa joue à celle de Tom.

« Merde », grogna-t-il. « Je peux pas. » Il rua ses hanches, forçant un peu contre l'entrée de Tom.

« Si, si, si », répondit Tom. « Tu peux, je te jure que tu peux. »

« Mais, tu n'as pas...merde, ça va te faire mal. Je peux- »

« Je m'en fiche! », coupa Tom, arquant son dos et forçant presque le bout du pénis de Georg à l'intérieur de lui. Georg demeura immobile et Tom geignit.

Le bassiste posa ses avant-bras de chaque côté du visage de Tom et leurs regards se fixèrent mutuellement. « Ça peut être dangereux », murmura-t-il, levant une main pour caresser le front de Tom. « Ça pourrait vraiment te faire mal », continua-t-il, ses sourcils froncés avec inquiétude.

Tom hocha la tête, mordant sa lèvre. « Oh », souffla-t-il. « Attends, j'ai, dans mon pantalon...»

« Quoi? », demanda Georg.

« Bill l'a acheté pour moi, c'est pour mes doigts quand je joue trop. »

« Lotion? » Tom hocha la tête. « On pourrait peut-être essayer. »

« Ouais », répondit Georg, se redressant pour saisir le pantalon de Tom au bout du lit.

« Dans la poche arrière », murmura Tom, se redressant légèrement sur ses coudes.

Georg se saisit du petit flacon de lotion. « Ça marche ce truc ? »

« J'ai encore jamais essayé. S'il te plait » gémit-il, ses coudes ne le supportant plus.

« Ok. » Georg posa une main sur le ventre de Tom et caressa sa peau, ouvrant le petit pot avec sa main libre. Il le pressa légèrement, en déposant un peu dans sa paume et l'amena vers sa verge pour l'étendre sur celle-ci. Il amena sa main vers les fesses de Tom et pressa un doigt enduit de lotion à l'intérieur de lui.

« Oui », gémit Tom, sa mâchoire se serrant. « Putain, oui. »

« Merde », siffla Georg. « Est-ce que je peux? »

« Je suis celui qui te dit que tu peux depuis tout à l'heure » gronda Tom, sa main descendait le long de son corps pour entourer le poignet de Georg alors que le doigt de celui-ci le caressait à l'intérieur. Il tira sur le poignet, poussant l’index de Georg hors de lui.


Il sentit, de nouveau, son sexe contre son entrée et Georg entra lentement en lui.

« Oh mon dieu », gémit Tom, courbant son dos, sa main se posant sur son visage. Georg se coucha sur lui et chassa sa main. « Je veux te voir », gémit-il également. « Merde, t'es...merde », siffla-t-il, mordant sa lèvre alors qu'il était complètement à l'intérieur de Tom.

Ce dernier plaqua ses mains sur le dos de Georg, le bout de ses doigts se plantant dans sa peau et il respira de manière haletante. Tom enfonça son visage contre son épaule presque durement, l'inhalant longuement.

« Je... » Tom mordit Georg faiblement et lécha sa peau. « Bouge...s'il te plait. »

Georg se retira et le pénétra encore, les cuisses de Tom emprisonnant presque ses hanches. Il le serrait tellement contre lui que Georg ne pouvait presque plus bouger.

« Tom, tu dois me laisser... »

« Je sais », répondit Tom, son front posé dans le creux de son cou alors que Georg était toujours enfoncé en lui. Il relâcha la pression autour du corps du bassiste permettant ainsi à Georg de bouger lentement, dans des mouvements amples et sans réel rythme.

« Oh. » Le visage de Tom se tordait légèrement, ses sourcils froncés, sa lèvre inférieure emprisonnée entre ses dents, l'air sortant rapidement de ses narines. Les yeux de Georg étaient plissés. Il aurait voulu embrasser le corps tout entier de Tom à cet instant. Pourtant, ses lèvres se posèrent simplement sur son cou et il respira contre lui.

« Encore », gémit Tom et la courbe de son dos s'accentua encore plus. Georg ne gémissait pas, mais sa respiration était rapide et bruyante et elle fit frémir Tom.

Georg l'embrassa, malhabilement sur les lèvres et alla en lui encore et encore.

« C'est ok...comme, ça? », demanda-t-il contre sa bouche, le pénétrant un peu plus rapidement. Tom hocha vivement la tête et se contracta autour de Georg.

« C'est... » Il serra ses yeux encore plus fort lorsqu'il sentit la verge de Georg se frotter contre sa prostate. « Un peu plus, s'il te plait. » Tom haletait et semblait concentré, sa tête partant vers l'arrière.

Georg le pénétra un peu plus fort, une de ses mains sur la joue de Tom alors qu'il embrassait sa tempe. Tom gémit et couina. « Oui », murmura-t-il entre deux courtes respirations.

Il entoura ses bras autour du cou de Georg et fit passer une main dans ses cheveux. « Merde », gémit-il, s'étouffant presque. « Tu me… », il se coupa, sa mâchoire se serrant, celle de Georg également. Ils étaient tellement proches.

« Je te quoi? », demanda-t-il. « Dis...dis-moi. » Sa bouche longea la mâchoire de Tom et celui-ci ouvrit la bouche pour parler, mais il gémit à nouveau, tremblant et se resserrant encore autour de Georg.

« Tu me fais me sentir comme si, comme si j'étais la meilleure personne du monde », répondit-il, la gorge serrée et ses yeux se voilant sans trop qu'il ne sache pourquoi.

Les yeux de Georg eurent à peine le temps de parcourir chaque parcelle du visage de Tom avant qu'il n'écrase sa bouche contre la sienne et jouisse à l'intérieur de lui, sans bruit, son corps se contractant presque entièrement.

« Oh mon dieu, merde, Geo, Je - », Il fit glisser sa main entre leur deux corps et serra son sexe dans sa main. Il jouit, presque en silence et le front de Georg se retrouva collé au sien, leurs lèvres s'effleurant à peine, leur souffle s'embrassant. Georg sortit de Tom et ce dernier laissa échapper un bruit d'inconfort.

« Je suis fatigué », murmura-t-il. Ses yeux mouillaient et il les cligna rapidement.

« Tom- »

« Je t'aime », coupa-t-il, tournant la tête. « J'arrive pas à me sentir comme ça...quand je, quand je suis avec les filles, je, merde, je sais pas », déballa-t-il rapidement, s'étouffant presque avec ses mots. « J'ai la tête qui tourne », souffla-t-il et une larme coula le long de sa joue.

Georg caressa son menton avec son pouce afin qu'il tourne la tête vers lui. Il ne le fit pas et Georg posa son front contre sa tempe. « Je t'aime depuis la première fois où on s'est embrassés au studio », chuchota-t-il et la respiration de Tom était de plus en plus calme.

« Je vais dormir », répondit-il, fermant les yeux et se retournant pour se coucher sur le côté et s'écarter de sous Georg. Le bassiste se retrouva le torse collé au dos de Tom.

« Serre-moi », entendit-il Tom dire tout bas et il entoura sa taille de son bras, le serrant contre lui le plus fort qu'il pouvait.

Ils finirent par s'endormir, aux côtés des deux instruments.

***

Tom roulait rapidement sur l'autoroute. Il roulait tellement rapidement que s'il avait une collision, il mourait sur le coup, assurément. Il était tellement en colère, il fulminait et ses mains s'étaient pâlies tellement il serrait fort son volant. Il dut se concentrer pour ne pas le lâcher et cogner le siège passager de son véhicule avec un poing ferme.

Il l'avait frappée. Et il ne regrettait pas, au contraire, il voulait la frapper à nouveau. Il voulait toutes les frapper, les faire souffrir pour toute la merde qu'elles avaient installée dans sa vie ces derniers mois. Il les détestait de tout son cœur et ça le rendait malade.

Il arrêta sa voiture lorsqu'il arriva devant l'appartement de Georg et claqua sa porte violemment lorsqu'il sortit. Il se hâta et sonna. Son souffle était rapide et ses poings fermés. Il donna un violent coup de pied au mur de brique, grognant à cause de la vive douleur que ce geste lui procura. Cela semblait le calmer néanmoins.

« Allo? », entendit-il à travers le petit haut-parleur. C'était la voix fatiguée de Georg.

« Ouvre », répondit Tom immédiatement, ses jambes tremblantes.

« Tom? Qu'es-ce- »

« Ouvre! », cria Tom, le coupant.

Georg ne répondit pas et Tom entendit la sonnerie qui lui indiqua que Georg le laissait entrer.

Il monta les escaliers rapidement, tombant presque à plusieurs reprises. Il n'eut pas besoin de frapper à la porte de son appartement, car Georg l'attendait déjà sur le seuil, ses yeux plissés parce qu'il venait de se réveiller. Il était trois heures et demie du matin.

« Putain de merde! », cria Tom lorsqu'ils se firent face et son cœur se serra, se serra si douloureusement qu'il avait l'impression qu'il allait vomir.

« Tom, what the fuck?», demanda Georg. « Et cris pas, les gens dorment! »

Le blond semblait vouloir reprendre son souffle qu'il ne se rappelait pas avoir perdu. Il tremblait et sa gorge lui faisait mal, si affreusement mal.

« Je », commença-t-il, mais il n'arrivait pas à trouver ses mots et sa bouche resta à moitié ouverte.

« Hey », murmura Georg, s'approchant de lui, son front se plissant alors qu'il semblait commencer à s'inquiéter. Il posa une main sur l'épaule de Tom pour qu'il le regarde. « Est-ce que ça va? », demanda-t-il.

« Non », répondit le blond, sa voix plus aiguë à cause de sa gorge qui se serrait continuellement. « Non, non ça va pas, ça va pas, ça- »répéta-t-il rapidement et ses yeux quittèrent ceux de Georg alors qu'il regardait nerveusement autour de lui. « Ça va pas. »

« Hey...hey », dit-il à nouveau, posant sa main sur la joue de Tom pour qu'il le regarde. « Qu'est-ce qu'il y a? », demanda-t-il.

« Les filles », répondit-il et ses mots l'étouffèrent presque.

« Comment ça les filles? »

« Je les déteste », gémit-il, grimaçant comme s'il souffrait- il souffrait vraiment, en fait. « Je les déteste tellement. »

« Qu'est-ce qui s'est passé? »

« Je », commença-t-il, déglutissant. « Je l'ai frappée, je l'ai frappée fort », dit-il et il passa sa langue sur ses lèvres sèches.

« Oh merde Tom... Oh merde », répondit Georg, sa mâchoire se serrant. « Rentre à l'intérieur », dit-il et il s'écarta pour laisser Tom passer. Ce dernier avait sentit la colère tordre l’intérieur de son ventre lorsqu'il était arrivé, mais il semblait à présent tout penaud lorsqu'il suivit Georg à l'intérieur de son appartement.

Ils allèrent dans la chambre du bassiste, parce que ce dernier savait que c'était là où Tom désirait aller de toute façon. Il savait déjà que Tom passerait la nuit chez lui.

Ils s'assirent sur le lit et le bout des doigts aux ongles courts de Tom se planta dans ses cuisses. Sa respiration était bruyante et lourde et Georg plaça sa main par dessus la sienne fermement.

« Tom », dit-il.

« Elles sont malades. »

« Tom, je suis désolé- »

« Et je le suis pas! », cria Tom, se levant. « Je suis pas désolé! Elle l'a méritée, elle l'a putain de méritée Georg! Elles sont pas normales, elles peuvent pas être normales », dit-il. Il s'était arrêté de crier et lorsque Georg croisa son regard, il lui sembla que Tom le suppliait de lui confirmer qu'il avait raison, lui suppliait de le rassurer.

Tom sentait à présent un poids énorme sur ses épaules, sa tête tournait. Il se sentait malade à nouveau. Il rigola presque, parce que tout le sérieux de la situation lui donnait ironiquement l'impression que c'était une mauvaise blague. Une si mauvaise blague.

« Tom, calme-toi. »

« Frappe-moi, Georg. Frappe-moi fort », répondit-il. Son ton était si neutre, son expression si effacée au point que le contraste que cela créait entre elle et ses paroles était dérangeant.

« Tom, arrête ça. »

Tom regarda un moment autour de lui, soupirant. Ses mains agrippèrent la bordure de son tee-shirt et il le fit rapidement passer par-dessus sa tête. Il s'approcha de Georg, jusqu'à ce qu'il se retrouve entre ses cuisses et qu'il sente la respiration du bassiste s'étendre sur son ventre.

« Pourquoi tu me frappes pas? », demanda-t-il et Georg leva la tête vers lui, Tom détournant la sienne.

« Parce que j'ai pas envie de te frapper. Pourquoi est-ce que je voudrais te frapper? », grommela-t-il. Il pencha légèrement sa tête vers l'avant et la hocha lentement, le bout de son nez allant caresser la peau du ventre de Tom. Il leva ses mains, tremblantes, et les posa sur les hanches de Tom, ses doigts calleux allant caresser faiblement sa peau douce et légèrement pâle. Il pencha la tête encore plus et son front se posa sur le creux de son ventre.

Tom ferma ses yeux et une vague de fatigue, étrangement mélangée à une excitation faisant battre son cœur plus rapidement, le traversa. Il lécha ses lèvres entrouvertes à nouveau. Sa main se posa sur la nuque dénudée de Georg, ce dernier ayant attaché ses cheveux en une queue de cheval. Habituellement, Tom aimait lorsque Georg attachait ses cheveux, car il avait le visage et le cou dégagés, mais à cet instant, il aurait voulu qu'ils soient détachés pour pouvoir les faire glisser entre ses doigts.

« Je veux qu'on le fasse », gémit-il presque.

« Quoi? », demanda Georg, relevant la tête et ses lèvres se posèrent sur le nombril de Tom.

« Je veux que tu me baises », répondit-il. Son ton était toujours neutre, mais son regard contenait une ferveur et une détermination qui fit parcourir un frisson le long de l'échine du bassiste.

« Tom...non. » Tom s'était écarté et alla s'asseoir sur le lit de Georg, aux côtés de ce dernier. Il détacha sa ceinture rapidement, maladroitement- impatiemment- et fit descendre son pantalon le long de ses jambes fines. Il se redressa et alla se coucher sur le lit, uniquement vêtu de son boxer et de ses bas.

« Tu peux enlever le reste », murmura Tom et Georg déglutit.

« Tom, c'est pas- pas maintenant. »

« S'il te plait. »

« Non. Je peux pas te baiser maintenant, ce qui vient de se passer non je, je peux pas », répondit-il en se relevant, rougissant lorsqu'il réalisa qu'il bandait. Un faible grognement resta enfoui dans sa gorge et Tom se redressa sur ses coudes.

« Viens », chuchota-t-il. « S'il te plait. »

La respiration de Georg était lourde et bruyante et il s'avança, incertain, vers son lit.

« Enlève ton haut », entendit-il Tom murmurer. Il le fit, jetant son T-shirt sur le plancher de sa chambre. Tom était toujours sur ses coudes lorsqu'il lui dit :

« Embrasse-moi. » Il tremblait et se releva de plus en plus vers Georg alors que ce dernier amena sa main à sa joue, son pouce doux caressant sa peau. Il se pencha et posa simplement ses lèvres contre celles de Tom, celui-ci se maintenant de moins en moins sur ses coudes, finissant par lentement se coucher dos sur le lit.

Les mains de Georg se posèrent sur un des oreillers, entourant le visage de Tom et il fit passer ses jambes de chaque côté de son corps, la chaleur du sien faisant haleter Tom. Ce dernier ferma ses yeux et il plaça ses mains sur le dos de Georg. Leur baiser ne s'approfondit pas et Tom serra simplement Georg contre lui avec ses bras.

« Je vais pas te baiser », murmura le bassiste contre ses lèvres et une de ses mains remonta doucement le long des côtes de Tom, caressant sa peau.

« Ok », répondit Tom, leurs visages toujours si proches que le souffle de Georg s'échouait sur son nez et sa bouche. Les sourcils de Tom étaient froncés, mais Georg ne pouvait exactement dire s'il semblait déçu, car il savait au fond de lui-même que Tom n'avait pas réellement envie qu'ils couchent ensemble.

Il pencha la tête une dernière fois et le blond sortit sa langue, léchant sa lèvre inférieure.

Georg se coucha à ses côtés et sentit Tom se retourner vers lui, sa joue se posant sur sa clavicule et son nez frôlant son cou. Il ferma les yeux et plaça son bras sur le dos de Tom, les recouvrant avec les draps. Il sentit le plus jeune retourner légèrement sa tête et ses lèvres se poser sur sa peau.

« Merci », dit-il, sa voix fatiguée.

« Je... », commença-t-il, mais il se tut lorsqu'il sentit la respiration régulière de Tom contre lui.

Je t'aime.
Revenir en haut Aller en bas
http://milayumesasha.wordpress.com/
Sasha
Geek
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1633
Age : 28
Localisation : Paris xD
Humeur : So choqued :O
Date d'inscription : 22/10/2008

MessageSujet: Re: [Vacancières] OS # 4   Mar 13 Oct - 22:32

***

Bill et Tom venaient de rentrer des États-Unis, afin de continuer l'enregistrement dans leur studio de Magdeburg. Ils n'avaient pas vu Gustav et Georg depuis environ un mois, principalement parce qu'ils n'avaient pas été en Allemagne durant deux semaines, mais également parce que ces derniers temps les jumeaux étaient principalement ceux qui enregistraient au studio.

Tom et Georg ne s'étaient pas vus depuis un mois. Ils n'avaient pas réellement pensé à l'autre à vrai dire, du moins Tom avait été trop occupé avec la production et il avait rencontré cette fille en Californie avec qui il avait couché deux nuits d'affilées. Elle avait été sympa et Tom l'avait réellement appréciée, mais ils ne s'étaient plus parlés par la suite.

Il avait appelé Georg il y a quelques jours pour lui demander s'il voulait qu'ils se voient. Tom était à présent devant la porte de son appartement et Georg vint lui ouvrir. Leurs yeux se rencontrèrent et ils ne savaient pas quoi dire. Ils se regardaient, se scrutant du regard mutuellement, comme s'ils ne s'étaient pas vus depuis tellement longtemps.

« Hey », souffla Georg. « Ça va? »

« Merde », grogna Tom. « Merde », répéta-t-il alors qu'il continuait d'observer Georg, ce dernier avec son vieux jogging gris et son T-shirt blanc. Il s'avança et l'embrassa durement sur les lèvres, ses deux mains sur ses joues et Georg eut le souffle coupé. Georg recula la tête, avançant dans l'appartement et Tom ferma la porte derrière eux avec automatisme.

Ils se firent face et Tom respirait de plus en plus bruyamment. « Tu veux m'embrasser? », demanda Georg soudainement, presque nonchalamment, sa bouche se tordant en un sourire par la suite.

« Merde », marmonna Tom encore une fois et ses mains se retrouvèrent sur le visage de Georg à nouveau alors qu'il l'embrassait encore une fois, ses lèvres sèches contre celles douces de l'aîné.

« Ils ont enlevé l'arbre », murmura Georg lorsqu'ils se détachèrent, le regard de Tom sombre et désireux, croisant le sien. « Quoi? », demanda-t-il, happant la lèvre de Georg entre les siennes. « Quel arbre? »

« On était tellement jeunes », souffla Georg, ses mains se posant sur les épaules de Tom. « Et t'étais tellement... » Le bassiste sourit un peu, posant sa bouche sur celle de Tom. Ce dernier se détacha, les sourcils froncés. « L'arbre déraciné? », demanda-t-il.

Georg hocha la tête et Tom baissa la sienne. Les sourcils du plus jeune étaient toujours froncés et ses mains se posèrent sur les hanches de Georg. Il ferma les yeux un instant et des images de scènes passées semblaient défiler derrière ses paupières closes. Georg caressa ses lèvres avec les siennes. Les souvenirs toujours en tête, il se mit à embrasser l'aîné les yeux ouverts.


« Tu faisais éclater des papillons dans mon ventre à l'époque », dit-il, s'éloignant de Georg, ses mains demeurant tout de même sur ses hanches. Georg avait le regard baissé et ses mains glissèrent sur le torse de Tom, son front se plissant un peu.

« Plus maintenant? », demanda-t-il. Il ne semblait pas blessé. Il voulait juste savoir.

« Je sais pas. Et toi? »

« Moi?...moi, hm, je sais pas non plus. »

« J'ai baisé une fille en Californie », dit Tom rapidement et Georg fronça des sourcils. « Je me suis beaucoup entraîné avec mon coach », répondit-il.

« J'ai commencé le piano. »

« J'ai...piano? ». Tom hocha la tête et ses mains glissèrent vers le creux des reins de Georg, le pressant contre lui.

« J'ai pensé à toi », grogna Tom. « Ouais, merde, piano. »

Et il écrasa ses lèvres sur celles de Georg à nouveau, rudement. Ils s'embrassèrent, se dévorèrent presque, semblant chercher à assouvir un besoin insatiable. Leurs bouches étaient enflées et ils haletaient dans celle de l'autre, les mains de Tom se posant sur les fesses de Georg. « On pourrait tellement baiser sur le piano. Merde, il est assez grand. »

« Ça serait pas confortable », grommela le bassiste. « On pourrait baiser tout simplement. »

« Baiser », haleta Tom, souriant les lèvres entrouvertes.

« Sexe », dit Georg, hochant la tête. Tom respirait chaudement, son souffle sur son visage et il se saisit de la main de Georg fermement, le tirant vers lui alors qu'il se mit à marcher dans l'appartement, vers la chambre d'amis.

« On l'a jamais fait là », dit Tom, entrant dans la pièce en entraînant toujours Georg derrière lui. D'une certaine manière, Georg se retrouva poussé sur le lit, la moitié de ses mollets pendant dans le vide et Tom par-dessus lui. « Je t'ai jamais baisé », dit-il, pressant son front contre celui de Georg tellement fort que ça faisait mal.

« Non », souffla Georg, rigolant légèrement par la suite.

« Putain », jura Tom. « Je vais te baiser », dit-il, roulant à côté de Georg et commençant à détacher son pantalon.

« Ouais? », murmura Georg, ne protestant pas, détachant son propre pantalon, même.

« Ouais... » Tom se releva et se déshabilla rapidement. Il agrippa les épaules de Georg et le poussa le long du lit, puis il tira sur son pantalon et son boxer pour les enlever et agrippa son T-shirt, tirant durement dessus, déchirant presque le tissu.

« Fais attention », grogna Georg et Tom se déshabilla également. Ils étaient nus et Tom pressa son bassin durement contre celui de Georg à plusieurs reprises, ondulant sur lui.

« Merde », siffla Georg. Tom se pencha et embrassa sa mâchoire puis son cou. « Tu me fais toujours ça », dit-il, sa bouche allant vers son épaule et il posa ses lèvres tendrement sur elle. Il se mit à l'embrasser un peu partout où il arrivait à poser sa bouche et l'intérieur du ventre de Georg se tordit, parce que c'était exactement ce qu'il faisait toujours à Tom.

Il ferma les yeux et Tom descendit le long de son corps, mordant faiblement ses hanches et embrassant tendrement son ventre. Georg était concentré, continuant de se demander pourquoi Tom faisait ça.

« Je vais te sucer », murmura-t-il et Georg sentit ses lèvres sur son pénis. « Putain », grommela-t-il.

« Je t'ai manqué? », demanda Tom tout bas, souriant pour lui-même, déposant des baisers sur la verge de Georg presque nonchalamment, ses avant-bras sous son torse.

« Je sais pas », répondit Georg, pinçant ses lèvres, ayant envie de placer ses mains sur la tête de Tom. Ce dernier se redressa un peu et prit son sexe dans sa main, le plaçant devant sa bouche et il écarta les lèvres, les faisant descendre lentement le long du pénis de Georg. « Merde », gémit-il presque, la mâchoire serrée, une de ses mains se posant vraiment sur la tête de Tom. « Moi, je t'ai manqué? »

« Hm. » Tom leva le regard comme Georg relevait la tête un peu et le plus vieux pu voir dans les yeux de Tom qu'il avait effectivement manqué à celui-ci. Tom serra sa bouche autour du sexe de Georg, l'aspirant et le léchant. Tom avait les sourcils froncés et le bassiste se redressa sur ses coudes, l'observant alors que sa tête montait et descendait continuellement, une de ses mains allant agripper le haut de sa cuisse.

Georg réalisa que Tom lui avait manqué. Il le réalisa alors qu'il se redressait de plus en plus, sa main glissant vers la nuque de Tom. L'intérieur de la bouche de celui-ci était si doux sur lui. Tom embrassa sous son membre puis ses lèvres allèrent vers ses testicules, les effleurant.

« Tu t'es fait sucer pendant qu'on s'est pas vus? », demanda-t-il, son nez caressant la base de son sexe.

« Non », répondit Georg, frissonnant. « Oui, c'était une-une fois, je, j'étais sorti en boite avec Gus et, » Les dents de Georg se serrèrent les unes contre les autres alors que la bouche de Tom était à nouveau presque partout sur son membre.« Merde », jura-t-il et Tom fit glisser ses dents délicatement le long de sa verge, se redressant finalement, à genoux entre les cuisses de Georg.

« Maintenant... », chuchota Tom, les lèvres plus foncées et légèrement enflées.

« Tu vas me baiser... », continua Georg, soufflant et mordant sa lèvre parce qu'il bandait fort et qu'il voulait de nouveau avoir la sensation de la bouche de Tom sur lui.

« Je reviens », dit Tom et il se leva, quittant la pièce et Georg fixa le derrière nu de son corps long disparaître. Il attendit un moment, serrant sa main autour de son sexe et Tom revint.

« Il était toujours au même endroit », dit-il avec un faible sourire, un tube de lubrifiant en main alors qu’il marchait vers le lit.

« Au même endroit que tu l’as laissé la dernière fois », souffla Georg. Tom était de nouveau à genoux à sa place initiale, entre les cuisses de Georg lorsqu’il ouvrit le tube.

L’aîné sentit son cœur battre de manière accélérée. « Mon dieu », pensa-t-il et il vit Tom, abordant cette moue adorable qui fit se contracter sa poitrine -Georg réalisa alors que Tom arrivait toujours à faire vaciller son cœur dans une direction qu’il n’arrivait pas à prédire, à contrôler- étendre le lubrifiant sur sa verge. Il se rapprocha de lui, pressa sa main sur sa nuque et Tom pencha la tête, son front se collant à l’épaule de Georg. Il pressa son visage contre elle et Georg se coucha lentement sur le dos.

« Ça va pas être bien », dit Tom, le regard baissé vers le corps de Georg. Tom semblait plus calme, moins hardi, mais aussi légèrement nerveux et presque timide. Georg eu une grande impression de déjà vu et il se sentit presque étourdit. Tom fixait sa main lubrifiée, le front plissé et Georg grogna.

« Fais-le. »

Tom hocha la tête lentement et plaça un doigt entre les fesses de Georg, le faisant entrer en lui et Georg cligna des yeux, serrant fort ses paupières à chaque fois.

« Oh mon dieu », murmura Tom et il se laissa tomber sur le corps de Georg, ce dernier faisant passer un bras autour de ses épaules. « C’est vrai que c’est pas bien, mais c’est ok », chuchota Georg à son oreille et Tom releva son visage pour poser ses lèvres contre les siennes. Georg l’embrassa durement, écarta les lèvres de Tom avec sa langue et caressa tout l’intérieur de sa bouche.

Tom plaça un autre doigt contre l’entrée de Georg et le fit entrer également. Le bassiste grogna et plaça son visage contre le cou de Tom. Ce dernier se sentait perdu, il avait l’impression qu’il était celui qui détenait le contrôle de la situation parce que c’était Georg qui avait le visage niché dans le creux de son cou et non pas lui.

Tom réalisa qu’il ne voulait pas avoir le dessus, même si c’était ses doigts qui étaient à l’intérieur de Georg. Il se releva un peu alors et le visage de l’aîné rencontra l’air de la pièce.

« Qu’est-ce que tu- »

« Rien », coupa Tom, retirant ses doigts lentement de Georg et plaçant son pénis contre son entrée. « T'es ok », dit-il. « Mais ça va faire mal, un peu. » Il le pénétra, s'arrêtant à certains moments, ses yeux durement fermés et sa lèvre entre ses dents qui la mordaient.

Georg grogna un peu et Tom plaça son visage contre son cou alors qu'il était entièrement en lui. « Hm », gémit-il et il sentit les mains de Georg contre son dos.

« Juste...fais-le », murmura Georg et le ventre de Tom se creusa. Il se retira de lui et le pénétra encore, les mains de Georg glissant sur son dos alors qu'il entourait son corps de ses bras. « Ouais », dit-il.

« C'est tellement bon », gémit Tom, presque dans une plainte et il inspira contre le cou de Georg. « Je sais », répondit celui-ci, une de ses mains allant vers les fesses de Tom et il en serra une.

« Continue », dit Georg, alors que Tom s'immobilisait au-dessus de lui. Georg voulait que Tom continue, il voulait que Tom jouisse comme ça. Alors, Tom continua, sortant de Georg et entrant en lui de manière désordonnée. Le bassiste était silencieux et Tom respirait rapidement, couinant par moment.

Georg finit par gémir un peu lorsqu'il sentit Tom toucher sa prostate. C'est ça pensa-t-il, fermant les yeux et revoyant des images de Tom qui gémissait sous lui, son dos cambré et le visage tordu. Ses deux mains se pressèrent contre les fesses de Tom, l'immobilisant et le guitariste couina.

« Laisse...laisse-moi », haleta-t-il et les mains de Georg glissèrent vers son dos à nouveau. Il continua, criant vraiment- Tom ne criait jamais vraiment, Tom couinait, respirait rapidement, gémissait - et Georg frissonna violemment.

« Je », réussit à dire Tom. « Merde. »

« T'es...t'es proche? », demanda Georg, ses mains serrant ses hanches et Tom geignit longuement. Georg le sentit venir et il écarquilla les yeux. « Merde », grogna-t-il et il prit son pénis dans sa main, se branlant rapidement malgré le corps de Tom sur lui.

Il jouit sur son ventre, mordant sa lèvre, ses bras se tendant et son dos se courbant un peu. « Putain, putain, putain », grogna-t-il et Tom geignit encore. Il roula sur le côté et son torse s’élevait rapidement. Georg fit passer sa main sur son visage et Tom croisa ses bras sur son torse.

Tom avait la gorge tellement serrée qu’il respirait difficilement, son cœur battant toujours rapidement à cause de son orgasme. Soudainement, ses yeux le piquèrent et il tourna la tête vers Georg. Il le fixa reprendre son souffle, il fixa sa bouche, sa mâchoire et ses yeux clos et sa propre mâchoire se serra, ses lèvres se pinçant.

Georg tourna la tête vers lui aussi après un moment, leurs regards se rencontrant et Tom gémit faiblement, sa gorge lui faisant encore plus mal. Georg se redressa, ses sourcils froncés et il posa une main sur la joue de Tom.

« Hey », murmura-t-il et Tom ferma les yeux. « Désolé », dit-il. « Désolé. »

« Désolé pour quoi ? », demanda Georg. « Tom, qu’est-ce que t’as ? »

« Je sais pas », répondit-il. « Je sais pas. » Il ouvrit les yeux et ils se mouillèrent, son menton se mettant à trembler, ses narines s’agrandissant un peu alors qu’il respirait longuement. Il se rendit compte de tous les sentiments et sensations qu'il éprouvait à cet instant et ils semblèrent l'étouffer. Tom se sentit faible. « Merde », geignit-il, plaçant sa main devant sa bouche et des larmes se mirent à couler sans qu’il ne puisse les contrôler.

Georg fixa Tom, ne sachant pas quoi faire et Tom se redressa, s’asseyant sur le lit. « J’y vais », dit-il. « Je-je peux dormir dans ta chambre ? », demanda-t-il, sa voix plus aiguë et Georg se sentit complètement perdu.

Il hocha la tête et Tom se leva hors du lit, tendu et pleurant toujours. Tom quitta la pièce et Georg baissa la tête. Il se glissa sous les draps du lit lentement, tremblant un peu et se retourna pour enfoncer son visage contre un des oreillers.

Tom était dans la chambre de Georg, complètement nu et assis sur son lit. Il se glissa lui aussi sous les draps, tremblant toujours et colla également son visage à un des oreillers du lit de Georg. Il s’enroula complètement dans les draps et tenta sans le savoir de trouver l’odeur de Georg en inspirant l’oreiller.

Il ne la trouva pas et il mordit sa lèvre encore plus fort. Il tenta de reprendre une respiration régulière et ferma les yeux pour s’endormir.

Georg leva les yeux vers le cadrant sur la table de chevet et vit qu’il n’était que vingt-trois heures. Il n’était pas fatigué et l’odeur de Tom était partout sur les draps.

Un quart d’heure passa et Georg vit Tom entrer dans la chambre d’amis à nouveau, toujours nu et les bras sur son torse. Il s’assit sur le lit et Tom avança vers lui. « Je peux dormir ici ? », demanda-t-il et Georg hocha la tête. Ils se couchèrent et le bassiste s’avança pour entourer Tom de ses bras, le serrant fort, parce qu’il savait que c’était ce que Tom voulait. Le plus jeune s’endormit rapidement et Georg trouva le sommeil seulement quelques heures plus tard.

***

Georg avait rencontré une fille. Cette fille l’aimait bien et lui l’aimait bien également. Elle était son type, le type de fille avec qui Georg s’imaginait avoir une relation sérieuse. Elle s'appelait Anie et était une amie de la famille du côté de sa mère – il ne connaissait pas énormément la famille du côté de son père- dont il avait fait la rencontre il y a quelques temps.

Elle était gentille et sa présence était agréable, elle avait ce sourire doux et chaleureux et Georg parvenait à la trouver parfaite, sans tout de même éprouver des sentiments pour elle. Ou peut-être que si, mais Georg n’avait pas réellement eu de sentiments pour une fille depuis longtemps.

Et puis, Anie était une fille vraiment, vraiment bien.

Georg se trouvait au studio avec Bill et Tom. L’enregistrement de l’album était presque terminé et il devait enregistrer quelques chansons.

« Je peux pas croire que ce soit enfin fini », soupira Bill, une main sur son front, arquant son dos, s’étirant sur sa chaise.

« Enfin ? », lança Georg. « Ça fait à peine un an qu’on enregistre hein. »

« Ça a parut plus long », répondit Bill, les sourcils froncés.

« Ça a parut énorme tu veux dire », grommela Tom. Il était malade et semblait fatigué.

« Les gars, on a finit pour aujourd’hui. » Benjamin venait d’entrer dans la pièce. Ses paupières étaient tombantes et il bailla.

« Oh et y’a une voiture qui est passée environ cinq fois devant le studio et juste, faites attention, ok ? »

Bill tourna la tête vers Tom et ce dernier grogna. « Bande de connes », dit-il.

« Ce ne sont peut-être pas- »

« Je m’en fous », coupa Tom. « Les autres étaient une bande de connes. »

Georg se sentit mal à l’aise et Bill soupira, s’étirant une dernière fois sur sa chaise et il prit une petite bouchée de sa pizza. Ils se levèrent et récupérèrent leurs affaires, sortant de la salle d’enregistrement.

« Je peux te parler ? », demanda Tom à Georg, agrippant l’avant-bras de celui-ci.

« À propos de quoi ? »

« Rien », soupira Tom. « Tu viens ? »

Bill passa à côté d’eux. « Tom, je t’attends ou… ? »

« Tu peux rentrer sans moi », répondit Tom et Bill hocha légèrement la tête. « On se revoit à la maison », dit-il alors qu'il quittait le studio, laissant Tom et Georg seuls dans un des corridors.

« J’ai rencontré une fille », dit Georg rapidement.

« Hm ? »

« Anie. Elle, elle est vraiment bien, tu la trouverais sympa. »

« On aime le même genre de filles », grogna Tom, tournant la tête.

« Ouais », souffla Georg. « Et…elle, enfin, on dirait qu’elle veut qu’il y ait quelque chose de sérieux, enfin, tu vois ? »

« Oh. »

« Ouais. » Georg pinça ses lèvres et Tom releva la tête vers lui. « Je comprends », souffla-t-il, ses sourcils froncés. « Wow, quand même. »

« Je sais », répondit Georg. « Je sais. »

« Tu veux avoir une relation sérieuse ? », demanda Tom et Georg hocha la tête. « J’ai vingt-deux ans et j’ai pas eu de relation sérieuse depuis, depuis toi », répondit-il et il y eut un silence.

« Qu’est-ce qu’on fait ? », demanda Georg finalement et Tom haussa les épaules. « Je sais pas », répondit-il. « Aie une relation sérieuse. »

« Mais- »

« Tu sais », coupa Tom. « Peut-être que c’est mieux. Peut-être qu’on n’est pas vraiment fait pour, ouais, merde, essaie avec cette Anie. »

« Tom », dit Georg, sa voix basse, grave.

« Quoi ? »

« Je sais pas », souffla Georg, passant sa main sur sa nuque.

« On devrait peut-être essayer, chacun de notre côté et après, si ça fonctionne pas… »

« Après on verra », dit Georg.

« Ouais. »

« Peut-être qu’il suffit juste qu’on essaie. »

« Exactement. Et ouais, au pire… »

« On verra. »

« Ouais. »

Tom toussa, parce qu’il était malade et il était conscient de ce que lui et Georg venaient de se dire.

« T’as besoin de dormir », murmura Georg. « Je vais rentrer chez moi. »

Tom hocha la tête. « Ouais. » Georg sourit un peu, les lèvres légèrement pincées et il se retourna pour quitter le studio.

« Geo ! », lança Tom et il se retourna. « Oui ? »

« Merci. » Tom sourit légèrement, timidement, une main sur son coude, le serrant. Georg rigola nerveusement et s’avança vers Tom rapidement, passant un bras autour de sa nuque et l’attirant contre lui. Tom ne bougea pas et entoura Georg avec ses bras par la suite, le serrant contre lui. Il sentit le bassiste inspirer longuement.

« Faudrait pas que quelqu’un passe par ici », rigola faiblement Tom et Georg s’éloigna de lui. « Ouais », répondit-il, cette impression de déjà vu toujours encrée en lui.

« Allez, je vais rentrer chez moi », souffla Georg et Tom se détacha de lui.

Ils marchèrent en silence jusqu’à leurs voitures et se dire au revoir, rentrant chez eux chacun de leur côté.

Tom ouvrit la porte de son appartement et marcha vers la cuisine, où Bill était, préparant du thé.

« Tu dors pas ? », demanda-t-il.

« Mais oui, je suis somnambule là. Un somnambule qui n’arrive pas à dormir. »

« Je suis mort de fatigue. »

« Va dormir alors. » Bill se servit une tasse de thé et l’amena à ses lèvres pour en prendre une petite gorgée qui lui brûla le bout de la langue.

Tom haussa les épaules. « Ouais. » Il marcha vers Bill et prit une tasse, s’adossa au comptoir à côté de lui. « Merde, sers-moi du thé. »

« Il s’est passé quelque chose avec Georg, hm ? », demanda Bill, prenant une autre gorgée de thé et Tom fronça les sourcils. « Qu’est-ce que tu veux dire ? »

« Tom. »Bill rigola un peu. « Je suis tombé sur vous une fois quand on enregistrait Schrei. »

« Quoi ? »

« Ouais. »

Tom déglutit et détourna le regard. Il se sentit embarrassé et il entendit Bill rigoler un peu à nouveau. « Pourquoi tu- pourquoi t’es pas venu m’en parler ? »

« Pourquoi est-ce que tu n’es pas venu m’en parler ? », répliqua Bill, le front plissé.

« Je, j’en ai jamais parlé, c’était, putain c’était rien. C’est finit. » Ce n’était pas rien, pensa Tom immédiatement après. « Je vais dormir. » Il versa son thé dont il n’avait pas pris de gorgés dans l’évier. « Bonne nuit. »

Bill le regarda partir avec un petit sourire et finit son thé.

Tom dormit très mal cette nuit malgré la fatigue et ce n’était pas seulement parce qu’il était malade.

***

Ils jouaient sur scène, sur une petite scène en acoustique. C’était la première fois depuis presque un an et ils retrouvaient leur public à nouveau, retrouvaient le plaisir de performer, même si ce n’était que sur une petite scène avec que quelques centaines de fans devant eux. L’album était finit et tout recommençait.

Gustav jouait un peu pendant les chansons en acoustique et souriait intérieurement, parce qu’il était fier de jouer et que la scène lui avait manqué, même s’il ne l’avait pas vraiment manifesté. Il s’imprégnait des nouvelles chansons peu à peu et regardait les fans du fond de la scène chanter les paroles de leur single qui n’était pas encore officiellement sorti.

Le cœur de Bill battait fort dans sa poitrine et il se sentit confortable, assis sur son tabouret, baignant dans la chaleur de la salle qui faisait couler quelques gouttes de sueur le long de ses tempes vers sa mâchoire. Bill était ému et heureux, il l’était en voyant les fans devant lui. En fermant les yeux à certains moments alors qu’elles se mettaient à chanter, il pouvait presque parfaitement se les imaginer, leur image remplaçant le voile noir que créaient ses paupières closes devant ses yeux.

Georg observait tout dans la salle, les fans et les autres membres sur scène. Il jetait des coups d’œil discrets aux fans plus au fond de la salle comme Gustav et sourit un peu lorsqu’il en vit quelques unes pleurer. Il eut envie de leur parler, sans trop savoir quoi leur dire, mais simplement leur parler, à ces filles qui pleuraient pour lui et aussi pour le reste du groupe.

Et puis, il contempla Tom, Tom qui comme lui regardait les fans et les autres membres du groupe. Tom jouait le dos légèrement courbé, les yeux souvent à moitiés fermées, les lèvres entrouvertes. Ils se regardèrent l’un et l’autre à certaines reprises et les yeux de Tom se fermèrent entièrement.

Ils jouaient en acoustique ce soir et donc les deux musiciens avaient laissé respectivement la Gibson et la Sandberg au studio. Les deux instruments se faisaient face sur leurs socles placés aux deux extrémités de la pièce alors que leurs propriétaires continuaient de jouer, donnant vie aux chansons qu’ils interprétaient

La guitare et la basse semblaient se sourire.







Demande de Stern

Spoiler:
 


Dernière édition par Sasha le Mer 2 Déc - 18:16, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://milayumesasha.wordpress.com/
Mary
Duchesse du Forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6249
Age : 25
Localisation : Glasgow
Emploi/loisirs : Trekkie
Humeur : Right as rain
Date d'inscription : 23/10/2008

MessageSujet: Re: [Vacancières] OS # 4   Mer 14 Oct - 0:02

DUUUUUH! Mais je t'aime toi, auteur de mes rêves! *___* (Toute façon tout le monde sait qui c'est xD)
DU TORG, DU TORG, DU TORG! *gambade*
Omfg, j'ai trop aimé. Même si ils finissent pas ensemble, j'ai trouvé que ça sonnait assez juste.
Puis le truc avec Gibson et Sandberg.<3
Et je trouve qu'on a pas eu assez de relation Bill/Tom (je sais c'est pas le sujet, mais si l'un sort avec quelqu'un d'autre, je veux voir la réaction de l'autre, plus en détail genre Tom dans Where I belong quoi éè)...
Mais c'était trop bien sur tous les niveaux. Déjà la qualité d'écriture quasi parfaite, les petits trucs qui font que t'es grillée à trois km, la douceur qui se dégage du truc...
Juste, merci, merci, merci! I love you
Revenir en haut Aller en bas
Sasha
Geek
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1633
Age : 28
Localisation : Paris xD
Humeur : So choqued :O
Date d'inscription : 22/10/2008

MessageSujet: Re: [Vacancières] OS # 4   Mer 14 Oct - 0:15

Juste... raaaaah je sais pas quoi dire tellement je suis sur le cul ôô

C'est super bien écrit, ça répond entièrement à la demande, on se sent tellement comblé en lisant cet OS ** et puis c'est beau, ça prend aux tripes, ça fait frissonner, ça donne tellement envie que ça soit vrai, ça finit bieeeen ** c'est réaliste, c'est plausible un truc de ouuuuuf :O *veut que ça soit vrai*

Bref, un énorme bravo à l'auteur parce que là vraiment chapeau ! Je suis une totale quiche en review donc désolée, mais je tenais à exprimer toute mon admiration pour cet OS *O*

Oh et aussi je suis super fière de moi quand je vois que c'est grâce à moi que l'auteur à écrit ça Very Happy *sort*
Revenir en haut Aller en bas
http://milayumesasha.wordpress.com/
Tulipe
Célébrité
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1935
Age : 25
Localisation : Au bloc opératoire.
Emploi/loisirs : Infirmière
Humeur : Aqueuse
Date d'inscription : 26/03/2009

MessageSujet: Re: [Vacancières] OS # 4   Mer 14 Oct - 0:21

Huhu, j'ai kiffé ma raaaaaace \o/
Review déjà faite, j'ai un peu la flemme de tout réécrire, mais faut retenir un truc, c'est que j'ai trop aimééé *____*
La fin est trop tord-tripes (quand Frédéric dit que l'amour dure 3 ans =O), c'est trop horrible sans être triste, c'est affreux !
Et puis la dernière phrase I love you
J'aime bien l'évolution des personnages, j'aime voir leurs sentiments évoluer, et surtout, surtout, j'aime plus que tout leur premier b'sou sur l'arbre déraciné, et quand ils jouent avec Gib et San =')

Edit : UUUUUUUUH !!! Oh nan c'est pas possible, j'suis hystériiiiiiiique à cause de c'fucking OS \o/
*court partout*
Revenir en haut Aller en bas
Youlia*
Marquise du Forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4897
Age : 25
Localisation : DTC (:
Humeur : Sucrée/Salée
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: [Vacancières] OS # 4   Mer 14 Oct - 0:33

Putain, cet OS je l'ai attendu, vraiment, vraiment attendu! Depuis la première fois que j'ai lu la demande cet été, j'en pouvais plus d'attendre. Et là. Oh mon Dieu. C'est terrible parce qu'au final je sais même pas quoi dire, je sais genre pas par où commencer ni comment, alors que putain, il y en a des choses à dire sur cet OS. C'était juste encore mieux que j'avais pu l'imaginer. Je savais à l'avance que ça allait être une tuerie mais là putain, un grand bravo à l'auteure pour avoir écrit cette merveille. Et j'arrête pas de pleurer parce que c'est tellement réussi, j'arrive pas à décrire cette impression, c'était juste tellement puissant. La fin est juste comme il le fallait. Nan mais la dernière phrase quoi! é_è Et pas seulement, toute cette partie de fin, c'est tellement comme un message d'espoir, pas seulement pour Tom et Geo mais pour TH en général et ça fait du bien de lire ça, ça me fait les aimer encore plus. Et pareil quand je lis les passages du début, au commencement de leur histoire, celle des TH mais celle de Geo et Tom aussi. Et putain, quand je lis ça j'ai envie de croire au Torg comme jamais!
D'ailleurs, parlons-en, du Torg! La relation que tu nous as décrite ici est tellement intense et c'est fou comment tu as si bien fait passer toutes les émotions. C'était tellement fort! Déjà, rien que quand ils se rencontrent on voit que Geo a un faible pour Tom, c'est tellement évident et j'ai adoré le fait que ce soit lui qui aille en premier vers Tom, que ce soit le premier à l'embrasser et que la suite se fasse tellement naturellement, comme si c'était évident entre eux. Et ce que j'ai adoré aussi, c'est le fait que Tom ait autant besoin de Geo, comme quand la première fois qu'ils couchent ensemble et qu'il dit qu'il a besoin de le sentir en lui, ou encore quand il lui dit "serre-moi" après qu'ils aient couché ensemble. C'est juste tellement touchant et fort! Et j'ai adoré aussi cet espèce de césure entre les "débuts" de TH, les deux premiers albums quoi, et l'époque de maintenant, à partir du moment où Tom frappe la stalkeuse, là, on voit qu'ils sont devenus des hommes, des adultes, plus juste des ados, et ouais, je saurais pas trop expliquer ce que j'ai aimé la dedans, mais j'ai aimé! Ca m'a touché en quelque sorte...(oui, tout m'a touché dans cet OS en fait u_u).
Et, ouais, il y a plein de passages vraiment bien écrit et intenses que je pourrais citer. Comme le "tu me fais sentir comme une fille" (qui est juste trop bandant + attendrissant en même temps u_u), ou encore "Et inversement Georg regarda Tom ce soir-là, leur regard se rencontrèrent et le guitariste de deux ans et demi son cadet fit éclore quelques papillons dans le ventre de Georg pour la première fois. " et en plus, plus tard dans l'OS on apprend que c'est à ce moment là que Geo est tombé amoureux de Tom et c'est tellement sensé! Enfin, je sais pas, j'arrive pas à m'expliquer T_T mais juste, on voit que tout est réfléchit quoi et c'est bien.
Et euh, ouais, je sais plus quoi dire. Et j'ai écrit un putain de pavé qui je suis sure est trop illisible T__T Désolée pour ça T__T

En bref, ouais, bravo! Je sais que tu t'es grave investie dans cet OS et ça vallait putain le coup parce qu'il est grandiose.

Voilà.

Et en me relisant je me suis rendue compte que, oui, c'est illisible mais que en plus je sens que j'ai oublié des trucs mais ils viennent pas so, tant pis.
Revenir en haut Aller en bas
La£ti
Icone du forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2439
Age : 28
Localisation : Londres
Emploi/loisirs : Mangeuse de Bounty
Date d'inscription : 25/10/2008

MessageSujet: Re: [Vacancières] OS # 4   Mer 14 Oct - 0:54

Commme j'ai trop gagatisé pour cet OS. Certaines scenes sont trop *_*.
Les pesonnages sont tellement attachants. Et puis tu y mets tellement de détails et de coeur dans ton écrit, qu'on a l'impression de les connaitre. Et c'est trooop bien.
Tres bon OS. Et puis ça respecte bien la demande et tout!
Very Happy
Merci <3
Revenir en haut Aller en bas
Chachouille
Duchesse du Forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5960
Age : 25
Localisation : Nancy :9
Date d'inscription : 23/10/2008

MessageSujet: Re: [Vacancières] OS # 4   Mer 14 Oct - 20:10

Oh merde, j"ai genre pas de mot quoi .__.
Je... Tu m'as fait aimé le torg! Tu m'as fait aimer les lemons torg!
et c'était si réaliste, si beau, si douloureux à la fin et haaaaaaa mais haaaaa.... *___*
Franchement, j'pense que y'a pas de meilleur compliment que je puisse faire : "J'ai aimé du torg, probablement pour la première et unique fois de ma vie" ! I love you
Juste bravoooo!
Et genre tout se passe pas trop vite ni trop lentement, juste bieeen et *___* Bubuuu j'ai pas de moooooooooot!
Encore bravo!

_________________
Trust me, I'm the Doctor

http://theboggartinthewardrobe.tumblr.com/
http://acatintheusa.wordpress.com
http://chachouilletraductions.skyrock.com
Revenir en haut Aller en bas
http://www.chach-ouille.skyblog.com
Pitch'
Duchesse du Forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5148
Age : 27
Localisation : next to Paris
Humeur : Déprimée.
Date d'inscription : 08/12/2008

MessageSujet: Re: [Vacancières] OS # 4   Jeu 15 Oct - 3:34

Sasha a écrit:
Bref, un énorme bravo à l'auteur parce que là vraiment chapeau ! Je suis une totale quiche en review donc désolée, mais je tenais à exprimer toute mon admiration pour cet OS *O*

TOOOORG =D
Revenir en haut Aller en bas
http://pitchoun3.wordpress.com/
obsedum sexualis
Indispensable
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1056
Age : 34
Localisation : vu son âge....bientôt en maison de retraite
Emploi/loisirs : buveuse professionnelle de Sobieski
Humeur : zen attitude
Date d'inscription : 09/11/2008

MessageSujet: Re: [Vacancières] OS # 4   Jeu 15 Oct - 19:43

WOAW!!!
juste...j'ai même pas de mot quoi
c'était....c'était woaw quoi j'suis en totale admiration

Revenir en haut Aller en bas
Dine
Duchesse du Forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 7132
Age : 24
Date d'inscription : 23/10/2008

MessageSujet: Re: [Vacancières] OS # 4   Dim 18 Oct - 15:13

Merci de m'avoir fait aimer un TORG, merci d'avoir fait un Tom que j'adore : touchant, timide et maladroit, merci de m'avoir fait aimer les lemons Torgien (;o) et juste merci pour cet écrit magnifique ! J'étais réticente au début, je pensais pas du tout aimer et en fait, c'est juste un pur chef d'oeuvre ! bravo, bravo, bravo I love you
Revenir en haut Aller en bas
Gab'
Icone du forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2036
Age : 31
Date d'inscription : 23/10/2008

MessageSujet: Re: [Vacancières] OS # 4   Lun 26 Oct - 4:42

Le continent d'origine de cet OS est tellement grillé XD

C'est dommage qu'il n'y ait pas la demande de départ, j'aurai bien aimé savoir ce que c'était Surprised (Ca m'a fait rire de voir qu'ici aussi on causait de Patrick XD)



Au début de l'OS, je me suis dit qu'il fallait absolument qu'il y ait du G/G et du twincest.
A la fin de l'OS, je le pense toujours. Parce qu'alors, ça aurait été au moins tout aussi grandiose, merveilleux et fantastique.

Parce que je suis une vieille qui a ses petites habitudes, et que bah le Torg, ça tue.

Mais c'est exactement le type de Torg que j'aime (comme je l'ai déjà dit, tout peut se lire tant que c'est bien écrit. Et là, c'est plus que bien écrit.)

C'est un Torg plus doux que ceux d'Alo, avec moins d'amertume, moins de dureté, c'est plus rond, oui, plus doux.

Mais c'est tout aussi prenant, on se retrouve emporté dedans à son corps défendant, et on y croit, même si on veut pas.

Toutes les scènes sont bien, et bien que ce soit long on en voudrait encore, pour saisir toutes les évolutions, toutes les facettes de la relation, ce qui les sépare et ce qui les rapproche.

Les dialogues sont touchants, il y a des passages poignants, Tom a l'air si fragile, Georg si présent, il y a souvent beaucoup d'émotions, et tout ça nous parvient si bien. Il y a une ambiance, une atmosphère, on est dedans, et c'est chaud, c'est agréable.

Toutes les scènes sont touchantes d'une façon ou d'une autre, il y a un souci du détail qui rend tout crédible, tout présent, un geste qu'ils ont, une phrase qu'ils disent, une précision.

Bref voilà, j'ai adoré cet OS, on sent toute la volonté de l'auteur d'honorer son mandataire (paske oui je sais ce que ça fait d'avoir à écrire pour Alo ^^;; ), et à mon avis l'hommage est plus que réussi. Le temps passé et le travail fourni aboutissent à quelque chose de fantastique, un OS comme je les aime, du Torg comme je l'aime, bien malgré moi.

Merci à l'auteur, bravo à l'auteur.


...


Au début de l'OS, je me suis dit qu'il fallait absolument qu'il y ait du G/G et du twincest.
A la fin de l'OS, je le pense toujours. Parce qu'alors, ça aurait été au moins tout aussi grandiose, merveilleux et fantastique.

Mais je pense aussi, malgré cette fin pourtant pas dramatique, une chose bien étrange...

MON DIEU MAIS IL FAUT ABSOLUMENT QU'ILS FINISSENT ENSEMBLE, PENDEZ ANIE ET TOUTES CELLES DE SON ESPECE !!!!!!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
http://gabuliellu.skyrock.com/
lel_chan
Marquise du Forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4930
Age : 27
Localisation : Derrière toi
Emploi/loisirs : Psycho / ToHo / Dodo.
Humeur : Tèje.
Date d'inscription : 23/10/2008

MessageSujet: Re: [Vacancières] OS # 4   Mar 10 Nov - 17:27

HAAAAAAN en lisant je savais qu'il y aurait pâs de GG mais POUTAIN je suis méga frustrée qu'il n'y en ai pas, et en plus tu fais partir ça sur du GG je le sais ç_ç huuuuu, mon gustid'amourchérie *berce* vilain patrick, vilain èé

BIIIIILL Court il est TROOOP MEUGNON *____*

DIIIIIIIIIIIIIIIIIH *glousse glousse glousse* oh putain mais Gus et Geo sont tellement fais l'un pour l'autre ouais *____*

OK Bill est carrement moins mignon du coup xD
Geooorg *roucoule*

Uhuuuu *glousse* citropmignonsamère *____* j'aime quand ils sont sur scene pour la premiere fois (l) Et Gustav et le muffin, mythiiiiqueuuuh xD

OHMONDIEU ouiiiiii *___* "tu me fais sentir comme une fille" dit tom HIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII *sort*&

Putain... *frissonne* ok, c'ets vraiment... ça a l'air vraiment bon, j'imagine bien le studio et g et t dans les wc a se toucher, juste comme ça, bon dieu.


Huhu, c'ets jsute trop mignoooooon (et en meme temps j'ai la sensation que ça va mal se passer, ç_ç)

Ok, par contre ça c'ets salement pas sympa, comme lemon. Ugh, je me sens salie, pour tom, et juste... non, c'est pas cool, je deteste ces scenes encore plus que les scenes de pseudo suicide et autre foutu angst, c'ets jsute horrible putain.

Hu, le gibsand *_____*


Haaaa, bien mieux le second lemon Very Happy même si je reste traumatisée par le premier, ugh.

Buh, ca devient douloureux... *a surtout ses regles*

Oh putain, okay, ça, ça fait de l'effet, tom qui veut baiser georg *frissonne*


Ok, c'ets jsute horrible. Je pleure comme une merde, je savais que je devais pas lire un truc qui avait l'air si mignon et tout c'ets jsute horrible bon dieu, ça va pas, je sais pas, ça peut pas vraiment finir comme ça, pourquoi ils iraient se faire du mal, et pourquoi ils se sont jamais dit je t'aime ,et pourquoi c'est pas plus facile ? Pourquoi ça amuse tout le monde de me faire bobo *bouge d'avant en arriere sur son lit roulée en boule* (ouais j'ia l'air d'une autiste en vrai aussi xD)

Bref, merci..


PS : comme Gab : je pense que le GG est et que le TWC doit etre et qu'il faut pendre ANIE èé *sort*
Revenir en haut Aller en bas
http://www.otaku-fanfic.skyblog.com
Mimipotter
Inrattable
avatar

Féminin
Nombre de messages : 936
Age : 24
Localisation : Neuf-trois sisi !
Emploi/loisirs : Etudiante
Humeur : Variable
Date d'inscription : 14/11/2008

MessageSujet: Re: [Vacancières] OS # 4   Mer 11 Nov - 3:34

Putain... Juste je sais pas quoi dire quoi. J'aime vraiment beaucoup ! C'est mon 2 ou 3e Torg que je lis seulement et putain waow quoi ! J'suis tellement fascinée par la relation qu'ils entretiennent tout les deux. C'est tellement naturel, il y a pas de gène et tout coule. C'est juste sublime. Et puis j'adore la partie où ils sont encore tout jeunes.
Cet OS est vraiment génial, j'ai mis plusieurs jours à le lire à cause des interruptions mais je suis tellement pas déçue *-*
J'aime vraiment beaucoup <3.
Un grand bravo à l'auteure.
Revenir en haut Aller en bas
0101
Baronne du Forum


Masculin
Nombre de messages : 3264
Age : 27
Date d'inscription : 09/11/2008

MessageSujet: Re: [Vacancières] OS # 4   Mar 15 Déc - 4:54

Bon bah je vais remercier les gens moi aussi éè

Urbi, murchi, murchi, murchi éè <3

N'empêche, vous auriez du voir le rire nerveux que j'avais lâché quand j'avais vu le ''C'est du Torg'', genre ''LAAAAAAAAAWL, good one :'D *sink TT* ''

Bref :3 Merci, je suis tellement contente que ça vous ai plus :')

Vous aime I love you
Revenir en haut Aller en bas
claraMM
Présente
avatar

Féminin
Nombre de messages : 204
Age : 24
Date d'inscription : 09/05/2010

MessageSujet: Re: [Vacancières] OS # 4   Ven 28 Mai - 0:23

" Peu importe », siffla Gustav, allant se rasseoir sur son tabouret et tentant de faire semblant que Patrick ne l'enrageait pas. ''
Voilà le seul extrait que je n'ai pas aimé dans cet OS, je trouve la phrase mal tournée...

Mais plus important... J'ai adoré ton OS... Je n'aime pas le Torg habituellement mais là...
Et George à un caractère incroyable et nouveau (nouveau par rapport aux autres fics/OS).
Leur relation est très interressante et semble réaliste. Les lemons sont géniaux.
Et la scène d'amour entre la guitare et la basse était superbe. D'ailleurs la dernière phrase de ton OS l'est aussi.
Un grand BRAVO!
ET merci de m'avoir permit de lire quelque chose d'aussi bien.
<3
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Vacancières] OS # 4   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Vacancières] OS # 4
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Between The Lines :: Vacancières-
Sauter vers: